AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Cuz it's time to party, for me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Apollon ♦ fondatrice

▐ AGE : 30
▐ PAROLES : 129
▐ DATE D'ARRIVEE : 12/03/2015
▐ OCCUPATION : Pourrir la vie des gens, c'est une sacré occupation.
▐ LES SENTIMENTS : Atchoum. Pardon quoi ?
▐ POINTS : 161
▐ CREDITS : junkiie
MessageSujet: Cuz it's time to party, for me.   Ven 13 Mar - 16:39
Je me marre, la femme devant moi se trémousse, se dandine, et ne me fait absolument rien. Pourtant elle continue. Je ne l'ai pas payée et ne le ferait pas. Je pose le regard sur l'assistante qui est au téléphone et qui lance quelques regards dédaigneux de temps à autre. L’emmener ici n'est pas le meilleur endroit, mais son avis m'importe peu, je devais aller ici, et peu importe que je sois dans un endroit ou un autre, je dois continuer à bosser. Je dois être prête pour le speech pour les investisseurs, leur faire croire que donner tout leur fric est limite une oeuvre de charité. Je finis par demander qu'on m'ôte le thon qui ne sait pas danser de ma vue. Si j'étais dans un mauvais jour, je l'aurais faite virer. Mais aujourd’hui je suis de bonne humeur. Je me penche et murmure à l'oreille de ma chère assistante quelques mots. Si il y a bien un jeu dans lequel je me complais c'est la désarmer, la mettre mal à l'aise. Tout est un jeu, et j'aime assez gagner. Je souris. « Je suis certain que tu serais bien plus douée qu'elle. J'en salive presque. » En fait si c'était une pute de bas étage, ça n'aurait aucun attrait. Mais  le fait que ça la gêne est jouissif. Le fait que j'ai le dessus, ou presque. Si j'étais honnête, cette femme me fascine autant qu'elle est flippante. Elle n'est effrayante que dans l'idée qu'un jour je pourrais "bien la traiter". Cette pensée est terrifiante. Montrer une faiblesse. Montrer que je sais être humain. Je fais venir une autre et le fait s’asseoir sur moi, se trémousser, se frotter et pendant tout ce temps mon regard de braise ne regarde que Sloan, un sourire cruel aux lèvres. Ma main vient se poser sur sa cuisse, fermement. L'autre me touche, me frôle, et pourquoi la seule que je veux regarder n'est pas à moitié nue et doit être celle qui ne se laisse pas faire. Excédé je la vire. le patron accourt, peur d'avoir envoyé ce qu'il ne faut pas. en fait je veux juste être tranquille. « Tu devrais vraiment mettre des vêtements plus sexy. Qu'est ce que tu veux cacher ? Tu es parfaite ! » Ca aurait pu être un compliment, dans ma bouche, c'est presque une menace. Après tout, le seul intérêt de la perfection, la voir nue et la posséder. Je finis par répondre à un coup de fil, sans ôter ma main de sa cuisse, curieux de voir sa réaction. Dire que je ne m'envoie que des garces, habituellement. Petit souvenir de Lexie et le sourire s'affiche. « Je vais être clair. Si je perds ne serait ce qu'un dollar, tu le payeras. Cher. Personne ne me fait perdre mon argent ! Là, à nouveau énervé - vous connaissez les montagnes russes - je la regarde, merde, sa cuisse, sa poitrine, et je l'imagine nue. C'est presque jouissif, rien que d'imaginer.

_________________
what are you making me feel. bitch
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Athéna ♦ fondatrice

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 235
▐ DATE D'ARRIVEE : 14/03/2015
▐ OCCUPATION : Assistante de direction
▐ POINTS : 366
▐ CREDITS : Blondie & Tumblr
MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   Sam 14 Mar - 17:02
I am in misery there ain't nobody who can comfort me! Sometimes these cuts are so much deeper then they seem you'd rather cover up.
▲ Cuz it's time to party, for me △
Whaaaaaat ?! Voilà le cri qui résonna dans la tête de Sloan lorsqu’elle raccrocha son téléphone. Avalant la dernière bouché d’un croissant pour caler sa fin, elle épousseta son chemisier afin d’y ôter les dernières miettes tout en se demandant si Julian se foutait d’elle ou non. Il devait aller au Angel’s, un club qu’elle ne fréquenterait jamais ! Comme si elle en fréquentait d’ailleurs… Ah si cela lui arrivait lorsque Meg la traînait pour qu’elle sorte ! Elle détestait ce genre d’endroit, et elle fut plus que ravie d’être accrochée au téléphone alors que son cher patron prenait du bon temps a priori ! Elle jeta un regard dégoûtée, un frisson d’horreur lui parcourant l’échine. Comment pouvait-on avoir aussi peu de respect pour soi-même ? Elles étaient dans un pays libre et elles faisaient quoi pour gagner de l’argent ? Non il fallait qu’elle arrête, elle allait finir par vomir. « Sloan, assistante de Monsieur Di Stefano … Bien sûr… Je lui dis. » Se rapprochant de Julian, elle rangea le téléphone dans la poche de son pantalon « Votre rendez-vous aura un peu de retard, un accident ralentit la circulation ». Le téléphone vibra ce qui la fit sursauter quelque peu, mais toujours moins que le murmure de Julian à son oreille « Je suis certain que tu serais bien plus douée qu'elle. J'en salive presque. » Whaaaaaat ?! Levant les yeux au ciel, elle se demandait réellement si elle ne devrait pas porter plainte pour harcèlement un de ces jours ! « Désolée, être une prostituée sur talons ne fait pas parti de mes attributions ! » Elle le gratifia d’un sourire qui n’avait rien de chaleureux, parfois elle remerciait sa franchise de prendre le pas lorsqu’elle se sentait mal à l’aise.

Enfin elle mettait cela sur le compte de l’humour, un humour graveleux et absolument pas hilarant pour elle, mais depuis six mois qu’elle était devenue son assistante, elle avait commencé à décerner quelques détails sur Julian. Whaaaaaat ?! Troisième hurlement de sa conscience, il venait juste d’appeler une autre danseuse pour la faire s’asseoir sur lui ? Elle devait rêver… C’était un cauchemar, que quelqu’un vienne la réveiller par pitié ! C’était un spectacle absolument grossier ! Elle doit réellement rester assise à côté ? Et en plus vla qu’il la regarde, il se fout vraiment de sa gueule c’est officiel. Détournant le regard elle préféra la contemplation de son téléphone ! Tout se corps se crispa lorsqu’il vint poser sa main sur sa cuisse Bordel de merde « Tu devrais vraiment mettre des vêtements plus sexy. Qu'est ce que tu veux cacher ? Tu es parfaite ! » Non vraiment il se passait quoi ? Il y avait quelque chose dans l’air, une particule à connerie ? Elle luttait déjà assez pour venir travailler en robe, en jupe toujours avec des talons et voilà que monsieur voulait du plus sexy ? Elle lui disait comment s’habiller elle ? C’est le patron il fait ce qu’il veut Justement pas en ce qui concerne sa personne ! Sa main, bordel sa main ! Son rythme cardiaque venait de passer la vitesse au-dessus, heureusement qu’elle avait mis un pantalon… Heureusement ! « Je vais être clair. Si je perds ne serait ce qu'un dollar, tu le payeras. Cher. Personne ne me fait perdre mon argent ! » Elle attrapa la main de Julian l’éloignant le plus possible d’elle et la laissa retomber sans ménagement sur la banquette, déjà elle respirait un peu plus, elle se leva pour mettre encore un peu plus de distance entre elle et lui.

« Je respecte parfaitement les codes de tenues vestimentaires exigés par mon contrat ! De plus, je ne vois pas ce que mon apparence vient faire dans notre relation professionnelle, elle n’y a nullement sa place ! Je suis ici pour faire mon travail, si vous vouliez une barbie en mini-jupe siliconé il aurait mieux valu garder votre ancienne assistante ! » Et pas un seul mot vulgaire, tout cela sur un ton parfaitement calme mais inflexible ! En plus avec les horaires qu’il lui faisait faire elle les faisant quand les boutiques ? Sans compter qu’elle ne risquait pas de s’acheter des supers vêtements de marque ! Elle gagnait sa vie elle n’était pas riche comme crésus ! Et puis elle avait l’emprunt sur sa voiture et sur ses études à rembourser… Ça c’était la vraie vie ! « Voulez-vous que je vous commande quelque chose à boire ? » Pourvu qu’il dise oui et qu’elle puisse migrer vers le bar, loin… Très loin… Elle aurait l’occasion de laisser retomber la panique qui secouait encore son corps.




_________________


Sweet dreams are made of this who am I to disagree? I travel the world and the seven seas, everybody's looking for something... Some of them want to use you, to get used by you, to abuse you, to be abused... ©️ LÉO






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t357-sloan-rolling-in-the-deep
avatar
Apollon ♦ fondatrice

▐ AGE : 30
▐ PAROLES : 129
▐ DATE D'ARRIVEE : 12/03/2015
▐ OCCUPATION : Pourrir la vie des gens, c'est une sacré occupation.
▐ LES SENTIMENTS : Atchoum. Pardon quoi ?
▐ POINTS : 161
▐ CREDITS : junkiie
MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   Sam 14 Mar - 19:40
L'art et la manière de pourrir la vie des gens. Je la regarde, fier de ma bêtise, uou plutôt de voir qu'elle déteste cette situation. La plupart de mes assistantes ont fini dans mon lit et je dois le dire, celle là est différente. Et plus une femme veut fuir, plus elle m'attire.  C'est qu'on aime la difficulté nous hommes de cromagnon. Je ris intérieurement, elle ne sait pas, encore, qu'elle n'aurait jamais du accepter ce job. Parce que j'ai enfin trouvé un challenge. Je suis conscient qu'elle a de la classe, contrairement aux filles de petite vertu que je m'envoie - non je parle pas de pute - et que ce sera différent. mais je sais aussi, que je n'abandonne pas, jamais. Une chose que mon cher père m'a appris. Elle me trouble, pas comme d’habitude, pire. Et j'aime pas quand une femme ose avoir le moindre impact sur moi. «  Tu sais très bien que tu n'a rien de ceux là à mes yeux. » Je la sens se décomposer, et je prends presque mon pied. Parce que je sais l'effet que je peux faire, et ça nourrit mon putin d'ego. Simon père savait ce qu'il avait créé. Je me souvenais encore ce qu'elle avait dit à son entretien. Et j'avais su, qu'elle serait plus efficace que ces idiotes qui ne rêvaient que se taper le boss, oubliant de bosser aussi. Elle ôte ma main. Mais pas par dégoût, c'est autre chose. je fronce les sourcils, la regarde, la sonde. Aucune femme n'a retiré sa main, à moins de m'en foutre une. Elle m'intrigue. Ca me donne envie, plus que je n'ai jamais eu envie de posséder. « Je pense juste que tu n'fais pas partie des plus moches et que tu ne t'en rend pas compte. Que tu te caches derrière un sourire. Ta chemise est toujours fermée jusqu'en haut, toujours sur les nerfs. Juste relax, je ne vais pas te bouffer. »
Bien sur que j'aimerais la dévorer, lui arracher ce qu'elle porte, je le fais déjà des yeux. mais je ne comprends pas qu'elle puisse ignorer le sex-appeal qu'elle dégage. Sait elle qu'elle rend fou les hommes ? Et pas du genre dakota johnson. Sérieux, fifty, une belle blague. Si c'était Sloan, le pauvre christian aurait pas attendu il l'aurait sauté dans l'entretien. Elle parle d'assistante siliconé. Je ris. « Nan que du vrai.. C'et facile de s'envoyer l'assistante, mais en trouver une avec de la jugeote et un cerveau, moins. Tu es la première qui a du caractère et quelque chose à dire, et qui, accessoirement, fait le job. » Je viens d'avouer m'envoyer mes assistantes. Et reconnaître que pour une fois, j'ai choisi quelqu'un de franc, avec un certain aplomb et qui en a dans la cervelle. Ca change. Elle veut que je prenne un verre. je souris. lève la main en l'air et appelle un serveur, ou plutôt, une serveuse très peu habillée. ma main se pose sur l'une de ses fesses. « Amenez nous des boissons , choisissez. » Je me tourne vers Sloan, pose mon doigt sur son menton, puis relache. « Tu sais que je peux demander moi même mes boissons ? Quand je demande des choses impossible, parfois, c'est juste pour voir si tu vas réagir, m'envoyer chier. Parce que ce que tu as fait ce jour là, m'a surpris. Tu étais la première à le dire, à être honnête, j'ai aimé ça. Mais ces derniers temps j'ai beau te faire faire tout et n'importe quoi  la fille de l'entretien ne réapparaît pas. Je ne vais pas te virer si tu me dis va te faire mettre de temps à autre. J'aime quand ya du répondant, j'aime les challenges. » En gros, cesse de faire mes quatre volontés, ça me gave. je voulais voir, je voulais l'entendre m'envoyer chier, me dire ce qu'elle pense de moi. Ce qui ma séduit ce jour, et surpris. Les tentatives des femmes pour mener la danse, même si je ne les laisse pas faire, j'aime quand ma proie se débat. A quoi ça sert sinon ?

_________________
what are you making me feel. bitch
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Athéna ♦ fondatrice

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 235
▐ DATE D'ARRIVEE : 14/03/2015
▐ OCCUPATION : Assistante de direction
▐ POINTS : 366
▐ CREDITS : Blondie & Tumblr
MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   Sam 14 Mar - 23:51
I am in misery there ain't nobody who can comfort me! Sometimes these cuts are so much deeper then they seem you'd rather cover up.
▲ Cuz it's time to party, for me △
Être partout sauf ici, sortir de cet endroit pourri et malsain ! Lorsqu’elle allait raconter cette mission à Megara, elle allait bien rire… Peut-être que d’ici trente ou quarante ans cela la fera rire aussi mais elle en doutait fortement. Si elle pouvait disparaître ou se fondre dans le décor pour ressortir lorsque tout ce cirque serait terminé cela lui rendrait un énorme service… Elle aurait dû faire de la magie au lieu de la danse ! « Tu sais très bien que tu n'a rien de ceux là à mes yeux. » Elle arqua un sourcil « Donc votre réflexion antérieur n’avait aucune raison d’être… » Logique élémentaire bien sûr ! Ou plutôt Sloan tentant de comprendre où il voulait en venir, parce que sincèrement il soufflait le chaud pour prêcher le chaud derrière et il était impossible de différencier une vérité d’une teinte d’humour. Elle finir par avoir le tournis avec ces conneries ! De l’air elle avait besoin d’air ! Et peut-être d’appeler son frère, il arrivait toujours à lui sortir les bons mots pour la faire sourire et la remettre sur le bon chemin. Il n’y avait qu’elle qui avait un coup de chaud d’un coup ? «  Je pense juste que tu n'fais pas partie des plus moches et que tu ne t'en rend pas compte. Que tu te caches derrière un sourire. Ta chemise est toujours fermée jusqu'en haut, toujours sur les nerfs. Juste relax, je ne vais pas te bouffer. » Le mur lui tendait irrésistiblement les bras et sa seule envie était de se mettre devant pour y frapper son front dessus encore et encore et encore ! Peut-être devait-elle le faire ? Qui sait cela aurait peut-être un impact et changerait la configuration de la situation ?

Au moins cela détournerait l’attention de son malaise qui ne faisait que s’accroitre à mesure qu’il ouvrait sa putain de bouche ! Posant les mains sur les hanches elle ouvrit la bouche pour la refermer avant de répondre « Je suis désolée mais… Si j’avais envie d’une séance avec un psy il faudrait au moins mettre un divan plus confortable… Et puis merde c’est quoi votre problème avec mon physique aujourd’hui ? Si vous êtes mal baisé, je suis sûre qu’une des danseuses se fera un plaisir de vous aider ! » Et si ça pouvait le faire se trouver vers quelqu’un d’autre cela l’arrangeait plus que de mesure ! Elle n’avait pu évincer la vulgarité, et encore il y avait pire comme attaque, de toute façon la violence aussi bien physique que verbale ne faisait pas parti de ses attributions, elle ne supportait pas d’hausser le ton, elle disait toujours ses phrases d’un ton cinglant certes mais pas besoin de monter le volume ! « Nan que du vrai.. C'et facile de s'envoyer l'assistante, mais en trouver une avec de la jugeote et un cerveau, moins. Tu es la première qui a du caractère et quelque chose à dire, et qui, accessoirement, fait le job. » Ah ça c’était un peu mieux comme compliment quoique… « C’est ironique ? » Elle n’arrivait jamais à faire la différence, alors autant demander avant de s’extasier pour rien ! Elle passait le couplet sur le fait qu’il couchait avec ses assistantes ce n’était un secret pour personne d’ailleurs certains avaient déjà mis des paris sur combien de temps avant que Sloan ne cède. « Amenez nous des boissons , choisissez » Eh merde ! Elle n’avait jamais de chance de toute façon !

Pourquoi fallait-il qu’il commande ainsi ? Il ne pouvait lui laisser ce léger petit moment de repris qu’elle reprenne le fil de ses pensées de façon cohérente ? « Tu sais que je peux demander moi même mes boissons ? Quand je demande des choses impossible, parfois, c'est juste pour voir si tu vas réagir, m'envoyer chier. Parce que ce que tu as fait ce jour là, m'a surpris. Tu étais la première à le dire, à être honnête, j'ai aimé ça. Mais ces derniers temps j'ai beau te faire faire tout et n'importe quoi  la fille de l'entretien ne réapparaît pas. Je ne vais pas te virer si tu me dis va te faire mettre de temps à autre. J'aime quand ya du répondant, j'aime les challenges.  » Il est définitivement pas net ! Quel genre de patron aimerait se faire envoyer chier ? Faut vraiment avoir un grain… Non plusieurs ! Enfin cela expliquait pourquoi il avait été particulièrement chiant ces derniers temps et surtout allumé à lui demander tout et n’importe quoi ! « Super mon patron est un masochiste chronique ! » Siffla-t’elle laissant retomber les bras le long de son corps. « Très bien vous voulez que je sois honnête… C’est la première et surtout la dernière fois que je mets les pieds ici ! C’est dégradant pour la gente féminine, effectivement ce n’est pas de la danse ce qu’elles font c’est simplement tenter de remuer leurs gros culs refaits sur une musique qui se veut lancinante mais qui ferait faire une crise cardiaque à n’importe quel compositeur tant c’est médiocre… Y’a même des fausses notes c’est un calvaire pour les oreilles ! Je trouve et endroit grossier et dégueulasse, ils ont fait quand pour la dernière fois le ménage ici ? » Monsieur voulait Monsieur avait ! « Je voulais juste rajouter, vous ne prêtiez tout simplement pas l’oreille ! » Vu le nombre de remarques qu’elle lâchait, certes dans un murmure, mais cela franchissait la barrière de ses lèvres tout de même.




_________________


Sweet dreams are made of this who am I to disagree? I travel the world and the seven seas, everybody's looking for something... Some of them want to use you, to get used by you, to abuse you, to be abused... ©️ LÉO






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t357-sloan-rolling-in-the-deep
avatar
Apollon ♦ fondatrice

▐ AGE : 30
▐ PAROLES : 129
▐ DATE D'ARRIVEE : 12/03/2015
▐ OCCUPATION : Pourrir la vie des gens, c'est une sacré occupation.
▐ LES SENTIMENTS : Atchoum. Pardon quoi ?
▐ POINTS : 161
▐ CREDITS : junkiie
MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   Lun 16 Mar - 23:27
Être un cavemen. Explication. ne penser qu'aux plaisirs. Imaginer que l'homme n'est là que pour grogner, attraper la femme par les cheveux et lui montrer qui domine. Le côté primitif en chaque homme. Il y a des gens qui l'évitent, qui le fuient. Ce principe basique. Pourtant, ce n'est pas naturel de vouloir s'accoupler avec la même toute une vie, à moins, qu'elle en vaille la peine. Tant qu'on peut la traîner par les cheveux, après tout ? Après, j'ai jamais essayé. C'est très dur, ne regarder qu'une femme à le fois, jurer fidélité. attendez, est on revenu au moyen âge ? Dois je aussi la courtiser !? Demander à popa si jpeux lui emprunter ? Vous vous imaginez, aller voir le père " je veux me payer votre fille, j'ai votre permission !?". S'il ne sort as le fusil, dites vous que sa fille doit pas être nette non plus. Même si le principe même d'être papa ne me tente pas - genre jamais - même moi je pense sortir le mortier si un mec ose s'approcher de ma fille. Même si ma fille risquerait de me dire que dans le genre je suis pas mieux. Et la réponse de tout parent qui s'est bien amusé - et qui continue - répondra " justement, je sais". Je reviens au monde présent, à Sloan. Elle me parle de ma réflexion. Une réflexion ? Quelle réflexion ? Jme perdu dans le bleu de ses yeux. Un vrai piégé à con. ses cuisses aussi, cette poitrine. Putin elle sait à quel point elle pourrait tuer un homme ? Une crise cardiaque est si vite arrivé. Heureusement, j'ai une très bon coeur, et beaucoup d'entrainement. Je vois bien qu'elle déteste tout ce qui sort de ma bouche. Ca m'a  jamais arrêté avant. Une part de moi sait, que c'est cruel. L'autre veut juste la voir dans tous ses états. pas pour la blesser, non, parce que ses réactions sont presque une façon pour moi de l'étudier. Voilà qu'elle me parlait de canapé et de danseuses et de malbaisé. J'explosais de rire sans vraiment faire exprès. « Mal baisé ? Non j'ai pas ce problème. Mais tu risques d'en avoir, toi.  » Je viens de lui dire d'être plus, un peu moins, et je lui dis à présent de se taire. Il ya plusieurs types de femmes. Celle que tu manipule, celles qui cherchent à être dominée, celle qui ne s'estime pas assez, celles qui s'ignorent. Et puis il y avait celle qui perturbe, qui intrigue, qui rendent fous, littéralement. Chez les hommes il y avait plusieurs types de salauds. Celui qui traite les femmes comme un kleenex, et celui qui domine, les abaissent à un rang inférieur. La femme peut être, peut dire, mais elle ne doit jamais se prendre pour supérieure. J'ai ce problème. Si c'en est un évidemment. Je n'aime pas qu'une femme tente de changer de place, de se mettre au dessus si je puis dire. Je me calme, ne fais pas attention, je l'ai poussé à parler ainsi, je ne peux la blamer. Mon poing se cache, se serre. Sourire. Charmer, séduire, oublier. Elle me demande si les compliments sont ironiques. je fronce les sourcils. « Non, juste la vérité. » Voilà qu'elle me fait rire à nouveau et toute aigreur disparaît. Elle me pense masochiste, loin de là, très loin. Puis elle vide son sac, ma posture se relaxe, je m'allonge presque contre la tête de divan, l'observe s'énerver, ne réagit que par un léger sourire. « Si mais des remarques à demi mots, c'est différent. Quant à ce genre de clubs, ils en y aura d'autres, mais je vous laisse le choix du prochain. et, pour info, j'aime voir des femmes se déhancher devant moi, mais vous avez raison, celles là n'ont aucun talent. Faites un choix, proposez une liste et je la suivrais. Je précise, juste pour être sur d'être clair. Je n'obéis pas à vous, vous suivez les ordres. Ralez, pestez, dites ce qui vous passe par la tête, mais ne pensez pas que je suivrais toujours ce que vous dites. Et une autre chose - je prend sa cuisse fermement, mais pas par envie ou geste déplacé, plus pour un avertissement - ne me manquez jamais de respect. Je ne suis ni votre ami, ni une connaissance, mais votre patron. Vous ferez ce que vous dit de faire. » Va savoir pourquoi je finis par être mauvais, peut être parce qu'une partie de moi ne veut pas qu'elle s'imagine que dire son avis changera forcément les choses. Ni que je suis un homme des plus raisonnables sur certaines choses. après tout, quand on y pense, je n'ai pas eu cet empire en faisait des gentillesses. « On s'en va. Je veux dîner. Vos choisirez » La plupart me disent lunatique, violent, intimidant. Ils ont plus ou moins raison. mais je ne suis pas lunatique, je ne reste juste pas sur une émotion trop longtemps. Ah oui et par humeur, je viens de passer au vous. Le tu était bien trop familier, il envoyait le mauvais message.

_________________
what are you making me feel. bitch
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Athéna ♦ fondatrice

▐ AGE : 28
▐ PAROLES : 235
▐ DATE D'ARRIVEE : 14/03/2015
▐ OCCUPATION : Assistante de direction
▐ POINTS : 366
▐ CREDITS : Blondie & Tumblr
MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   Mar 17 Mar - 1:12
I am in misery there ain't nobody who can comfort me! Sometimes these cuts are so much deeper then they seem you'd rather cover up.
▲ Cuz it's time to party, for me △
Pourquoi est-ce qu’elle cherchait à communiquer déjà ? Elle connaissait les hommes dans le genre de Julian, il finissait irrémédiablement par dire que de toute façon ils étaient les patrons, non plutôt les maîtres de l’univers et donc il faisait comme il voulait, disait ce qu’il voulait, qu’importe vos remarques ou vos désaccords ! Était-ce l’argent qui rendait ainsi ? Plutôt le pouvoir, après tout on disait bien que le pouvoir n’attirait que le pouvoir, et cela était sans compter sur l’insatiabilité de grandeur de l’être humain… Enfin certains échappaient à la règle ! Oui elle par exemple, elle ne cherchait pas la richesse absolue ou la reconnaissance éternelle ! Elle cherchait à juste à vivre tout simplement et se donner à fond dans un travail qu’elle trouvait vraiment intéressant et stimulant… Certaines fois… Là par exemple à cet instant t… Elle aurait sorti un tout autre discours ! « Mal baisé ? Non j'ai pas ce problème. Mais tu risques d'en avoir, toi. » Voilà ce qui arrive quand on ne contrôle pas ses paroles ! C’était elle ou il n’y avait aucune trace d’humour dans cette phrase ? Il y sonnait presque une promesse mais de quoi ? Elle n’aurait su le dire et à dire vrai elle ne tenait pas le moins du monde à le découvrir. « C’était déplacé, veuillez m’en excuser ! » T’aurais mieux fait de te taire ! Disparaitre, elle voulait disparaitre tout simplement disparaitre ! « Mes mots auraient dû être définitivement mieux choisis… » Autrement dit la manière était fausse mais pas le fond ! Bah quoi elle n’allait pas dire je ne le pensais pas, elle ne savait que dire la vérité de par sa franchise naturelle !

Il faut quand même souligner le fait qu’elle l’avait peut-être dit mais ce n’était pas aussi fort et clair que la première partie de sa phrase ! « Non, juste la vérité. » Pourquoi elle n’arrivait pas à le croire ? C’était comme s’il y avait quelque chose d’autre en dessous… Ce n’était peut-être qu’un autre de ces jeux d’esprits stupides auxquels il s’adonnait et auxquels elle avait toujours le rôle de la victime dedans ! Cela devait être ça, encore un de ces trucs débiles destinés à le tester ou voir sa réaction sur telle ou telle chose, alors s’il cherchait à voir si elle avait une tête à ne plus franchir les portes, il allait être très déçu ! « Je fais simplement ce pour quoi je suis payée ! » Really ? La réponse à deux cesters ! Que pouvait-elle répondre d’autre ? Elle était déjà assez mal à l’aise comme ça ! Elle avait appris depuis des années qu’importe le compliment il venait avec son arrière lot, autant couper court à ce sujet ! « Si mais des remarques à demi mots, c'est différent. Quant à ce genre de clubs, ils en y aura d'autres, mais je vous laisse le choix du prochain. » Mais c’était trop d’honneur ! Elle avait le choix du prochain ? Tellement d’honneur ! Elle allait se faire porter pale pour la prochaine fois et passer son tour oui ! « et, pour info, j'aime voir des femmes se déhancher devant moi, mais vous avez raison, celles là n'ont aucun talent. Faites un choix, proposez une liste et je la suivrais. » Elle aurait été presque tentée de lui dire de venir où elle s’entrainait mais hors de question qu’elle l’ait dans les pattes en plus pendant ses heures de loisir et certainement pas lorsqu’elle dansait !

En plus il serait capable de se taper chacune des membres de la troupe, de quoi créer un sacré nombre d’embrouille ! Oh putain le vous ! Cela n’annonçait rien de bon, elle avait peut-être réussi à l’énerver finalement ! Pourtant c’est lui qui voulait qu’elle parle… Comment voulez-vous qu’elle suive ! « Je précise, juste pour être sur d'être clair. Je n'obéis pas à vous, vous suivez les ordres. Ralez, pestez, dites ce qui vous passe par la tête, mais ne pensez pas que je suivrais toujours ce que vous dites.  » On se clame macho man ! Son regard traduisit totalement son incompréhension, est-ce qu’elle avait laissé sous-entendre quoique ce soit dans ce sens-là ? Elle en fut même tellement interloquée qu’elle laissa échapper le blackberry de ses mains, l’obligeant à s’asseoir de nouveau pour le récupérer en dessous du canapé, du moins essayer jusqu’à ce que… « Et une autre chose ne me manquez jamais de respect. Je ne suis ni votre ami, ni une connaissance, mais votre patron. Vous ferez ce que vous dit de faire. On s'en va. Je veux dîner. Vos choisirez » Sa main… Bordel SA MAIN ! Ce fut surement cette sensation d’être prise en étau qui la fit flipper complètement, elle sentait son cœur bondir dans sa poitrine, tout son corps était en état d’alerte maximum devant cette attaque. « Jamais je… Ce n’était pas mon… Vous avez voulu que… » Elle essayait tant bien que mal de se contrôler, formulant des phrases cohérentes mais tout revenait inlassablement à cette main… « Enlevez votre PUTAIN DE MAIN de ma cuisse ! » son ton autoritaire n’arrangeant rien à tout ce mélange. Il y avait bien des choses qu’elle avait envie de lui dire sur le moment… Ou pas, elle voudrait juste rentrer chez elle, se retrouver dans la sécurité de son appartement.




_________________


Sweet dreams are made of this who am I to disagree? I travel the world and the seven seas, everybody's looking for something... Some of them want to use you, to get used by you, to abuse you, to be abused... ©️ LÉO






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mfv2.1fr1.net/t357-sloan-rolling-in-the-deep

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cuz it's time to party, for me.   
Revenir en haut Aller en bas

Cuz it's time to party, for me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» New-Time - new-time.biz
» ABX /Barrick Gold: une bombe à retardement
» Turbomeca (groupe SAFRAN)
» C130 Hercules
» ordre infirmier, illégitime plus que jamais !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Santa Monica :: Angel's
-