AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Lussandra • nobody but you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Lussandra • nobody but you   Mar 7 Avr - 16:29
Cassy & Lucas

for the lies that i take, i'm going to hell!

Elle balança ses clés et son sac de rage, violemment, sur le sol et alla directement dans sa chambre, claquant la porte. Rapidement, elle entendit toquer. « Cassy, ça va ? Qu'est-ce qui se passe ? » Sa colocataire et meilleure amie était là, si elle l'avait su, elle n'aurait pas réagi aussi mal... « Non rien ça va... Un souci avec la voiture comme toujours, je vais me coucher, bonne nuit. » Elle n'avait pas envie de la faire entrer, elle était au bord des larmes et elle savait que si elle entrait, elle allait vite se rendre compte que ça ne va pas et elle voudrait savoir le pourquoi du comment. Cassy n'avait aucune envie de parler et encore moins de pleurer dans les bras de sa meilleure amie comme une étudiante naïve, ce qu'elle était mais bon. « Ok... Je dois filer moi, j'ai un rendez-vous, bonne nuit alors. » Sa meilleure amie avait un nouveau rencard tous les soirs, rien de nouveau sous le soleil. Ce soir, alors qu'elle devait passer une superbe soirée avec Lucas, il avait dû s'en aller au bureau quelques instants, une sombre histoire d'article. Bref, rien de grave jusque là, sauf qu'entre deux, la soeur de Lucas, répondant au doux nom de Lexie, était arrivée et dire qu'elle s'en était prise plein la tête était encore un euphémisme ! Bref, ça lui avait coupé toute envie de faire connaissance avec la famille de Lucas, c'était clair et net. Bien sûr, elle avait appelé le beau brun, et il devait sans doute être chez lui là, mais elle n'avait pas eu la patience d'attendre qu'il arrive, et surtout, si elle ne partait pas, elle fondait en larmes devant cette garce et ça, c'était inconcevable. Elle aurait été trop contente, d'ailleurs, le fait qu'elle ait fuit, devait déjà la faire jubiler. Son téléphone la sortie de ses pensées, le nom de Lucas s'afficha sur l'écran, elle raccrocha tout de suite, n'ayant aucune envie de lui adresser la parole, d'ailleurs, elle coupa son téléphone.

Elle décida d'aller prendre une douche, se mettre en pyjama et de s'affaler devant la télé, comme une larve. Elle serait incapable de dormir tout de suite de toute façon, elle pensait à trop de choses, à Lucas, leur relation ou leur non relation, elle ne savait plus trop, enfin elle pensait surtout aux horreurs que lui avait balancé Cruella. La belle prit donc une longue douche, puis enfila ses dessous . Mais alors qu'elle terminait de se sécher les cheveux, elle entendit sonner. Qui pouvait bien sonner à cette heure-ci ? Sa coloc avait-elle oublié ses clés ? C'est bien possible, ce ne serait pas la première fois, mais elle était partie il y a seulement une grosse demi-heure ou alors elle était revenue justement parce qu'elle s'était rendu compte de son oubli, ça devait être ça ! Elle soupira, rangea son sèche-cheveux, et alla ouvrir la porte, oui en sous-vêtements, elle n'avait aucun complexe avec sa coloc. Son visage se décomposa en voyant, là, sur le pas de sa porte, Lucas. « Qu'est-ce que tu fous là ? T'es pas avec Cruella ? Enfin, je veux dire ton adorable soeur... » Evidemment, sa dernière phrase était ironique, elle se cacha un peu avec la porte d'entrée, venant de se rendre compte être à moitié à poil, mais en même temps, si quelqu'un connaissait son corps par coeur, c'était lui non ? Puis elle ajouta : « Puis si je n'ai pas décroché mon téléphone, c'est que je ne voulais pas te parler, donc merci et au revoir. Ah pardon, tu voulais peut-être me sauter ? Parce que, visiblement, je ne sers qu'à ça, dixit ta soeur. » Au fond, elle savait bien qu'il n'y était pour rien s'il avait une soeur psychopathe, mais dans un sens, si elle agissait comme ça, c'est qu'il ne lui avait jamais mis de stop, parce que, visiblement, elle n'était pas la première à subir le courroux de sa chère et tendre jumelle. En plus, elle ne voulait pas qu'il entre, elle savait qu'elle n'avait aucune volonté face à lui, il la faisait craquer en deux secondes, donc tant qu'il était à l'extérieur de l'appartement, c'était plus facile pour elle de rester concentrer.
made by LUMOS MAXIMA


Spoiler:
 

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Ven 10 Avr - 0:41
Ce weekend s’annonçait très bon puisque Lucas avait invité Cassandra à le passer avec lui. Oui, entre eux c’était de plus en plus sérieux, et ce genre de weekend en tête à tête en était la preuve. Dans des moments pareils, ils pouvaient être eux-mêmes et en même temps voir si une future relation était envisageable lorsque la jolie brune aurait terminé son stage. Du coup Lucas avait prétexté auprès de sa sœur un déplacement pour le boulot afin qu’elle s’occupe de Lily. Bon bien sûr elle se serait occupée de Lily sans le mensonge, mais elle l’aurait soulé comme il y a un mois lorsqu’il avait demandé qu’elle joue les baby-sitter une soirée pour la passer avec Cassy. Donc là, il avait eu envie d’éviter les prises de tête et les morales pour trois fois rien… Oui elle s’imaginait déjà son frère se marier, faire des enfants pour se faire larguer… Enfin bref, alors qu’il était avec Cassy, il avait finalement dû s’absenter pour régler une urgence sur un article au bureau. Et c’est là que son weekend s’effondra. En effet, Cassandra l’appelait en disant que Lexie était devant elle. Aie ! ça puait la merde, et connaissant Lexie elle allait s’en donner à cœur joie pour être désagréable avec Cassandra, surtout en l’absence de son frère c’était encore plus facile pour elle. Lucas décida donc de vite rentrer après avoir réglé son problème, mais en arrivant chez lui, il n’y avait plus aucune voiture dans la cour de sa maison. En jetant un coup d’œil à sa montre, il se disait que Lexie était repartie chercher Lily à la danse, au moins ça lui évitait une prise de tête monumentale ce soir. Il l’aurait plus tard il n’en doutait pas ! Quand à Cassandra, elle n’était plus là non plus, et il ne comprenait pas trop. Qu’avait pu lui dire Lexie pour la faire fuir ? Putain ce côté protecteur, personne n’approche de mon frère, ça le soulait ! Il appela la demoiselle, et après une seule sonnerie il se retrouva sur son répondeur. Génial, elle partait sans prévenir, et elle ne répondait pas à son appel. Il réessaya, et là il tombait directement sur le répondeur. Vraiment ? Elle avait éteint son téléphone ? Il se mit à soupirer longuement avant de se décider qu’il allait se rendre chez elle. Coloc’ ou pas, il s’en foutait, elle n’allait pas l’esquiver tout le weekend sans la moindre explication quand même ?!

Une quinzaine de minutes plus tard, Lucas arriva devant chez elle et sonna à la porte, espérant que la demoiselle était chez elle. Et bingo ! Elle ouvrit la porte, mais ce qui le surprenait, c’était qu’elle le fasse en sous-vêtements. Enfin ce n’était pas du tout désagréable, bien au contraire. Il prenait plaisir à voir sa jolie brune dans cette petite tenue, et il n’eut pas le temps d’en placer une qu’elle commençait déjà à lui faire des reproches. Sympa de s’en prendre plein la tête sans savoir réellement pourquoi et surtout ce qu’avait pu dire Lexie. En effet, en se cachant un peu derrière sa porte, elle lui demandait ce qu’il foutait ici, et qualifiait sa sœur de Cruella, juste avant d’ironiser sur cette dernière. Ok, donc c’était bien Lexie qui avait tout ruiné, mais ça il s’en doutait bien. Néanmoins il ne rentra pas dans son jeu à s’énerver ou être désagréable et répondit plutôt gentiment : « Te cache pas derrière la porte, je t’ai déjà vu dans une tenue encore plus légère que ça… Enfin je suis là parce que j’aimerais savoir pourquoi tu m’appelles et que tu pars ensuite ? Je me doute que Lexie n’a pas été tendre avec toi… » mais ce n’était que le début… En effet, elle lui expliqua que si elle n’avait pas répondu au téléphone c’est parce qu’elle n’en avait pas envie, qu’elle ne voulait pas le voir ou lui parler donc qu’il pouvait en gros rentrer chez lui. Néanmoins, elle ajoutait que peut être qu’il voulait la sauter, d’où sa venue ici ce soir, puisque d’après sa sœur jumelle, Cassandra ne lui servait qu’à ça… Il roula des yeux, et joua les ignares pour commencer : « Ah bah je ne sais pas, je me suis dit que peut-être tu n’avais juste plus de batterie vu que je tombais directement sur le répondeur. Tu vas pas me laisser repartir sans m’avoir parlé quand même ? » Oui, il essayait de l’avoir par les sentiments, en étant gentil, avec un petit sourire. IL savait que partir dans les tours ne ferait qu’empirer la situation. Puis il redevint plus sérieux sur la dernière phrase de Cassy pour lui répondre : « Donc tu vas croire toutes les conneries de ma sœur ? Elle sait rien de notre relation, pas même ton prénom… Donc écouter ses conneries c’est pas la meilleure idée… » Puis après un léger blanc, il rajouta : « Enfin tu veux vraiment qu’on parle de tout ça sur le pas de la porte et faire profiter tes voisins ? Ou tu me laisses entrer qu’on puisse être un peu plus en privé tous les deux ? » Bien entendu, son but était de savoir ce qu’il s’était passé, et surtout pourquoi pas passer leur weekend ensemble comme c’était prévu, espérant que Lexie n’ait pas réussi à foutre sa merde comme toujours…

Spoiler:
 

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Ven 10 Avr - 17:03
Si elle s'attendait à ça ! En ouvrant la porte, elle découvrit Lucas, il s'était déplacé, sans doute parce qu'elle ne voulait pas répondre au téléphone, au final, sa pétasse de soeur avait sans doute tort... Oui, il tenait à elle, sinon il n'aurait pas prit la peine de venir jusqu'ici. Sauf s'il avait une très grosse envie de se la taper, mais bon, il aimait le sexe, mais il n'était pas pervers à ce point... Enfin, elle n'espérait pas... Enfin, inutile de dire qu'elle était aux anges qu'il se soit déplacé là pour ses beaux yeux, mais évidemment, c'était une joie intérieure, car pour l'instant, elle l'attaquait ouvertement. Oui, elle était contente de le voir là, mais la jolie brune était encore en colère, elle s'en était prise plein la tronche par son adorable (ou pas) soeur et elle n'avait pas oublié ça, en voyant le beau visage de son homme. Enfin, "son" pas vraiment, de l'homme qui la baisait on va dire. La première chose qu'elle voulait savoir, c'est ce qu'il fichait ici, ajoutant qu'il n'était donc pas avec Cruella. Cruella était le surnom officiel que Cassy avait donné à Lexie, ça lui allait comme un gant et visiblement, cette grande blonde cinglée appréciait le surnom... Quand je dis qu'elle n'était pas nette ! La première chose qui lui disait était de ne pas se cacher derrière la porte, c'est vrai qu'elle était en sous-vêtements, mais pour sa défense, elle était certaine que c'était sa meilleure amie, donc bon... Il disait donc l'avoir déjà vu dans des tenues plus légères, oui, carrément à poil même... La questionnant ensuite de sa fuite, en se doutant bien que Lexie n'avait pas été tendre. Ah ben ça, il avait mis dans le mil ! Elle ouvrit donc complètement la porte, espérant qu'un voisin ne passe pas par là et elle dit : « Dis le si tu veux mater... Je suis partie parce que sinon, j'enfonçais un couteau entre les deux yeux de la fille avec qui tu as des gènes en commun ! Tendre avec moi ? TENDRE ?!!!!!!!!! Mais Hannibal Lecter c'est rien à côté de ta soeur ! Cette fille est cinglée, désolé de te le dire. » Et encore, c'était gentil... Le pire ? Elle semblait en être fière l'autre ! Fière d'être une folle possessive.

Cassy lui disait ensuite que si, elle n'avait pas répondu au téléphone, il y avait une raison, elle ne voulait ni lui parler, ni le voir et donc... Il connaissait le chemin. Cela dit, elle ajouta qu'il avait peut-être envie de baiser comme visiblement, il ne pensait qu'à ça... Dans un premier temps, il fit semblant de rien, disant qu'il pensait qu'elle n'avait peut-être plus de batterie, c'est vrai que les chargeurs, ça n'existe pas hein ! Avant de lui demander si elle allait le laisser repartir sans lui avoir parlé, avec son petit sourire charmeur, franchement, comment elle pouvait résister à ce mec ? Elle mettait n'importe quelle fille au défi de dire non à ce gars, impossible. La belle brune roula des yeux en soupirant, sans répondre, ni oui, ni non, jouons là stratégique pour l'instant... Il lui demandait si elle allait croire toutes les conneries de Lexie, disant qu'elle ne savait absolument rien de leur relation, même pas son prénom, donc écouter ce qu'elle disait, n'était pas une bonne idée. Sur ce coup-là, il marquait un point, mais d'un autre côté, c'était sa jumelle et elle était censée le connaître mieux que quiconque non ? Compliqué comme situation. « Est-ce que c'est vraiment des conneries ? Si elle ne sait rien, c'est que tu ne lui as rien dit et si tu ne lui parles pas de moi c'est qu'au final, je ne suis pas si importante ou que tu as honte de moi. » Question de logique non ? Cela dit, ils en avaient déjà discuté, c'était compliqué tant qu'elle était sa stagiaire, mais bientôt, ils devraient faire face, l'un comme l'autre à leur relation. Finalement, Lucas lui demanda si elle voulait vraiment parler de tout ça sur le pas de la porte et en faire profiter les voisins ou alors, elle pouvait le laisser entrer. La jeune femme mordilla sa lèvre, hésitante, puis se poussa pour le laisser entrer. Une fois chez elle, elle referma la porte en disant : « Seulement pour parler... Tu peux aller à la cuisine, sers-toi un verre ou pas, tu fais comme tu veux... J'arrive, je vais enfiler quelque chose. » Elle n'était pas forcément gênée, mais elle n'avait pas envie que la conversation tourne court parce qu'il a trop envie d'elle et comme elle était incapable de lui dire non... Elle se rendit dans sa chambre et enfila une chemise, puis rejoignit Lucas dans la cuisine.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Sam 11 Avr - 0:28
Et bien si Cassandra avait décidé de ne pas répondre au téléphone, en tout cas elle répondait lorsque l’on sonnait à sa porte, c’était peut-être un bon début non ? Enfin cela dit, lorsqu’elle ouvra la porte en lingerie, il se demandait quand même la raison de cette tenue. Bah oui, savait-elle que c’était lui derrière la porte et elle voulait donc l’allumer un peu ? Attendait-elle quelqu’un d’autre ? Ou était-elle du genre à ouvrir si tard à n’importe qui en petite tenue ? il n’en avait aucune idée, même s’il se doutait qu’elle n’attendait personne en particulier. La preuve, elle était même surprise de voir son patron ici devant sa porte, venant sans la prévenir. Quoi que, techniquement il lui avait laissé un message en lui disant que si elle ne rallumait pas son téléphone il allait venir, mais vu qu’elle daignait laisser son téléphone éteint, elle n’avait pas entendu le message, et par conséquent ne s’attendait pas du tout à voir Lucas devant sa porte. En guise d’accueil, il se prit la mauvaise humeur de la jolie brune à la tête puisqu’elle lui demandait ce qu’il foutait là, ajoutant qu’elle le pensait avec Cruella, autrement dit sa sœur. Oh oui, il se doutait bien avec ce surnom que Lexie avait été infecte avec Cassy en la trouvant chez son frère jumeau. Néanmoins en l’agressant, elle se cachait derrière la porte, comme si elle était gênée que Lucas la voie dans cette tenue. IL l’avait déjà vu dans cette tenue, dans de la lingerie encore plus sexy, et même nue ! Donc il plaisantait en disant qu’elle ne devait pas être gênée face à lui, avant de lui dire que s’il était là c’était pour savoir ce qu’il s’était passé avec Lexie pour qu’elle parte avant son retour, se doutant que sa jumelle n’avait pas été tendre avec la demoiselle. Elle ouvrit donc la porte, ne se cachant plus derrière, disant qu’il pouvait le dire s’il voulait mater. Il se mordit la lèvre en l’observant de bas en haut et il répondit un petit sourire aux lèvres : « C’est pas un secret que j’adore te mater… T’es bien mieux sans cette porte devant toi… » Puis elle se lança, lui disant qu’elle était partie avant de planter un couteau à Lexie, disant que cette fille était pire qu’Hannibal Lecter et qu’elle était désolée de lui dire que sa sœur était une cinglée. Il rangea son sourire, ou plutôt lui en fit un, mais compatissant, pour essayer de la calmer : « Ok… Je vois bien qu’elle t’as mis dans un état de nerfs. Je ne sais pas ce qu’elle a dit, ce qu’elle a fait, mais elle a voulu te faire peur, t’éloigner de moi parce que je te l’ai déjà dit, elle ne supporte pas une femme proche de moi… Je te rassure, elle parle beaucoup, mais elle ne t’aurait rien fais. » Bah oui, son but était de la faire fuir, pas de la tuer ou la blesser. Il connaissait bien sa sœur, et la menace elle excelle, les mettre à exécution, nettement moins douée la blonde…

Enfin Cassy ne semblait pas détendue pour autant, la preuve, elle lui disait clairement que si elle n’avait pas décroché son téléphone, c’était parce qu’elle n’avait aucune envie de lui parler, donc qu’il pouvait s’en aller. Really ? Il se déplaçait pour elle, il lui montrait que ça le faisait chier de pas passer le weekend avec elle, et tout ce qu’elle trouvait à faire c’était l’envoyer chier ? Pire encore, elle venait lui dire qu’il était peut-être ici simplement pour baiser un bon coup. C’était bien du Lexie ça… Il lui demanda donc si elle allait vraiment croire toutes les conneries qu’avait dû lui sortir sa sœur ce soir, surtout qu’elle ne savait rien d’eux deux. Il la jouait calme pour le moment, mais pas sûr que ça dure. Il tentait juste la manière douce d’abord… Il demanda donc avec son plus joli sourire si elle allait le laisser partir sans lui parler, et c’était une victoire ce soupire sans réponse. Clairement si elle avait voulu qu’il parte elle l’aurait dit, mais la fierté de Cassy l’empêchait aussi de dire à son patron qu’elle voulait qu’il reste. Elle lui demanda donc si ce que sa sœur lui avait dit c’était réellement des conneries, car si elle ne savait rien de Cassandra et de la relation qu’ils avaient, c’était peut-être parce qu’il avait honte de la demoiselle, ou qu’il n’envisageait rien de sérieux avec elle. Il mit les mains dans les poches en haussant les épaules avant de lui répondre : « Je sais pas ce qu’elle t’a vraiment dit, mais si elle t’a dit que je t’utilisais juste pour tirer mon coup et que je t’oublierais quand une meilleure occasion se présente alors oui ça doit être de belles conneries Made in Lexie ! Et ce n’est pas la question d’avoir honte de toi, mais déjà tu sais que ma sœur est assez possessive donc j’évite de parler de ma vie privée avec elle. Et ensuite je te rappelle qu’on était d’accord sur le fait qu’étant stagiaire et patron, on évitait ce genre de sujet … » oui, parce que dans le fond s’il venait à lui répondre, ils parleraient de leur relation, et vu leur situation, il fallait éviter d’officialiser des choses qui pourraient leur jouer des tours dans le boulot. Enfin c’était bien beau de parler devant la porte, mais Lucas lui demanda si elle allait le laisser entrer pour discuter ou s’ils allaient devoir prendre le risque de se donner en spectacle sur le pas de la porte. Ce mordillement de lèvre, l’hésitation de la belle, c’était déjà une bonne chose. Mieux encore lorsqu’elle s’écarta de la porte en l’invitant à entrer. Alors qu’il passa la porte, elle lui précisait que c’était seulement pour parler, et il se mit très doucement à rire : « Ouais, juste pour parler… » Puis elle lui disait qu’il pouvait aller à la cuisine se servir un verre s’il le souhaitait pendant qu’elle allait enfiler quelque chose. Il avança dans l’appartement avec Cassandra alors que cette dernière fila vers sa chambre. Le jeune homme se servit un verre de soda et Cassandra était déjà de retour près de lui, plus sexy encore dans une chemise de Lucas. Il commença : « T’étais vraiment gênée d’être en sous-vêtements devant moi ? Ou c’était juste un complexe d’infériorité parce que contrairement à toi je suis habillé ? J’aurais su me contrôler tu sais …» Voyez-vous comment il jouait un peu avec elle… Personnellement, ça ne le dérangeait pas de la voir en petite tenue. Bien sûr, il savait se contrôler, encore fallait-il le vouloir. A moins qu’elle n’essaye de lui prouver qu’il ne pouvait pas se contrôler, mais dans ce cas c’est qu’elle voudrait elle aussi quelque chose de sa part… Enfin il but une gorgée et reprit en la regardant de haut en bas, avec les quelques boutons de la chemise ouverte : « Ma chemise te va super bien en tout cas… Maintenant au moins je sais où la trouver cette chemise au lieu de la chercher chez moi » Heureusement qu’il ne manquait pas de chemise quand même ! Puis presque dans un murmure il ajouta : « Encore plus sexy dans cette tenue… » Bah ouais, il n’y pouvait rien si au lieu de se mettre un pantalon elle restait en petite tenue, n’ajoutant qu’une chemise blanche de Lucas…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Sam 11 Avr - 23:08
Dans le fond, elle savait que ce n'était pas la faute de Lucas, c'est vrai, il n'y pouvait rien s'il avait une soeur psychopathe, mais elle était en colère... Et c'était normal, avec ce qu'elle s'était prise dans la tronche la pauvre fille. Cela dit, le voir là, avait un peu atténué sa colère, elle était contente qu'il se soit déplacé pour elle, ça voulait dire qu'elle comptait un peu pour lui, enfin, c'est ce qu'elle espérait. Avec tout ce que sa soeur lui avait dit ce soir, entre autre qu'elle n'était que son vide-couilles, le voir devant sa porte prouvait, en quelque sorte, la faisait mentir. La première chose qui lui disait était de ne pas se cacher avec la porte, l'ayant déjà vu plusieurs fois moins vêtue que ça, même carrément à poil d'ailleurs. Elle se souviendrait toujours de la première fois où elle s'était retrouvée nue devant lui, dans le bureau... En y repensant, elle avait eu un sacré courage, parce qu'à la base, ce n'était pas du tout son genre, mais elle ne regrettait pas une seconde de l'avoir fait. La belle ouvrit finalement la porte en disant que s'il voulait la mater fallait le dire et le pire il ne s'en cachait pas ! Bien au contraire, il se mordilla la lèvre en la regardant de haut en bas et en disant que ce n'était pas un secret qu'il adorait la mater et qu'elle était mieux sans la porte devant elle, tout ça avec son petit sourire qui la faisait craquer. La jolie brune baissa le regard, gênée en souriant, puis le regarda de nouveau, lui expliquant à quel point sa soeur était cinglée ! Le sourire du jeune homme changea, se transformant en un sourire compatissant, elle lui faisait pitié maintenant ? Cela dit, il tenta de la rassurer, disant que la Lexie, elle parlait beaucoup, mais elle n'agissait pas. La voilà rassurée... Ou pas. «  Elle ne me fait pas peur physiquement, franchement, elle est tellement maigre que si on la poussait, elle pourrait se casser en deux... » Dit-elle en levant les yeux au ciel, avant d'ajouter : « Ce sont ses mots qui font mal, elle n'est pas avocate pour rien je suppose, elle sait taper là où ça fait mal, sans me connaitre en plus. » Sans la connaitre, elle lui avait fait très mal, alors elle n'imaginait pas si elle savait des choses sur elle, la pauvre Cassy se ferait fracasser en deux secondes.

Enfin, la jolie brune lui demanda s'il était là pour tirer son coup, après tout, à en croire sa soeur, elle ne servait qu'à ça et qu'une fois qu'elle ne serait plus sa stagiaire il irait voir si l'herbe est plus verte ailleurs... D'ailleurs, il semblait lire dans ses pensées, il avait rapidement compris que Lexie avait dû lui dire un truc dans le genre et que c'était une belle connerie et qu'il n'avait pas honte d'elle, seulement sa jumelle était très possessive et il évitait de lui parler de sa vie amoureuse. Sauf qu'il devrait peut-être, elle comprenait peut-être mieux non ? Ou pas en fait. Par contre, elle fut déçue de la fin de son "monologue", il disait qu'ils avaient convenu de ne plus parler de "relation" entre eux tant qu'il était son patron. C'est vrai qu'ils avaient dit ça, mais ça ne lui suffisait plus... Enfin bref, il voulait entrer pour l'instant, elle hésita, mais le beau brun avait raison, ils n'allaient pas faire profiter les voisins de leur discussion. La jeune femme accepta de le faire entrer, précisant que c'était uniquement pour discuter, non mais elle le connaissait plus que bien ! Il entra en riant, genre "cause toujours ma belle", en gros, il comptait bien la sauter ! Elle leva les yeux au ciel, sachant qu'elle ne lui dirait sans doute pas non. Bref, elle alla enfiler une chemise, celle de Lucas d'ailleurs et le rejoignit dans la cuisine, il s'était servi un verre de soda, ce qui l'amusa, elle n'avait pas tellement l'habitude de le voir boire ce genre de boisson. Lucas lui demanda si elle était vraiment gênée d'être en dessous devant lui ou si c'était un complexe d'infériorité, car il était habillé, ajoutant qu'il aurait su se contrôler. La jeune femme grimpa sur le plan de travail, un sourire sur les lèvres en disant : « Aucune des deux propositions en fait. Et je sais que tu peux, mais est-ce que tu le veux ? » C'était autre chose. Puis il la regarda de haut en bas en disant que sa chemise lui allait bien et qu'il ne chercherait plus après, avant de lâcher, doucement qu'elle était encore plus sexy, elle se mit à sourire de plus belle en disant : « Tu l'avais oublié il y a quelques semaines et je me suis dit que je pouvais la garder comme tu devais en avoir pas mal d'autres. J'adore la mettre. » Puis la belle baissa le regard vers le sol, prenant une grande inspiration, il n'allait peut-être pas apprécier ce qu'elle allait dire ou peut-être flipper, mais bon, tant pis... Sans relever le regard, elle se lança : « Je sais qu'on a dit qu'on ne devait pas parler de relation et tout ça tant que je suis encore ta stagiaire, mais j'y peux rien... J'ai des sentiments pour toi et ça me rend dingue cette situation. Surtout après tout ce que m'a balancé ta sœur. » Elle n'irait pas dire "je t'aime", mais ce qu'elle ressentait pour lui, c'était bien de l'amour.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Mar 14 Avr - 10:17
D’accord, donc là c’était assez clair. Si Cassandra avait fuis de chez Lucas et n’avait pas attendu le retour du jeune homme, c’était bien à cause de Lexie. Et oui, elle l’avait appelé pourtant et alors qu’il disait rentrer très vite, elle était tout de même partie. Ça n’empêchait pas la jolie brune de mettre un petit tacle à Lucas, lui demandant ce qu’il fichait ici, pensant qu’il serait resté avec sa sœur. Oui sa très vilaine sœur d’après Cassandra. Bon honnêtement il serait sûrement en pleine prise de tête avec sa jumelle si cette dernière n’avait pas dû aller récupérer Lily à son cours de danse. Mais au moins il évitait la prise de tête ce soir, Lexie aurait le temps de se calmer, et il aurait le temps d’avoir la version des faits de Cassy. Parce qu’avec sa sœur il s’attendait déjà au pire. Il la connaissait, et il savait que si elle pouvait éloigner le jeune homme de sa stagiaire, elle le ferait. Donc autant avoir la version de Cassy avant celle de Lexie. Enfin elle s’écarta de la porte, finalement pas très gênée d’être en sous-vêtements devant son patron et ce dernier ne se gêna d’ailleurs pas pour l’admirer de bas en haut. Quoi ? Il adorait le corps parfait de la demoiselle, ce n’était pas un secret ! Et d’un côté elle devait être flattée non qu’il l’apprécie autant ? Et en plus avec son attitude il la gênait, c’était si bon ! Il adorait faire ça ! Enfin elle traita Lexie de cinglée, disant qu’à côté Hannibal Lecter c’était du pipi de chat. Autant dire que la Davenport avait dû frapper fort. Il lui fit un petit sourire compatissant. Surtout qu’étant absent, elle avait dû être pire que d’habitude encore, un véritable massacre quoi. Une Lexie énervée est très blessante et tranchante avec les mots. Mais bon, elle parle, mais n’agit pas et heureusement. Néanmoins Cassy disait que physiquement elle n’avait pas du tout peur face à Lexie, surtout vu la maigreur de la demoiselle qui pourrait se casser en deux. C’était méchant, mais ça faisait un peu rire Lucas quand même. Puis la belle brune ajoutait que ces mots avaient fait mal, et qu’en tant qu’avocate ça devait être bien utile pour frapper là où ça fait mal « C’est sûr qu’avec son boulot elle sait taper là où ça fait mal oui, et je suis désolé que ce soit tombé sur toi aujourd’hui, surtout en mon absence… Mais comme tu l’as vu, physiquement elle ne fait pas peur, donc à part jouer avec les mots, elle ne risque pas de te faire grand-chose… » Bah ouais, l’avocate n’allait pas aller en taule pour avoir frappé ou tué la copine de son frère voyons…

Enfin connaissant sa très chère sœur, il se doutait très bien de ce qu’elle avait pu dire à Cassy, surtout quand cette dernière disait qu’il était juste venu pour la baiser. Oh oui, il voyait de là Lexie lui faire croire que son frère ne se servait d’elle comme une poupée gonflable. Et il semblait avoir visé juste. Tellement prévisible la jumelle… Mais bon, pour éviter de se donner en spectacle dans le couloir, Cassy laissa finalement entrer Lucas, mais seulement pour discuter qu’elle disait. Il n’y croyait que trop peu. Du moins tout dépendrait de ses volontés puisqu’il pouvait la faire craquer, il le savait. La preuve la dernière fois sur son canapé, elle avait tenté deux fois de le repousser, de résister, et pourtant ça c’était fini par une douce et romantique nuit de sexe dans la chambre de Lucas. Elle le laissa à la cuisine, filant dans sa chambre enfilé quelque chose. Elle ne revint pas beaucoup plus vêtue, ayant juste une chemise sur elle, trop grande pour elle d’ailleurs. En l’occurrence celle de Lucas. Enfin le jeune homme lui demanda si elle était gênée d’être en lingerie devant lui, ou complexé que lui soit encore tout habillé, disant qu’au pire des cas il savait se contrôler pour ne pas lui sauter dessus, ce qui semblait l’amuser. Elle répondit en s’installant sur le plan de travail que ce n’était aucune des deux hypothèses de Lulu, et qu’elle savait qu’il savait se contrôler, mais le voulait-il ? il but une gorgée et la regarda avec un petit sourire malicieux : « C’est vrai… Est-ce que je le veux ? C’est ça la véritable question… » Voyez comment il laissait planer le mystère sur ses intentions, même si son regard sur elle ne trompait pas ! D’ailleurs il venait de bien l’observer, disant que cette chemise lui allait très bien et la rendait encore plus sexy, mais qu’au moins maintenant il ne la chercherait plus chez lui. Elle arbora un très joli sourire pour lui dire qu’il l’avait oublié il y a quelques semaines, et pensant qu’il en avait pleins d’autres, elle l’avait gardé, surtout qu’elle adorait la porter. Il ria doucement en répondant : « Ah bah oui effectivement j’en ai pleins d’autres mais pas de blanche. T’aurais dû me prévenir que tu l’avais gardé. Elle te va si bien que je vais te la laisser celle-là et m’en racheter une autre à l’occasion. Je ne voudrais pas te priver d’une tenue que t’adore mettre chez toi voyons… » D’un côté c’était mignon comment elle gardait ça un peu en souvenir de lui quand elle n’était pas avec lui. Néanmoins la suite était moins marrante. En effet, elle baissa le regard et lui parlait en regardant le sol, disant qu’après tout ce que lui avait balancé sa sœur, elle devenait dingue et voulait parler de leur relation, même s’ils avaient dit qu’ils n’en parleraient qu’une fois son stage terminé. Elle lui disait clairement avoir des sentiments pour lui, et ne plus supporter cette situation entre eux. Lucas redevint nettement plus sérieux. Elle ne le regardait pas, mais lui la regardait : « Effectivement, je ne sais pas ce qu’elle t’a balancé mais ça a dû bien te faire réfléchir ce soir… Ecoute Cassy, je ne te dis pas que je ne ressens rien pour toi, au contraire… » Oui, lui aussi avait des sentiments pour elle, mais ce n’était pas si simple « Mais ton stage se finit dans quelques semaines, tu envisages de partir à l’autre bout du pays pour bosser. C’est dur d’envisager quelque chose ensemble si tu comptes partir à New York dans un mois tu sais ? » Il ne lui disait pas qu’il n’avait pas envie de quelque chose de sérieux. Justement il lui disait juste qu’il ne voulait pas s’investir dans une relation sérieuse si elle venait à partir à l’autre bout du pays. Puis il ajouta enfin : « Si je suis venu ce soir chez toi, c’est justement pour que tu vois que je tiens à toi… » Bon il ne parlait pas d’amour ou de sentiments, mais lui dire qu’il tenait à elle c’était déjà un grand pas non ? Surtout que ça impliquait inévitablement des sentiments …

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Mar 14 Avr - 22:37
Bon, ils allaient parler de sa soeur encore longtemps ? Parce qu'il voulait qu'elle dise à quel point c'était une garce, aucun souci, mais ça n'avait pas beaucoup d'intérêt ! Puis merde, elle ne lui faisait pas peur sa soeur, vous l'avez vue franchement ? Elle était cadavérique cette fille, rien à manger, que des os ! Non, franchement, elle n'était pas impressionnante de ce côté-là. Là où elle était impressionnante c'était sa façon d'être, hyper sûre d'elle, hautaine, à vous regarder comme si vous n'étiez qu'un insecte qu'elle prendrait plaisir à écraser. Et évidemment, elle savait très bien taper là où ça faisait mal, comme quand elle lui avait dit qu'elle faisait de la promotion canapé. Franchement ? Cassy de la promotion canapé ? Déjà ce n'était pas son genre du tout, loin de là même et en plus, si elle avait voulu faire de la promotion canapé, elle aurait couché avec le grand boss, car au final, Lucas n'avait aucun pouvoir... Enfin si, celui de la saquer sur son compte rendu final. C'est sûr, qu'à moins d'une grosse tuile entre eux, elle aurait des éloges de la part du beau brun, même s'il n'y avait pas de note pour le passage sous le bureau xD. Ben quoi ? A coup sûr, elle aurait 20/20 ! Lucas s'excusa pour sa soeur, ça l'énervait encore plus qu'il s'excuse pour cette garce et du coup, elle leva les yeux au ciel. Il regrettait surtout qu'elle soit venue, justement, quand il n'était pas là. Ah ben ça, Cassandra le regrettait aussi ! C'est certain qu'avec son frère, elle aurait moins fait la maligne l'autre. Enfin, bref, le jeune homme voulait entrer et même si elle avait "peur" que ça finisse au lit, elle le laissa entrer, elle n'était pas encore prête à ce que ses voisins connaissent sa vie sentimentale. Une fois dans l'appartement, elle lui proposa d'aller l'attendre dans la cuisine et pendant ce temps-là, elle irait mettre un truc sur elle, histoire de ne pas rester seulement en dessous devant lui. La jolie brune revint une petite minute plus tard, avec seulement une chemise, mal boutonnée en plus, sur elle, une chemise de Lucas et le beau brun s'en aperçu directement. Il disait la trouvait encore plus sexy, mais qu'elle n'était pas obligée de mettre quelque chose sur elle, sachant se contrôler. La jeune femme répondit, en s'installant sur le plan de travail, qu'elle le savait, mais est-ce qu'il le voulait ? Il laissa planer le doute en disant que c'était la question, ce qui amusa la belle d'ailleurs. « Tu n'as pas besoin de dire oui ou non, tu crois que je ne sais pas encore déchiffrer ton regard ? Tu as cette étincelle spéciale dans les yeux quand tu as envie de moi, et je peux t'assurer que tu l'as très souvent cette étincelle et justement, tu l'as maintenant. » Dit-elle avec un sourire coquin, très fière d'elle.

Du coup, les deux jeunes gens parlèrent chiffon, si si je vous jure ! Monsieur semblait triste sans sa chemise blanche visiblement, il disait en plus que c'était sa dernière chemise blanche, mais qu'il n'allait pas la priver d'une tenue qu'elle adorait mettre chez elle, elle se mit à sourire de plus belle... Envolée (enlové xD) sa mauvaise humeur d'il y a quelques minutes, il lui avait déjà redonné le sourire, si ça, ce n'était pas de l'amour... Bref, il voulait se racheter une chemise, passionnant tout ça ? xD. Elle ne répondit rien, mais elle lui ferait la surprise en allant lui en chercher une neuve dès demain, en plus avec celle-ci, elle avait sa taille. Mais là, tout de suite, elle avait mieux à faire, enfin à dire. C'était con, mais ce qui lui avait balancé Lexie, l'avait beaucoup fait réfléchir, elle savait qu'elle ressentait des choses pour Lucas et elle avait besoin d'en parler avec lui, malgré le fait qu'ils avaient déjà dit qu'ils parleraient plus sérieusement de leur relation après son stage. C'est vrai que c'était le mieux à faire, mais que voulez-vous, elle était jeune et impatiente elle voulait savoir maintenant. Enfin, sans le regarder, elle lui disait qu'elle avait donc des sentiments pour lui et que ça la rendait folle toute cette situation. Et la réponse du beau brun n'était pas totalement ce qu'elle aurait voulu entendre. Certes, il avait l'air de tenir à elle, mais son rendez-vous à New-York bloquait l'avancement de leur relation. C'est sûr que si elle était engagée à l'autre bout du pays, ça serait compliqué pour eux. Elle releva le regard vers lui en disant : « En gros, t'es en train de me dire que si je veux un truc plus sérieux avec toi, je dois renoncer à mon entretien à New-York ? Et si j'y renonce pour toi et que finalement, ça ne marche pas entre nous, je perds une occasion en or pour rien... » Il ajouta cependant que s'il était là ce soir, c'est qu'il tenait à elle. C'est fou, mais elle avait envie de pleurer... Elle était au bord des larmes même et elle n'avait pas tellement envie qu'il voit ça... « Je voudrais que tu t'en ailles s'il te plait. » Et alors que les larmes commençaient à couler sur ses joues et que lui, ne bougeait pas d'un pouce, elle cria : « Vas t-en Lucas ! » Merde, ils n'étaient pas au bureau, elle avait le droit de lui donner un ordre pour une fois ! Avec la soirée qu'elle vivait, entre sa jumelle psychopathe et maintenant ça, elle avait les nerfs qui lâchaient la pauvre.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Ven 17 Avr - 0:37
Tomber face à Lexie et devoir l’affronter surtout semblait avoir bien énervé Cassandra au vu de l’accueil qu’elle lui réservait ce soir… Même si d’un autre côté, la voir en lingerie était très plaisant comparé à ce qu’elle lui avait dit ! Il s’excusa donc rapidement pour le comportement de sa jumelle, puisqu’il savait qu’elle était capable d’aller très loin, et de frapper là où ça faisait mal. Et puis soyons honnête, il ne voyait pas Cassandra tenir la distance avec elle. Même si Cassy avait du répondant et savait s’énerver, et Lucas savait de quoi il parlait, sa sœur elle savait rester calme dans ses provocations. Enfin bref, les deux jeunes femmes s’étaient clairement rencontrées dans de mauvaises circonstances, et surtout chez et sans Lucas, ce qui devait être le pire, parce qu’au moins lui il aurait pu un peu tempérer Lexie… Lulu lui demanda donc s’il allait pouvoir rentrer pour éviter que les voisins profitent de leur discussion, leurs problèmes, et aussi de la vue de Cassy en sous-vêtements. Heureusement pour tout le monde, elle le laissa rentrer, pour discuter seulement. Bien sûr, juste pour discuter… ou pas ! Enfin dans cette tenue, Lucas avait mieux à faire que parler… Même s’il avait tout le weekend pour profiter de Cassandra après tout. Son but était donc de la convaincre, même si elle ne savait rien refuser à son patron… Pour le moment, elle alla enfiler quelque chose, Lucas l’attendant en cuisine, et elle revint avec une jolie chemise large, pas très bien fermée, mais elle restait sexy dans la chemise de Lucas ! Car oui, c’était bien sa chemise à lui qu’elle portait. Il lui demandait donc pourquoi elle voulait tant se rhabiller, disant qu’il savait se contrôler s’il le voulait, mais Cassandra se demandait justement s’il souhaitait se contrôler ce soir. Pas vraiment en la voyant dans une si jolie tenue, mais il laissa le doute planer tout de même. Problème, elle disait ne pas voir besoin d’une réponse de sa part, puisqu’elle savait à son regard quand il avait envie d’elle, et que dans son regard ce soir, il avait cette étincelle dans les yeux, le genre d’étincelle qui ne trompait pas quand il posait les yeux sur elle. Et d’après elle, il l’avait ce soir… Et vu le sourire coquin de la belle, elle semblait fière de cette analyse, ce qui faisait rire doucement Lucas : «OK, démasqué ! Et t’es fière de connaître mon regard je pari ? En même temps je m’en suis jamais caché, je te mate ouvertement, c’est donc pas un secret. Peut-être qu’à l’avenir j’essayerais de moins montrer que j’ai envie de toi… Au moins je serais moins prévisible ! » dit-il avant de reprendre avec un petit sourire aux lèvres : « Cela dit, ce regard, je vois bien de mon côté que tu l’aimes… T’adore voir mon regard s’illuminer sur toi, n’est-ce pas ? ». Enfin la preuve qu’il savait se contrôler, sinon il cèderait déjà à la jolie tentation sous ses yeux…

Et d’ailleurs elle ne porterait déjà plus la chemise de Lucas qu’elle avait gardé en otage chez elle si vraiment il ne savait pas se contrôler puisqu’il serait déjà collé à elle à la caresser et l’embrasser. Donc bon ! Il l’observait attentivement sur son plan de travail, les pieds dans le vide. Néanmoins, la conversation prit une tournure un peu bizarre ! En effet, un léger blanc s’installa, et il sentait Cassy un peu mal. Elle perdait son sourire, et baissa le regard. Bien vite, Lucas comprit cette attitude puisqu’elle disait qu’après ce qu’il s’était passé ce soir, elle devenait un peu folle, et elle avant clairement des sentiments pour Lucas. Elle savait qu’ils avaient dit attendre la fin de son stage avant d’envisager quoi que ce soit, mais elle ne disait ne plus tenir dans cette situation, d’où sa révélation à Lucas. Bon d’un côté il s’en doutait vu comment elle était avec lui dernièrement, et les moments qu’ils passaient ensemble, mais ils avaient convenus de ne pas parler de relation sérieuse tant qu’ils bosseraient ensemble. De plus, Lucas lui répondit qu’avec son probable départ à New York, il ne se voyait pas dans une relation longue distance. Mais il lui précisait quand même indirectement qu’il ressentait aussi des choses pour elle et ne restait pas insensible à la jolie brune. Néanmoins elle l’interrogeait, disant donc qu’il lui demandait de renoncer à son entrevue à New York pour envisager un truc sérieux entre eux. C’était un peu ça oui en fait… Mais elle s’inquiétait surtout de laisser passer une belle opportunité pour une histoire qui ne durerait peut-être pas. Lucas haussa les épaules : « Je ne te dis pas ça Cassandra, et je te demanderais jamais de renoncer à New York, mais moi je me vois pas passer des années à vivre à l’autre bout du pays sans se voir quasiment, et toi ? Je suis conscient que tu as une belle opportunité, je t’empêcherais pas d’y aller si c’est ce que tu veux vraiment… Juste que tu sais comme moi que ce serait compliqué d’envisager quelque chose entre nous non ? Tu tiendrais toi ? » Bah oui, ils n’étaient plus des adolescents, mais des adultes… Et envisager une histoire d’amour chacun de leur côté, ce serait très dur… Et pourtant il tenait beaucoup à elle, mais il refusait de souffrir à cause de la distance malgré les sentiments qu’il pouvait avoir pour elle. Lucas fut surpris qu’elle lui demande de s’en aller. Il la regarda perplexe, sans bouger de sa chaise en commençant à prendre la parole : « Sérieusement ? En pleine conversation ? » En plus elle demandait ça gentiment, mais il était très surpris. Plus encore lorsqu’il vit des larmes couler sur les joues de la demoiselle. Cette dernière lui criait maintenant de partir. Il fit les gros yeux une petite seconde avant de se lever et dire à peine : « Ok… Si c’est ce que tu veux… » Il lui tourna le dos, mais il ne savait vraiment pas quoi faire. Elle disait avoir des sentiments pour lui, et même pas le temps d’en parler qu’elle pleurait en lui criant de partir d’ici… ça lui serrait le cœur en fait de la voir dans cette état. Il lui refit face, s’approchant un peu en disant : « En fait non je ne ferais pas ce que tu veux Cassandra… » Il se mit debout face à elle, juste à quelques centimètres du plan de travail et ajoutant sur le même ton, c’est-à-dire sans crier, mais à la limite d’être froid : « Ce soir je te comprends pas… Tu m’appelles et tu pars de chez moi, tu veux pas me parler, puis tu me fais entrer, tu me sors que t’as des sentiments pour moi, et alors que je te dis que t’es pas la seule tu fonds en larmes et me demande de partir. » Puis il reprit plus adoucit : « Cassy, ce soir tu me rends totalement dingue… Pourquoi tu pleures ? Parles-moi ! » Bon les deux derniers mots, il les criait presque tant il était dans le flou et ne la comprenait pas ce soir…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Ven 17 Avr - 16:16
Finalement, elle l'avait laissé entrer, ne voulant pas que les voisins profitent de leur prise de tête, enfin prise de tête sans vraiment l'être. En effet, c'était surtout Cassy qui chargeait Lucas par rapport à Lexie et lui, il tentait de calmer les choses. Pour l'instant, il avait seulement à faire à sa petite brune, c'était un moindre mal quand on savait qu'après, il devrait affronter la grande blonde ! Cette dernière n'avait pas eu l'air d'apprécier que Lucas lui ait menti dans le but de passer sa soirée avec sa stagiaire et il allait surement s'en prendre plein la tronche. Bref, elle le laissa donc entrer, mais l'abandonna aussitôt pour aller enfiler une chemise, pas n'importe laquelle, une chemise de Lucas qu'il avait oublié chez elle un soir et qu'elle avait gardé, elle aimait la mettre régulièrement, surtout quand ils ne pouvaient se voir qu'au bureau, donc faire comme si de rien était quant à leur relation amoureuse, c'était étrange, mais elle se sentait mieux dès qu'elle l'enfilait. La jolie brune le retrouva dans la cuisine et s'installa sur le plan de travail alors qu'il disait qu'elle était encore plus sexy comme ça, mais il ajoutait qu'il savait se contrôler, ça, elle n'en avait aucun doute, combien de fois au bureau il devait se contrôler pour ne pas sauter sur sa brunette préférée ? Mais ce soir, avait-il envie ? Il laissait planer le douter, mais elle, elle savait très bien qu'il avait envie d'elle, comme elle lui faisait remarquer très justement, il avait son regard "j'ai envie de te sauter" et elle commençait à le connaître par coeur. Le jeune homme disait être démasqué, mais après, il ne cherchait pas à le cacher non plus. Oui, elle était fière d'elle et non, elle n'avait pas envie qu'il essaye de le cacher, elle aimait ce regard... « Oui, je suis très fière, et ce que je note surtout c'est que tu ne l'as qu'avec moi. » Ben oui, elle n'était pas la seule jolie fille au journal et malgré les filles faciles qui le draguaient ouvertement, il n'en avait rien à foutre. Puis quand il disait qu'elle aimait son regard, elle se mit à sourire un peu en disant : « J'adore ça, effectivement, donc surtout continues de le faire, ça ne me dérange pas que tu sois prévisible de ce côté-là. » S'ils n'avaient pas autant besoin de parler, ça ne la dérangerait vraiment pas qu'il ne se contrôle pas.

Et en parlant de conversation, elle se lança, disant clairement avoir des sentiments pour lui. Ce n'était pas évident, elle ne savait pas ce qu'il en était de son côté, est-ce qu'il ressentait la même chose ? Ou est-ce qu'elle ne lui servait qu'à assouvir ses besoins sexuels. Mais, au moins, maintenant, elle serait fixée. Bon, la réponse était loin d'atteindre ses espérances, certes, il disait qu'il ressentait aussi quelque chose pour elle, mais à côté de ça, il disait aussi qu'il ne pouvait pas s'engager avec elle alors qu'elle allait peut-être partir à New-York. Ce qui faisait mal c'est qu'elle se rendait compte qu'elle devait choisir entre lui et NY. Il y a quelques semaines, c'était pourtant très clair, NY était sa priorité, mais maintenant, elle ne savait plus. La jeune femme lui demanda donc carrément si pour envisager un truc sérieux entre elle, elle devait renoncer à son entretien ? Ajoutant qu'elle allait sans doute perdre la chance de sa vie et qu'à côté de ça, ça n'allait peut-être pas marcher entre eux. Il disait que non, qu'il ne lui demandait pas du tout de renoncer, mais qu'il n'envisageait pas un truc sérieux à des milliers de kilomètres l'un de l'autre. En gros, il ne l'empêchait pas d'y aller, mais que ça serait compliqué pour eux, demandant si elle, elle pourrait tenir. La belle baissa un peu le regard, oh, il avait parfaitement raison, mais ça faisait mal de l'admettre tant elle tenait à elle. Elle releva le visage vers lui en disant : « Je sais pas si je tiendrais, mais moi j'ai envie d'essayer ! Et puis, qui te dis que je l'aurais ce stage à New-York, on sera combien de candidats pour un seul poste ? » Bon le gars avait l'air bien intéressé par son profil, enfin surtout par son décolleté... Enfin, Cassy sentait qu'elle n'allait pas tarder à craquer, elle lui demandait de s'en aller, oui, en plein conversation, peut-être la reprendraient-ils plus tard quand elle serait mieux. Quand elle sentait les larmes inonder son visage, elle lui cria de s'en aller, finalement, il accepta, un peu à contre-coeur visiblement, mais fit rapidement volte-face pour lui dire qu'il restait finalement. Il s'approcha d'elle, elle tentait de se calmer un peu, alors qu'il lui disait ne pas la comprendre, qu'elle soufflait le chaud et le froid. Puis, il disait plus "gentiment" qu'elle le rendait dingue ce soir, avant de lui crier de lui parler. Alors, elle lui cria en pleurant toujours à moitié : « Je pleure parce que ta soeur est une hyène sans coeur, parce que je veux faire ce stage, mais que je ne veux pas m'éloigner de toi, je pleure parce que je t'aime voilà ! » Elle était surprise de l'avoir dit, elle ne le savait pas elle-même avant que ça sorte tout seul maintenant, mais oui, elle était amoureuse de lui, ça ne faisait aucun doute.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Lun 20 Avr - 11:39
Ils seraient mieux à l’intérieur pour discuter non ? En tout cas d’après Lucas oui, ça évitait de se donner en spectacle devant les voisins si jamais ils entendaient une discussion dans le couloir. Néanmoins petite déception pour notre beau brun qui fut abandonné un court instant dans la cuisine, juste le temps pour jolie Cassy –xD- d’aller enfiler une jolie chemise. Mais pas n’importe laquelle, celle de son patron. Elle s’était bien gardée la petite de lui dire qu’il avait oublié chez elle une chemise. Lucas trouvait très sexy sa stagiaire dans cette chemise d’homme trop grande pour elle, finissant à la naissance de ses fesses, ce qui n’était pas désagréable. Et puis bon, généralement une chemise d’homme sur les femmes, ça rend tout de suite sexy, surtout quand en dessous il n’y a pas grand-chose pour cacher le corps. Enfin bref, il s’éloignait un peu là… En effet, il était ouvertement en train de la mater alors qu’elle montait sur son plan de travail pour s’asseoir face à lui, et elle disait qu’il aurait pu se contrôler, elle le savait, mais qu’elle voyait à son regard qu’il avait des idées derrière la tête. Elle semblait fière et se vantait de connaître ce regard par-cœur maintenant, ce joli regard coquin qu’il avait, et l’œil lubrique lorsqu’il avait envie de se la faire. Lucas était clairement démasqué, et c’est vrai qu’ils passaient tant de temps ensemble que la demoiselle commençait à connaître Lucas. Il serait donc compliqué pour lui de mentir. Mais là, il ne mentait pas, il confirmait justement à Cassandra qu’elle avait vu juste et elle confirmait être fière, plus encore qu’il n’ait ce regard que pour elle. Il haussa un sourcil, et répondit l’air mystérieux : « Qu’avec vous Mademoiselle Middleton ? Qui vous dis que ce regard signifie réellement ça, et que je ne porte pas le même sur d’autres femmes ? » Bon ok, il ne le portait pas sur d’autres femmes. Simplement parce que malgré son charme et les femmes lui tournant parfois autour, Lucas n’était pas un homme à femmes, il en avait une qui lui suffisait, il n’avait donc aucune raison d’avoir envie de se faire les autres femmes autour de lui. Mais Cassy avait dû le comprendre. Combien de fois de très ravissantes journalistes étaient avec eux au journal à discuter, et draguaient ouvertement Lucas sous les yeux de Cassy ? Et oui, au boulot personne ne s’imaginait que les deux-là étaient plus ou moins ensemble, alors certaines flirtaient avec Lucas, ce qui avait le don d’énerver la jolie brune qui ne pouvait rien dire… Enfin fin du mystère, parce que oui, il savait bien comment il la regardait. Il pourrait être plus discret, mais il ne se retenait pas, et elle disait adorer ça, et vouloir qu’il continue à la regarder de la sorte, ce qui le fit sourire lorsqu’elle disait qu’elle aimait ce côté prévisible de lui : «Je prends note alors et j’essayerais de ne pas de te décevoir sur ce point-là… Même si je vais essayer d’être moins prévisible sur mes attentions alors, histoire de te surprendre un peu » dit-il en riant doucement. Bah oui, ça ajouterait un peu de piment d’essayer de la surprendre vu qu’elle semblait le connaître de ce côté-là …

Enfin la suite de la discussion de nos deux jeunes était un peu moins joviales et coquines, mais beaucoup plus sérieuse… En effet, avec ce qu’elle avait vécu ce soir, entre la tornade Lexie et le fait qu’il vienne ici pour lui parler, elle ne tenait plus. La situation lui échappait et malgré qu’ils avaient dit qu’ils parleraient de leur relation après son stage, elle n’en pouvait plus d’attendre et avait ressenti le besoin de lui dire qu’elle tenait à lui, qu’elle avait des sentiments et ne voulait pas attendre la fin de son stage dans quelques semaines. Bon, lui aussi disait avoir des sentiments pour elle, c’était indéniable, mais il ne se voyait pas avoir une relation sérieuse avec elle si elle venait à partir à New York pour travailler. Relation longue distance ? Il la craignait et ne pensait pas réussir. D’ailleurs il lui demandait si elle pourrait y arriver en se voyant pas. Parce que oui, aller ce serait une fois par mois grand maximum, tous les deux trois mois peut-être ?! Elle avait d’un côté une très belle opportunité de carrière, et de l’autre une relation pas sûre d’aboutir… Mais Lucas disait qu’il ne lui demanderait pas de se sacrifier, elle devait faire son choix. Ensuite lui le subirait peut-être, mais il ne lui demandait vraiment aucun choix, parce que lui-même savait que NY était une chance en or pour elle… elle semblait un peu d’accord avec lui sur la relation longue distance compliquée, elle baissa un instant même le regard avant de lui répondre qu’elle ne pensait pas tenir, mais qu’elle voulait essayer tout de même, disant qu’elle n’était de toute façon pas sûr d’obtenir le poste car elle ne devait pas être la seule. Il haussa les épaules en faisant une petite moue du style je ne sais pas : « J’en sais rien, mais ce que je sais c’est que tu as une longueur d’avance sur les autres, et surtout que le mois dernier t’as bien accroché avec le directeur en plus de moi qui a beaucoup complimenté ton travail… Enfin même toi tu ne penses pas pouvoir tenir une relation si lointaine tu dis… Enfin même si au début ça devait marcher, j’ai pas envie de passer trois ans, cinq ans ou je ne sais pas combien de temps à te voir juste par Skype… » Bah ouais, même s’ils tenaient, elle lui manquerait, et à son âge il voulait pouvoir vivre son histoire d’amour pleinement, pas seulement par Skype. Enfin ça il faudrait en reparler plus calmement, mais surtout elle devait savoir ce qu’elle voudrait vraiment, et si elle tenterait sa chance là-bas. Et surprise, sans raison elle lui demandait de partir. Il ne comprenait pas vraiment et resta un instant sans réelle réaction jusqu’à ce qu’elle se mette à pleurer en lui criant dessus de dégager. Franchement, il ne comprenait rien et commença à partir. Il était même surpris qu’elle lui parle comme ça. D’ailleurs il décida de rester et de retourner vers elle, disant que ce soir elle le rendait totalement dingue à changer d’avis comme de chemise… Néanmoins il termina en lui criant un peu dessus, lui demandant qu’elle lui parle. Oui, il ne comprenait rien du tout ce soir… Elle répondait donc en criant, et en pleurant aussi, lui donnant les raisons de ses larmes. Elle disait que sa sœur était une hyène sans cœur, qu’elle voulait tenter à New York cette belle opportunité, qu’elle ne voulait néanmoins pas s’éloigner de lui, pour la simple et bonne raison qu’elle l’aimait. Oh oui, là il était touché en plein cœur par ses trois petits mots qu’elle venait de lui sortir. Bon ça aurait été mieux sans les cris mais bon. Son cœur se serra un peu en entendant ça alors qu’il était debout juste devant elle, assise sur le plan de travail. Il lui répondit doucement : « Calme toi Cassandra… » Puis il la prit dans ses bras pour essayer de stopper ce flot de larmes. Il caressa en même temps ses cheveux en ajoutant toujours gentiment : « Arrête de pleurer je suis là ça va aller… Y a eu trop de trucs ce soir qui te tracassent. Juste pour ce soir, oublies Lexie et les conneries qu’elle t’a dit, oublies New York. On en reparlera à tête reposée. Là en attendant on est tous les deux, on est bien.» Il plaça un doigt sous le menton de Cassandra pour qu’elle relève le regard vers lui et il ajouta : « J’ai envie d’être là pour toi et te redonner le sourire… Je veux vraiment pas te laisser seule. Je suis venu ici ce soir pour que tu vois que je tiens à toi, et à nous… »
Oui ça ne faisait aucun doute que lui aussi était amoureux de cette jolie brune ...

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Lun 20 Avr - 16:07
Et dire qu'il y a un mois ce stage à New-York la faisait rêver, maintenant, c'est le truc qui l'éloignera de Lucas. La vie est quand même étrange et elle est très imprévisible. C'est vrai qu'à New-York, le mois dernier, ils commençaient juste leur "relation" et c'était surtout d'ordre sexuel ne nous mentons pas, alors qu'aujourd'hui, leur relation avait beaucoup évolué et elle était clairement amoureuse de lui, donc se séparer dans peu de temps lui brisait le coeur. Mais pourquoi s'était-elle embarquée dans une amourette avec son patron franchement ? T'as 21 ans ma fille, tu ne pouvais pas te trouver un petit mec qui donne du plaisir et que tu aurais oublié aussi vite ? Non, mademoiselle va s'amouracher de son patron ! Enfin, lui n'était pas très convaincu d'avoir une histoire d'amour à distance, ça lui faisait peur et on ne pouvait pas dire qu'elle était rassurée de son côté, loin de là, mais comme elle le lui disait, elle avait envie d'essayer. La jolie brune ajouta que rien ne disait qu'elle serait prise pour ce fameux stage, il doit y avoir un paquet de candidatures et elle n'allait pas se mentir à elle-même, elle n'était pas la meilleure ! Bon, ok, elle avait tapé dans l’œil du directeur, mais s'il voyait qu'il n'avait aucune chance, elle ne ferait pas long feu. D'ailleurs Lucas répondit qu'elle avait bien accroché avec le directeur et qu'il avait fait des éloges sur elle. C'est vrai que pendant une bonne heure, il avait dit à quel point elle était formidable, bon on n'allait pas se mentir, ça avait du bon de coucher avec le patron, même si pour elle ça n'avait rien à voir avec ça, c'était un avantage indéniable. N'est-ce pas Lexie ? Il ajouta ensuite qu'il ne voulait pas passer des années à se parler sur skype. Evidemment que non, ça pourrait durer un an, voir deux, s'ils arrivaient à se voir au moins une fois par mois. « J'ai bien accroché, j'ai bien accroché... Mouais, c'est surtout lui qui a accroché à mon décolleté ! Et s'il attend de moi, ce que je te fais à toi, sous le bureau, je ne risque pas de l'avoir ce stage. » Ben oui, elle refuserait catégoriquement. Puis elle ajouta : « Je n'ai pas dit ça… Je sais que ça sera dur, mais je préfère tenter et échouer, que me demander toute ma vie si ça aurait pu marcher et avoir des regrets. » Sachant, encore une fois, qu'elle avait une chance sur dix d'être prise !

Mine de rien, ils n'avaient pas une énorme différence d'âge, mais lui était déjà dans la vie active, avec un enfant en plus, et il pensait beaucoup plus à tout ce qui était conséquences et tout ça, alors qu'elle, elle vivait plus dans le moment présent et, bien sûr, elle était plus "rêveuse" se disant que tout ça, ça pouvait marcher, alors qu'au fond, y avait peu de chance, il était bien plus réaliste. Enfin, c'était trop dur pour elle, elle voulait qu'il s'en aille, elle ne voulait surtout pas craquer devant lui, mais bon, c'était un peu tard... En plus, il refusait de partir... Il disait qu'elle le rendait dingue ce soir, elle disait tout et son contraire... C'était totalement ça, la complexité d'une femme en même temps, mais ça prouvait bien qu'elle était perturbée et qu'elle ne savait plus du tout où elle en était. Il lui criait même de lui parler et elle se lâcha enfin. D'abord, en disant que sa soeur était une hyène et encore c'était gentil, elle ajouta ensuite qu'elle voulait faire ce stage, mais qu'elle n'avait pas envie d'être loin de lui, avant de lâcher une petite bombe en disant l'aimer. C'était un peu sorti tout seul, elle ne le savait même pas réellement elle-même, même si au fond c'était plus qu'évident. Lucas lui demanda de se calmer avant de la prendre dans ses bras, Cassandra se serra contre lui, et il se mit à caresser ses cheveux et pour rien au monde elle ne voudrait être ailleurs que dans ses bras. Il lui demandait doucement de tout oublier, et dans le fond c'était peut-être mieux ainsi effectivement, ils avaient encore le temps de penser à tout ça et en fait, si elle n'avait pas eu ce "fight" avec sa soeur, elle n'y penserait pas plus que ça. « Je vais essayer... Seulement, c'est dans peu de temps et j'ai l'impression que je dois prendre tellement de décisions... » Elle se calma un peu alors qu'il se détacha légèrement d'elle, levant son menton avec son doigt pour qu'elle le regarde et elle plongea ses grands yeux bleus dans les siens alors qu'il ajouta qu'il voulait être là pour elle et ne pas la laisser seul, qu'elle voit qu'il tenait à elle et à eux. Elle le regarda quelques secondes avant de se jeter sur ses lèvres, l'embrassant comme si sa vie en dépendait, enroulant ses bras autour de son cou, un baiser un peu salé à cause des larmes qui avaient coulé sur son visage, puis elle dit contre ses lèvres : « J'ai envie que tu restes aussi... J'ai envie d'être à toi... J'ai envie de toi bébé. » Elle n'avait jamais eu autant envie de lui que maintenant, ça n'avait plus rien à voir avec le sexe, c'était de l'amour purement et simplement.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Jeu 23 Avr - 0:25
Le plus gros frein pour nos deux jeunes étaient qu’elle travaillait encore pour lui, qu’elle était sa stagiaire sous ses ordres directs, donc automatiquement ce serait très mal vu dans le journal qu’ils couchent ensemble. On croirait directement que Lucas profitait de son pouvoir et sa hiérarchie, et qu’elle faisait la fille facile pour obtenir un bon résultat… Voilà pourquoi ils se cachaient et pourquoi pendant quelques semaines encore, tout cela serait un frein pour eux. Parce que oui, Cassy disait avoir des sentiments pour lui, et vouloir en parler, mais c’était très compliqué. De plus, il y avait un deuxième ralentissement à tout cela, puisque la jolie brune avait une belle opportunité de job à New-York. En soit une très bonne nouvelle, mais la distance n’était pour Lucas pas très rassurante. Il y a un mois, il avait fait le nécessaire pour elle, pour qu’elle obtienne un entretien, mais à l’époque, ce n’était que sexuel entre eux et jamais il ne pensait qu’il tomberait amoureux d’elle. Maintenant, il émettait donc des réserves sur leur futur, parce qu’il savait qu’il ne supporterait pas une relation longue distance. Même si Cassy la craignait aussi, elle avait envie de tenter, de ne pas laisser une occasion filer. Elle disait en plus que ce n’était pas sûr que ça marche vu le nombre de personnes qui voudraient sûrement ce poste, et Lulu lui rappelait qu’ils avaient quand même bien accroché, et qu’il avait très bien vanté les mérites de son assistante, donc qu’elle partait avec une jolie avance sur les autres candidats. Puis Lucas ajouta également qu’il ne voulait pas se contenter de la voir tous les mois ou les deux mois pendant des années, devant se suffir de la voir par Skype… Ce serait l’horreur ! Enfin Cassy disait ne pas vraiment avoir accroché, plutôt que le mec avait adoré son décolleté et que s’il l’embauchait dans l’espoir qu’elle lui fasse ce qu’elle faisait sous le bureau à son patron actuel, il n’y avait aucune chance, ce qui le fit sourire : « J’espère bien en tout cas… En plus il est tellement moins beau que moi, et surtout beaucoup plus vieux. Sur ce plan-là je pense que tu serais plus un fantasme inaccessible pour lui, alors que pour moi, tu as été celle que je désirais depuis le premier jour de travail avec ton joli sourire, tes beaux yeux et ton pantalon de cuir moulant parfaitement ton petit cul… » Déclaration d’amour ? Surtout une manière de lui dire que comparé au vieux qui voudrait la regarder, lui avait voulu déjà la toucher, mais se le refusant à cause de leur statut professionnel et un peu de l’âge aussi… Puis le belle se défendait de ne pas avoir dit qu’ils passeraient des années à se voir par caméra interposé seulement, mais qu’elle ne voulait pas avoir de regrets en se demandant toute sa vie si elle n’avait pas laissé passer une occasion de se faire une place dans le métier, ce qu’il comprenait. Il soupira doucement : « Ouais je me doute, mais du coup pour nous ça peut être pareil, essayer et échouer à distance. Enfin on verra bien le moment venu, mais tu te rends compte que nos envies ce sera aussi par caméra interposé le plus souvent ? » Bah ouais, ils auraient de chaudes discussions, les connaissant c’était sûr ! Et à défaut d’avoir Cassy pour le satisfaire, il aurait sa main, et elle de même. Il ajouta donc : « Faudra aussi s’habituer à ça du coup Cassandra… » dit-il avec un petit sourire coquin. Bien sûr elle n’avait pas besoin de dessins…

Mais là toute cette soirée semblait un peu tourner au drame… Et oui, entre toutes ces discussions sérieuses, d’être tombée sur Lexie en mode bouchère chez lui, Cassandra était en train de craquer. Elle ne savait plus vraiment ce qu’elle désirait, elle le charmait, le repoussait dans la foulée, enfin elle soufflait le chaud et le froid, et Lucas avait du mal à savoir sur quel pied danser avec elle, et c’était bien la première fois qu’elle le faisait tourner en bourrique de la sorte. De plus, alors qu’ils semblaient en pleine discussion, elle lui demanda de partir gentiment avant de fondre en larmes et e lui crier cette fois. Mais c’était mal connaître notre jeune homme qui n’en faisait qu’à sa tête. Du coup très vite il tourna les talons avant de se raviser et revenir vers sa jolie brune en lui disant que ce soit elle le rendait dingue. Et il voulait qu’elle lui parle ! Du coup il le lui cria, et entre les sanglots, Cassy disait craquer à cause de sa sorcière de sœur tout à l’heure, mais aussi parce qu’elle voulait ce boulot à New York, mais qu’elle ne voulait pas s’éloigner de lui. Bref, tout un dilemme… Mais pire encore, elle lui lâchait qu’elle l’aimait et c’était bien une première ! ça touchait Lucas en plein cœur qui avait bien envie de sourire sur les derniers mots, mais il se retenait, préférant se rapprocher d’avantage de Cassandra pour la prendre dans ses bras et la consoler en caressant ses cheveux. Et elle en avait besoin vu comment elle se blottissait contre lui. A ses gestes affectueux, il ajouta de douces paroles, lui conseillant d’oublier tout ça pour aujourd’hui, que ça semblait trop pour elle, surtout ne pas penser à Lexie et ses mots blessants, et encore moins à New York, ils avaient un mois pour voir venir. Elle disait qu’elle allait essayer mais que ça approchait à grand pas mine de rien et qu’elle avait l’impression de prendre beaucoup de décisions. Il se montra un peu autoritaire, juste assez pour la convaincre, et non pas l’engueuler : « N’essaye pas, fais le ! » Puis il haussa les épaules avant de reprendre : « Ouais, c’est sûr que ça approches, mais tu vas pas passer les trois dernières semaines à te prendre la tête avec tout ça non ? Faudra se poser et décider quoi faire, ce qui est le mieux … » Puis le beau brun se décolla très légèrement d’elle pour lui relever le regard vers lui afin qu’elle voit à quel point il était sincère en lui disant qu’il voulait être là pour elle et qu’il tenait beaucoup à sa jolie brune. La belle plongeait son regard dans celui de Lucas, elle devait y voir la sincérité de notre jeune homme. Et ça semblait faire son effet puisqu’elle ne répondait même rien, le regardant sagement avant de fondre sur ses lèvres, l’embrassant langoureusement en passant ses bras autour de son, mais tout en étant douce. Un baiser d’amour sincère comme dirait les contes de fée xD. Lucas y répondait avec la même envie et la même douceur, et contre ses lèvres, elle lui répondait vouloir qu’il reste, elle voulait être à lui, et surtout elle avait envie de lui. Bizarrement ça sonnait beaucoup moins sexuel que d’habitude, et pourtant elle parlait bien de ça. C’était bizarre comme les déclarations venaient de changer leur façon d’être. Tout semblait différent, plus doux… il faut dire que pour une fois, ce n’était pas du sexe pour du sexe, mais ils voulaient un peu plus ! De l’amour oui… Il eut un léger sourire, laissant ses mains se poser sur les hanches de Cassandra et il répondit : « Alors tous les deux on va faire en sorte que tout ça se réalise… » Il commença à laisser ses mains glisser sur les côtés du corps de la jolie brune en ajoutant tendrement : « Ce baiser était si bon et différent que d’habitude… Et je parles pas seulement du petit goût salé de tes larmes… » dit-il taquin en essuyant une dernière larme au coin de ses lèvres avant de caresser d’une main sur joue, placer sa main derrière sa nuque et à son tour de l’embrasser si tendrement. Pas de doute, les deux-là ne couchaient plus ensemble simplement, mais c’était un peu plus que cela désormais vu les baisers qu’ils échangeaient…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Jeu 23 Avr - 23:08
L'idée de se rendre à New-York, séduisait toujours Cassy, qui ne rêverait pas de NY ? Bon, à Los Angeles ils étaient bien aussi, mais bon, la grosse pomme restait la grosse pomme. Oui, sauf que maintenant, l'idée d'abandonner Lucas lui était insupportable, étrange quand on sait qu'elle pensait que cette histoire serait uniquement d'ordre sexuel, même si, ça ne lui ressemblait pas du tout. La jolie brune n'était pas du tout une "marie-couche-toi-là", loin de là, pas comme sa colocataire et son patron était bien le premier mec avec qui elle avait une relation purement sexuel, enfin, c'est ce qu'elle croyait... Mais maintenant elle savait que c'était bien plus que ça ! Enfin, elle essayait de le convaincre de continuer leur relation à distance ou peut-être qu'ils n'auraient même pas besoin de le faire, après tout, qui sait si elle sera prise ? Personne... Il devait y avoir des tas de candidats et elle n'était sans doute pas la meilleure. Son plus par rapport aux autres ? Le directeur avait flashé sur elle, ça crevait les yeux, d'ailleurs, ils avaient eu une micro dispute quand ils s'étaient rendus à NY tous les deux il y a un mois à ce sujet... Lucas avait été particulièrement irrité qu'elle reporte leur petite sauterie d'une heure pour flirter avec le directeur en question. Evidemment, si elle était prise, ce pervers n'avait aucune chance, mais vraiment aucune de la mettre dans son lit et peut-être que ça tournerait au vinaigre ! D'ailleurs, elle disait à Lucas qu'il avait surtout accroché à son décolleté et qu'il ne devait pas s'attendre à quelque chose avec elle, le jeune homme se mit à sourire en disant qu'il espérait bien et qu'en plus, il était bien mieux que l'autre... Ah ben oui, il n'y avait même pas de comparaison possible pour le coup ! Il ajouta que ce serait plus un fantasme pour son éventuel futur patron, alors que pour son patron actuel elle a été celle qu'il avait désiré le tout premier jour avec son sourire, ses beaux yeux et son petit cul moulé dans un pantalon de cuir, ce qui la fit rire. Elle répondit : « J'en reviens pas que tu te souviennes de ce que je portais ce jour-là ! En plus, tu avais été infecte, tu as répété toute la journée que tu n'avais pas demandé de stagiaire et blablabla... J'ai cru mourir trois fois et j'ai failli ne pas revenir le lendemain, heureusement que je suis persévérante ! » Bref, elle lui disait que dans tous les cas, elle préférait essayer que de passer sa vie à se demander si ça aurait pu marcher eux deux, c'était normal non ? Alors, oui, comme il disait, ils verraient le moment venu, mais mine de rien, ce n'était plus si loin... Il ajouta que leurs envies, ça serait par caméras interposées, ajoutant qu'ils devraient s'y habituer, avec un sourire coquin sur les lèvres. Elle leva les yeux au ciel, mais elle était amusée. « T'es pas possible je te jure ! Puis, pourquoi pas ? Ca peut mettre du piment ! » Bon, au début, c'est sûr qu'après...

Puis, la belle perdit son sang froid et lui demandait de s'en aller ! Elle se rendait bien compte de souffler le chaud et le froid, de ne pas savoir ce qu'elle voulait, mais là, elle était complètement perdue. Mais, évidemment, il refusait de faire ce qu'elle voulait, de toute façon, même en privé, il faisait le patron ! Au lit, elle aimait ça, mais sinon... Il lui demandait de lui parler, de lui raconter ce qu'elle avait, ce qu'elle ressentait et elle se lâcha ! Passons sur le fait que sa soeur soit la dernière des garces, et sur NY, le plus important était qu'elle venait de lui dire qu'elle l'aimait ! Oui, elle lui avait sorti ça comme ça, sans vraiment le vouloir et sans savoir pourquoi... Jusqu'à ce que ça sorte, elle ne le savait pas elle-même, enfin, si, elle s'en doutait fortement, mais jamais elle ne se l'était avouée. Et mine de rien, elle était soulagée de lui avoir dit, même si elle se doutait bien, qu'elle n'aurait pas un "je t'aime aussi" en retour. Bon, déjà, il n'était pas parti en courant, on ne sait jamais... Au contraire, il s'approcha d'elle et la prit dans ses bras, elle n'hésita pas une seconde pour se blottir contre lui et il se mit à caresser ses cheveux. Il lui disait d'arrêter de penser à tout ça, à sa soeur, à New-York, qu'ils avaient un mois pour voir tout ça. D'accord, mais comme elle lui répondit, ça approchait et elle avait un tas de décisions à prendre. Il haussa le ton en lui ordonnant de le faire, avant d'ajouter qu'elle n'allait pas gâcher ses dernières semaines à se prendre la tête avec ça. Bon, dans un sens, il avait totalement raison, mais d'un autre côté, ce n'était pas comme décidé de prendre une baguette ou un pain coupé. « Je vais essayer, au moins pour ce soir... Et puis, j'ai encore mes examens à passer, donc on verra bien après. Peut-être que je vais les louper. » Ou pas, ça serait très étonnant. Puis il releva le visage de belle vers lui en disant qu'il tenait beaucoup à elle, elle le regardait dans les yeux et elle voyait dans son regard qu'il était sincère. Ok, ce n'était clairement pas un "je t'aime", mais il était amoureux, son regard ne trompait pas, elle se jeta donc sur ses lèvres, l'embrassant avec passion avant de lui dire qu'elle voulait être à lui et qu'elle avait envie de lui. Ce n'était pas du sexe pour du sexe, elle voulait juste faire l'amour avec l'homme qu'elle aimait. Il posa les mains sur ses hanches en disant qu'ils allaient faire en sorte que ça se réalise, ce qui arracha un sourire à Cassandra, alors qu'il ajouta que ce baiser était bon, mais différent et pas seulement le gout salé de ses larmes. « Ce sont tes lèvres qui ont bon gout, puis arrête de te moquer de moi. » Dit-elle en souriant alors qu'il essuyait une larme au coin de ses lèvres avant de caresser sa joue, une nouvelle fois, elle plongea son regard dans le sien avant qu'il ne l'embrasse à son tour, doucement. Elle retira ensuite son pull, ne léchant ses lèvres que pour le retirer, et déboutonna sa chemise en disant, contre ses lèvres : « Je pourrais bien la garder celle-ci aussi, je suis certaine qu'elle m'irait très bien également. » Il ne pouvait pas nier l'effet qu'elle lui avait fait dans sa chemise blanche, donc dans une autre chemise, l'effet serait le même.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Dim 26 Avr - 23:50
Nos deux jeunes se mettaient dans des situations impossibles… Comment voulez-vous gérer convenablement tout ça ? En effet, ça avait commencé par coucher ensemble alors qu’ils travaillaient ensemble et surtout que Lucas était le patron de Cassandra, et c’était parti pour continuer dans la complexité. En effet, elle terminait son stage dans trois semaines, et donc ils pouvaient continuer à se cacher durant cette période, et envisager quelque chose de plus sérieux ou au moins de plus normal ensuite, mais apparemment non… Bah non, Cassy avait une très belle opportunité d’embauche à New York, et son physique, son charme et les compliments de Lucas l’avaient placé assez haut sur la liste du directeur. Donc il y avait de belles chances pour elle qu’elle parte à l’autre bout du pays, et Lucas avait vraiment du mal à s’imaginer dans une relation amoureuse sérieuse avec autant de distance. Ce serait invivable, il le savait déjà. Mais il ne pouvait pas la priver de son rêve de carrière avec cette belle opportunité, tout ça parce qu’ils allaient peut-être débutés une histoire d’amour. Voilà donc pourquoi notre jeune homme ne voulait pas trop en parler et s’investir tant que la jolie brune n’aurait pas prise sa décision. D’ailleurs s’il y a un mois il avait su qu’il tomberait amoureux d’elle, que ce n’était pas qu’une relation sexuelle prolongée, il aurait sûrement pas tant aidé sa stagiaire à décrocher cet entretien. Parce que là, il avait clairement pas envie qu’elle parte là-bas. Mais ils n’étaient officiellement pas ensemble, ils n’avaient pas de relation autre que sexuel, il n’avait donc aucun droit de la retenir, surtout que comme elle le disait elle n’était pas sûr d’être prise déjà. Surtout qu’elle précisait que si ce mec s’imaginait obtenir des faveurs de la belle comme son patron actuel, il pouvait l’oublier direct, et cela amusa grandement Lulu. Sauf qu’à la différence du directeur new-yorkais, lui était plus jeune, plus beau aussi… Et pour cet homme âgé et marié, Cassandra ne serait qu’un fantasme, un régal pour les yeux, alors que pour Lucas, dès qu’il avait croisé son regard, vu son joli sourire et sa tenue, notamment son pantalon en cuir moulant son petit cul, il avait eu des envies pas très catholiques derrière la tête. Elle se mit à rire en étant surprise qu’il se souvienne de sa tenue, et plus encore qu’il avait déjà envie de goûter à son corps, sachant qu’il avait passé sa journée à dire qu’il n’avait pas demandé de stagiaire, tellement désagréable qu’elle avait failli ne pas revenir poursuivre son stage. Ce fut à son tour de rire un peu en haussant les épaules : « ça m’a marqué de voir directement en avant tes atouts dans ce pantalon faut dire… Mais non plus sérieusement, j’ai pas oublié ce jour, parce que t’étais encore très sage, arrivant à peine, sourire aux lèvres… Et puis au moins je vois que j’arrive encore à te surprendre. Enfin heureusement que t’es revenue du coup, ça aurait été du gâchis sinon. Et on ne va pas revenir sur mon attitude, on en a déjà parlé. J’avais aucune expérience avec une stagiaire, je me suis dit que si je voulais garder le contrôle il fallait que je montre un visage de patron autoritaire face à la jolie brune au tempérament bien trempé également… » Ah oui, elle n’était pas du genre à se laisser faire, et d’un côté il adorait ça. Quoi que maintenant elle était un peu moins râleuse, et beaucoup plus obéissante… Et pour revenir à NY, elle avait envie de tenter, mais également d’essayer une relation avec lui malgré la distance. Lucas demandait donc si elle arriverait à tenir, notamment sur ses envies, parce que par Skype pendant des années, ce serait bien différent. Le pire c’est qu’elle était partante, trouvant que ça pimenterait un peu leur relation, ce qui fit sourire Lucas : « J’étais persuadé que l’idée te plairait ! Ouais ça peut pimenter les choses de s’amuser sur Skype, mais ce serait tellement frustrant aussi pour toi comme pour moi » Bah oui, c’était toujours moins fun de se faire du bien soi-même que quand c’est son partenaire qui le fait voyons…


Mais là la soirée tournait un peu au vinaigre, et Cassandra ne savait plus trop quoi faire… Elle demandait en pleine discussion à Lucas de partir, lui criant même dessus de dégager alors qu’elle se mettait à pleurer. C’était à ne plus rien comprendre cette histoire… Elle qui riait il y a encore quelques secondes ! Néanmoins, Lulu ne comptait pas partir si facilement. Non, il voulait savoir ce qu’il lui arrivait ce soir, pourquoi elle était d’humeur si changeante. Trop de choses ce soir, entre la rencontre avec sa sœur, parler de NY et leur future relation, mais surtout, elle disait l’aimer ! C’était un mini-bombe qu’elle avait lâché, mais elle réchauffait le cœur de Lucas. Il s’approcha pour la réconforter, la prenant dans ses bras en caressant ses cheveux, lui demandant de ne pas trop penser à NY et sa sœur, que ça ne servait à rien de se ruiner la santé avec ce genre de choses. Oui, elle avait le temps d’y repenser plus tard, mais pas ce soir. Il lui ordonnait même de ne pas y penser, et elle disait allait essayer, au moins pour ce soir, ajoutant qu’en plus elle avait ses examens, et qu’elle devait les réussir avant de penser à la suite, ce qui le fit sourire : « Dis toi ça oui si ça peut t’éviter de te tracasser trop la tête, mais bon je me fais pas de soucis pour tes examens, surtout qu’une grosse partie de la note finale dépend de ton stage » Bah oui, il n’allait pas la saquer. Même s’il ne couchait pas avec elle, il ne l’aurait pas fait vu le bon travail fourni. Il lui fit relever le regard ensuite vers lui pour lui dire qu’il tenait à elle et voulait être là pour elle, notamment ce soir. Elle entreprit un baiser très amoureux avant de lui dire qu’elle voulait être tout à lui, et que ce soir, elle avait envie de lui. Ça sonnait si mignon, bien différent cette fois des moments où elle disait avoir envie de lui, juste parce qu’elle voulait se faire baiser sur le bureau, ou parce qu’elle était trop excité et voulait arrêter de s’amuser et passer aux choses sérieuses. Non, là ça sonnait comme une envie de faire l’amour comme deux personnes qui s’aiment, et pas seulement qui se désirent physiquement… Il caressa ses hanches en disant qu’il allait faire le nécessaire, et qu’il avait adoré ce baiser, et pas seulement pour le goût salé de ses larmes. Elle se mit à sourire en lui demandant de ne pas se moquer d’elle, ce qui arracha un petit sourire sincère à Lucas alors qu’il caressait sa joue, essuyant une dernière larme au creux de ses lèvres . « Je ne me moques pas de toi Cassandra… J’ai vraiment aimé ce baiser différent des autres… » D’ailleurs pour le lui montrer, il lui offrit le même baiser, entremêlant douceur et passion, sa langue caressant et cherchant celle de Cassy alors qu’elle lui retirait son pull et qu’elle déboutonnait sa chemise en disant à ses lèvres qu’elle pourrait garder cette chemise aussi parce qu’i lui irait sûrement très bien également. Lulu rit doucement alors qu’il ouvrait délicatement la chemise que portait Cassandra, un bouton après l’autre en répondant : « C’est possible… Au moins je saurais où venir les chercher quand j’en aurais besoin désormais… » Bah oui, elle pourrait les utiliser, mais il pourrait aussi les remettre par moment voyons… il termina d’ouvrir la chemise de la jolie brune, ne la lui retirant pas, simplement écartant les pans de la chemise pour mieux voir son soutien-gorge et embrasser le décolleté de Cassy, le léchant sensuellement par moment alors que ses mains repartaient sur le corps de la demoiselle…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Mar 28 Avr - 23:16
Nos deux amoureux parlaient du peut-être futur stage de Cassy à New-York, une très belle opportunité pour elle, même si la liste des candidats étaient longues et qu'elle avait, au final, peu de chances d'y accéder. Après, elle avait un petit avantage sur les autres, enfin deux, d'un Lucas avait fait des éloges sur elle lors de leur soirée d'après match et ensuite, il fallait bien le dire, le directeur avait carrément flashé sur elle ! Certes, ce n'était pas des plus glorieux de se faire embaucher pour son physique, mais après tout, si Dieu lui avait donné un physique de rêve, c'était bien pour qu'elle s'en serve non ? D'ailleurs, ce n'était pas Lucas qui s'en plaignait ! Cela dit, Cassandra précisait bien, même s'il devait s'en douter, qu'il n'y avait aucune chance pour qu'elle couche avec le directeur en question, et effectivement, il était loin d'arriver à la cheville de son Lucas ! Il disait que pour le vieux, ça serait un fantasme inaccessible, alors que pour lui non, il disait même que la belle brune lui avait plu tout de suite, avec son sourire, ses grands yeux bleus et son pantalon de cuir, ce qui la fit rire. Même elle, ne se souvenait plus de ce qu'elle portait ce jour-là. Elle lui fit remarquer, cependant, qu'elle ne s'en serait pas douté, car il avait été infecte avec elle ce jour-là, elle avait bien failli ne jamais revenir ! Heureusement qu'elle pensait avant tout à son stage et qu'elle avait pris sur elle. Il répondit que son pantalon mettait directement ses atouts en valeur avant d'ajouter qu'au moins, il pouvait encore la surprendre, oh que oui ! Puis il termina en disant qu'ils n'allaient pas revenir sur son attitude, il voulait simplement garder le contrôle face à sa jolie brune au caractère bien trempé. La jeune femme baissa un instant la tête en souriant, avant de la relever et de le regarder en disant : « Je n'ai pas encore mis ce pantalon depuis que toi et moi... Enfin tu vois. Mais je vais y songer étant donné l'effet qu'il te fait apparemment. Et oui, nous n'allons pas revenir dessus, tu étais un con, mais un con tellement canon. Tu es toujours canon, mais moins con maintenant. » Elle se mit à rire un peu à sa dernière phrase avant que Lucas ne parle de téléphone rose. En effet, si la belle venait à partir et qu'ils décidaient de rester ensemble malgré ça, ils devraient faire "la chose" par skype ou portable. Bref, c'était loin d'être top, mais au début ça serait sans doute amusant. Il était plus ou moins d'accord, mais en disant que ça serait frustrant, elle haussa les épaules et répondit : « Moi je suis certaine qu'on pourra se voir au moins quelques jours une fois dans le mois. Et pense aux retrouvailles torrides. Pendant deux jours on ne quitterait pas la chambre. » Elle mordilla sa lèvre sensuellement, c'était l'avantage des séparations, les retrouvailles étaient très bonnes !

Puis, le drame ! La belle éclata en sanglot, trop de pression ce soir, entre Lucas, sa soeur cinglée, son entretien pour NY et j'en passe, la belle n'en pouvait plus ! Elle lui demanda de partir, c'était dur de craquer devant lui, mais il refusa... Il voulait qu'elle lui parle, très bien ! La belle lui déballa tout ce qu'elle avait sur le coeur, jusqu'à dire qu'elle l'aimait et merde, ça faisait du bien de le lui dire ! Le beau brun s'approcha d'elle et la prit dans ses bras, réconfortant doucement sa belle en lui disait de ne plus penser à tout ça pour l'instant. Il avait raison, en plus, elle n'avait même pas encore passé ses examens, qui sait, peut-être allait-elle les louper et adieu job de rêve à NY et bonjour une nouvelle année de fac ! Bon, y avait très peu de chance tout de même, elle n’était pas la meilleure de sa promo, mais elle était dans le top 10 quand même. Il disait donc qu'elle devrait se concentrer là-dessus si ça pouvait lui éviter de trop penser au reste, mais qu'il ne faisait pas de souci pour elle, surtout qu'une grosse partie de sa note dépendait de son stage. Elle le regarda intriguée, oui elle ne savait pas trop comment prendre cette phrase, est-ce qu'il allait la noter pour son travail ou pour elle ? Elle n'avait pas envie d'avoir un bon rapport de stage parce qu'elle couchait avec lui ! « J'espère que tu vas m'évaluer pour mon travail et pas parce que je passe sous le bureau pour te faire des gâteries... Je sais que ce n'est pas ton genre, mais je préfère préciser. J'ai pas envie de donner raison à ta soeur ! » N'oublions pas qu'elle lui avait dit qu'elle faisait de la promotion canapé ! En parlant de canapé... Enfin non rien à voir en fait xD. Elle avait envie de lui, voilà, maintenant, là, elle le voulait, son corps le désirait, mais aussi son cœur. Ce n'était pas comme habituellement où c'était du sexe pour du sexe, là, c'était pour faire l'amour avec le mec dont elle était amoureuse. Les deux jeunes gens échangèrent un baiser salé, à cause des larmes de la jolie brune, puis il caressa sa joue pour y essayer une larme en disant avoir adoré ce baiser et pas seulement parce qu'il avait le gout de ses larmes et il lui offrit un nouveau baiser. Cassy profita de ses lèvres et lui retira son pull avant de déboutonner doucement sa chemise avant de lui dire contre ses lèvres qu'elle allait la garder aussi cette chemise. Il fit de même avec la chemise de Cassandra, enfin la sienne mais qu'elle portait elle xD, en disant que c'était possible et qu'il saurait où les trouver. « Je suis d'accord, faisons un stock ici, comme ça tu viendras plus souvent. » Répondit-elle alors qu'il ouvrait sa chemise, embrassant et léchant son décolleté, elle mordilla sa lèvre, penchant la tête en arrière en fermant les yeux une seconde, caressant doucement ses cheveux. Puis, elle laissa tomber sa chemise et dégrafa son soutif qu'elle laissa tomber sur le sol pour lui laisser tout le loisir de jouer avec ses seins.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Jeu 30 Avr - 0:33
Lucas lui-même était un peu surpris de se rappeler si bien de ce premier jour et ce premier contact avec la jolie brune. Car oui, on la lui mettait dans les pattes, mais il ne la connaissait pas, il ne l’avait jamais rencontré, et on venait de lui dire qu’il avait une stagiaire sous ses ordres qui arrivait dans quelques jours. Génial… Et s’ils n’accrochaient pas ? Et bah ils étaient tous les deux dans la merde ! Lui pour la supporter, et elle pour endurer son patron… enfin bien heureusement, si au début ça avait fait entre eux des étincelles, aujourd’hui on pouvait voir que tout allait pour le mieux, même un petit peu trop peut être diraient certains. Enfin du coup oui, il avait été marqué par l’arrivée de la demoiselle. Elle était ravissante, des grands yeux bleus, un magnifique sourire, et surtout un pantalon en cuir moulant parfaitement bien ses petites fesses. Autant dire que notre jeune homme avait flashé sur ce joli visage… et sur son cul oui voilà ! Content ? xD. Enfin il se souvenait de ce pantalon, mais le haut de la tenue, il ne pourrait même pas le décrire. Il avait été marqué par le visage, le cul dans ce pantalon, et c’est tout ! Enfin c’était déjà pas mal vu qu’il venait clairement de surprendre Cassy avec ces quelques révélations. Et d’un côté c’est vrai qu’il avait été très froid, et assez désagréable avec la jolie brune, donc elle avait de quoi être surpris que finalement il se soit intéressé un peu à elle. Il faut dire que Lucas avait toujours bossé seul, et se retrouver avec une stagiaire, devoir lui apprendre le métier, et surtout voir qu’elle avait un sacré tempérament, et bien ça ne l’aidait pas du tout à être cool. Tout simplement parce qu’au début il n’avait pas les capacités et l’expérience pour gérer une stagiaire avec lui. Heureusement que malgré leurs prises de tête ils réussissaient à faire du bon boulot cela dit. Enfin bref, il préférait ne pas s’étaler sur ce sujet, puisque de toute façon ils en avaient déjà parlé, et si Lucas avait été si chiant, c’était aussi parce que Cassy lui tenait tête par moment, du coup il avait évité de la laisser trop prendre confiance avec lui. Tout aurait pu être différent, et maintenant ça l’était d’ailleurs. En tout cas concernant son joli pantalon sexy, elle disait que maintenant qu’elle savait l’effet que ça pouvait provoquer, elle allait le remettre, surtout qu’elle ne l’avait pas remis depuis qu’ils couchaient ensemble. Oui, elle ne le disait pas, mais il avait bien compris, ce qui l’amusait néanmoins : « Non je ne vois pas… Depuis que toi et moi quoi Cassy ? En tout cas c’est vrai que ça fais très longtemps que je n’ai pas vu ce pantalon. Cela dit je sens que ça va te plaire de le mettre d’avantage maintenant, dans le but de voir l’effet que tu me fais n’est-ce pas ? » Puis il reprit plus sérieusement avec son air froid qu’il faisait si bien lorsque sur l’autre sujet elle disait qu’il avait été con, mais très canon désormais, mais qu’il restait tout de même con encore maintenant, mais un peu moins. « Je l’étais parce que tu ne savais pas faire profil bas et obéir convenablement… Enfin surveille ton langage très chère ! Même si on n’est pas au bureau, je reste ton patron… » Bah quoi ? C’est vrai, elle le traitait de con quand même trois fois dans une phrase. Et puis surtout sa réaction était adapté à son comportement et ils en avaient déjà parlé plus d’une fois. Mais bon malgré son côté froid sur le sujet, bien entendu il n’était pas super sérieux et elle devait bien le savoir maintenant… Et pour en revenir à l’éloignement, Lucas disait que ce serait long, et chiant, qu’ils ne se verraient jamais, et qu’ils devraient céder à leurs envies principalement par webcam ou téléphone interposés, ce qui serait très frustrant. Mais Cassy essayait de le convaincre du contraire, disant qu’ils arriveraient à se voir plusieurs jours par mois, et que ça rendrait les retrouvailles torrides, lui faisant même miroiter deux jours enfermés dans une chambre. Quelle coquine cette petite avec son mordillement de lèvres ! Et le pire c’est qu’il adorait ça… « Ouais mais ça ne sera peut-être pas suffisant… Mais par contre il est clair que les retrouvailles seraient torrides nous connaissant ! Et passer deux jours enfermés avec toi dans une chambre ? Je signe direct ! D’ailleurs c’était un peu ce que j’avais en tête pour notre weekend-là… » Bah oui, à la base avant qu’elle ne tombe sur Lexie et parte, ils devaient passer le weekend chez Lucas, et il comptait bien profiter de sa jolie brune et en abuser aussi…

Mais tout avait tourné au drame, et si Lucas était venu jusqu’ici pour tenter de régler le problème, il n’en fut rien pour le moment. En effet, elle ne savait plus trop quoi faire, et elle demandait à son patron de dégager de chez elle en fondant en larmes devant lui. Lucas en avait marre de cette soirée où tout allait de travers, il lui ordonna donc de lui parler, ce qu’elle fit, et effectivement, elle était pas mal tracassée par les problèmes, par Lexie, mais surtout parce qu’elle l’aimait. Oui oui, elle avait dit je t’aime à ton patron, et il en restait un peu sur le cul, mais ça le touchait, parce qu’il voyait qu’elle l’avait sorti naturellement presque, c’était donc bien sincère, elle ne mentait pas. Et d’un coup d’un seul ça calma Lucas qui s’approchait d’elle pour la prendre dans ses bras et caresser ses cheveux, disant qu’il voulait être là pour elle et qu’il tenait à elle. Bon ce n’était pas un je t’aime, mais il n’allait le lui dire aussi non ? ça aurait limite sonné forcé de le dire parce qu’elle l’a dit… Mais ça n’enlevait en rien les sentiments et l’affection qu’il avait pour elle. Et puis pourquoi penser au futur ? Surtout que comme le disait Cassy, c’est vrai qu’elle n’avait même pas encore obtenu son diplôme. Néanmoins elle était doué, et une grande partie de cette année se jouait sur son stage… Mais la belle l’interrogea, lui demandant s’il allait la noter normalement ou lui donner une bonne note parce qu’elle passait sous le bureau. Certaines justement profiteraient de l’occasion, mais pas elle ! Elle disait justement ne pas vouloir donner raison à sa sœur et être jugée sur son travail, pas sur ses capacités à rendre dingue sexuellement parlant son boss, ce qui le fit un peu rire : « Non comme tu le dis, tu sais que ce n’est pas mon genre, et puis faut que je justifie ta note, et dire que tes lèvres sont doués sur Junior risque de nous attirer des problèmes. Plus sérieusement, je mettrais la note et les explications que tu mérites, mais ne t’en fais pas, je ferais ça de manière juste. Par contre je te donnerais une note bien différente en privé… » Il ne faisait pas de dessins hein. Enfin suite à cet élan de sentiments et de douceur, la belle disait vouloir être à lui, et surtout avoir envie de lui là maintenant tout de suite. On était loin de d’habitude ou c’était purement sexuel. Là ils voulaient vraiment profiter de l’instant après ce doux et tendre baiser salé et langoureux. Et Lucas ne se moquait pas d’elle, bien au contraire, ce baiser était différent de d’habitude, sûrement parce qu’on pouvait ressentir l’amour qu’ils se portaient. Cassy déshabilla doucement son patron, retirant son pull et déboutonnant doucement sa chemise alors qu’en l’embrassant il en faisait de même, écartant la chemise pour embrasser et lécher d’envie ensuite son décolleté alors qu’elle lui demandé de garder sa chemise. Il accepta à moitié, disant qu’au moins il saurait où en trouver, et elle disait être d’accord pour en faire un stock chez elle, pour le faire venir plus souvent. « Très bonne initiative Mademoiselle Middleton… J’adore quand vous prenez les choses en main… » Bon par contre sa coloc’ rencontrerait du coup le patron s’il venait de plus en plus… elle encourageait Lucas à continuer ses baisers sur son décolleté en caressant ses cheveux, et elle se stoppa seulement pour retirer sa chemise et son soutien-gorge, invitant clairement Lucas à jouer avec le reste de sa poitrine. Sans stopper son petit jeu sur le décolleté, ses mains vinrent donc caresser sa poitrine alors que ses lèvres et sa langue descendaient doucement sur ses seins, dessinant de petits ronds sur sa peau…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Sam 2 Mai - 23:13
Cassandra était assez surprise de savoir qu'elle lui avait fait de l'effet depuis le début, étant donné qu'il avait été horrible avec elle ce jour-là et pendant plusieurs jours d'ailleurs. Une fois qu'elle avait réussi à lui montrer ce dont elle était capable, il s'était détendu, restant néanmoins très froid avec elle, limite, il ne lui adressait la parole que pour le strict minimum. Même si elle se doute que si elle lui faisait autant d'effet qu'il le dit, le fait d'être froid devait être nécessaire pour lui, comme ça, il évitait de se la taper. Oui, on pouvait dire que son plan avait lamentable échoué, mais il pouvait être fier de lui, il avait réussi à tenir plusieurs mois. La jolie brune lui disait donc qu'elle allait remettre ce fameux pantalon de cuir dans lequel il l'avait trouvé si bandante, elle ne l'avait pas remis depuis une éternité et surtout, elle ne l'avait pas encore mis depuis qu'ils s'envoyaient en l'air, donc autant tester non ? Voir ce qu'il aura comme réaction quand elle le mettra et surtout savoir combien de temps elle le gardera sur son petit cul. Lucas s'amusa d'elle, lui demandant depuis quand quoi, genre il n'avait pas compris ce qu'elle voulait dire alors que son petit sourire montrait bien que si, mais ça amusait Cassy aussi cela dit. Il ajouta qu'il sentait que ça allait lui plaire de voir l'effet qu'elle lui ferait dans ce pantalon. On ne pouvait rien lui cacher décidément à ce garçon ! « Depuis que tu me baise sauvagement sur ton bureau. Ça te va comme réponse ? » Dit-elle un magnifique sourire sur les lèvres, avant d'ajouter : « On ne peut rien te cacher à toi, c'est vrai, j'ai hâte de voir l'effet que ça te fera. » Puis quand elle disait qu'il était con, il fit son patron autoritaire en disant de faire attention à son langage, elle fit un petit sourire innocent en disant : « Sauf qu'ici, tu ne peux rien faire contre moi, donc je parle comme je veux. » Il n'irait pas dire à ses supérieurs qu'il voulait la virer parce qu'elle l'avait traité de con chez elle ! Puis il évoqua leur éventuelles conversations téléphoniques hot si jamais elle partait et elle, elle évoquait surtout les retrouvailles torrides. S'ils ne se voyaient pas pendant plusieurs semaines, ils allaient faire trembler les murs quand ils se reverraient. La belle disait qu'ils ne quitteraient surement pas la chambre durant deux jours. Il répondit que ça ne serait pas suffisant, rhoo un peu d'optimisme M. Davenport ! Mais qu'il était d'accord avec elle et qu'il signait tout de suite pour rester deux jours avec elle dans une chambre, ajoutant que c'était son plan pour ce weekend. Elle roula des yeux en disant : « Maudite Cruella... » C'était de sa faute si elle était partie ! Puis elle ajouta : « Et soit un peu optimiste, de toute façon rien n'est fait, donc ça se trouve, je vais rester là et on pourra faire tout ce dont tu as envie. » Elle termina sa phrase par un sourire qui voulait tout dire. Elle était prête à tout (ou presque) pour ce mec, c'était certain.

Puis après une petite crise de nerfs de la belle, ils arrivaient enfin à discuter, enfin c'était surtout que Cassy arrivait enfin à dire ce qu'elle avait sur le coeur et ce qu'elle avait sur le coeur c'était qu'elle l'aimait. C'était sorti spontanément et ça avait fait un bien fou, surtout qu'elle voyait bien que Lulu n'était pas insensible à sa déclaration, certes, il ne lui avait pas qu'il l'aimait aussi, mais il n'avait pas besoin, c'était assez évident en fait. Pour l'instant son homme lui demandait de se vider la tête, d'oublier Lexie, son éventuel stage à NY et de se concentrer sur le présent. Il n'avait pas tort, elle n'avait même pas encore passé ses examens. Après, il n'était pas inquiet pour elle, c'est vrai qu'une grosse partie dépendait de son stage et visiblement, elle allait avoir un super dossier... Certes, elle était contente, mais elle n'avait pas envie qu'il la note sur ses capacités à passer sous le bureau et non sur son travail. Comme elle disait, elle n'avait pas envie de donner raison à Lexie. Ça le fit rire --', pourtant, elle, elle était très sérieuse quand elle disait ça ! Il disait donc que ce n'était pas son genre et qu'en plus, il devait justifier sa notation et dire qu'elle lui faisait de bonnes gâteries, ça pourrait leur attirer des problèmes, effectivement xD. Enfin, il disait qu'elle aurait les notes qu'elle mérite, ni plus ni moins et qu'elle aurait une note bien différente en privé, elle se mit à sourire de plus belle, il était intenable ce mec ! « Tant mieux alors, je te fais confiance, puis comme tu dis, il faut justifier la notation. Et concernant cette note en privé, je peux savoir en quoi consistera l'examen ? Je suppose qu'il y aura beaucoup de travaux pratiques. » Cet examen était bien plus intéressant que le premier xD. En parlant de travaux pratiques d'ailleurs... Ils commençaient à se chauffer doucement, la belle voulait qu'il la possède, mais de manière douce et romantique, bien loin de leurs multiples baises sur le bureau. Le pull de Lucas se retrouva vite au sol et elle s'attaqua à sa chemise, la déboutonnant doucement en l'embrassant avec envie. Il fit de même avec la chemise qu'elle portait, avant d'embrasser et de lécher son décolleté alors qu'elle disait vouloir garder sa chemise et faire un stock pour qu'il vienne plus souvent, il trouvait l'idée très bonne, disant aimer qu'elle prenne les choses en main, ce qui fit sourire la jolie brune qui en profita pour retirer carrément sa chemise, puis son soutien-gorge, il ne perdit pas de temps pour caresser sa poitrine et dessiner des petits ronds avec sa langue dessus, faisant doucement gémir la belle qui caressait ses cheveux pour l'encourager. Puis, elle descendit ses mains jusqu'à son pantalon, elle l'ouvrit rapidement et glissa sa main dans son boxer, attrapant l'objet de ses désirs et commençant à le caresser avec envie, le sentant grandir sous ses doigts. « Alors, comme ça vous adorez que je prenne les choses en main M. Davenport. » Dit-elle sensuellement. Elle les avait bien en main, les choses xD.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Mar 5 Mai - 23:36
Alors oui, on aurait clairement pu croire que notre beau brun en avait eu strictement rien à faire de Cassandra, et en soit, c’était peut-être bien un petit peu le cas. Et oui, avoir une stagiaire, devoir la former, tout lui apprendre, c’était une dose de travail en plus pour lui. Jouer les baby-sitter ce n’était pas son truc. Dans le boulot, notre Lucas était plutôt du genre solitaire, et elle l’avait d’ailleurs très vite compris vu son attitude avec elle. Néanmoins même s’il n’avait pas apprécié qu’on lui impose une stagiaire, qui plus est une jeune femme avec du caractère et du répondant, ne laissant pas son patron décider de tout et ayant toujours quelque chose à redire, il ne pouvait pas nier qu’il avait immédiatement craqué face à son sourire, son regard et son cul ! Oui oui, clairement il était un homme, et il n’avait pas mis longtemps à trouver sa jeune et jolie stagiaire très à son goût, spécialement dans son petit pantalon en cuir qui moulait parfaitement ce qu’il fallait. Il venait de le lui avouer, et maintenant qu’elle connaissait un de ses petits secrets, en l’occurrence qu’il avait un faible pour ce genre de pantalon sexy, elle disait qu’elle pourrait en jouer et le remettre étant donné que jamais depuis un moment elle ne l’avait remis, surtout pas depuis qu’ils couchaient ensemble. Oui, elle ne l’avait pas vraiment dit, mais il s’en amusait sans détour. Il voulait l’entendre le dire, parce qu’au fond, souvent, elle ne le disait jamais vraiment. Mais là, elle s’en amusait tout autant que son patron, puisqu’avec son joli sourire elle lui disait qu’elle ne l’avait pas remis depuis qu’il la baisait sauvagement sur son bureau, demandant si cette réponse lui plaisait. Il souriait un petit peu plus largement pour lui répondre : « Je te baise pas toujours sauvagement, mais t’entendre dire ça ouais j’aime bien… J’adore quand tu te lâches un peu… » Bah ouais, c’était même excitant de l’entendre parler de la sorte, et ne pas rester mystérieuse. Puis il lui disait qu’il était persuadé que désormais elle adorerait mettre son pantalon pour voir l’effet qu’elle lui faisait, et il avait tapé dans le mille puisqu’elle confirmait qu’elle avait hâte de voir l’effet qu’elle lui faisait. Il se contentait de rire de la situation, tout simplement parce qu’il n’y avait rien à y répondre, juste à mettre en application désormais. Par contre, il trouva à redire lorsqu’elle le définissait de con à son arrivée, et encore maintenant, mais un con canon, et un peu moins con. Il joua le patron en disant qu’elle devait surveiller son langage. Bien sûr il n’était pas en train de lui faire la morale, il plaisantait un peu et ne prenait pas réellement mal cette insulte, même si elle aurait pu éviter d’insister dessus. Et elle fit sa maline, disant qu’elle parlait comme elle le voulait puisqu’il ici il ne pouvait rien faire contre elle. Il haussa les épaules : « On n’est peut-être pas au bureau effectivement, mais ici ou ailleurs je peux toujours faire quelque chose contre toi, d’une manière ou d’une autre… » Oh oui, hors de leur cadre professionnel, il avait déjà montré à la demoiselle qu’il gardait un certain contrôle, et qu’elle devait lui obéir pour son bien parfois. Rien qu’à New York, elle avait voulu le provoquer et ne pas faire ce qu’il voulait, il avait fait en sorte qu’elle se calme en la privant de ses jambes. Et bizarrement là elle s’était bien calmée. Comme quoi il pourrait toujours trouver un moyen d’obtenir ce qu’il veut d’elle. D’ailleurs pour rester dans le sujet, elle lui disait que les retrouvailles seraient très coquines, avec deux jours ensemble dans une chambre, ça promettrait d’être chaud, même si ça ne serait peut-être pas suffisant. Et oui, pas évident de se voir seulement une fois par mois… Mais bon, il adorerait passer un weekend enfermé avec elle, d’ailleurs c’était prévu pour ce weekend à la base, mais comme le disait Cassy, merci Lexie… Bon, elle l’avait dit d’une autre manière, mais il ne releva pas, se concentrant sur la suite quand elle lui demandait de rester optimiste puisque de toute façon ça se trouve elle resterait ici et ils pourraient faire tout ce qu’il souhaite. Ce qu’il pouvait aimer l’entendre dire ça… D’ailleurs son sourire le montrait bien ! « C’est mal si je te dis que je l’espèrerais presque, pour justement avoir tout le loisir de faire avec toi tout ce que j’ai en tête ? » Parce qu’il avait pleins de choses qui se bousculaient dans sa tête là… Quel coquin ce Lucas …

Et même si la discussion devenait plus mignonne, moins coquine, mais très romantique, Lucas restait touché. Elle l’aimait, elle venait de lui dire ! C’était troublant, et plaisant à la fois, parce que même s’il ne lui disait pas les mêmes mots, il avait énormément d’affection pour elle, sûrement de l’amour, et d’ailleurs il alla la prendre dans ses bras pour la calmer, et surtout lui dire et lui faire comprendre qu’il était là pour elle. Tout simplement, il avait envie d’être avec elle, de la consoler… Surtout qu’ils avaient le temps encore quelques semaines avant de se casser la tête avec les soucis de distance. Bon, la belle essayait de positiver en disant que d’abord elle devait penser à réussir ses études, ms mais comme le lui disait Lucas, était-ce vraiment un soucis ça ? Non parce que le gros de son diplôme se jouait sur son stage, donc clairement ça se passerait très bien ! Mais la belle brune lui demanda s’il comptait la noter normalement. Non parce qu’elle n’avait aucune envie comme Lexie lui avait dit qu’elle fasse de la promotion canapé, et qu’elle couchait pour réussir. C’était tout à son honneur cela dit de lui demander de faire abstraction de leur relation privée. Ça l’amusa un peu, mais surtout il lui confirmait qu’il comptait bien lui donner la note qu’elle mérite, surtout qu’il devait la justifier et qu’il ne se voyait pas donner ses capacités sexuelles… Par contre, il lui signifiait qu’elle aurait une note en privée, concernant ses compétences extra-professionnelles. Elle était rassurée tout d’abord, disant lui faire confiance, avant de réagir à sa deuxième note, demandant en quoi consistera l’examen, supposant que la pratique serait de mise. Ah bah si elle le suivait dans son délire on n’allait pas arrêter notre jeune homme. Il garda donc un petit sourire très coquin : « Effectivement, la théorie n’a rien d’intéressant, ce sera donc beaucoup de pratique, sans oublier pour commencer un examen oral… Après tout l’oral est important aussi dans notre métier » Bon, cette phrase était pleinement à double-sens, mais il ne se faisait pas de soucis sur la compréhension de Cassandra. Ils allèrent d’ailleurs en ce sens maintenant puisqu’elle voulait un peu de pratique, être à lui, et surtout faire l’amour comme deux personnes qui s’aiment, et pas comme deux personnes qui aiment passer du bon temps ensemble, là était toute la différence. Dans les gestes, les baisers, tout était plus doux. Lucas se retrouva presque torse nu, chemise ouverte, tout comme elle d’ailleurs, puisqu’il prenait un malin plaisait à embrasser son décolleté, puis complètement d’aller jouer avec ses seins, usant de sa bouche et sa langue sur la peau de sa stagiaire pour lui procurer du plaisir. Il adorait entendre la belle apprécier ce qu’il lui faisait, et caresser ses cheveux avec envie pour l’encourager à continuer. Et alors qu’elle lui retirait sa chemise à Lucas pour qu’il soit aussi sans rien en haut, elle proposait de garder celle-ci aussi, histoire d’en avoir chez elle quelques-unes, et qu’il puisse venir plus souvent. Cette idée lui plaisait bien, et il lui confirmait qu’il adorait quand elle prenait les choses en main de la sorte. Puis alors qu’il continuait de jouer sur sa poitrine, elle glissa ses mains jusqu’au pantalon de son homme pour l’ouvrir et glisser la main dans son boxer. Elle réagissait donc à sa dernière phrase, attrapant entre ses doigts Junior pour le faire grandir en le caressant avant de dire sensuellement qu’il semblait aimer qu’elle prenne les choses en main. Alors qu’elle continuait de prendre la chose en main, il se mordait la lèvre d’envie, allant dévorer désormais tendrement son cou en murmurant à son oreille après l’avoir léchouillée : « Effectivement, j’adore ça… ça me permet de voir votre envie, et votre détermination à mener à bien ce que vous entreprenez… Et je dois dire que c’est très bien pris en main » Il laissa ses mains glisser sur ses hanches, puis le bas de son dos pour l’attirer un peu plus proche sur le bord du plan de travail, histoire de sentir son corps plus proche du sien…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Mer 6 Mai - 17:02
"J'adore quand tu te lâches un peu"... Hum cette phrase était lourde de sens non ? C'est vrai que Cassandra n'était pas la fille la plus désinhibée du monde, loin de là, surtout comparé à d'autres filles de son âge, mais on est comme on est non ? Elle n'avait pas demandé d'être un peu timide... Elle était comme elle était voilà et puis, il n'avait pas trop à se plaindre, depuis qu'ils couchaient ensemble, elle avait fait de nombreux efforts, n'étant plus si timorée. A son contact, elle avait beaucoup appris, que ce soit dans le travail ou dans sa vie personnelle, non, là, elle ne parlait pas uniquement de sexe. En fait, la phrase de Lucas découlait du fait qu'elle n'avait pas osé dire qu'elle ne mettait plus ce pantalon qui faisant tant fantasmé Lucas depuis qu'il couchait ensemble, elle avait "enfin tu vois" et du coup, il l'avait provoqué en lui demandant de dire de quoi elle parlait exactement. Il adorait ça, la repoussait dans ses retranchements, surtout quand elle était gênée, ça lui donnait une sorte de pouvoir sur elle, et on avait bien compris, depuis le temps, que le jeune homme adore avoir un certain pouvoir sur sa jolie stagiaire, que ce soit au boulot ou en dehors. Du coup, oui, elle s'était un peu "lâchée" parlant de baise sur son bureau et dans un premier temps, il disait qu'ils ne faisaient pas que baiser sauvagement. Au bureau ? Plus ou moins, ils ne pouvaient pas prendre leur temps comme quand il se retrouve chez elle ou chez lui depuis peu. Elle haussa les épaules en disant : « Au bureau si ! On n'a pas vraiment le temps de prendre des gants quand on fait ça entre midi et deux ou le soir après le boulot. Et je sais me lâcher M. Davenport ! Surtout avec toi. » Uniquement avec toi ? Sa meilleure amie serait surprise de voir à quel point elle était moins coincée avec Lucas. Puis monsieur se vexa à moitié qu'elle le traite de con, elle n'y pouvait rien si quand elle est arrivée il était con ! Il l'a reconnu plus d'une fois, mais voilà, il voulait qu'elle fasse gaffe à son langage, car il était toujours son patron, même en dehors du bureau, ça l'amusait, il faut bien le dire et elle aimait le provoquer et la réponse qu'elle lui donna n'avait pas l'air de le satisfaire, il disait donc qu'ils n'étaient peut-être pas au bureau, mais qu'il pourrait quand même faire quelque chose contre elle, elle le défia du regard en disant : « Ah oui ? Je serais curieuse de savoir quoi. » Il s'y croyait trop ! Il faut avouer aussi qu'avec le temps, il était devenu moins impressionnant pour elle et elle arrivait un peu plus à lui tenir tête, oui avant, il lui faisait limite peur ! Enfin c'était de la peur sexy xD. Enfin, quand ils parlèrent de relation à distance, elle préféra mettre le hola de suite, peut-être ne serait-elle pas prise et du coup, ça ne servait à rien de faire des plans sur la comète, et elle ajouta qu'il pourrait donc faire ce qu'il veut d'elle si elle restait là. Limite, elle préférait rester pour le coup, être son jouet, elle adorait. Il lui demanda si c'était mal qu'il voudrait bien que son truc foire pour qu'il ait tout le loisir de faire avec elle tout ce qu'il avait en tête. Elle se mit à sourire, se demandant bien ce qu'il pouvait avoir dans la tête avant de dire : « Non, ce n'est pas mal bébé. J'avoue que j'ai bien envie de savoir aussi et surtout, que tu le fasses. » Savoir, c'était bien, mais faire, c'était mieux !

Puis après lui avoir fait une sorte de déclaration, il disait qu'elle ne devait plus penser à tout ça, c'est vrai, elle avait encore quelques semaines devant elle pour se décider et surtout, savoir si elle serait prise pour le stage et déjà, savoir si elle allait obtenir son diplôme. De ce côté-là, Lucas ne se faisait aucune illusion, il savait très bien que Cassy l'aurait, surtout qu'une bonne partie de sa note dépendait de son stage et visiblement, à l'entendre, elle allait avoir une très bonne appréciation. Maintenant, elle voulait savoir si c'était mérité pour son travail ou parce qu'elle couchait avec lui... C'était un peu le nœud du problème dans leur relation, le fait qu'il soit son patron et qu'il doit la noter justement et non pas parce qu'il adore qu'elle passe sous son bureau. Le beau brun la rassura, il n'avait aucune intention de la noter par rapport à ça, surtout que ça serait dur à justifier, pas faux. Il ajouta cependant qu'il avait bien l'intention de lui mettre une note en privé, ce qui amusa la jolie brune. Elle était curieuse de savoir en quoi allait consister cet examen, même si elle en avait une petite idée. La belle lui demanda donc, disant qu'il y aurait surement beaucoup de travaux pratiques. Il affirma sa pensée disant que la théorie n'avait rien de passionnant, ce serait donc beaucoup de pratiques et qu'elle allait commencer  par un examen oral, ce qui la fit bien rire, surtout quand il disait que l'oral était important dans leur métier. « Tu perds vraiment pas le nord toi ! Enfin, je suis certaine que ça sera bien plus intéressant comme examen "oral" que les oraux que je vais devoir passer devant un jury pour avoir mon diplôme. » Elle se lécha les lèvres sensuellement en ajoutant : « J'ai vraiment vraiment hâte de passer cet examen et les autres, avec toi... Et j'espère décrocher une bonne note. » Elle termina sa phrase avec un petit sourire coquin avant de commencer à passer à la pratique justement, mais pas encore pour l'examen xD. Nos deux jeunes gens échangeaient baiser sur baiser en se déshabillant doucement, finalement elle se retrouva à moitié nue et il en profita pour lécher et caresser ses seins, ce qui la fit gémir doucement. Puis, comme il disait adorer qu'elle prenne les choses en mains, elle déboutonna son jean et y glissa la main, attrapant junior doucement et commençant à le caresser, le sentant grandir et durcir sous ses doigts. Il mordit sa lèvre et alla embrasser son cou et un frisson la parcourut quand il disait qu'effectivement il adorait ça. Finalement, il l'attira plus proche du bord pour qu'elle se colle un peu plus à lui et elle l'embrassa à nouveau, caressant toujours junior avant de retirer sa main et de baisser son pantalon et son boxer, autant qu'elle pouvait. : « Tu sais ce qu'il te reste à prendre. » Dit-elle en riant un peu. C'était assez clair, pas besoin de faire de dessin.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Dim 10 Mai - 0:26
Quel plaisir d’entendre la jolie brune dire clairement les choses ! Et oui, Cassandra avait toujours eu un petit côté réservé, une certaine gêne sur certains sujets, y compris avec Lucas. Du coup qu’elle se lâche un peu et dise les choses sans détour, il adorait ça ! Depuis qu’ils couchaient ensemble, petit à petit elle se laissait aller de plus en plus. En effet, même au début de leur relation, elle était très timide, sans vraiment prise d’initiative, sans oser dire ou demander certaines choses. Alors qu’au contact de Lucas, la jolie stagiaire commençait à prendre un peu plus confiance en elle, et à se laisser aller, au point de surprendre parfois son patron. Et oui, il n’était pas encore habitué, mais s’il avait contribué à la décoincer un peu, c’était tant mieux. Il la provoquait donc, jouant de la situation, feignant de ne pas savoir de quoi elle parlait, tout simplement pour l’entendre dire qu’ils couchaient ensemble. Enfin elle avait dit depuis qu’il la baise sauvagement sur le bureau… Ce n’était pas vraiment ce qu’il souhaitait entendre, dire qu’ils couchaient ensemble aurait suffi, mais elle avait du coup choisi de se lâcher totalement et de se laisser aller à cette phrase, bien plus sexuelle. Alors pour quelqu’un qui restait mystérieuse il y a de cela encore quelques minutes seulement… Comme quoi même hors du travail, Lucas apprenait à Cassandra des choses. En l’occurrence de ne pas être gênée. Surtout avec lui… Ils se voyaient nus, elle n’avait donc pas de gêne à avoir à dire certaines choses à son patron. Et il était content qu’au fond elle réponde à sa provocation et ne se renferme pas. Non au contraire, elle se dépassait, et lui, et bah il adorait ça ! Surtout cette phrase, baiser sauvagement sur le bureau, c’est dingue ce que ça l’excitait. Y a pas à dire, pour Lucas la Cassy qui se lâche était nettement plus intéressante et amusante que la Cassy qui n’ose jamais rien dire ou faire. Cela dit leur relation aidait bien… Néanmoins il disait qu’au bureau ils ne faisaient pas que baiser sauvagement, ce que Cassandra n’accepta pas, disant qu’ils étaient si pris par le temps au bureau que si, il la baisait sauvagement, ce qui lui donna un petit sourire pervers sur les lèvres : « C’est sûr que je n’ai pas le temps de bien te chauffer, t’exciter et tout ça, mais parfois c’est fait rapidement, et en douceur. » Bah oui, pour lui baise sauvage, c’était vraiment y aller comme un bourrin, et il n’était pas tout le temps déterminer à la défoncer xD. Du moment que leur petite affaire était rapide … Puis il réagissait maintenant concernant le fait qu’elle savait se lâcher, surtout avec lui : « Maintenant oui tu sais le faire, avant pas vraiment… Si c’est surtout avec moi, c’est encore mieux du coup ! » Enfin il la joua plus sérieux, plus autoritaire lorsqu’elle le traitait de con. Oui, il avait été chiant, ils le savaient, ils avaient déjà parlé de tout ça, donc il préférait dévier un peu le sujet, plaisantant en disant qu’elle devrait surveiller son langage, et ce même s’ils n’étaient pas au bureau. Bah oui, elle avait beau faire la maline avec elle en disant qu’il ne pouvait rien contre elle, en fait si ! Il pouvait toujours quelque chose contre elle, et ce défi dans le regard, lui disant qu’elle n’attendait que de voir ce qu’il pourrait faire. Ça lui donnait clairement envie d’aller en ce sens. Il avait l’œil sadique à cet instant ! « Je pourrais toujours quelque chose contre toi tu le sais… New York, t’as failli très mal le vivre quand tu m’as provoqué et que tu as été à deux doigts d’être intégralement attachée. Tu faisais nettement moins la fière dans mes souvenirs… » Oui, il ne donnait pas ses idées futures, mais il lui rappelait à quel point il pouvait la punir dirons-nous. Elle avait limite paniqué à l’idée d’avoir ses jambes écartées et attachées en plus de ses mains ! Surtout qu’elle l’encourageait un peu dans ses idées bizarres, ou ses idées tout court en lui disant que si elle n’allait pas à New York, il pourrait faire d’elle tout ce qu’il souhaite. Oh oui, elle s’offrait à lui, et il adorait ça ! Il lui demanda si c’était mal de vouloir qu’elle reste pour mettre ses plans à exécution, et elle semblait toute aussi partante que lui puisqu’elle disait que ce n’était pas mal, et que justement elle avait très envie de savoir, et surtout qu’il le fasse. « Intéressant alors si ce n’est pas là… Tu le sauras en temps voulu seulement ma belle. Et je compte bien les mettre en application si tu restes là… TOUTES les mettre en application » dit-il dans un murmure. La chauffer ? Si peu … Il lui faisait une belle promesse en tout cas. Il avait envie de faire d’elle ce qu’il voulait…

Et les choses restaient un peu dans le même domaine puisque la demoiselle après sa déclaration à Lucas semblait enfin se calmer. Et oui, Lucas avait su apaiser Cassandra, surtout en lui demandant de ne pas penser à toutes les choses inutiles, surtout en ce moment, puisque comme elle le disait, elle n’était même pas assurée d’avoir ses diplômes, même si en fait ce ne serait pas forcément très dur puisqu’elle avait son stage qui comptait énormément cette année, et que c’est son sexy boss qui devait la noter. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, il ne comptait pas lui faire de cadeau, de toute façon pas besoin d’en faire trop, elle bossait très bien. Et face aux craintes de Cassy, ne voulant pas être noté pour ses nuits de folie avec Lucas, ce dernier la rassura, disant que la note de ce genre d’activité lui serait donnée en privé. Là il avait piqué sa curiosité puisque notre jeune brunette l’interrogeait sur ce fameux examen, parlant d’elle-même de travaux pratiques. En effet, c’était ce genre d’entretien et d’exercices qu’il y aurait, mais surtout un test oral très important pour débuter. Bien sûr elle n’était pas idiote, ni blonde d’ailleurs puisqu’elle avait bien saisi la réalité de cet examen. Cassandra se mit à rire, disant qu’il ne perdait pas le nord lui mais qu’elle était sûre qu’elle préférerait l’examen oral de son amant plutôt que ceux pour son diplôme. Là ce fut son tour de rire : « Si je devais compter toutes les fois où tu m’as dit que je ne perds pas le nord je n’en finirais plus… Mais depuis le temps tu le sais que je ne perds jamais une bonne occasion avec toi ! » Puis concernant le fait qu’elle disait avoir hâte de passer cet examen et les autres, se léchant sensuellement les lèvres, il rajouta :  « Mon examen sera peut-être au final moins valorisant, mais beaucoup plus intéressant et excitant, c’est une certitude ! » bah oui, quand même. C’était une sorte de promesse d’ailleurs… Puis il ajouta enfin l’air coquin : « Hâte de t’évaluer… En espérant que tu n’ailles pas aux rattrapages…  ce serait dommage ! » termina-t-il ironiquement. Bah oui, qui dit rattrapage dit encore plus de sexe ! Puis la belle commença les révisions, déshabillant Lucas alors qu’il en faisait de même en l’embrassant, ne quittant ses lèvres et surtout sa langue seulement pour aller jouer de sa langue et ses lèvres sur la poitrine de la belle brune. Alors qu’il disait concernant un autre sujet qu’il adorait la voir prendre les choses en main, Cassandra alla glisser sa main dans son boxer pour caresser Mini Lulu et lui demander s’il aimait qu’elle prenne les choses en main. Oh oui, il adorait ça, et le lui fit comprendre en embrassant son cou tendrement. Il l’approcha du bord, et de lui pour retrouver ses lèvres alors qu’elle continuait de caresser d’un peu plus près Junior  avant de faire tomber au mieux son boxer et son pantalon au sol en lui disant qu’il lui restait quelque chose à prendre maintenant. Ce rire aurait presque cassé l’instant, et pourtant Lucas ne se démonta pas. Il était tant excité qu’il prenait cette phrase au sérieux, collant son bas ventre à celui de Cassy, assise sur le plan de travail. Puis il répondit sensuellement : « Oh oui que je le sais… Je reprends la main pour te prendre toi bébé… » Doucement, il posa ses mains sur le bas de son dos, l’attirant au bord du plan de travail pour mieux pouvoir entrer en elle, étouffant son râle de plaisir en l’embrassant langoureusement, laissant sa langue aller retrouver et caresser celle de la demoiselle…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Dim 10 Mai - 16:42
C'était normal d'être mal à l'aise au début non ? Enfin pour elle, lui, il était toujours à l'aise, dans n'importe quelle circonstance, mais bon, n'oublions pas qu'il était un peu plus agé et qu'il avait surtout beaucoup plus d'expérience. Peut-être qu'à son âge, il était comme elle... Quoi que, à son âge, il était déjà papa ou il allait l'être ! C'était encore étrange pour elle de le savoir papa, surtout qu'elle ne l'imaginait pas une seule seconde, elle pensait vraiment qu'il était du genre "homme à femmes" et pas du genre à rentrer chez lui pour s'occuper d'une gamine de six ans, mais au moins, elle était en quelque sorte rassurer. Ben oui, s'il n'était pas un homme à femme, il y avait moins de risques qu'il la remplace dans quelques semaines quand il voudrait un nouveau jouet. Puis, il faut le dire, il n'avait pas reparlé de tout ça depuis qu'elle avait passé le weekend chez lui, au boulot, ils n'avaient pas le temps de discuter et quand ils avaient deux minutes, il faut bien le dire, ils préféraient se sauter dessus plutôt que de parler de Lila ou Lily ? Enfin un truc comme ça ! Ouais, Cassy et les gosses... Mais bon, elle devrait faire avec si elle voulait rester avec lui, si elle rejetait sa fille, il allait la rejeter elle et c'était normal ! En gros, si elle voulait le père, elle devrait supporter la fille, mais visiblement, c'était un amour, dixit Lucas, il faut dire que peu de parents admettent avoir des monstres comme gosses. De toute façon, il n'était pas prévu qu'elle fasse sa connaissance pour l'instant. Bref, il voulait qu'elle lui dise ouvertement qu'il couchait ensemble et elle lui claqua carrément qu'il la baisait sur le bureau, il s'en défendait, mais pour elle, c'était clairement ça. Il admit qu'il n'avait pas vraiment le temps de faire ça dans les règles de l'art, mais ça ne voulait pas dire que c'était sauvage, bon c'est vrai aussi. Puis il ajouta que maintenant, elle savait se lâcher. « C'est vrai aussi. Et c'est normal que j'ai eu du mal à me lâcher, tu es mon patron et c'était bizarre au début. Ce n'est pas souvent que je couche avec mon boss ! » C'était la première fois en fait xD. Puis monsieur fit son mauvais parce qu'elle avait dit qu'il était con, mais elle n'y pouvait rien, si ? Lui-même a déjà admis plusieurs fois ne pas lui avoir fait de cadeaux. Il disait qu'elle devait surveiller son langage, mais maintenant, il était beaucoup moins impressionnant qu'avant, donc elle le provoqua un peu plus. Le beau brun ne se démonta pas, disant qu'il pourrait toujours faire un truc contre elle, comme à NY quand il l'avait attaché quasi intégralement. La jolie brune lui lança un regard noir, mauvais souvenir c'est vrai... « C'est un peu de la triche ça ! » Dit-elle en lui tirant la langue. Puis elle ajouta : « Si tu joues à ce jeu-là, je ne te laisserais pas faire tout ce que tu veux de moi ! » Confère ce qu'elle disait un peu plus tôt. Elle lui avait promis de lui offrir son corps si jamais elle restait là et il avait promis, en retour, d'en prendre grand soin et surtout, de faire tout ce qu'il voulait d'elle, phrase lourde de sens, mais s'il veut jouer au plus malin, il n'aura rien !

Puis les choses se calmèrent, Cassandra décidant d'écouter Lucas, pour une fois xD, et de ne plus penser à tous les soucis qu'elle avait, de profiter un maximum de lui et surtout de son corps d'Apollon ^^. De toute façon, elle n'était même pas certaine d'avoir son examen, mais il la rassura en disant qu'elle avait fait un bon stage et que sa note finale dépendait beaucoup de ça, puis, il lui proposa de passer un examen plus privé avec lui. La jolie brune voyait d'ici les examens en question, et évidemment, il y aurait beaucoup de pratiques, comme il disait, la théorie, ce n'était pas très amusant. Il disait qu'elle commencerait par un examen oral et elle voyait déjà de quoi il s'agissait, et bien sûr, elle était clairement d'accord, néanmoins, elle lui disait qu'il ne perdait pas le nord, et c'est vrai qu'elle lui disait très souvent ! Il ne perdait jamais une occasion avec elle et elle adorait être celle qui le faisait fondre, c'est vrai, s'il ne perdait pas d'occasion c'est qu'elle lui faisait un effet de fou la plupart du temps et ça lui plaisait de lui être limite indispensable pour satisfaire sa libido débordante -chacun son tour xD-. Cassy lécha ses lèvres sensuellement en disant qu'elle avait hâte de le passer cet examen et il répondit qu'il avait hâte de lui faire passer, espérant qu'elle n'aille pas aux rattrapages, bon sang, elle en avait envie elle, d'y aller ! « Je crois que j'ai bien envie d'y aller, aux rattrapages... Cela dit, je pense qu'on devrait réviser un maximum pour que je sois prête le jour J. Après tout, il faut pratiquer, encore et encore pour que ça rentre bien. » Double-sens quand tu nous tiens xD. D'ailleurs, c'est qu'ils allaient faire tout de suite ! Enfin, pas d'examen oral aujourd'hui, en tout cas, pas maintenant, la soirée était encore longue, cela dit, ça n'empêchait pas qu'ils révisent d'autres choses. Ils s'embrassaient langoureusement, se caressaient et le beau brun allait jouer sur ses tétons pour l'exciter un peu plus, alors qu'elle avait glissé sa main dans son boxer pour prendre les choses en main. Il n'y a pas à dire, il était un très bon professeur et elle, une élève assidue. Rapidement, elle fit tomber son pantalon et son boxer, lui disant entre deux baisers qu'il pouvait la prendre maintenant, elle n'attendait que ça, être à lui et surtout qu'il soit en elle. Il comprit rapidement et la rapprocha un peu plus du bord du plan de travail, c'est la première fois qu'elle allait faire l'amour ici, ce n'était pas désagréable. Il la pénétra en étouffant son soupir de plaisir, soupire de plaisir mélangé à celui de sa belle. Il commença à lui faire l'amour doucement, et elle s'accrocha à ses bras sans lâcher ses lèvres, puis elle enroula ses jambes autour de lui pour mieux sentir chacun de ses coups de reins, gémissant de plus en plus.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   Jeu 14 Mai - 23:44
Cassandra était une jeune femme très bien élevée, ça ne fait aucun doute. Il n’y avait qu’à voir comment elle pouvait être gênée par certaines situations, mais en privé, Lucas aimait bien la provoquer, la pousser à dire clairement les choses sans tourner autour du pot. Après tout dans leur métier, il fallait savoir s’imposer, poser les bonnes questions, et dire les choses telles qu’elles le sont. Si jamais cela pouvait aussi s’appliquer au domaine privé, Lucas ne disait pas non. La preuve ce soir avec leur débat actuel. Et oui, l’entendre lui dire sans le dire vraiment qu’ils couchaient ensemble, c’était moins fun, moins excitant aussi que quand elle se lâchait pour lui sortir clairement qu’il la baisait sauvagement sur le bureau. Là ça devenait intéressant, et dans sa bouche, ça sonnait même sexy, au point de donner des envies pas très catholiques à notre patron. Alors oui, au bureau ils n’avaient pas le temps de s’amuser convenablement, de faire de longues et douces préliminaires et ils avaient droit au but, mais pas toujours sauvagement non plus. Ils leur arrivaient de s’amuser de manière plus normale et plus douce que ce que voulait bien dire Mademoiselle Middleton. Enfin le point important n’était pas ce qu’ils faisaient dans leur bureau quand ils avaient un moment à eux, mais bien le fait qu’elle savait enfin se lâcher un peu, et il adorait ça. Elle confirma dans un premier temps ce que lui disait Lucas sur leurs prétendus baises sauvages au journal, avant de lui que si elle avait eu du mal à se lâcher, c’était aussi parce qu’il est son patron et qu’elle trouvait la situation bizarre, ajoutant que ce n’était pas souvent qu’elle couchait avec son patron, ce qui le fit rire un peu : « Je dirais justement que si justement, tu couches souvent avec ton patron… Tes autres patrons passés et à venir, j’espère bien que ça n’arrivera pas » Bon bien sûr il jouait sur les mots et avait compris la demoiselle dès le début. Puis il reprit ensuite plus sérieusement : « Oui au début je comprends ta gêne, mais depuis le temps maintenant ne sois plus gênée avec moi Cassandra, y a plus de raisons… » Bah oui, depuis le temps qu’ils couchaient ensemble, et puis ils venaient d’officialiser un peu plus leur relation depuis peu ! Enfin par contre pour l’insulter, même si c’était gentiment, elle ne se gênait pas, bien au contraire ! Il joua donc les mecs vexé et autoritaire, lui disant de surveiller son langage. Bien sûr maintenant qu’elle était en confiance, elle faisait sa maline en disant qu’il ne pouvait rien contre elle. Mais elle sous-estimait Lucas qui lui rappelait qu’il pouvait toujours contre elle, lui remémorant NY et sa punition de l’époque. Bizarrement elle aimait moins vu son regard noir. Oh oui, se faire attacher les bras, elle avait adoré, pour les jambes, elle avait commencé à paniquer et s’était soumise totalement à son patron pour éviter la punition. Elle lui tirait la langue en disant qu’il trichait, et il s’en amusa d’un sourire pervers : « Tous les moyens sont bons pour parvenir à mes fins, surtout avec toi ne l’oublies jamais… » Puis lorsqu’elle lui annonça que du coup elle refusait d’être son jouet, il fut pris d’un nouveau rire : « Trop tard, tu m’as donné ton accord de faire de toi tout ce que je désire si tu restes ici, je le ferais… » Puis il approcha ses lèvres de son oreille doucement pour murmurer : « On sait tous les deux bébé que tu ne refuseras pas puisque tu sais que je te donnerais beaucoup… beaucoup de plaisir » souffla-t-il à peine sur les derniers mots. Son but ? Juste la rendre dingue ! Et il la connaissait assez pour savoir qu’elle adorait l’idée d’être à la merci de son homme et qu’il fasse d’elle tout ce qu’il souhaite…

Lorsque Cassy redevint plus sérieuse pour parler de ses études, Lucas la rassura. Il la noterait le plus justement du monde, et non pas pour ses performances sexuelles. Non, ce genre de choses seraient jugés en privé comme il le lui avait dit, et l’idée plaisait assez à Cassandra, disant même que ce serait nettement plus intéressant ses examens à lui que ceux qu’elle devrait passer pour valider son diplôme. Ils accumulaient donc les allusions et les double sens, notamment sur le début de ces tests, à savoir un examen oral. Les deux excellaient dans les double-sens, la preuve avec ce sujet, ils se comprenaient sans le moindre soucis, et ce test oral, elle avait déjà hâte d’y être. Quant à la pratique, elle aurait une place importante. Après tout la théorie c’était d’un chiant ! Là aussi ils se rejoignaient. Etonnant non ? Enfin il la taquinait un peu sur une phrase qu’elle disait beaucoup, disant qu’avec elle il ne voulait jamais perdre une bonne occasion. Après tout pourquoi se priver et quel mal à se faire du bien ? Le sourire de la demoiselle semblait montrer que ça lui plaisait d’entendre ça. Et pour en revenir à leur examen, lorsqu’il lui annonça qu’il serait moins valorisant mais plus excitant, elle se lécha sensuellement les lèvres d’envie. Néanmoins il espérait qu’elle ne doive pas aller aux rattrapages, et la suite lui plaisait beaucoup puisqu’elle disait qu’elle pensait bien avoir envie d’aller aux rattrapages. Bon en gros elle voulait encore plus de sexe que prévu quoi pour les loosers qui nous lisent et qui n’ont pas saisi le message ;) . Et pour mettre les chances de son côté, elle proposait à son tuteur de stage de se mettre aux révisions pour le jour J, afin d’être prêt car comme elle le disait, il fallait énormément pratiquer pour que tout rentres bien. Cette allusion réveillait à elle seule Junior ! Oh oui, il saisissait très bien ! Son sourire coquin resta sur son visage pour répondre : « ça finirait d’échouer aux examens, mais aller aux rattrapages me permettrait de voir si tu as bien tout assimiler en allant un peu plus dans les détails ! Mais ta raison, mettons-nous aux révisions, même si je suis sûr qu’avec toi tout rentre très bien. On pourra même explorer le sujet plus en profondeur » dit-il avec un petit clin d’œil lourd de sens. Puis justement, les deux jeunes se mirent aux révisions. Cet instant, cette déclaration et ce je t’aime étaient si magiques ! Elle voulait faire l’amour avec l’homme qu’elle aime, et il voulait lui donner ce qu’elle voulait. Tout était lent ce soir, doux, romantique… Bref, on ressentait dans leurs gestes l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre, et ce même lorsque Lucas jouait avec sa langue sur la poitrine de la belle pour l’exciter, ou lorsqu’elle prit les choses en main pour le caresser et le faire grandir. Rapidement, Lucas se retrouva nu face à Cassandra et il la rapprocha de lui, juste au bord du plan de travail avant qu’elle ne le rejoigne totalement nue. Il se colla à elle et tout en l’embrassant langoureusement, il alla en elle en étouffant leurs cris. La belle referma ses jambes autour de la taille de Lucas tout en s’accrochant à ses bras et gémissant sous les coups de reins lents et amples de son patron. Ce dernier laissait ses mains parcourir entièrement le corps de Cassandra, déposant tendrement par moment ses lèvres dans son cou. Ce moment était magique. Seuls leurs gémissements étaient audibles dans cette cuisine, alors que Lucas allongea Cassy sur le plan de travail avant de s’allonger au-dessus d’elle pour continuer de lui faire l’amour, avec un seul but, qu’ils atteignent le nirvana. Mais la soirée s’annonçait longue. Mieux, ils avaient le weekend tout à eux pour profiter de leur relation qui prenait ce soir un nouveau virage…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lussandra • nobody but you   
Revenir en haut Aller en bas

Lussandra • nobody but you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Santa Monica :: Résidences
-