AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

buckle up, superstar (jay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:43


of all the gin joints in all the towns in all the world he walks into mine.
~  
C'mon Jamie, you're supposed to be working, not hangin' around with some drunks. But eh, I 'd rather play the man I am than being someone else, and the present me wants a good ol' whiskey. So here I am, playing darts instead of haunting the streets of Portland. One in the mornin', soon the city will burst with drunk and I'll just have to pick some of 'em up to earn my night. Meanwhile, people are buying me drinks, and I'm winning the game. I make 'em laugh, as usual, being me, telling everything that comes through my mind, even what shouldn't be told. I can smell the alcohol clogging the air up, I can hear giggles from all around the rooms and advertisings on tv. Then, some girls are chucking while watching the screen. I'm rolling my eyes, here we are, again. This show's driving me nuts, every fucking time I turn my tv on, I see it. I'm coming closer to the counter. - This guy's not even good. Sexy, I give 'im that but c'mon, this show's been on tv for far too long. Have you ever seen a guy crying that much and... - He's sweet and cute Jamie. I look down at her, grinning. Sometimes, I really don't understand women. - He's pathetic. Oh 'look at me, I'm breaking with you for the eleventh time this month, I love you but I hate you, and my father doesn't want us to be together 'cause you ain't rich enough and with your mother coming back from the dead, I can't be in you life right now. Oh, and did I talk to ye about your exes ?' To the silliness. And I raise my glass before drinking it in one go. I can feel offended looks staring at me, but I kinda had the effect I wanted, I can hear laughs here and there. I take a another look at the face on the tv, somehow I feel sorry for him, he just looks like a guy that doesn't even believe in it anymore. I put my jacket on and head for the exit. I wave to the bartender. - See ya tomorrow Jamie. My cab's parked on the other pavement, not that far but enough for me to shiver. Fall's upon us, definitely, and that means that my sister's gonna have too much free time and that I'm gonna have to find something to keep her busy if I want to do anything alone during the next few months. I get in my car, turn the music on, a good ol' rock radio station, light meself a cigarette and not a minute after that, someone hurries in the backseat, letting me no choice but to take a fare. - Hey take it easy lad, night's not over yet.  I can't see his face in the rearview mirror. Money's money after all, so I shrug and I ask. - Where d'ye wanna go ?

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:45
Wrapped in my bed sheets, I was hoping to get rid of that cold, this lingering impression of being constantly frozen, deep inside. It’s only me now, the silence within these walls, the music has stopped, I switched it off because I wasn’t even listening to it, and worse: it was getting on my nerve. There are no more lights, no more flashes, no more red carpet, no more tux or gown, no more mannered smile, fake love and tenderness, lovey glances. I’m home again, in this flat I had been so eager to refurbish and redecorate. I’m safe, away from these lies, from the cheesy lines and cliché romance but somehow, it’s still here, in the air I breathe, in every shadow around every corner. It seems that no matter how hard I try, how rude I get, nothing seems to be strong enough to break the chains, and it pisses me off. It pisses me off so much I can’t even appreciate being home alone anymore, the blissful feeling I used to enjoy right after a hot shower. The voices keep haunting me, the whispered comments I get all the time when I wander in the streets, the crazy rumours, the speculations, everything, every question seems to swoop upon me, my hole body feels sore just as if I’d ran a marathon or worked out too much. I’m cold again but at the same time it’s like I’m grasping for air, like someone else was voluntarily keeping my head under the water, unable to breathe.

I’m out. I needed to get out, naively imagining it would free my from that weird suffocating sensation. I’ve traded the quilt for a comfy jumper, a knitted one, and the first trousers I could find. Oddly enough, the humming noises of the City of Roses feels better, more comforting than the perfectly tranquillity at home. These days, it’s become more and more intense, I can’t understand myself anymore; even the sight of Sarah, her angelic features, awakens that gnawing anger that never really leaves. I keep walking, randomly, then I see myself getting in a cab, with no clear idea of a destination, I just want to wander the night away, go as far as possible. – Where d’ye wanna go ? The driver asks with a strong Scottish accent. I don’t know why but it makes me grin. Not content, amusement perhaps, I can’t really describe it. – Wherever. Just keep driving. Don’t worry I’ll pay…  I answer in a ethereal voice, almost a whisper.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:46

Ce que j'aime dans ce boulot, c'est qu'on voit défiler dans un taxi à peu près n'importe qui, toutes sortes de gens, de toutes les origines, de toutes les cultures, et c'est fascinant, de les voir défiler sur la banquette arrière, avec leurs palettes d'émotions. Je ne compte plus les sourires, les larmes, les espoirs rompus, les rires nerveux, les bavards, les penseurs... j'observe, j'écoute, je parle, il n'y a rien de mieux pour celui qui aime les autres que de conduire un taxi, ou de tenir un bar. Mais le chauffeur de taxi est plus éphémère, imprévisible, il plait aux gens dans son costume temporaire. Je deviens confident le temps d'une course, je lâche quelque banalité, quelque blague, n'importe quoi qui puisse aller avec l'humeur de mon passager. - You better lad, I ain't working for free. que je lance en plaisantant, tournant la clé dans le démarreur, après avoir tendu l'oreille pour saisir le murmure, presque imperceptible. Je fronce les sourcils, persuadé pendant quelques secondes d'avoir déjà entendu cette voix puis balaie le doute en posant mes yeux sur la route. - Next stop anywhere then. Je suis la chaussée sans réfléchir à la direction, au souhait du client, je laisse filer les rues, des éclats de lumière illuminent l'intérieur du véhicule mais je ne me rends pas compte que se trouve installé derrière moi le même homme dont je me moquais ouvertement quelques minutes plus tôt, mon regard suit les lignes blanches de la route sans s'aventurer dans le rétroviseur, et j'écoute distraitement - par la fenêtre entrouverte - les voix qui résonnent depuis les trottoirs agités de Los Angeles. Les accords de rock'n'roll suicide prennent le dessus sur les échos du dehors. - Hope ye enjoy ol' classics. Je monte le volume, accompagnant David Bowie d'un tapotement de mains sur le volant, chantonnant l'air à voix basse, avec cette sensation si récurrente d'être invisible aux yeux du monde, dans mon taxi, si commun qu'on ne me remarque plus. - So what's yer problem ? Ye do not seem drunk, trouble sleeping ? que je finis par lancer à mon passager, toujours intrigué par son arrivée précipitée. Piqué par la curiosité, je jette finalement des coups d'œil dans le miroir mais les lampadaires de la ville jouent contre moi et je ne parviens qu'à entrevoir des ombres, des traits furtifs. J'adresse à sourire aux ténèbres qui envahissent l'habitacle, reportant mon attention sur le bitume.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:49


Ça aurait pu être pire : les odeurs corporelles, le tabac froid, les commentaires scabreux à tout va, non, celui-là est plutôt d’humeur joyeuse, ça te fait vaguement sourire lorsqu’il te signale sur le ton de la boutade qu’il ne bosse par à l’œil. Tu ne réponds pas. Tandis que la ville défile sous ton regard absent, tu notes le drôle d’accent du conducteur ; tu le regardes dans le rétro central, sans vraiment t’attarder, juste pour mettre un visage ou au minimum une paire d’yeux sur cette voix marquée d’un accent que tu as entendu dans ton enfance, lorsque l’oncle Harold venait rendre visite à sa petite sœur dont l’Atlantique le séparait. Tu demandes, de cette voix éthérée des mauvais jours  – Scottish ? esquissant malgré tout un sourire amusé. Lad. Personne n’emploie ce mot par ici, et ça te ramène des années plus tôt, alors que tu n’étais qu’un gamin, insouciant et même un peu naïf, que le monde se résumait pour toi à des ennuis de cours de récré et des leçons à apprendre. Tu te souviens de l’école primaire, cette cour autour de laquelle étaient implantés les bâtiments, ces classes dans lesquelles tu choisissais invariablement une place près de la fenêtre. Le bruit de la cloche qui égrenait les heures des pauses, des reprises, te revient aussi, déterré d’une foule d’autres petits détails qui tapissent ta mémoire. La vitre entr’ouverte laisse passer l’air frais de la nuit ; tu ne te demandes pas pourquoi il a ce pouvoir étrangement rassérénant, tu te contentes d’en profiter, parce que cette sensation de liberté s’est faite trop rare ces derniers temps. La musique vient emplir cet habitacle, elle est bienvenue, alors que chez toi elle t’insupportait, et là encore tu n’comprends pas pourquoi. – Hope you enjoy ol’ classics. Lance ton taximan tout en battant la mesure sur le volant. Tu te demandes ce qui a bien pu le pousser à devenir chauffeur de taxi ; l’amour de la route, ou bien la nécessité ? Ou bien cette liberté de courir à travers les rues et avenues de la cité des anges…  Par ricochet, tu te penches sur ton propre parcours, les choix que t’as faits, les erreurs qui te sautent au visage. La lumière des lampadaires sur le bord de la route t’éblouissent, mais tu ne détournes pas les yeux pour autant. Tu sens un truc par terre, sous tes pieds, et ça te démange, tu ramasses l’objet errant. Un bonnet. Tu n’sais pas qui l’a laissé tomber, si la personne sait que son couvre-chef est resté dans cette Ford dont la couleur t’a échappé. Tu joues avec le vêtement, le triture machinalement, la tête posée contre la vitre. – So what’s yer problem ? Ye do not seem drunk, trouble sleeping ? Il a une voix intéressante, plutôt douce, un accent bien prononcé pour une oreille avisée. – Could say that yeah… Décidément, si y’a un truc à propos de toi qui n’a pas changé, c’est bien ça : la conversation c’est vraiment pas ton truc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:50

Los Angeles. La cité qui abrite les Anges. Des nuits comme celle là ils me semble tous déchus dans leurs costumes de lumières qui n'attendent que l'aube pour s'éteindre. Los Angeles est aussi belle qu'elle est cruelle et dans ses rues ne défilent que des fantômes, des échoués. J'aime ces silhouettes qui s'abandonnent aux heures tardives, ces fous d'la vie, qui font vivre la nuit, qui la rende sublime. - Scottish ? Sa voix trahit un sourire et ça en fait naître un sur mes lèvres. - Aye. Ces âmes égarées, souvent, elles finissent dans mon taxi, et j'admire cette force qui les anime mais n'attend pourtant que de les quitter. Je rencontre leurs regards dans le rétro, j'écoute leurs complaintes et leurs excitations. C'est la nuit, vraiment, que j'aime Los Angeles, pour les hasards qui jettent ces inconnus sur la banquette arrière, qui me les offre pour quelques minutes, m'offrant une vision de ce qui peuple le monde, de tous ces contraires qui s'attirent et ces ressemblances qui se défont. J'aime Los Angeles la nuit.
– Could say that yeah… Plus clair, plus porté, le timbre de sa voix m'intrigue plus encore. Je sais que je le connais, d'où je ne sais pas, mais je l'ai déjà écouté. Je marmonne, des mots qui roulent en gaélique, pour moi-même, pour essayer de raviver le souvenir, le visage qui s'accorde avec ce son. - Not the talky-talky type huh ? Parce que moi mon petit gars, j'aime les solitaires qui sortent dans la pénombre et racontent leurs histoires, j'aime être surpris par l'impossible, toutes ces petites choses qu'on ne croirait jamais avant qu'elles ne résonnent dans l'air glacial des deux heures du matin. Je les cherche, ces contes improbables, ces folles aventures, ces abîmés de la vie, ces optimistes. Raconte moi une histoire, laisse filer les mots, je veux les entendre, je veux entendre ta voix, je me me rappeler de l'instant où nos chemins se sont croisés. Je te connais, bon sang, je te connais. Je fouille à l'aveugle sur le siège d'à-côté pour retrouver mes cigarettes et en porte une à mes lèvres. - Fancy a lucky ?  que je lui lance en montrant mon paquet. Y a cette ambiance étrange qui pèse dans le taxi, une impression sur laquelle je ne parviens pas à mettre le doigt. - Sure ye don't wanna talk about what's keepin ye from morpheus ? I'm pretty curious bout lonely night walkers burstin into my cab.



_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:51


T’en étais quasiment sûr, mais sans vraiment réfléchir, par réflexe, t’as posé la question. Cet accent que tu trouves parfois un peu rude, mais pas déplaisant, il porte tout le caractère écossais, fier et indépendant, sans compromis. Dans sa bouche, étrangement, il te transporte virtuellement au cœur des vallées verdoyantes, des reliefs escarpés qui t’ont fait rêver, enfant, mais que tu n’as connus que de loin. Tu te demandes maintenant pourquoi ta mère n’est jamais retournée là bas. Aussi loin que tu te souviennes, elle semblait avoir tiré un trait sur son passé, ses racines européennes pourtant riches. Tu n’as jamais vu la Hongrie de ton grand père et tu t’étonnes toi-même de n’avoir jamais réclamé. – Not the talky-talky type huh ? Taquine-t-il, te lançant consciemment ou non, une invitation à la confidence, entre les portes closes de cet habitacle, avec la nuit et la musique pour seuls autres témoins. Tu envies la simplicité avec laquelle il se comporte, la malice que tu as entrevue dans son regard par le rétro, cette sorte d’insouciance volontaire, tu aimerais retrouver cet aspect de toi qui s’est perdu quelque part, entre les multiples mensonges de ton quotidien. – Well, you mate, aren’t the usual kind of taxidriver, are you ? Lances-tu lorsqu’il te propose une cigarette. Tout semble couler, être si facile, pourquoi ne peux tu pas te laisser emporter, toi aussi, par ce courant léger ? – Why not. Tu prends une cigarette dans le paquet qu’il te montre. Tu ne te souviens même plus de ta dernière clope, toute ce que tu sais c’est que ça remonte à y’a un certain temps. Nouveau silence. La voiture ralentit, tu aperçois l’aiguille fondre vers la gauche du compteur, le feu tricolore qui attend un peu plus loin est au rouge, l’arrêt se fait progressivement, juste à temps, en douceur. Après ce croisement, l’effervescence de la ville sera derrière vous, il n’y aura plus que la route, infinie, illimitée. En fait tu ne sais pas où il va choisir d’aller, mais tant qu’il roule, tu t’en fous un peu. Complètement.
Il doit être quelque chose comme deux heures du matin, l’air qui vient chatouiller ton visage par la fenêtre entrouverte, est frais. Deux âmes solitaires rassemblées par le hasard. Il semble se satisfaire de son sort, contrairement à toi, il nage, même si c’est contre le courant, toi tu coules, tu as oublié la brasse, tu ne sais plus faire, ou bien tu ne veux plus, pas comme ça, tu t’es laissé dériver, submerger par ces strass et ces paillettes qui à tes yeux ont perdu tout leur éclat et sont autant de lames acérées qui te déchirent de l’intérieur. – Ever felt out of place ? Demandes-tu. - Like you’ve become someone else and lost your way to your true self ? Tu ne racontes rien, du moins pas explicitement. C’est la seule façon que t’aies trouvé de lâcher du leste sans toutefois trop en dire. Tu n’sais que trop que la confidence est une arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:52

Tu ne le sais pas encore mais c'est là, dans l'espace étriqué de ton taxi, que tu vas tomber sous le charme de cette voix sans visage. Touché, ensorcelé, par le desespoir et la solitude. On ne reconnait jamais les débuts tu sais, on s'imagine que cela ne va durer qu'un instant puis que la vie va reprendre son cours. Les débuts sont un mystère, ils définissent ce qui va advenir, après. On ne sait jamais lorsque l'on est au cœur d'un tel moment, décisif. Non, tu ne le sais pas encore, tu ne le sauras probablement pas avant longtemps, mais c'est maintenant, dans la pénombre, que tu es tombé sous son charme, avant même d'avoir rencontré son visage.
Les lumières s'estompent derrière vous alors qu'un dernier feu fait obstacle à l'infini. - Well, you mate, aren’t the usual kind of taxidriver, are you ? Tu ris à sa remarque, et apprécie la marque de sympathie. Tu fais suivre ton briquet lorsqu'il répond positivement à ta proposition. Il a raison, tu n'es pas comme les autres chauffeurs de taxi. - 'm just being meself lad, dinna please everyone, but eh, that's the way it is. Une ombre passe sur ton visage et tes yeux regagnent la route, bercée de ténèbres, tu t'éloignes de la ville mouvante et tes pensées s'égarent. C'est la vie, on ne plait pas à tout le monde, parfois pas même aux siens, plus même aux amis à qui l'on offre la vérité et qui tournent le dos. Tu n'as jamais eu honte d'être toi, d'être franc, d'aimer la vie et d'aimer les hommes. Tu n'as jamais eu peur de foutre de grands coups de pieds dans les standards des autres. Et dans ce microcosme auquel tu appartiens, tu es finalement apprécié du plus grand nombre mais qui, au fond, te connait vraiment, à qui, toi, es-tu vraiment attaché ? - Ever felt out of place ? Like you’ve become someone else and lost your way to your true self ? La confidence résonne dans l'habitacle, à l'intérieur de ton crâne. Tu expires longuement, rassemblant les souvenirs d'une telle sensation. Il y a une certaine détresse dans cet aveu et sans que tu puisses vraiment l'expliquer, il te touche, là, au fond du cœur. - Aye, but ye ken lad, I think everybody, at some point in their life, feels the same way. Tu as retrouvé un peu de ton optimisme, tu souris à l'asphalt, à toutes ces possibilités, et tes doigts frappent toujours en rythme sur le cuir de ton volant. Tu as pris la direction des hauteurs, de celles d'où l'on peut voir cet univers qui vous possède pendant le jour, de là où les lumières se confondent comme autant de lucioles et d'où soudainement, tout devient moins terrible. - Ye are never truly lost. All ye 've to do is find the way back to where ye belong. It ain't easy but the journey worth it. Les minutes se prolongent et dans la nuit qui vous encercle, il n'y a que les phares qui montrent le chemin, cette route qui serpente vers le précieux point de vue. Bientôt les roues quitteront le contact du bitume pour rencontrer la terre et les ténèbres s'illumineront d'étoiles et de lumières.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:53


Tu n’le regardes pas vraiment, de toute façon tu n’as jamais réellement regardé les hommes, pour toi, c’était naturel de regarder une femme, t’attarder sur les courbes voluptueuses d’une représentante de l’autre sexe. T’as jamais cherché à savoir plus loin. Tu tritures toujours ce pauvre bonnet en tricot, le briquet qu’il vient de te donner dans l’autre main. Le feu est passé au vert et vous reprenez de la vitesse sous le pizzicato de la guitare. Tu remarques que, du bout des doigts, sur le cuir du volant, il bat la cadence, en rythme, et ça te fait sourire. T’as jamais vraiment eu cette sensibilité musicale, mais elle l’avait elle. Molly. Tu t’en souviens avec une précision douloureuse, sa voix chaude et douce, cette habitude de toujours chantonner, siffloter. Elle était un petit pinson, des rêves plein la tête, des étoiles dans les yeux. Tu l’as vue se fâner vitesse grand V, sans que tu te rendes compte de l’ampleur de la catastrophe et lorsque t’as compris, il était trop tard. Tu regardes le bout de ta cigarette, toujours pas allumée, et les paroles de ton camarade d’insomnie résonnent. Ces propos qu’il énonce avec simplicité, qui sont terriblement justes, mais qui sonnent comme un code indéchiffrable, te plongent dans une sorte d’état second, une torpeur un peu macabre. - Everybody, at some point in their lives, feels the same way. C’est sans doute vrai, tu le crois très volontiers, tu te dis que tu n’es pas le premier à te sentir paumé, à chercher ton chemin. Alors pendant un court instant, tout te paraît moins noir, moins froid. T’allumes enfin ta cigarette et tires.
Dans le rétro, une partie de son visage t’apparaît de nouveau, malgré l’obscurité, tu ne distingues pas la couleur de ses yeux, mais tu y décèles cet éclat, ce mélange de plusieurs émotions emmêlées. Le doute, la solitude, ou bien est-ce une pointe de regret. Tu ne pourrais pas dire avec certitude, mais il y a quelque chose dans ce regard qui te parle, te touche même, sans que tu sache exactement pourquoi ni vraiment de quelle façon. Tu te demandes ce qu’a pu être son histoire, son chemin, et il te semble, à ses dires, qu’il a été escarpé.
Les collines surgissent dans ton champ de vision, tu n’as aucune idée d’où il vous emmène, t’es un peu intrigué quand même, mais tu ne le montres pas, t’attends de découvrir, comme s’il y avait réellement une destination. C’est ironique, cette course ressemble trop à ta vie, une route que t’empruntes, mais tu ne sais pas où elle va, tu ne vois pas vraiment devant toi, mais t’es guidé par la lumière, même si sa portée est relativement brève. Après, qu’est-ce que ça sera ? – easier said than done. Lances-tu dans un soupir, réponse tardive à sa dernière réflexion. Tu baisses un peu plus la vitre, la fumée s’échappe et va mourir dans l’air ambiant. – Sometimes I wonder…. Tu n’sais pas pourquoi, mais tu te sens d’humeur loquace ce soir. – If it’s really worth it. Tu te surprends à relancer la conversation, ce que tu fais rarement, de plus en plus rarement ces temps-ci. – What keeps you going ? Demandes-tu sans vraiment réfléchir, spontanément. Y’avait si longtemps que t’avais pas été spontané.




.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:53


Tu as un goût prononcé quant à ce qui est d'aider les autres. Tu aimes panser les blessures des inconnus, appliquer le baume que tu aurais aimé que l'on te passe quand tu as connu le rejet et l'abandon, la perte de soi et que tu t'es égaré. Tu tends la main que tu aurais voulu saisir. Parfois tu fais face à la réalité, quand tu croises ton regard dans le rétroviseur ou au fond d'un verre de whisky, tu comprends qu'il n'y a pas qu'une conscience purement altruiste derrière tes actes, ça non. Tu te soignes à travers eux, tu te confortes dans leurs sourires, et tu sais que cela vient d'un désir profondément égoïste, comme un besoin compulsif de te prouver que tu as tiré le meilleur de ton histoire. C'est sans doute mieux que de t'être transformé en une sorte de monstre assoiffé de vengeance qui aurait décidé de ruiner le bonheur des autres. – Easier said than done.  Répond-il à ton conseil, et tu ne peux pas t'empêcher de ricaner, parce que tu sais qu'il a raison et qu'il n'y a rien de plus dur. Faire le choix de s'en sortir, de s'extirper de la boue dans laquelle on s'est lentement mais surement laissé embourber, c'est un choix fichtrement difficile, parce qu'il y a la solution de se laisser couler, qui semble si  facile et indolore. - Aye, like almost everything. Tu en sais quelque chose, tu as suffisamment trébuché pour savoir que ça aurait été plus aisé de rester à terre, et d'attendre, d'attendre inlassablement que le temps fasse son œuvre et transforme la douleur en une chose que l'on pense pouvoir maîtriser mais qui n'est qu'une illusion, parce que la souffrance ne s'en va jamais vraiment, elle se métamorphose, en culpabilité, la plupart du temps, ou pire, en haine, une haine si profondément ancrée qu'elle ne peut être destinée qu'à une seule personne: soi-même. Tout devient mensonge et l'on continue de se perdre. – Sometimes I wonder… If it's really worth it. Tu voudrais lui dire que oui, ça vaut le coup, lui parler du prix à la fin de la route, sauf que tu es encore sur le chemin, un peu plus loin que lui, quelque part à un énième carrefour, et que tu n'es pas capable de lui parler de la récompense. - You lad, really seem very desperate. lâches-tu dans un soupir, cherchant de nouveau à croiser son regard dans le reflet, mais le destin semble s'obstiner à te priver de ses yeux. - Ye shouldn't be. I don't think anyone's beyond repair. Ye just have to lock your eyes on the dim light at the end of the tunnel, and keep walking. Tu crois à ce que tu dis, autrement tu ne pourrais pas continuer toi-même, tu n'aurais pas été capable d'avancer, chaque jour un peu plus et d'être fier de qui tu es. Tu n'aurais pas eu la force d'aller au-delà de l'expression de dégoût sur le visage de ta mère. Tu t'es accroché à tout ce que tu pouvais sur les bords de ta route, à Ella surement plus qu'au reste, aux éclats de rire que tu fais naître autour de toi dans ce bar qui t'accueille probablement trop souvent, aux corps que tu caresses le temps d'une nuit... – What keeps you going ? La question reste suspendue dans l'air quelque secondes, le temps pour toi de ralentir la cadence, de quitter le bitume dans un virage et d'avancer le véhicule de plusieurs dizaines de mètres dans la pénombre. Tu t'arrêtes, tires le frein à main, éteins le moteur et restes encore un peu silencieux avant de rassembler tes mots et de les donner aux ténèbres qui vous ont de nouveau dévorés. - I dinna know, I just... enjoy every little things, no matter how insignificant. The bad things dinna have to spoil the good ones ye ken. I live through the bad days thinkin of the great ones ahead. Tu ouvres la portière et t'extirpes de l'habitacle, faisant résonner ta paume sur la carrosserie. - Here we are. Come and enjoy the view. lances-tu à ton passager alors que tu lui tournes le dos pour sourire à la mer de lumières qui s'étend en contrebas. Oh tu aimes Los Angeles la nuit.


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:54

C’est étrange, tu ne sais pas si c’est le rythme lent et régulier de la route ou bien les mots de cet inconnu, si justes, remplis de toutes les promesses que tu n’oses plus te faire, cet espoir d’enfin sortir de cette obscurité, tenace, pernicieuse, qui t’enveloppe même en plein jour. Tu ne sais pas ce qui l’a mis sur ton chemin, un simple hasard ou bien un petit coup de pouce du destin ; ce que tu sais, c’est que pour une fois, tu te sens un peu redevenir toi-même, sans avoir besoin de montrer aux autres ce qu’ils veulent voir, sans devoir masquer cette noirceur que tu croyais avoir enterrée à jamais. Il semble avoir vu ce que tout le monde ignore, lui qui à la lueur des lampadaires, parcourt à l’infini, les rues et les artères de la géante cité des anges. Pendant quelques instants, tu jurerais avoir vu dans ses yeux, cette douleur qui ne s’en va jamais totalement mais qu’on apprend à maîtriser. A cet instant, tu vois autre chose que ta propre détresse et tu te dis qu’au fond, tu t’es trop regardé le nombril, que bien d’autres que toi font face à des situations difficiles et qu’ils avancent malgré tout, tant bien que mal. Alors tu aperçois un éclair de lumière, une sortie, ou plutôt une façon de retrouver la route que tu as quitté sans même t’en rendre compte. – I don’t think anyone is beyond repair. Il y a dans cette phrase toute simple, tout le poids d’un tourment enfin dépassé, la lumière dont il parle, le bout du tunnel, il semble l’avoir trouvée, et pendant que tu es en sécurité dans cet habitacle, doucement, l’espoir renaît. Il a pris un dernier virage et quitté la route goudronnée. Le bruit du moteur se tait, et puis il n’y a plus que vos deux souffles. Profiter des petites choses, ces petits cadeaux que la vie fait, entre deux coups de sang. C’est ça son carburant. Au fond, c’est d’une logique implacable. Et voilà qu’en s’extirpant du véhicule, il te fait signe de venir saisir cette première occasion, profiter de la vue plongeante sur la ville endormie mais malgré tout encore illuminée qui s’offre à vos pieds, rien que pour vous. Tu sors à ton tour, dans la fraîcheur nocturne et tu respires à fond, tu t’emplis les poumons de cette pureté et ça te fait un bien fou, insoupçonné, revigorant. Pour la première fois depuis que vous avez démarré cette course, tu le regardes réellement, tu réalises qu’il ne doit pas être bien éloigné de toi en âge, et que malgré ça, il s’est forgé une armure solide. Tu ne dis rien, aucun mot ne te semble approprié pour qualifier cette sensation qu’il t’a fait redécouvrir. Pour une fois, tu profites simplement du moment présent, ce moment brut qui a sa propre beauté, sa propre force. – You seemed to have learned the hard way… Finis tu par dire, brisant le silence.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:55

Même hors de l'enclave de la voiture, il y a toujours, autour de vos deux corps dressés dans les ténèbres, cette bulle qui vous tient encore un peu à l'écart du monde qui vibre là-bas, à vos pieds. C'est un peu comme si vous étiez ailleurs, bienheureux oubliés des lumières de la ville. Comme si la nuit vous gardait des déceptions, des craintes, de toutes ces petites choses qui grignotent vos volontés et vos espoirs. Vous être à l'abri, sur votre piédestal, et l'air n'est plus pollué par les regards des autres, par les jugements et les contradictions. Si près et si loin du monde, tu apprécies la fraicheur qui envahit tes poumons, comme un souffle nouveau, la sensation de ne pas être étouffé par la force du quotidien. Ces instants hors du temps, ils sont aussi bénéfiques qu'ils sont cruels, parce qu'ils ont une fin, toujours, et le temps qui court entrainent toujours ceux qui espèrent lui échapper vers une chute plus douloureuse. Mais tu t'en fous, là, maintenant, tu as l'impression qui rien ne pourrait te blesser, tu en oublies presque l'homme qui a quitté le véhicule et se tient à quelques pas de toi. Tu ne te retournes pas vers lui, alors que tu désirais tellement apercevoir son visage tout au long du trajet, tu as cette sensation au fond de toi que ça pourrait briser quelque chose, quoi tu ne sais pas, mais maintenant qu'il est à portée de vue tu n'oses pas te tourner vers lui. Les mains dans les poches, tu t'appuies sur le capot, les yeux qui se baladent les lampadaires que tu prends, l'espace d'une seconde, pour des lucioles, un léger sourire au bord des lèvres. – You seemed to have learned the hard way… Sa voix éteint le silence et tu baisses le regard, déglutis difficilement alors que ces quelques mots réveillent en toi tous les souvenirs qui t'ont mené sur cette route, celle de l'incessant combat, pour ne pas te perdre, pour ne pas céder. - Aye... Tu ricanes mais s'étranglent dans ta gorge les vérités qui te font mal, ces choses que tu caches aussi bien à toi qu'aux autres, celles qui griffent et mordent, qui t'arrachent des larmes et des remords. Ces vérités qui t'ont forgé pourtant mais qui ne cessent de te blesser. Cette discussion, quelque fut son but originel, n'était pas censé s'orientée de cette façon. Tu es celui qui écoute, pas celui qui se confie. - Ripped away from my homeland, hated by my mother, betrayed by the ones I used to call my friends, pick the one you want.  Tu passes une main sur ton visage, comme pour te laver de ces révélations. Tu offres un rire à la nuit, secouant la tête pour en chasser les tristes pensées. Tu regagnes ton masque d'assurance et de désinvolture. - But eh, dinna feel sorry for me lad. That doesn't matter anymore. I'm one hell of a guy - and what's more, I'm incredibly handsome. Plaisantes-tu, balayant d'un revers de la main ce que tu n'aurais jamais voulu dire.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:57


Il a cette façon de surfer sur la vague, glisser sur les souvenirs qui font mal, presque en marchant sur la pointe des pieds pour ne pas s’y enfoncer. Tout est recouvert par le voile à la fois pudique et aussi un peu illusoire de l’humour, une anesthésie dont les effets ne peuvent pas être bien longs mais qui protège un peu malgré tout. Un rire. Celui qui efface tout, qui rince le goût amer. Tu souris. – That doesn’t matter anymore. Tu aimerais pouvoir dire la même chose. Tu voudrais aussi pouvoir croire qu’il pense réellement ces mots, mais ils ne s’estompent pas, ils rôdent dans ton esprit, ces quelques phrases si simples mais qui sont autant de cicatrices, fraîches, encore mal consolidées. T’as envie de demander pourquoi, comprendre pourquoi une mère pourrait détester son propre enfant, mais tu penses à ta mère à toi à qui tu n’as pas parlé depuis si longtemps et ça te coupe dans ton élan. Tu cherches à imaginer, en vain, mais ce silence semble avoir repris ses droits et tu n’as pas le cœur à le souiller à nouveau. En quelques secondes, il est redevenu celui qui conduisait en battant le rythme sur son volant, insouciant, hors de ce monde qui s’est assoupi à vos pieds. – I’m one hell of a guy… and what’s more, I’m incredibly handsome. Lance-t-il avec cette expression rieuse. Tu n’avais pas vraiment fait attention, tu n’as pas l’habitude de regarder les autres hommes dans la rue, ou ailleurs en fait, mais sa remarque a le don de te faire rire, sincèrement depuis un peu trop longtemps. Tu constates au passage, à la lueur diaphane de la lune, que ses traits sont assez fins et qu’il a un profil plutôt bien dessiné. – What stops you from going back ? Demandes-tu quand même, intrigué. – You seem the Kerouac type of guy, free, without ties…
Dans le ciel à peine voilé, quelques étoiles percent, timides, lointaines, un halo timide enveloppe la lune et donne à ce petit coin de tranquillité un aspect irréel. Tu te rends compte que t’as toujours ce bonnet en tricot dans les mains, tu joues avec le pom-pom, machinalement en te laissant bercer par la douceur de l’air nocturne. Tu n’as pas pris ta montre en sortant de chez toi,  tu n’as pas non plus spécialement soigné ton choix de vêtements ; cette virée n’était pas exactement prévue, elle t’es apparue comme une nécessité presque vitale. – How did you find this place ? Demandes-tu soudain. Tu ne sais pas vraiment où c’est, tu ne sauras sûrement pas revenir par toi-même, du moins pas de mémoire, mais le fait que ça soit un peu retiré te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:57

C'est une chose, de rire de tout, impossible selon certains, il faut des limites à la dérision, avant que cela ne devienne déraisonnable ou inconvenant, tu ris pourtant, de tout, comme une porte dérobée à ce qui peut te faire mal, ou simplement t'embarrasser. Tu ris parce que c'est ta façon à toi de ne pas pleurer. Tu ris parce que souvent, ça fait rire les autres aussi, et ça te réchauffe le cœur. On s'imagine que les gens qui rient tout le temps n'ont pas de bleus à l'âme, qu'il ne peut pas y avoir quelque chose de mauvais dans leur vie pour qu'ils aient toujours, accrochés au visage, ces sourires qui deviennent des réconforts, des points de repère, une force. On a tendance à oublier, et surtout toi, que derrière les plus beaux sourires se cachent les peines les plus profondes, celles qui ne cicatrisent pas bien, jamais vraiment. Celles dont suintent, sans cesse, l'amertume des échecs et des rejets. Et tu te bats sans même plus t'en rendre compte contre ce démon en dedans qui acère ses griffes sans répit sur les parois de tes souvenirs. – What stops you from going back ? Tu reviens violemment à la réalité alors qu'il brise le silence qui s'était de nouveau glissé entre vous. Tu souris à sa remarque. Tu as probablement tout d'un Dean Moriarty si ce n'est l'attrait qu'il pouvait aussi avoir pour les femmes. Tu as l'esprit libre et les peines qui le torturent, la soif de vivre et les blessures, l'impertinence et la violence, la poésie parfois. Mais même lui avait le cœur enchaîné. - I've got a pain in the ass twin sister who's overly fond of America. lances-tu en riant, avant que le ton de ta voix ne se fasse plus doux, portant avec lui toute la véracité et la force de ce qui te lie à Ella.   - Goin back without her wouldna make any sense.
Tu attrapes le paquet de cigarettes que tu avais glissé dans ta poche avant de quitter la voiture et en porte une à tes lèvres, encore une, tu n'es plus à une près ce soir, et ces demi-confidences sont parvenues à te mettre mal à l'aise, les rires ne masquent pas tout, tu as besoin d'occuper tes doigts avant que ceux-ci n'aillent taper nerveusement sur la carrosserie. - How did you find this place ? - A night like this one. When I was in the mood you are right now. Tu approches la flamme et tires sur la première bouffée. - Told ye ye weren't the only one lad. ajoutes-tu avec un sourire dans la voix, en écho aux mots qui ont résonné plus tôt dans le taxi. Pas certain qu'il soit autant fumeur que toi, tu te tournes pourtant vers lui pour lui tendre le paquet, et tu le vois vraiment, pour la première fois. - Holy shit.


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 16:58

T’as compris depuis bien longtemps que le rire est bien souvent une armure, une sorte de masque qu’on pose entre soi et le reste du monde, une séparation, pour ne pas se montrer sous un jour trop vulnérable. Tu t’en es rendu compte à plusieurs reprises, les plus grandes de tes idoles étaient souvent des personnes bien seules, des âmes écorchées, abîmées. Ton armure à toi, c’est la solitude, elle est ta meilleure alliée quand le soleil t’ignore ; tu l’aimes parce qu’elle absorbe tout, avec elle tu peux te laisser aller autant que tu veux, tu n’as pas à faire semblant que tout va bien, pas à sourire et à faire bonne figure. Pourtant, c’est une alliée un peu versatile, tantôt un havre, tantôt un puits sans fond, dont les parois te renvoient à tes démons, un écho pernicieux qui t’enferme et te noie. C’est curieux, cette atmosphère qui s’est installée, ce climat de révélations en filigrane, certaines anodines, d’autres beaucoup moins. Faire confiance n’a jamais été ton point fort, parler de toi encore moins, et pourtant, ce soir, ça te semble presque facile, même si tu restes tout de même sur tes gardes, ayant appris au fil des années, que la plus petite des anecdote lâchée pouvait se retrouver dans les tabloïds, amplifiée, déformée, et être la source de rumeurs parfois complètement folles.  – I’ve got a pain in the ass twin sister who’s overly fond of America. T’as jamais eu de sœur, du moins, pas de sœur jumelle, ni même réellement de sœur biologique, mais elle était tout comme, tu l’aimais comme si vous partagiez le même sang. – Goin back without her wouldna make any sense. Tu n’imagines pas vraiment la force du lien qui les unit, mais tu comprends un peu ce qu’il peut ressentir, rien qu’un peu. Et par cette simple phrase, les mauvais choix que t’as fait, te sautent au visage ; ça n’a pris que quelques secondes, mais il suffit de peu pour que ces erreurs, dont tu prends seulement maintenant la mesure pleine et entière, reviennent te hanter. Tu le regardes reprendre une cigarette, son geste trahissant malgré tout un certain malaise. Tes doigts triturent ce pauvre bonnet en tricot, le regard posé sur ce visage où se mêlent douceur, espièglerie et mélancolie. Vos regards se croisent pour la première fois depuis le début de cette escapade. – Holy shit. Tu fronces les sourcils, pas sûr d’avoir compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 19:57

Tu ne sais pas trop pourquoi, tu t'es laissé aller aux confidences, même vagues, elles sont suffisantes pour te frapper au cœur, pour te rappeler que, non, ta route n'a pas été des plus faciles et que tu continues à trébucher de temps à autre, malgré tes rires et tes boutades. Tu glisses sur quelque aspérité de ton existence et tu détournes les yeux pour ne pas avoir à contempler ce que tu as perdu, ce que tu ne prends plus la peine de saisir. Tu cours, tout le temps, tu ne t'attardes plus sur les détails qui pourraient te faire du mal, tu cours sans t'en rendre compte et c'est dans ces moments là, ces moments hors du temps, que tu te rends compte de ta course effrénée, lorsque tu te découvres à bout de souffle.
Tu ne parviens pas à intégrer l'ironie de la situation. Ni même le simple fait que Jay Swindlehurst soit devant toi. Tu n'arrives pas à associer ce nom, cette vision si impersonnelle de l'irréalité du monde de la télévision, et l'homme qui se trouve en face de toi. Il s'agit de deux personnes entièrement différentes. Tu as l'image de son personnage qui vient trotter à l'arrière de tes pensées, et tu essaies de la repousser, parce que tu n'aimes pas cet avatar, tu le méprises presque. Tu vois au-delà, n'est-ce pas ? Tu ne peux que voir au-delà, après les mots qui ont résonné dans l'espace feutré de ton taxi, ces mots offerts à la nuit, à vos seules consciences. Tes yeux restent fixés sur lui, au diable les convenances, tu assimiles, lentement, que cet homme vient de te livrer ses faiblesses, et tu ne comprends pas, tu ne peux pas mettre le doigt sur le pourquoi du comment de son errance. Comment, comment est-ce qu'un type comme lui peut être au plus bas ? Comment peut-il se sentir perdu comme tu as pu l'être quand toute l'Amérique lui tend les bras, quand des milliers de personnes regardent dans sa direction... sans le voir, lui, vraiment. Et tu reçois ça comme une claque. Tu fronces les sourcils, rassemblant les éléments de ta déduction en une seule réponse, cachée aux yeux de tous. Il est devenu un personnage. Plus que celui qu'il joue derrière l'écran, il est devenu quelqu'un qu'il n'est pas, pour tous ces autres qui ne jurent que par lui comme pour ceux qui le critiquent ou ceux qui, comme toi, se contentent d'en rire. Et tu te sens mal à l'aise, coupable, comme si tes moqueries récurrentes avaient pu, d'une façon ou d'une autre, faire partie de ces choses qui ajoutent à son malêtre. Tu tires une longue et nerveuse bouffée sur ta cigarette. Alors, tu choisis d'ignorer cet aspect, encore un peu, tu tentes de ne penser qu'à la voix sans t'encombrer des traits qui l'accompagnent, pour ne pas fausser ton jugement. Plus facile à dire qu'à faire. - Sorry lad, I wasna expecting, well, you. No offense.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 20:47

Tu le craignais, c’est bel et bien cette petite bulle, cette bouffée d’air frais qui vient de te filer entre les doigts, de t’exploser au visage. Tu ne pensais pas réellement que cette quiétude durerait indéfiniment, au fond de toi, tu savais pertinemment que  ce sentiment délicieux que tout va enfin s’arrêter de tourner, que l’image va devenir plus nette, moins sombre, allait finir par se dissiper comme la brume du matin. T’étais bien, pendant ces moments là, ces poignées d’heures où tu n’étais pas la vedette de série B, simplement toi-même, Jay. Tu hausses les épaules, feignant l’indifférence, mais l’atterrissage est brutal, et ton fardeau te semble encore plus lourd qu’avant, et ce n’est rien face à l’idée que le manège lugubre dans lequel tu t’es encore lancé, a encore deux belles années devant lui. Tu n’comprends pas pourquoi ce retour à la réalité te semble aussi cruel ; tu saisis, intuitivement, sans vraiment en prendre conscience, que pour une fois depuis trop longtemps, t’étais juste bien en compagnie de quelqu’un mais apparemment, le prix à payer est la fugacité de cette évasion. Il ne se passe rien, ni lui ni toi ne parlez, pour dire quoi de toute façon… Tu te dis que finalement c’est aussi bien que ce silence continue de s’insinuer dans cette atmosphère déjà bien alourdie. Tu te rends bien compte qu’en fait, la cause de tout ça, tes propres chaînes viennent de toi. Si t’étais resté dans l’anonymat, les choses seraient sans doute bien différentes. T’as réalisé ton rêve, t’es entré dans ce monde à paillettes du « show-biz » mais ce qui te paraissait d’or, s’est changé en boue et tu comprends maintenant ces mots qui t’ont toujours paru mystérieux, presque esotériques ‘be careful what you wish for’.  – Sorry lad, I wasna expecting, well, you. No offence. – That’s okay… lances-tu dans un souffle. – I should have seen that coming. Ta voix s’éteint, enlisant les dernières syllabes de cette phrase qui tue. Tu n’sais pas comment faire face, comment rebondir sur tout ce qui s’est passé, sur ce que t’as pu dire, sans vouloir trop en dire à la fois. Tu voudrais pouvoir rembobiner, récupérer tes mots, ces aveux qui t’ont allégé le cœur l’espace de quelques instants, mais tu ne peux pas. Alors tu retrouves ta vieille, insidieuse amie, celle qui te donne l’illusion du contrôle, d’un semblant d’auto-préservation. – I’m sure all those gutter will be delighted to hear what you heard earlier. But you might as well get the complete story. Big titles, for sure. And for a good price. Ça n'serait pas la première fois... Mais tu ne sembles pas retenir, que tout, absolument tout est objet de rumeur, ragot. Tu deviens mauvais, cassant, la meilleure défense c’est l’attaque après tout. – Exclusive. TV Diva Jay Swindlehurst feeling sorry for himself. Achèves-tu, singeant le ton du reporter frétillant après avoir pêché son scoop.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 9 Jan - 21:40

Tu le vois qui se décompose sous tes yeux, à mesure qu'il réalise que tu l'as reconnu. Et tu le vois se vêtir du costume de l'homme qu'il n'est pas, cet homme qu'il montre à la face du monde. Tu le vois qui se renferme, qui rompt ce qui - l'espace de quelques heures - avait pris place entre vous et semblait presque irréel. Tu regrettes de t'être tourné vers lui. Tu te maudis de ce simple geste parce que l'unicité de l'instant s'est envolé et il n'y a rien que tu puisses faire pour le rattraper, pour te rattraper. Tu giflerais bien ta propension à avoir la langue plus rapide que tes pensées. Avant que d'autres mots ne franchissent la barrière de tes lèvres, tu constates que le mal est fait, qu'il s'est braqué, et que l'amertume qui perce dans sa voix n'a plus la même saveur que la tristesse qui l'étranglait lorsqu'il est monté dans ton taxi. - I should have seen that coming. Tu le regardes, ébahi par une telle résignation. Tu voudrais lui dire que tu t'en fous, que ça n'a été que l'effet de surprise, après tout ce n'est pas souvent que tu croises une célébrité, et encore moins souvent que tu abandonnes tes insécurités à d'autres. Tu voudrais lui taper sur l'épaule en riant, donnant à la nuit une autre plaisanterie douteuse à méditer. Tu entrouvres la bouche mais tu es saisi aux tripes par l'écœurement qui se joint à l'âcreté. - I’m sure all those gutter will be delighted to hear what you heard earlier. But you might as well get the complete story. Big titles, for sure. And for a good price. Une certaine colère gronde là, en dedans, quand tu comprends qu'il fait un amalgame qui te déplait, te considérant comme n'importe qui, comme un gars prêt à s'assoir sur la dignité des autres. Ton sang ne fait qu'un tour, parce que tu es beaucoup de choses mais surement pas le genre de personne à t'enrichir sur le dos des autres. - Exclusive. TV Diva Jay Swindlehurst feeling sorry for himself. Tu aurais bu davantage ce soir que ton poing se serait déjà abattu sur son visage, aussi séduisant - et insupportable - soit-il.   - Oi superstar ! Are you seriously taking me for one of those guys who lives off the misfortune of others ? Et tu ris, parce que c'est ce que tu fais lorsqu'une situation t'échappe ou qu'elle te parait complètement surréaliste. - You sure as hell are acting like a diva now. Tu es bluffé par la rapidité avec laquelle il s'est transformé, par la violence avec laquelle son mécanisme de défense s'est manifesté. Tu tournes ton regard sur la ville en contrebas, abasourdi, te demandant comme la personne qui s'est confiée à toi et Jay peuvent être la même. Ta colère file aussi soudainement qu'elle est apparue alors que tu tentes de se mettre à sa place. Combien de fois a-t-il offert sa confiance pour être mieux dépouillé par ceux qui ne se nourrissent que de l'existence des autres, ces sangsues qui ne vivent que par procuration, qu'en grignotant une part de ce qui ne leur appartient pas. Tu te sens terriblement désolé pour lui. Tu réalises que tu as jeté ta lucky alors tu l'écrases sous un talon rageur avant de prendre une grande inspiration. Tu retournes toute ton attention vers lui. Il y a toujours du ressentiment dans le fond de ta voix, tu n'aimes pas qu'on te prenne pour ce que tu n'es pas, mais tu essaies de peser tes mots, d'étouffer l'étincelle avant qu'elle ne provoque un incendie.   - I ain't gonna tell anyone. I don't give a damn about who ye are, I mean, I give a damn about the lad that was sittin in my cab, not about the guy I zap the face on the telly. 

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Sam 10 Jan - 18:07

Tu perçois sa colère, le ton piquant et acide sur lequel il te fait remarquer qu’il ne mange pas de ce pain là, que tu t’es planté sur son compte si tu l’avais pris pour un de ces vautours, qui serait prêt à vendre père et mère pour une poignée de dollars. Et puis ce rire, encore une fois, qui masque tout, qui amortit, tant bien que mal. Tu te retournes vers lui et tu constates que son regard semble appuyer ses propos, et d’un seul coup, tu te sens con de t’être emporté ainsi alors que son étonnement n’avait rien d’une attaque. Toi aussi, à sa place, t’aurais sans doute réagi comme ça. Pourtant, y’a toujours ce tourbillon en toi, dans tes entrailles, celui qui s’éveille à chaque fois que t’es sous le feu des projecteurs, à chaque sourire que tu présentes et qui sonne chaque jour un peu plus faux, sans que personne ne le remarque. T’as contenu trop longtemps cette tornade dévastatrice, ces effets secondaires en quelque sorte de la notoriété, dont personne ne dit rien mais qui sont là, tapis dans l’ombre. Ce soir, la digue a cédé. Il aura suffi d’un presque rien, mais ce presque rien était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. – You sure as hell are acting like diva now. Cette phrase toute simple t’a immédiatement empêché d’en rajouter une couche. C’est étonnant l’effet de ces quelques mots balancés aussi facilement, alors que tu sais pertinemment que bien des gens autour de toi les pensent mais ne les ont jamais prononcés. Personne ne t’avait réellement remis à ta place, parlé comme à une personne lambda et encore une fois, c’est lui qui réussit où ils ont tous échoué, à commencer par Sarah qui prend ta défense à la moindre occasion et cherche des excuses à toutes les horreurs que tu peux faire ou dire. C’est vrai, tu prends un malin plaisir à jouer les divas capricieuses et bouffies d’autosuffisance, parce que c’est le seul moyen que t’as trouvé pour que le reste du monde t’oublie un peu. – Haven’t you heard ? I’m hollywood’s unbearable spoiled kid. Lances-tu avec l’amusement d’un gamin très fier de sa dernière frasque, insolent à souhait. Dans le fond, t’es pas si différent d’un ado qui enchaîne les petits délits pour qu’on s’intéresse à lui, qu’on l’écoute sauf que toi, tu veux juste qu’on te foute la paix, ne plus voir tes faits et gestes disséqués et commentés, mais apparemment c’est trop demander et tu n’arrives pas à t’y faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Ven 16 Jan - 21:11

Dis, tu les connais toi, les mots qui apaisent ? Ceux qui frappent au bon endroit, qui redonnent un peu d'espoir. Tu les connais ? Ces mots que tu as tant voulu entendre, que tu as tant voulu qu'on te murmure. Peut-être que tu les sais sans vraiment les saisir, qu'ils sont cachés là, tapis quelque part dans ton esprit, dans l'attente désespérée de les entendre un jour. Les mots que tu veux qu'on te dise. Et ceux qui pourraient lui plaire, à lui, qui pourraient lui ôter cette peine qu'il a au fond des yeux. Ils sont là, sur le bout de ta langue, capricieux, ils refusent de se former et les sons restent coincés dans ta gorge. Tu ne veux pas changer l'image que tu avais commencé à te faire de lui, dans la pénombre. Tu veux ne pas penser à ce faciès que tu as vu si souvent mais que tu connais pourtant si peu. Tu ne rencontres que ton propre silence et l'expression de suffisance qui rompt avec le charme de cette voix abandonnée aux confidences. Les mots qui réconfortent, tu les ravales. Un gosse gâté ? Tu ricanes, encore, et réfrène la furieuse envie de lui coller ton poing dans la figure. C'est le genre de mec à porter plainte si on abîme son outil de travail, non ? Il ne ressemble pas à un gamin insupportable, pour toi il a juste l'air d'un gamin un peu perdu qui se débat avec des démons. Des démons qu'il est fatigué de combattre. - Aye I 'eard. You sound just like a kid. Des démons déguisés en menteurs, en êtres peu scrupuleux, prêts à décortiquer sa vie pour en faire un spectacle, quitte à le détruire au passage. - Dressed in a grown man suit. Tu craches ta pitié avec le reste de colère qu'il te reste, accrochant le regard de Jay, dont la silhouette se dessine de mieux en mieux sous la lumière de la lune. Cette foutue lune qui t'a offert son visage pour mieux te l'enlever. Tu jettes à l'astre un regard mauvais, lui en voulant d'avoir éclairé un peu trop ce recoin du monde, tu aurais donné n'importe quoi pour une nuit noire, finalement, pour que l'instant se poursuive, que vos timides aveux se rencontrent encore un peu dans la quiétude des commencements. - From where I stand, ye're just being exactly what they want ye to be. That's the tragedy I see. Lances-tu en accompagnant ton constat d'un geste de la main en sa direction. Tu ouvres la portière de ton taxi et initie un mouvement pour reprendre ta place puis tu suspends ton action, retournant ton attention vers lui. - D'ye want a ride home superstar ? or ye'd rather walk ?

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Mar 27 Jan - 20:22
Ton regard s’est perdu, dans l’immensité bleue, presque noirâtre du Pacifique qui s’étend, un peu plus loin dans l’horizon. – You sound just like a kid. Il te lance ces mots très simples, ceux que n’importe qui aurait dit si t’étais resté un citoyen lambda, si t’avais pas cette aura un peu malsaine qui vient avec la célébrité et qui fait que dans l’esprit des gens, t’es un peu au dessus du commun des mortels. Grotesque.  T’en a joué maintes et maintes fois de cette gloire, profitant d’avoir été propulsé au sommet sans avoir réellement le temps de t’en rendre compte. Ce soir, t’aimerais juste être un mec parmi tant d’autres. Ça avait bien commencé, t’avais retrouvé ce goût si doux de l’anonymat derrière le voile obscur de la nuit, mais la lune avait fini par t’enlever cette sensation longtemps oubliée. – Dressed in a grown man suit. La pitié suinte dans ses paroles et ça te dégoûte, ça se voit sur ton visage, c’est comme si tu venais d’avaler un médoc très amer, tu grimaces. – I don’t need your pity. Le problème, c’est que tu sais plus vraiment ce dont t’as besoin, peut-être juste d’être loin de tout ça, loin des projecteurs, loin de tout ce qui s’y rapporte. Partir. C’est peut-être ça la solution en fait, et tu te dis que tout serait tellement plus simple. Vivre caché pour vivre heureux. Tu ne sais plus. Les certitudes t’ont tourné le dos, comme une partie du public qui pourtant suit avidement les aventures aussi romanesques que pathétiques de ton personnage. Les mêmes qui fantasment sur ton couple supposé avec Sarah, et te reprochent, tu le sais, de ne pas être plus attentionné, plus prévenant à son égard. Ils savent mieux que toi ce que tu devrais faire, semble-t-il. Quand as tu laissé cette spirale t’enfermer ? Tu ne sais pas répondre à cette question informulée. – ye’re just being exactly what they want you to be. That’s the tragedy I see. Y’a de la vérité dans ces propos, mais tu sais que c’est plus compliqué que ça. – Not exactly. Tu n’sais pas pourquoi tu réponds, pourquoi tu nourris cette conversation plus que surréaliste. Il esquisse un mouvement, envisage le retour. Home. Un mot qui te semble bien étrange à présent, bien vide. Cette villa aurait de quoi faire des envieux, comme la plupart des belles demeures de la cité des anges, mais tu n’y vois que des murs, un toit et pas d’âme ; rien qui donne envie de s’y retrouver. – Mind if I drive ?  Lances-tu en guise de réponse, sans vraiment savoir pourquoi t’as dis ça, peut-être parce que tu oses encore espérer que fixer ton attention sur la route t’empêchera de penser. Un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    Mar 3 Fév - 2:02
- It's nae pity. Certainement pas. Plutôt de la compassion. Parce que tu le comprends, parce que tu vois dans son visage que ce n'est pas une souffrance passagère, qu'elle est ancrée en lui, trop profondément pour qu'il puisse s'en défaire, pas comme ça, pas sans emprunter un long chemin, semé d'embûches. Tu te demandes s'il a seulement envie de prendre cette route tortueuse, s'il ne préfère pas se complaire dans des illusions, quand les nuits d'errance sont terminées, quand il ose faire face à ses démons pour quelques heures, a-t-il seulement le courage de les regarder dans les yeux lorsque le jour se lève ? Tu n'as pas pitié de lui, non, tu compatis. Parce que tu as connu le doute, l'égarement, la douce et trompeuse possibilité de rester les bras baissés. La pitié est cruelle, elle n'est que le reflet d'un instant, une empathie éphémère, le genre que ses fans peuvent ressentir pour les mésaventures de son personnage.
- Mind if I drive ? - Ye do actually drive ? Don't ye have minions t' drive ye anywhere ye want tae go ? Tu ris, ta nature moqueuse et légère ayant facilement repris le dessus sur la tristesse des évènements, ce commencement brisé dans sa lancée, ces révélations aussi précieuses que gâchées, et ces instants tachés par la méfiance et la soudaine barrière qu'il a dressée entre vous. Tu mords ta lèvre. - Tha mi duilich. I mean, 'm sorry, couldna help it. Here's the key superstar, don't ye scratch my cab. Tu lui lances les clés, sans pouvoir ôter ce rictus rieur de ton visage, faisant le tour de la voiture pour aller t'installer côté passager.
Le silence s'est emparé de l'habitacle, l'air encore lourd des mots qui y ont résonné. Tu regardes la route, l'asphalte qu'éclaire la lumière des phares et autour de ça les ténèbres, impénétrables, avant que la ville ne se dessine à nouveau. Sans que tu ne t'en rendes vraiment compte, ton regard a glissé vers lui, d'abord sur ses mains qui tiennent fermement le volant, comme pour s'accrocher à quelque chose, puis tes yeux s'aventurent sur son visage. Tu te surprends à le trouver beau. Pas que tu ne l'avais jamais trouvé séduisant, tu le reconnaissais volontiers tout en critiquant sa série. Tu le trouves beau, simplement, avec les ombres qui jouent sur ses traits non déguisés sous les artifices de la télévision. Tu le trouves beau, dans son humanité troublante. Tu ne parles pas parce qu'il n'y a rien à dire, il n'y a plus rien à dire, maintenant qu'il a balayé l'infime confiance qu'il a eu en toi l'espace de quelques heures, alors que tu ne savais pas qui il était. Tu ne sais toujours pas, au fond, qui il est vraiment. Tu as pu poser un nom sur son visage mais tu ne parviens pas à l'associer avec ses mots. Comme si deux personnes s'étaient succédées dans ton taxi sans que tu ne le réalises. Tu reportes ton attention sur l'extérieur quand il commence à ralentir, et comprends que vous êtes arrivés à destination.  
Tu fermes ta veste en cuir alors que l'heure la plus froide de la nuit se rappelle à toi pendant que tu rejoins ta place derrière le volant. Avant qu'il ne disparaisse avec les ténèbres qui garderont cette nuit, tu ouvres la fenêtre. - Eh superstar ! If ye ever need a midnight ride tae anywhere, the name's McCreary. Ye ken where t' find me. Dis-tu en tapotant sur l'insigne de la compagnie de taxi collée sur ta portière. Tu lui adresses un dernier sourire et allume le contact, quittant les beaux quartiers résidentiels et leur plénitude pour rejoindre les rues encore animées de la cité des Anges. Au loin, un arc de feu naît sur l'horizon. La nuit, cette nuit, s'en va, mais ton sourire ne s'efface pas.



to be continued...


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: buckle up, superstar (jay)    
Revenir en haut Aller en bas

buckle up, superstar (jay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Pacific Palisades
-