AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

they're not afraid until they do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: they're not afraid until they do   Ven 9 Jan - 17:04
Je réfléchis. Je fronce le bout de nez comme je fais souvent. Ouais, c'est mort, c'est pas comme si j'avais envie de réfléchir. Entrer ou pas entrer. Parait qu'il est pas en forme. Et déjà un jamie malade c'est une corvée, mais là, CE SERA PIRE. IL va m'envoyer chier. Enfin, la partie "OMG TOUT S'EFFONDRE" est passée. Surtout que j'ai fini dans un trou, bien cachée et prête à bondir pour voir ce qu'il reste du coin. Un type m'a sortie de là et m'a dit que le danger état écartée. Mais quand on voit les gens paniquer, en pleurs etc, on a pas l'impression que c'est tellement mieux. Je finis par ouvrir la porte, et entrer. Le gros tas est sur le canapé, il mate un soap opera moisi - vous savez avec le jay et un nom imprononçable - et il m'a même pas vue. Enfin, là il me targue de son regard à moitié dans les vapes. Celui là il est pas réveillé depuis long. « You look like crap you know ? » Je file le rejoindre, m'installer, attraper le sac de chip sur la table - oui il se nourrit sainement celui là -  et je pose ma tronche sur son torse. « New time i say you stay, do it. Or i kill you. No.  I will hurt you instead. You're a morron. Still love you so3 » Parce que dire j'ai flippé, tu m'as manqué, ça va, je t'aime, c'est plus dur que de l'engueuler. En fait heureusement qu'il sait que chaque fois que je l'engueule c'est pour lui dire qu j'y tiens, parce qu'il aurait pu penser que je suis une vraie plaie. Vous me direz, il a peur de moi, quand je suis en colère, puisqu'il fait que des conneries. « You still watching this crap ? You're sick ? Stupid ? Without any taste at all ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Ven 9 Jan - 18:28

Un cachet après un autre, et la sensation de ne rien foutre de ma journée, encore. Je tourne en rond, je m'ennuie bon sang ! Je déteste ne pas pouvoir bosser, je déteste rester enfermé, je déteste les menaces post-itées partout dans mon appartement par ma frangine. De toutes les courses que j'ai faites ce jour-là, une seule passait par le quartier de Westwood, et pile au moment de l'explosion, c'était bien ma chance ! Coincé des heures dans mon propre taxi avant d'en être extirpé avec toute la délicatesse qui accompagne l'urgence et le stress. Rien pour arranger l'état de mon épaule. Je me laisse tomber dans le canapé, zappe d'une chaîne à l'autre sans vraiment regarder, jusqu'à tomber sur cette fameuse série dont je me moque si souvent. Je voudrais changer, passer sur une émission quelconque, mais mon attention reste fixée sur l'écran et je me surprends à attendre avec une impatience à peine contenue une apparition de la même personne qui a pénétré dans mon taxi quelques jours plus tôt. Avec tout ce qui s'est passé je n'y avais pas repensé et... tiens, Ella. Je lève des yeux fatigués vers elle. - Aye, but I'm still sexier than you. Eh, that's my breakfast ! que je lui lance alors qu'elle s'empare de mes chips, feignant l'indignation. - Ye ken, one day it'd be good to stop putting threats and love in the same sentence. It's getting pretty confusing. Je lui souris, un brin moqueur, passant mon bras valide autour de ses épaules. Le plus frustrant, dans tout ce temps passé à attendre les secours, ç'a été de ne pas savoir où elle était, de ne pas savoir si elle allait bien. On m'a souvent sorti ce genre de conneries, comme quoi les jumeaux sentent lorsque l'un des deux est blessé ou autre, sauf que tout ce que je ressentais à ce moment, c'était d'la crainte, de l'inquiétude et un profond sentiment d'impuissance. - It's not that bad. Haud yer wheesht ! Je me redresse un peu malgré moi, soudainement attentif aux images, au visage qui se dessine à l'écran. Un rictus de satisfaction s'esquisse au bord de mes lèvres mais est rapidement ravagé par les dialogues qui me viennent à l'oreille. - Aye, ye're right, it's awful. Dunno, a wanted to give it a shot. J'éteins le son et plonge ma main dans le paquet de chips au chili. - Any news from Aaron ? que je hasarde en croquant dans mon petit-dej.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Ven 9 Jan - 20:12
Je sais que je suis parfois franchement étrange, et à l'ouest. Mais faut pas croire que j'ai toujours été ainsi. Non, j'étais bien plus positive, avant. Avant que tout finisse par s'écrouler, comme ça, sans prévenir. J'étais furieuse, j'étais dévastée, j'étais loin de me douter, que ça changerait ma vision d'un monde. A travers les yeux de mon frère, j'avais une certaine idée de ce qui m'entoure. Mais après Aaron, ça avait pris une autre dimension, et j'étais devenue différente Après, nous n'étions pas des grands bavards sur ce qu'était notre vie de toute façon et nous le virions bien. « You wish » Que je lui balance. C'est d'ailleurs assez drôle quand on sait qu'on est jumeaux. Tout façon, je ne suis pas de celles qui sont censée le trouver beau, ou de ceux devrais je dire. Pour moins un homme va avec une femme - enfin sauf sans mon cas- mais je suis mal placée pour juger, vu que j'ai tenté aussi de mon côté et que je le comprends, les hommes c'est mieux. Voilà qu'il se met à raler de la façon dont je l'embête. Sauf que le jour ou je ne dirais pas ce genre de chose, c'est que je ne serais plus moi, ça et parce qu'imaginer la perte de mon frère me tuerait, alors autant ne pas en faire cas. « Just keep the last word and that's it. » Ben oui autant ignorer le reste si ça lui va pas et puis voilà. Quand je me souviens qu'il a parlé de son petit dej...avec des chips, je me dis que je suis pas loin de la liberté. Et là, la tacle. Aaron. Comme si j'avais pas assez flippé, faut qu'on me le rappelle, tu sais, au cas ou j'oublie d'avoir peur pour lui. « Instead talking about my fears about him, tell me what's happening outthere. And maybe i can tell you for me. If you promiss to not laugh. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Ven 9 Jan - 23:10

Je sais que je prends un raccourci facile, qu'en parlant d'Aaron, j'échappe aux questionnements sur ma propre vie sentimentale... quoique. On en revient généralement au status quo, et personne n'apprend rien sur la vie de personne. Les émotions font peur, chez les McCreary, on a été déçu trop souvent, on s'est trop longtemps sacrifié sur l'autel des sentiments, alors on aime comme on peut, en prenant soin de ne pas se faire mal. J'échoue, souvent, à ce jeu-là. Ella est, de nous deux, celle qui sait le mieux prendre en main ce qu'elle ressent, ou du moins celle qui sait le mieux les nier. - I ain't talking about your fears. He ain't the kind of guys ye're supposed to be afraid of. He's skinny, too nice for his own good and, let's be honest 'bout it, he's a teddy bear.
Aaron est un mec bien, surement l'un des rares que je n'ai pas envie de virer - faire fuir - de l'entourage d'Ella à coup de blagues foireuses et d'anecdotes terrifiantes montées de toutes pièces, quoique. Je n'ai pas besoin d'inventer beaucoup de choses pour la rendre effrayante. - Why ? Is there something funny 'bout ye being too afraid to stay in touch with yer best buddy ? Tout amusement a quitté le ton de ma voix, et je m'en veux d'avoir balancé ça comme ça, sans que ça ait réellement de sens. Ma boutade concernant Aaron ne devait être qu'une porte de sortie. Sauf que tous ces mois où mes visites ont été les seules en ce qui concerne la famille McCreary m'ont laissé un peu amer. - Sairy, the meds make me harsh. I didna want to sound mean. I just think it's a waste, all this time the two of you aren't spending together. Je sors du confort du canapé, grimançant à chaque mouvement, pas tellement à cause de la douleur mais plutôt du manque d'activité de ces derniers jours. - A'm guttin. Crisps aren't enough, d'ye want somethin while I'm up ? dis-je en rejoignant la cuisine.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Mar 3 Fév - 14:41
Il insiste. Juste pour ne pas parler de lui, il veut qu'on parle d'Aaron et j'ai juste envie de le taper. S'il ya un truc que je déteste c'est bien qu'on me dise ce que je suis censée faire. Et puis venant de Jamie, j'ai envie de rire. Dans le genre je vis dans une grotte... Je le regarde, lui lance le regard qui tue - celui qu'il déteste en fait - et râle. « Sériously ? You prefer SHUT UP ? It's more clear that way ? I don't want to talk about him. It's not your buisness. » Voilà, il m'a gonflé et énervé. Il a un master en connerie. Parfois je passe dessus, j'oublie. Et d'autres j'élabore un plan pour le tuer. Vite. C'est bien le second. Qu'est ce que ça peut bien lui foutre ? Après tout je fais ce que je veux de ma vie. Aaron est un idiot qui pense que risquer sa vie est "fun". je ne peux pas jouer à ça. j'ai déjà Jamie d'idiot, mais lui c'est la famille, c'est pas comme si je pouvais couper les ponts. Ca et le fait que même casse c**** il reste la personne de qui je suis la plus proche, et sans qui je ne peux pas vivre. Enfin pas comme si j'allais le dire à voix haute. après tout, s'il le sait pas depuis, il est vraiment con. Il ajoute qu'il voulait pas être un douchebag, mais que c'est la faute des médicaments. Je lève les yeux en l'air. « Yeah right, it's the meds'fault ! Don't want talk about it anymore. It's my life remember.» Dans le genre méchante... Surtout qu'on s'est toujours tout dit, et qu'on a jamais eu de filtre. Mais parler d'Aaron, c'est juste le sujet qui... Je ne peux pas en parler, je ne veux pas y penser, rien. Il se lève et veut amener à manger. Je souris, même blessé il veut.. Je pige pas toujours mon frère. Un jour il est con, un autre adorable, puis re casse c***. A croire qu'il est plutôt lunatique. « No not hungry, tks. Need some help ? » Que je dis en me levant et en posant ma tête sur son épaule - la bonne - et je reste comme ça. Ya des moments ou les émotions me submergent, et j'ai juste envie de me rassurer. Et comme toutes ces années l'ont montré, juste le contact avec Jamie arrange ça. Je n'ai jamais su expliquer. Comme le son du coeur qui bat de la mère apaise le bébé, celui de mon frère me calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Ven 6 Fév - 0:57
Je sais que ça la fout dans des états pas possible, qu'elle s'énerve et que je lui donne un autre fabuleuse raison de m'étouffer avec quoique ce soit qui puisse lui tomber sous la main, mais, à la vérité, je vois bien ce truc que ces deux idiots ont perdu depuis qu'ils ne se voient plus. Je suis peut-être (surement) un ignare quand à la subtilité des relations amoureuses mais je ne suis pas aveugle au point de ne pas comprendre qu'il y a quelque chose entre eux, même s'ils préfèreraient l'un comme l'autre crever plutôt que de l'admettre. - It's not your business ! Je lève un sourcil, posant mes yeux sur elle, sans rien dire mais n'en pensant pas moins. Bien sûr que ce sont mes affaires, je me tiens en plein milieu de ce bordel ! Je laisse échapper un ricanement tout en retournant mon attention sur mon placard, désespérément vide. Ce n'est probablement pas le moment de lui demander si elle veut bien me faire trois/quatre courses, non ? - Yeah. It's yer life but ye're my little sister, (de trois minutes, mais qu'importe)  que je lui lance en riant. - I worry about ye, and 'bout him. I just think - yes, shut up, I do that from time to time - that he needs to see ye, y' know, to help 'im get better. Elle sait que je suis allé le voir tout au long de sa convalescence, ce n'est pas comme si je m'en étais caché, puisque je l'ai appelée avant presque chacune de mes visites en espérant qu'elle finisse par m'accompagner, sans succès. C'est d'famille d'avoir la tête dure chez les McCreary et il faut dire que celle d'Ella est littéralement faite de diamants purs. Mais même un diamant peut être travaillé, à condition de patience et de persévérance. - I could use some help if I actually had something to cook. Je passe mon bras libre sur son épaule. - Pizza or chinese ? J'ouvre le tiroir devant nous pour en sortir les différents menus des restaurants qui livrent dans le quartier, lui offrant mon plus beau sourire.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Sam 21 Fév - 0:09
Il se mêle de mes affaires et j'aime pas ça. Je n'aime pas qu'on parle d'Aaron, j'ai le droit non ? Que ça me rende égoïste ou quoi, c'est mon droit. Parfois être jumeau c'est la merde ! Pare qu'il ressent des trucs venant de moi, et tente de les traduire. Mais ce n'est pas son job, qu'il s’occupe des siennes. Ca l'occuperait. Ou de son ménage, tiens. déjà rien que ça, ça lui prendrait des jours. « You said it, it's MY life. So stop. I know you don't like seing me unhappy, but it's not your job to change that. Like  i can do anything on your choice of life. » Je trouvais qu'il faisait n'importe quoi n e prenait pas soin de lui et c. mais je référais prendre sur moi et le faire à sa place qu'en parler sans arrêt. Et puis moi je m'occupais pas des milliers de personnes qui passait probablement dans sa chambre. Il m'avait énervée, ça y'est. Mais j'oubliais, parce que sinon j'allais me barrer et il allait continuer à manger des chips, ou se reblesser. Il me prends par le bras et je le vire, lui envoyant un regard équivoque. « You choose, don't care anymore. » J'étais pas de bonne humeur, il allait devoir me subir, et puis voilà. On va me dire que je suis bornée ou autre. mais c'était une décision - vis à vis d'aaron - que je devais prendre seule et non basée sur ce qu'on me dit de faire ou encore par pitié. Ce n'était pas moi, et j'avais besoin de savoir de quo il retournait, et mes sentiments a propos de tout ça étaient plus que confus. Je m'installais sur le canapé de nouveau lui tirant la langue, me plaçant en tailler et en allumant la télé sur un truc documentaire. Et là passe des singes. je me marre. « Oh you're on tv ! » Et je souris de toutes mes dents. Je regard en penchant la tête de côté, pour les voir gesticuler à l'enfers pendant que l'autre fait dieu sait quoi et puis d'abord, je m'en fiche. Il fait ce qu'il veut. Je boude dans mon coin. voilà, je parle plus, c'est décidé. Il a toujours un avis sur ma vie et ça me gonfle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Jeu 5 Mar - 22:15
Toute son expression me jette au visage que je devrais la fermer avant de m'en prendre une. Je la sens qui fulmine, énervée par mon intrusion dans ses affaires, sauf qu'elle me connait mieux que ça, elle sait que je suis incapable de garder mon nez hors de ses histoires, elle est censée le savoir, au bout d'vingt huit ans. - It's me job t' be sure ye don't end up regretting anythin ye stubborn little thing. Je ne veux pas qu'elle se réveille un matin en regrettant de ne pas être allée vers Aaron, de ne pas avoir donné une chance à quoique ce soit qu'il puisse y avoir entre eux. Ça me rendrait malade, si elle devait se retourner sur son parcours et ne constater que l'absence de quelqu'un qui aurait du être là, qui avait toujours été là avant ce stupide accident. Je ne veux pas qu'elle continue de s'envelopper le coeur dans la solitude et l'entêtement. Ça rend les choses puis faciles, moins douloureuses, mais il vaut mieux un cœur brisé qu'un cœur qui n'a jamais battu, et bon sang, j'en mettrais ma main à couper que son palpitant n'est pas insensible à ce grand couillon de Davis. Je hausse les épaules, du moins juste une épaule à cause de la blessure et ça doit être une vue comique, de me voir essayer d'exécuter ce mouvement avec maladresse et grimace. - Libanese it is. que je lance en sortant une énième brochure du tiroir, ouais, je me ferais bien un shawarma. Je commande pour nous deux pendant qu'elle trace jusqu'au canapé. Je ris alors qu'elle se comporte comme si on avait douze ans, et que les emmerdes ne s'étaient pas encore tellement donné la peine de venir nous trouver. - Haha, very funny, how many time did ye do that joke ? 'Bout a million, give or take a hundred. I'm startin t' feel sairy for monkeys. Je me laisse tomber lourdement à côté d'elle et passe mon bras sur ses épaules après lui avoir tendu une canette de mountain dew. - Why don't ye zap the soap back ? At least the view's better.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   Jeu 12 Mar - 22:49
Mon frère ce héros, ou ce zéro, ou autre chose, j'e sais fichtrement rien. Mais je sais aussi que rester fachée, lui faire la gueule me pèse toujours, ça dure toujours en tout et pour tout quelques minutes, à moins qu'il ait vraiment merdé et encore ça me rend malade. Être fâché avec une partie de soi c'est délicat. Il a beau être un brin taquin,chiant, irresponsable - vis à vis de la nourriture et du ménage  - feignant, distant et en même temps proche, c'est le premier homme de ma vie .vous vous dites, ça aurait du être mon père. Sauf que voilà, rejeter mon frère n'a jamais été un critère pour que j’apprécie quelqu'un. En fait, c'est plutôt le contraire, et je parlerais pas de ma mère non plus. Bref, quand on es juste deux, bah on se serre les coudes, alors les disputes, c'est le truc qui éloigne, qui effraie, qui fait sauter les repères, et j'en ai déjà peu. Je fronce tout de même les sourcils « Not your job na. Your job is to keep me smiling. Not give me reasons murder you. » Je me moque presque de lui quand il grimace. en fait, une partie de moi aime pas, l'autre se moque, parce que si tout pensait à ça, alors je serais probablement en train de pleurer comme une idiote. Mes émotions sont parfois exagérées, exacerbées, parce qu'avec lui, tout l'est. Il me dirait je ne t'aime e ps, je me jetterais probablement d'un pont. Venant de certaines personnes, on accepte, ou on rejette, mais on s'indigne pas, on s'en moque, au fond, et d'autres, le moindre truc vous fait chavirer, imploser, parce que peu importe ce que vous dit votre raison, vous êtes crazy about it. Il choisit libanais. honnêtement c'est pas mon trip, mais au pire je mangerais une salade. toute façon, juste pour le faire chier je m'y opposerai pas. Il s'attend à ce que je dise que j'ai pas envie. Alors non, il aura pas celle là. Il se met à commander et je retourne là d'où on vient. J'ai l'air d'une sale gamine,qui n'a pas eu son gouter mais je m'en moque. parce que quand on  y va, le bébé c'est lui. Mon tour, voilà. Caca nerveux vous voilà, comportement puérile et inutile, here we go. A priori, il ignore ce que je fais - le gros boudin - et passe son bras derrière moi, je bronche pas, je reronchonne quand même un peu et je reste là, à rester sur ma position. Je lui prend la canette des mains comme si je lui volais et bois. A présent il veut mater le vieux soap moisi. Je le regarde et ne répond pas. Je le laisse zapper tout en levant les yeux au ciel. Putin il vient ce livreur oui ? j'ai faim. Presque envie de lui piquer sa viande de chat tiens.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: they're not afraid until they do   
Revenir en haut Aller en bas

they're not afraid until they do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Venice :: Résidences
-