AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

CASSY&LUCAS • Four Five Seconds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Dim 15 Fév - 0:32


lucas&cassyFour Five Seconds

Cassy regardait par la fenêtre de son bureau, enfin du bureau de Lucas pour être précise, complètement perdue dans ses pensées. La fin de son stage approchée à grands pas et elle commençait à stresser de plus en plus, que ce soit pour ses examens finaux ou pour sa recherche d'un poste d'assistante. Oui, il ne faut pas rêver, elle ne serait pas encore journaliste à sa sortie de la fac, elle devrait trouver un petit poste d'assistante ou de pigiste et gravir les échelons, comme tout le monde quoi. Est-ce que ce serait à New-York ? Peut-être bien si elle réussit son entretien... Elle tourna la tête vers Lucas, absorbé par son boulot et beau comme un dieu, comme toujours, elle ne savait pas pourquoi, mais un sourire béat apparu sur son visage en le regardant, comme si sa morosité d'il y a deux minutes, venait de s'envoler en jetant un simple regard sur son... Patron ? Ami ? Amant ? Plus que ça ? Bon patron c'était sûr, le reste était encore à définir et elle n'était pas certaine de vouloir le savoir, de peur d'être déçue ! Mais bon, ce soir, elle était invitée chez lui pour la première fois. Ils avaient beau s'envoyer en l'air depuis pas mal de temps maintenant, plus d'un mois, elle n'avait jamais mis les pieds chez lui, alors que lui était venu chez elle plus d'une fois, quand elle réussit à se débarrasser de sa colocataire, et pourtant, dieu sait que ce n'est pas très grand chez elle ! Bref, elle avait hâte d'être à ce soir, passer la soirée rien que tous les deux, surtout que cette semaine, ils avaient eu beaucoup de boulot et ils ne s'étaient pas retrouvés seuls très souvent pour... Enfin vous voyez quoi :p. Même dans ce bureau, c'était difficile d'avoir de l'intimité tant il y avait de passage en ce moment !

La belle brune partit la première, laissant Lucas se débrouiller pour clôture l'article, de toute façon, il n'y avait plus grand-chose à faire et elle voulait passer chez elle, prendre une douche et se changer avant de filer chez lui. Elle se regarda devant le miroir, tentant vainement de faire quelque chose de ses cheveux, avant de les laisser en tomber en cascade sur ses épaules, puis il préférait qu'elle ait les cheveux détachés, il aimait tirer dessus xD. Elle enfila une robe sexy, avant d'avoir une autre idée finalement... Enfin, elle décolla et quelques minutes plus tard, se retrouva devant chez Lucas. Il habitait une jolie maison, un style "maison de famille" alors qu'elle pensait qu'il aurait plus un appartement de mec célibataire, comme quoi, avec lui, elle avait toujours des surprises. Elle sonna et il ne mit pas longtemps avant de venir lui ouvrir la porte, elle lui fit un sublime sourire : « Salut... » Dit-elle en se mordillant la lèvre, elle ajouta très vite : « J'ai hésité à ramener un petit cadeau et finalement, je me suis dit que ce serais mieux si le cadeau, c'était moi. » Elle ouvrit doucement son trench, laissant apparaître des dessous très sexy. Cela dit, elle avait aussi prévu des affaires de rechanges dans un sac, sac qu'elle avait laissé dans sa voiture. Elle entra, oui parce qu'il caillait et qu'elle était en petite tenue, puis une fois la porte fermée, elle se jeta à son cou, l'embrassant avec passion, évacuant toute la frustration de l'avoir vu toute la journée sans pouvoir le toucher, puis elle dit contre ses lèvres : « Je suis prête à rattraper le temps perdu de New-York et à me pencher sur tout ce que tu veux bébé... Mais j'ai bien envie d'un verre avant. » Elle termina sa phrase en lui mordillant la lèvre et en s'éloignant très vite de lui, retirant son manteau qu'elle posa sur le dossier d'une chaise, un peu de torture, ça ne fait pas de mal !

©clever love.


Spoiler:
 

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mer 18 Fév - 0:34
Encore une journée de boulot qui passait… Une journée qui rapprochait Cassandra de la fin de son stage. Et mine de rien il ne lui restait plus que trois semaines de boulot seulement aux côtés de  Lucas. Et dire que ça faisait déjà plus d’un an qu’elle était son assistante stagiaire. Les deux-là avaient perdus un an à se tirer dans les pattes, alors que tout aurait été beaucoup plus facile entre eux s’ils avaient succombé à l’appel de la chair plus tôt. Bah quoi ? Depuis un petit peu plus d’un mois qu’ils couchaient ensemble, tout était un peu mieux entre eux. Bon bien entendu Cassandra essayait toujours de tenir tête à son patron, d’essayer de faire passer ses idées, mais déjà lui était devenu un tout petit peu plus souple avec elle, et cette dernière insistait moins, et surtout ne râlait plus autant qu’avant. Disons que le stress était vite évacué le soir venu, et ils mettaient la colère qu’ils avaient dans autre chose. Enfin bref, tout ça pour dire que la journée se passait pour le mieux aujourd’hui, mais surtout pour une bonne raison. Bah oui, ils n’avaient pas le temps de se chamailler et perdre du temps. Ils devaient boucler au plus vite leur article, le mettre sur le bureau du rédacteur en chef le plus vite possible pour pouvoir quitter le bureau. Eux d’habitude si enclin à y rester pour passer du temps ensemble sans tout le monde autour, et bien ils avaient prévu une petite soirée bien sympa. Et pour cause, pour la première fois, Cassy allait chez Lucas. C’était un grand pas en avant pour eux, enfin surtout pour lui. Car plus d’une fois, au lieu de s’envoyer en l’air rapidement sur le bureau, la belle avait demandé à Lucas de venir dans son petit appartement qu’elle n’avait rien que pour elle, et qu’au moins ils pourraient prendre plus de temps. C’est vrai que parfois, pouvoir être moins rapide et sauvage, beaucoup plus doux et romantique c’était bien aussi. Et puis bon, changer un bureau pour un lit ou un canapé c’était pas plus mal non ? Mais si Cassy pouvait dégager sa coloc’ quelques temps pour être avec Lucas, lui c’était plus compliqué avec sa fille… Mais ce soir, elle dormait chez sa tatie Lexie xD, du coup Lulu pensait qu’il était peut-être temps pour Cassandra de venir chez lui pour changer… D’ailleurs le temps passait, et la belle demanda à Lucas de partir et de le laisser finir, le temps de passer chez elle prendre une douche et se changer. Il peaufinerait l’article et ferait la dernière lecture tout seul. Il la regarda partir, ou plutôt il la mata un peu, au point qu’il se retrouva perdu dans ses pensées lorsqu’elle s’éloigna…

Bref, il s’était remis au travail assez vite et avait rendu l’article avant de filer chez lui. Sa fille n’était déjà plus là. Il mit au frais une petite bouteille de vin, et alla prendre une douche avant de retourner au salon, attendant que sa … Sa quoi ? Sa petite-amie ? Euh non pas vraiment xD Son jouet préféré ? Un peu ! Enfin bref, il attendait que Cassy débarque enfin, il regarda même sa montre plusieurs fois, commençant à trouver le temps long. Bah oui, il n’aimait pas attendre, et elle avait décidé de ne pas lui dire quand elle arrivait… Enfin alors qu’il allait quand même l’appeler pour savoir quand elle arriverait, la sonnette se déclencha. Pas de doute, à l’heure-là ça ne pouvait être qu’elle ! Il se leva et alla lui ouvrir, il eut le droit à un joli sourire, le mordillement de lèvre de Cassy qui voulait dire j’ai envie de toi, et elle lui annonça avoir pensé ramener un cadeau, mais qu’elle avait changé d’avis pour être elle-même le cadeau. Il se mit à sourire : « Je commençais à trouver le temps long justement… Je n’ai pas encore déballé le cadeau, ni joué encore avec, mais je suis sûr au vu de l’emballage qu’il va me plaire… » puis elle ouvrit son trench, laissant apparaitre seulement de la lingerie sexy en dessous avant d’entrer chez Lucas et de lui sauter au cou pour l’embrasser langoureusement. Pas de doute, elle venait avec une seule idée en tête ! Elle annonça contre ses lèvres être prête à rattraper le temps perdu à NY mais aussi se pencher sur toutes les choses qu’il voulait, mais qu’avant elle boirait bien un verre. Elle termina en lui mordant la lèvre et s’éloignant de lui pour retirer son trench. C’est qu’au final elle apprenait bien, car pour une fois c’est elle qui semblait jouer avec lui, à se balader en petite tenue dans son appartement. Il se mit à sourire : « Trois semaines après il était temps… Du coup y a pas mal d’intérêts qui se sont ajoutés tu sais… Enfin je reviens, juste le temps de prendre deux verres et la bouteille que j’ai au frais… Je te dirais pas de te mettre à l’aise, c’est déjà fait, mais fais comme chez toi… » Puis il alla à la cuisine, revenant une petite minute après avec verre et bouteille…

Spoiler:
 

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mer 18 Fév - 17:41
Après une longue journée de travail, Cassandra avait hâte de rentrer chez elle... Pour en repartir assez vite pour aller chez Lucas ! Enfin, vite tout est relatif... Ce soir, pour la belle brune, c'était une sorte de premier rendez-vous, d'accord, il n'y avait rien d'officiel, mais jusqu'à maintenant, ils ne s'étaient jamais vus chez lui et elle prenait ça pour un petit pas en avant dans leur "relation". Du coup, elle devait se faire belle, enfin plus que d'habitude en tout cas ! Elle croisa sa coloc qui se moqua d'elle, elle avait, soit disant, un air "débile" depuis quelque temps, l'air, qu'ont les gens quand ils tombent amoureux, ce qui énervait notre jeune femme d'ailleurs... Sa coloc était du genre à lui dire les choses qu'elle refusait d'entendre ! Il faut aussi dire qu'elle était la seule au courant de ses coucheries avec son patron, évidemment, elle avait dit à Lucas que personne ne savait, mais elle ne pouvait pas ne pas parler de ça avec sa meilleure amie ! Il serait sans doute en colère s'il savait, mais comme il n'y avait aucun risque... Et puis, il était encore plus sexy en colère, donc ce n'était pas la mort du petit cheval. Bref, elle quitta finalement son appartement direction chez le jeune homme. Elle se gara devant une jolie maison, surprise par la demeure, elle l'imaginait vraiment dans une sorte de loft ou un truc dans le genre, mais pas dans une maison de ce style, comme quoi, il la surprendra toujours ! Enfin, honnêtement, elle ne s'attarda pas plus que ça, trop pressé de le voir. Elle sonna et il ouvrit rapidement, tellement sexy, comme à son habitude et elle disait qu'elle avait pensé à prendre un cadeau et que finalement, le cadeau c'était elle -et c'était moins cher mdr-. Il disait avoir trouvé le temps long et qu'il n'avait pas encore déballé, ni joué avec son cadeau, mais que ça devrait lui plaire. « J'aime bien me faire désirer, surtout quand je sais que je suis très, très attendu... En effet, tu peux être sûr que ça te plaira beaucoup, mais il faudra y faire très attention une fois déballer. » Un peu de douceur dans ce monde brut non mais !

Enfin, elle ne tarda pas à se "déballer" pour lui montrer sa lingerie coquine. Puis elle entra et l'embrassa avec envie avant de dire qu'elle était là pour rattraper le temps perdu à NY et de se pencher sur tout ce qu'il voulait, avant de se détacher de lui rapidement pour le faire languir un peu, disant avoir soif. La première chose qu'il fit, fut de se plaindre ! Entre nous, si ça faisait trois semaines, c'était sa faute, ce n'était que ce soit qu'il l'invitait chez lui. Et puis, depuis, elle s'était penchée très souvent sur le bureau, donc qu'il ne vienne pas se plaindre ! En plus, il ajouta qu'il y aurait des intérêts, non mais regardez-le celui-ci, il ne perdait pas le nord, ça c'était clair et net. Elle leva un sourcil alors qu'il continuait en disant qu'il allait chercher des verres et la bouteille au frais, qu'il ne lui disait pas de se mettre à l'aise, c'était déjà fait, mais qu'elle pouvait faire comme chez elle. La jolie brune se mit à sourire de plus belle en disant : « Cher Mr Davenport, il fallait m'inviter avant, donc je ne vous dois aucun intérêt, au pire s'il en fallait, je crois que vous avez eu assez dans le bureau ! Et je vais donc faire comme chez moi, merci bien. » Elle le laissa aller à la cuisine et tourna sur elle-même pour observer le salon, il avait bon goût, comme quoi, tous les hommes célibataires ne sont pas nuls en décoration. La demoiselle s'installa sur le canapé du salon, et remarqua pas mal de photos d'une petite fille, sans doute sa nièce... Elle savait vaguement qu'il avait une soeur ou un frère ou bien les deux... Il faut dire qu'ils parlaient rarement de leur vie privée, soit ils parlaient boulot, soit ils baisaient ! C'était déjà arrivé de parler de leur famille, à New-York par exemple, mais sans entrer dans les détails. Lucas l'a sorti de sa rêverie en arrivant dans la pièce avec deux verres et une bouteille de vin, elle lui fit un petit sourire alors qu'il s'installa près d'elle et elle dit : « J'aime beaucoup cette maison, en fait t'es une grande personne ! » Elle termina sa phrase en riant un peu, c'est vrai qu'elle, elle n'avait que vingt-et-ans et un appartement en colocation, c'était... Intimidant tout à coup, puis elle ajouta en prenant le verre de vin qu'il lui tendait et en lui montrant une des photos, accrochée au mur : « Tu as beaucoup de photos de cette petite fille, c'est ta nièce ? » A part sa nièce de toute façon... Ou une petite soeur, maintenant, ce n'était plus rare de voir des frères et soeurs avec de grandes différences d'âge.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 21 Fév - 0:40
La soirée s’annonçait bien sympathique… En effet, les deux journalistes avaient vite fini leur article, avec un seul et unique but, pouvoir se retrouver ce soir chez Lucas. Et oui, ce serait une première entre eux. Elle allait découvrir une partie de la vie de Lucas, et ce n’était pas une mince affaire. Bon heureusement la gamine de Lucas était chez sa tante, au moins elle ne ferait pas sa connaissance. Car oui, Lucas restait très secret, il n’était pas du genre à parler de sa vie privée, et d’ailleurs elle devait savoir très peu de détails sur la vie de son amant. La découverte de sa maison serait une première. Enfin notre jeune homme était chez lui, douché et changé, n’attendant plus que sur la venue de la demoiselle. C’est dingue, mais plus le temps passait, plus il avait du mal à définir vraiment son attirance pour la demoiselle, et pour cause, sans même le vouloir, les choses entre eux devenaient plus sérieuses, plus que simplement du sexe. La preuve ce soir ! Il l’avait invité chez lui, ce n’était pourtant pas son genre de faire ça. Ou alors était-ce simplement parce qu’il avait envie de prendre un peu le temps d’être avec elle sans avoir besoin de faire ça vite fait sur le bureau ou dans l’appart’ de Cassy parce qu’elle était seule seulement pour une petite heure avant que sa coloc’ ne revienne. Oui y avait peut-être bien de ça en fait. En tout cas, il l‘attendait, et enfin elle se décida à arriver à sa porte. Notre jeune homme alla donc lui ouvrir la porte, et la jolie brune lui annonça qu’elle avait failli apporter un petit cadeau, mais qu’en fait ce serait elle le cadeau. Très bonne idée tiens se dit Lucas lol. En plus sans même jouer ou déballer son cadeau, il savait déjà que ça lui plairait. Mademoiselle Middleton lui répondit donc qu’elle aimait se faire désirer, et que le cadeau lui plairait à coup sûr, lui disant d’y faire attention par contre une fois déballé. Il eut un petit sourire pour lui dire : « Et tu connais ma patience légendaire… Enfin si t’es sûr que le cadeau me plaira je te fais confiance. J’en déduis donc qu’il est fragile et qu’il va falloir le manier avec douceur et précaution c’est ça ? » Et c’était tant mieux, le sexe sauvage sur le pouce c’était sympa, mais un peu de douceur, de romantisme dans les actes comme à New York il y a trois semaines, c’était aussi très bien. Ils avaient passé un très bon weekend, rempli de délicatesse, donc retrouver ses moments il ne disait pas non du tout…

Puis elle déballa d’elle-même son cadeau, ouvrant son trench pour dévoiler sa petite lingerie sexy avant d’entrer et l’embrasser langoureusement, lui faisant clairement comprendre ce qu’elle venait faire ici. Mais bon, ça il le savait déjà. Elle disait qu’elle était prête à rattraper le temps perdu à NY et se pencher sur un tas de choses. Lucas ironisa donc en disant que trois semaines après il était temps, mais surtout qu’il y aurait des intérêts. Oui, il trouvait un moyen de prolonger la soirée en nuit quoi. Pas qu’elle reparte directement après qu’ils se soient amusés. Puis il annonça qu’il allait leur chercher à boire vu que la demoiselle avait soif. Néanmoins, elle lui répondit qu’il aurait dû l’inviter avant, et que pour les intérêts, il en avait eu déjà pas mal au bureau. Il ne dit rien, s’éclipsant en cuisine avant de revenir en disant directement : « Sinon je te rappelle que je suis assez gourmand, et c’est moi qui fixe les modalités. Or au bureau ça ne compte pas vu que c’était hors boulot. Donc je compte bien rattraper le temps perdu à NY ce soir ! Je l’ai décidé, ce sera comme ça ! » L’autorité, elle adorait ça, il en jouait un peu. Mais surtout, il comptait vraiment profité avec elle ce soir, pour une fois qu’ils avaient du temps en tête à tête hors du bureau… En revenant, elle lui dit néanmoins aimer sa maison, la qualifiant en fait de grande personne, ce qui l’amusa beaucoup : « Je te remercie, et t’as pas encore tout vu… Enfin c’est sûr que moi je n’ai pas vingt et un ans, ça se ressent un peu dans la maison » Elle provoque ? Et bien il réplique. Mais bon, c’était fait dans la bonne humeur. Il lui tendit un verre de vin et elle l’interrogea sur une photo au mur, lui demandant si c’était sa nièce cette gamine présente à plusieurs endroits dans le salon. Il eut un petit sourire sur le visage et but une gorgée avant de lui répondre : « Non je n’ai pas de nièce, pas encore en tout cas… Cette gamine dans le salon c’est mon petit jardin secret. J’en parle pas beaucoup, comme tu le sais depuis un an je parle pas beaucoup de ma vie privée… Et bah en fait cette jolie demoiselle c’est ma fille… » Il termina avec l’œil pétillant, limite un sourire fier de sa fille sur les lèvres. Bah oui, sa petite princesse était trop mignonne, et il était fièr d’être son papa. Juste qu’il n’aimait pas du tout parler de sa vie privée, surtout au boulot. Si on pouvait éviter que tout le monde connaisse sa vie amoureuse c’était bien. Bon ok là c’est sa fille, mais tout le monde s’interrogerait sur la maman, et il n’avait pas envie que tous le journal connaisse son histoire…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 21 Fév - 19:49
La voilà donc chez Lucas, un peu nerveuse d'être là en fait, comme c'était la première fois qu'elle venait, elle savait intérieurement que leur relation venait de passer à un stade supérieur et qu'il ne devait pas souvent emmener de filles ici, sinon, ils seraient déjà venus tous les deux. Son malaise se stoppa quand il ouvrit la porte, beau à tomber dans son costume, avec juste le bouton ouvert. C'était incroyable l'effet qu'il pouvait lui faire ! Ce qui était encore plus incroyable, c'est qu'avant qu'ils ne couchent ensemble, il ne lui faisait aucun effet particulier, évidemment, elle le trouvait beau... D'ailleurs, toutes les filles du journal le trouve beau, au grand dam de Cassy depuis quelques temps ! Ecouter des filles dire à quel point il est canon, sans pouvoir leur dire qu'elles rêvent, car il est à elle, c'était difficile... Il n'avait beau rien n'avoir d'officiel entre eux, ça n'empêchait pas notre belle brune d'être très jalouse et Lucas, l'était aussi, elle avait pu le voir il y a quelques jours quand elle avait pris un café avec James, le gars qu'elle était censée voir le soir où tout a commencé avec son patron... Bref, il n'avait pas du tout apprécié qu'elle le voit et le pire c'est qu'elle l'avait trouvé hyper sexy en colère et jaloux... Ce qui faisait d'elle une tordue, mais elle le savait déjà ça ! Enfin, quand il ouvrit la porte, il disait qu'il avait trop attendu et elle répondit qu'elle aimait se faire désirer, puis quand elle disait, être son cadeau, elle lui demandant d'y faire attention et il répondit que s'il était fragile, il allait devoir le manier avec douceur et précaution, ce qui amusa la belle qui répondit avec un petit sourire : « Exactement bébé... » Et tout en disant ça, elle retira son manteau pour lui montrer à quel point elle était sexy en dessous, puis elle l'embrassa avant de dire qu'elle était prête à rattraper le temps perdu et à se pencher sur tout ce qu'il voulait... Quand il parla d'intérêts, elle lui rappela qu'il fallait l'inviter avant et qu'en plus, elle avait déjà payé ça au bureau. Il se mit à sourire, mais ne répondit rien, allant chercher à boire, du coup, elle en profita pour s'asseoir sur le canapé et quand il revint, il lui dit directement que c'était lui, qui fixait les modalités et que c'était comme ça et pas autrement. Oh, le Lucas autoritaire qui la rendait folle... Mais, elle répondit : « Oh je vois... Néanmoins, nous ne sommes pas au boulot et je ne suis en aucun cas obligée d'obéir à quoi que ce soit. » Elle termina sa phrase en mordillant sa lèvre comme pour le défier, comme elle aimait tant le faire.

Puis, pour ne pas se sauter dessus directement comme des lapins d'élevages (xD), elle lui parla de sa maison, disant qu'elle l'aimait beaucoup et qu'au final, il était une grande personne. Et oui, ça lui rappelait qu'au fond, elle n'était encore qu'une petite étudiante qui allait bientôt devoir éplucher les petites annonces pour des boulots de pigistes ou d'assistantes, dans des journaux, alors que lui, il serait encore journaliste. C'était limite un pincement au coeur de se dire qu'une fois son stage terminé, la réalité allait reprendre le dessus. Enfin, il la remercia en disant qu'elle n'avait pas encore tout vu et il ajouta qu'effectivement, lui n'avait pas vingt-et-un ans et que ça se ressentait chez lui. C'est vrai qu'il était venu plusieurs fois chez elle, et à côté d'ici, ça ressemblait à un champ de bataille ! Que ce soit elle ou sa coloc, le ménage, ce n'était pas leur fort, enfin c'est surtout qu'elles n'avaient pas beaucoup de temps devant elles pour tenir leur appartement correctement. Mais sa petite pique la fit sourire, et elle répondit avec un sourire coquin sur les lèvres : « Je suis jeune et inexpérimentée et c'est ce que tu aimes chez moi, tu adores m'apprendre des choses... » Et là, évidemment, elle ne parlait pas du boulot, enfin, pas seulement ! Cela dit, c'était vrai, si elle était plus âgée, elle n'aurait rien besoin d'apprendre, d'ailleurs, ils ne seraient jamais rencontrés étant donné qu'elle aurait effectué son stage depuis longtemps. Finalement, Lucas lui tendit un verre de vin et la belle profita de ce moment "on parle un peu avant baiser" pour lui demander qui était la petite fille sur les photos, s'il n'y avait qu'une photo, elle n'aurait sans doute pas posé la question, mais elle était sur de nombreuses photos. Il disait donc que non, il n'avait pas de nièce et elle faillit s'étrangler avec son vin quand il disait que c'était sa fille. Sa fille ? Sa fille ? SA FILLE ? Depuis quand il avait une fille ? Depuis pas mal d'années vu la tête de la gamine qui devait bien avoir au moins cinq ans. « Tu as une fille ? J'en reviens pas... » Pourquoi était-elle si mal à l'aise d'un coup ? Elle repensait à tout ce qu'ils avaient fait depuis un mois, au fait qu'elle soit en sous-vêtement en ce moment-même... Dans le salon d'un père de famille quoi ! Elle se recula instinctivement de lui, attrapant un cousin pour se couvrir, enfin tenter de le faire, en balbutiant : « Je suis désolé... C'est un peu un choc pour moi. Je veux bien que tu ne parles pas de ta vie privée, mais c'est tellement énorme... Tu es marié ? Mon dieu, je suis ta maîtresse c'est ça ? » Oui elle disait n'importe quoi, mais elle paniquait vraiment là !

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 24 Fév - 0:17
La patience n’était déjà pas une vertu de Lucas qui aimait maitriser les choses, mais alors ce soir c’était encore pire. Et oui, notre jeune homme avait invité pour la première fois sa stagiaire à venir chez lui pour … Enfin voilà il l’avait invité chez lui pour la première fois, trouvant l’occasion que sa fille passe la soirée chez sa tante. Et oui, avec une gamine on ne pouvait pas vraiment faire ce qu’on voulait, alors étant donné qu’elle n’était pas là ce soir, c’était l’occasion de passer une bonne soirée avec Cassandra. Oui, passer du temps ensemble au boulot, c’était cool, mais il fallait faire attention à tout, et surtout ils ne pouvaient pas prendre le temps de s’amuser comme ils avaient pu le faire à NY. Tout était dans la précipitation… Et même quand ils allaient chez Cassy, c’était le même problème, elle avait toujours peur que sa coloc’ ne rentre. D’ailleurs ils se quittaient tout le temps avant que cette dernière ne rentre. C’est ça d’avoir une relation secrète… Enfin elle était enfin là, et c’est avec un joli sourire que Lucas ouvrit la porte. La demoiselle s’était faite désirer, mais elle disait avoir un cadeau pour son amant, et que ce cadeau ce serait elle ! Hum c’est que ça devenait très intéressant. Surtout que ce genre de cadeau, il était sûr de l’apprécier et de passer du bon temps avec, même avant de l’avoir déballé. Néanmoins, Cassandra lui disait d’y faire attention. En même temps ce soir il n’avait aucune envie de la malmener, si il l’avait faite venir ici, c’était pour prendre son temps, être un minimum romantique et oublier les trucs vite fait. Il lui demanda donc si elle disait ça car le cadeau était fragile et demandé d’être manié avec précaution. Et bingo ! En effet, elle le lui confirma avec un joli sourire. Comme quoi sans se le dire ils étaient sur la même longueur d’onde et qu’elle désirait aussi un peu de douceur dans leur vie habituellement si sauvage… En disant cela, elle avait d’ailleurs retiré son manteau pour exhiber aux yeux de notre beau brun sa jolie lingerie de ce soir. Il la regarda plein d’envie et se mordilla la lèvre en la matant et disant : « D’accord… Je te promets d’en prendre très soin cette fois… » Comparé aux autres fois où ils font ça vite fait. Puis ils échangèrent un long baiser avant qu’elle ne se dise prête à rattraper le temps perdu à NY. Enfin dit-il à sa manière ! xD. Enfin il la laissa mijoter, allant chercher de quoi boire un peu de vin et revint vers elle, assise sur le canapé en lui disant que c’est lui qui fixait les règles, et qu’en l’occurrence au bureau elle n’avait rien rattrapé du tout. Que c’était comme ça qu’elle le veuille ou non. Mais bien sûr ce serait trop facile… En effet, Cassy lui dit en le défiant avec son air coquine qu’ils n’étaient pas au bureau, donc qu’elle n’était pas obligée d’obéir. Il haussa les épaules et reprit : « Oh je vois… » dit-il moqueur avant de continuer : « T’as raison, mais néanmoins dans ton intérêt tu sais que c’est toujours bon de m’obéir, même si on n’est pas au bureau… » puis il s’installa à côté d’elle en lui glissant dans un murmure face à ses lèvres : « Rappelles toi de New York, on n’était pas au boulot et tu n’as pas regretté ton obéissance… » conclut-il avec un sourire coquin qui en disait long…

Enfin alors qu’il servait le vin à la demoiselle, cette dernière lui disait apprécier énormément sa maison, et qu’elle ne l’imaginait pas comme ça, plaisantant en disant qu’il était grand finalement. Et oui, ça changeait de son appart’ en colocation, pas super rangé. Oui, il ne disait rien, mais c’est vrai qu’on voyait bien chez elle que c’était deux jeunes étudiantes qui vivaient dans l’appartement et que par conséquent, niveau rangement ce n’était pas le top. Enfin heureusement que sur ce détail Lucas recevait un coup de main, sinon sa maison ne serait pas aussi bien rangée. Puis la jolie demoiselle eut un petit sourire pour lui dire qu’elle était jeune, et qu’il aimait justement lui apprendre des choses. Ah bah c’est sûr que sur leur relation, elle était très malléable et réceptive, et il adorait ça, il n’allait pas le nier. « Bien sûr… J’aime pouvoir t’apprendre un tas de choses, et te façonner comme j’en ai envie, surtout que tu as soif de savoir… » dit-il l’air coquin avant de reprendre en rigolant : « Mais ne comptes pas sur moi pour t’apprendre à entretenir ton appartement ma belle… » Enfin là le sujet était nettement plus sérieux… Oui, la jolie brune pendant son attente au salon avait repéré des photos d’une jolie petite fille, pensant que c’était la nièce de Lucas. Mais ce dernier lui annonça qu’il n’avait aucune nièce. Il n’aimait pas parler de sa vie privée, mais avait-il le choix là ? Pas vraiment… Il lui annonça donc avoir une fille, et la belle faillit s’étouffer avec son vin, disant ne pas en revenir qu’il avait une fille. Il eut un petit sourire et répondit taquin : « Ne t’étouffes pas hein… quoi ? J’ai pas ce qu’il faut pour être père que tu n’en reviennes pas ? » Cassy eut un mouvement de recul en prenant un coussin et le mettant devant son buste, se retrouvant totalement perturbé, au point de bafouiller un peu, s’excusant et se disant choquée tant cette révélation sortait de nulle part. Mais elle le fit rire lorsqu’elle lui demanda s’il était marié, plus encore lorsqu’elle disait être la maitresse. Il posa une main sur le genou de Cassandra et tenta de la rassurer avec un petit sourire charmeur qu’elle aimait tant : « Je me doute que ça surprends… Mais détends toi ça va aller… Parce que non je ne suis pas marié, et tu n’es pas ma maîtresse puisque je suis père célibataire… T’as aucune raison de t’inquiéter là-dessus… » dit-il en caressant le genou de Cassandra avant de reprendre : « Mais je préférerais que ça ne fasses pas le tour du journal si ça te dérange pas… » Bah ouais, parce que dans le fond il faudrait expliquer aussi pourquoi il était un père célibataire, et il en avait très peu envie...

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 24 Fév - 10:40
La belle avait donc ouvert son manteau, lui montrant sa lingerie sexy, bien décidée de rendre fou son Lucas et à passer une nuit de folie, sauf que cette fois, comme à New-York, ils avaient le temps et elle lui disait donc d'y allait doucement. Bon, ce n'était pas un bourrin non plus, mais au bureau, ils n'avaient pas le temps de... Prendre leur temps justement, ayant trop peur d'être surpris, ce qui serait con, même s'ils attendent toujours le soir, quand il n'y a presque plus personne et que, techniquement, ils ne sont plus dans leurs heures de boulot. Cela dit, ça faisait quand même mauvais effet et quand elle pense que dans trois semaines, tout ça sera terminé, elle était un peu triste. Enfin, Lucas la regarda intensément, en même temps, n'importe quel homme au vu de cette tenue la regardait ainsi, mais bon, les autres elle s'en foutait, le seul à qui elle voulait faire de l'effet était devant elle et il semblait ravi, plus que ça même. Il promit d'en prendre soin et la fit entrer chez lui. La jolie brune ne perdit pas de temps pour lui sauter au cou, l'embrassant à pleine bouche avant de dire qu'elle voulait rattraper le temps perdu à New-York, mais qu'elle voulait bien un verre avant. Il la laissa donc au milieu du salon et elle s'installa sur le canapé, il ne tarda pas à revenir en prenant son air de patron sexy qu'elle ferait une nouvelle fois ce qu'il voulait, mais d'humeur joueuse, elle disait qu'elle n'était pas obligée, qu'ils n'étaient pas au bureau. Il disait qu'elle avait raison (oh !) mais que dans son intérêt, elle savait qu'elle devait lui obéir, que ce soit ici ou ailleurs, lui rappelant qu'à New-York elle n'avait pas regretté son obéissance et en plus il disait ça avec un air sexy qui la faisait fondre en deux secondes et là, ce n'est pas l'envie qui lui manquait de lui sauter dessus et lui dire de la prendre sur-le-champ ! Mais bon... C'était son idée de prendre leur temps, donc ça ne le ferait pas trop. « Dans mon seul intérêt tu es sûr ? Je pense que c'est dans votre intérêt aussi Mr Davenport. » Dit-elle un sourire coquin sur les lèvres avant d'ajouter : « New-York ? New-York... Je ne me souviens pas de New-York, à part des boutiques évidemment, le reste n'a pas dû me marquer. » Oh si elle s'en rappelait et à chaque fois qu'elle y pensait, elle devenait folle de désir pour lui !

Puis la conversation dévia sur sa maison et ce n'était pas plus mal qu'elle déviait sinon elle sentait qu'ils se sauteraient dessus rapidement... Bref, elle lui disait donc qu'elle aimait beaucoup sa maison, qu'il était une grande personne... Comparé à elle qui vivait en colocation avec sa meilleure amie et que leur appartement n'était jamais vraiment rangé. D'ailleurs, il se moqua un peu, du fait, qu'en effet, Cassy, elle était jeune et elle ne manqua pas de lui dire qu'en même temps, c'est ce qu'il aimait chez elle, qu'elle soit jeune et inexpérimentée et qu'il pouvait lui apprendre ce qu'il voulait. Lucas ne niait pas, disant qu'il aimait lui apprendre des tas de choses et la façonner à sa façon, ce qui amusa la jolie brune d'ailleurs, surtout quand il termina en disant qu'elle avait soif de savoir. Tu m'étonnes ! La phrase suivante la fit beaucoup rire, quand il disait qu'il n'allait pas lui apprendre à ranger son appartement par contre. « Très cher, mon appartement n'est pas rangé, car je n'ai pas le temps ! Je travaille pour un patron sadique qui adore m'apprendre des choses et me façonner à sa façon, comme il dit et me fait finir à des heures pas possibles, tout ça pour me baiser sur son bureau ! Alors, forcément, quand je rentre, je prends une douche rapide et dodo ! » Dit-elle avec un petit sourire sur le visage, le pire, c'est que c'était vrai ! Après ce petit passage amusant, qui aurait pu penser que la conversation deviendrait aussi bizarre ? Cassy devrait vraiment tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de parler des fois... Il venait juste de lâcher une bombe en disant avoir une fille et elle faillit s'étrangler avec son vin. C'était tellement énorme... Avec la réaction de la belle brune, il demanda, taquin, s'il n'avait pas ce qu'il fallait pour être père, euh... Elle ne répondit rien, bien trop choquée par cette révélation, d'ailleurs elle eut un mouvement de recul, et prit un coussin pour se cacher en lui demandant s'il était marié et si elle était sa maîtresse ! C'est peut-être pour ça qu'elle n'était jamais venue ici avant, sa femme avait un cours de yoga ce soir et il en profitait ! Le jeune homme posa sa main sur son genou en disant qu'il savait que ça pouvait surprendre, mais qu'il était père célibataire, donc non, elle n'était pas sa maîtresse. C'était déjà ça, elle se détendit un peu avant de dire : « Me voilà rassurée... Je crois. Père célibataire ? Comment ça ? » Ah ben oui, maintenant il allait devoir lui fournir des explications... Il se mit à caresser son genou, un frisson lui parcourut l'échine, il avait le don de lui embraser sa petite culotte en deux secondes, mais tout en caressant sa peau, il disait qu'il ne voulait pas que ça fasse le tour du journal, elle repoussa sa main, histoire de garder les idées claires : « Bien sûr... Je n'avais pas l'intention de dire ça à la machine à café lundi matin. » Termina t-elle en levant les yeux au ciel, elle n'était pas stupide non plus.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Ven 27 Fév - 0:42
Lorsqu’elle ouvrit son trench pour laisser apparaitre sa jolie lingerie sexy, Lucas ne pensait plus qu’à une seule et unique chose, passer une soirée, voir si elle l’acceptait une nuit de folie ici chez lui pour sa première venue dans la demeure de notre beau brun. Et oui, c’était une première, et ils avaient tous les deux le temps aujourd’hui de faire les choses biens, et pas seulement s’envoyer en l’air rapidement avant que quelqu’un ne rentre ou que quelqu’un soit susceptible de les trouver entrain de copuler sur le bureau. En résumé, son cadeau, en l’occurrence Cassandra et sa lingerie faisaient très plaisir à Lucas, et il comptait bien profiter d’elle ce soir, c’est d’ailleurs pour ça qu’il ne l’avait pas encore plaqué contre la porte après ce baiser et qu’il avait accepté d’aller leur chercher à boire. Au moins ils prenaient le temps, et ça c’était plaisant. Et puis ce serait dans le prolongement de New York d’ailleurs. En effet, là-bas, ils avaient passé une nuit douce, remplie de folie et de choses sortants de l’ordinaire, mais tout s’était déroulé dans la douceur malgré les accessoires utilisés pour immobiliser la jeune stagiaire. Cassy essaya de se dédouaner des intérêts qu’elle devait à Lucas pour le temps perdu à NY, mais elle disait que c’est lui qui ne l’avait pas invité avant. Bon ok elle n’avait pas tort, mais il avait très très envie d’en profiter, donc il lui annonça que de toute façon c’était lui qui décidait, et que ce serait comme lui le voudrait, et pas autrement. Le côté autoritaire, elle adorait, il en jouait donc un peu ce soir même s’ils n’étaient pas au bureau. D’ailleurs elle ne manqua pas de le provoquer, disant qu’ils n’étaient pas au boulot et que par conséquent elle n’était pas obligée d’obéir à ce qu’il disait. Pas faux, sauf que c’était dans son intérêt de le faire, car elle ne regretterait pas une seule seconde le bien que ça lui procurerait si elle était docile avec son patron. Mais ça elle le savait déjà, et elle l’avait très bien compris depuis un mois… Mais surtout l’argument imparable, c’était NY, là-bas elle avait pris son pied comme jamais depuis qu’ils couchaient ensemble. Néanmoins elle lui indiqua que ce n’était pas seulement dans son intérêt à elle, mais à lui également. Il répliqua donc sourire coquin aux lèvres : « Ok… Donc disons que dans notre intérêt commun, tu vas m’obéir ce soir aussi… » Puis elle continua sa provocation en disant qu’hormis les boutiques, rien ne l’avait marqué à New York. Il reprit donc sur le même ton que la demoiselle : « Oh je vois… Donc mademoiselle Middleton vous ne voyez aucun inconvénient si que ce qu’il s’est passé lors de notre nuit à New York soit la seule et unique fois que ça se passe de la sorte ? » Parce que oui, il savait qu’il lui avait procuré un plaisir de fou comme jamais il ne l’avais fait hors cette nuit-là, mais si ça l’avait pas marqué, autant ne plus recommencer… Ce serait dommage de louper ce plaisir alors que justement cette nuit il comptait lui faire beaucoup de bien… Et surtout pour elle dommage de s’en priver par provocation…

Enfin alors qu’il leur servait un verre, la belle lui annonça qu’elle appréciait beaucoup sa maison, nettement mieux organisé il faut que le dire que la sienne. Et oui, pas évident d’avoir vingt et un an et de vivre en colocation. Autant dire que ça n’aidait pas à avoir une maison clean. Et comme elle continuait un peu à le provoquer avec ses phrases, il en avait fait de même et du coup il lui avait dit que même s’il lui apprenait pleins de choses, il ne fallait pas espérer qu’il lui apprenne à ranger ou nettoyer son appartement, ça c’était juste hors de question ! Non parce que juste avant elle disait qu’il aimait lui apprendre pleins de choses, mais surtout la façonner comme il le souhaitait sur le plan relationnel hors bureau. C’était tellement intéressant ça. En tout cas, ça semblait l’amuser d’entendre tout ça puisqu’elle lui répondit qu’elle n’avait pas le temps pour ranger son appartement car son patron sadique prenait de son temps pour la façonner et lui apprendre pleins de choses en plus de la faire finir tard pour la baiser sur son bureau. Du coup, c’était boulot, douche, dodo en rentrant, ce qui l’amusa à son tour : « Tellement sadique ce patron… Je te plaindrais presque de finir tard, tout ça pour te faire prendre sur ton lieu de travail, mais en fait non ! Surtout que du coup vous partez du bureau en même temps... En tout cas je note qu’après l’effort y a le réconfort, et suite à ce réconfort tu n’as plus qu’une seule envie, aller faire de beaux rêves… » Bah ouais, à l’entendre on croirait qu’elle est crevée de se faire baiser xD. En tout cas il aimait beaucoup entendre ces mots de la bouche de Cassandra… Ceux qu’il aimait moins, ce fut lorsqu’elle l’interrogea sur sa fille, pensant que c’était sa nièce. La belle n’en revenait pas qu’il soit père, mais n’alla tout de même pas remettre en doute ses compétences de papa lorsqu’il lui demanda son avis. Néanmoins elle recula un peu contre l’accoudoir du canapé en mettant un coussin devant elle, paniquant à l’idée d’être la maitresse d’un homme marié, et père de famille qui plus est. Cela le fit rire un peu, et il essaya de la calmer en posant sa main sur son genou et lui disant qu’il était père célibataire. Elle se calma mais que très légèrement, demandant néanmoins pourquoi il était père célibataire. « Détends toi Cassandra… Et bien j’élève seul ma fille, sans Madame Davenport au tableau… » Etait-ce ça qu’elle voulait savoir ? Ou savoir pourquoi la mère n’était pas là ? Il ne savait pas trop, donc il n’entrait pas trop dans les détails, et il caressa le genou de Cassandra pour continuer à ce qu’elle se détende. Néanmoins elle repoussa sa main lorsqu’il lui disait qu’il voulait que ça reste entre eux et qu’elle n’en parle pas. Elle confirma en levant les yeux au plafond, disant qu’elle ne comptait pas en parler à la machine à café. Il eut un léger sourire et il se rapprocha un peu d’elle sur ce canapé en disant : « Merci Cassy … » Puis il reprit après un blanc en prenant doucement le coussin de la demoiselle : « Maintenant que le choc de la nouvelle on va peut-être pouvoir reprendre où on en était non ? Je te rassure, on est tout seul à la maison ce soir… » Au cas où elle se mette à penser que sa fille dormait dans sa chambre pendant qu’eux étaient dans le salon, dont Cassy en petite tenue xD…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Ven 27 Fév - 23:06
La belle entra chez Lucas pour la première fois et la première chose qui la frappa c'est que ça semblait une maison familiale, loin de la maison d'un mec célibataire, comme quoi, elle pensait connaitre son patron de mieux en mieux, mais au final, il la surprenait encore. Le beau brun s'éclipsa alors qu'elle s'installa sur le canapé, il revint avec du vin en disant qu'il comptait bien lui faire rattraper le temps perdu de New-York maintenant et avec les intérêts depuis le temps. Cassy, bien décidée à le provoquer disant qu'elle l'avait déjà fait à, de nombreuses reprises au bureau et qu'en plus, il fallait l'inviter avant. Du coup, Mr Davenport, très taquin ce soir décidément, disait qu'elle n'avait pas le choix et qu'elle adorait qu'il soit autoritaire, lui rappelant l'épisode de New-York. Elle avait été docile et oui, elle avait pris son pied comme jamais. Bon, elle fit genre qu'elle ne se souvenait pas, sauf des boutiques et Lucas répliqua qu'elle ne voyait donc pas d'inconvénient à ce que ce qu'il s'était passé à NY ne se reproduise jamais. Oh non ! Surement pas ! Mais lui dire non, ce serait lui faire admettre qu'il a raison, du coup, elle préféra botter en touche et parler de son logement. Elle disait, qu'elle aimait beaucoup sa maison, bien rangée, comparé à la sienne. Et oui vivre en colocation et être au boulot la moitié du temps c'était dur de pouvoir tenir sa demeure. D'ailleurs, il disait qu'il adorait lui apprendre des choses, la façonner comme il aimait et bien qu'elle avait l'impression d'être une sorte d'expérience, il fallait avouer que ça lui faisait beaucoup d'effet... Jusqu'à ce qu'il y aille de sa petite blague, en disant qu'il ne lui apprendrait pas à ranger sa maison. Elle se mit à rire avant de dire qu'elle avait un patron sadique, qui la faisait rester tard pour la baiser sur son bureau et du coup, elle était trop crevée pour ranger le soir venu. Le jeune homme répondit qu'il la plaindrait presque de se faire prendre sur son lieu de travail, ce qui la faisait sourire, avant d'ajouter qu'après l'effort, il y avait le réconfort et qu'elle n'avait plus qu'une seule envie, celle de se coucher : « Et oui, un patron sadique, beaucoup trop beau et sexy pour rester concentrée toute la journée... Mais tu as raison, c'est beaucoup, beaucoup de réconfort, du réconfort un peu fatiguant, mais je n'échangerais ma place pour rien au monde, et j'espère que tu ne feras pas ça avec toutes tes stagiaires. » Dit-elle en se mordillant la lèvre, sur le bureau ou ailleurs, d'ailleurs.

Et alors que la discussion semblait bien partie pour se finir en partie de jambe en l'air, la jolie brune eut la mauvaise idée de demander qui était cette petite fille sur les photos. La réponse de Lucas la prit de cours et c'est vrai que l'ambiance fut plombée... En effet, il lui annonça que c'était sa fille, forcément, la belle se demandait s'il était marié et si elle était sa maîtresse ! Oui, elle paniquait vraiment, elle n'avait pas envie de bousiller une famille, et si elle était là alors que sa femme était partie bosser ou qu'elle était sortie avec des amies ! C'était peut-être pour ça qu'elle n'était encore jamais venue ici... Mais le beau brun la rassura tout de suite, posant sa main sur son genou en disant qu'il était père célibataire, la voilà rassurée... Ou pas. Du coup, elle insista, il entendait quoi par "père célibataire" ? Tout ce qu'il se contenta de dire c'était qu'il élevait seul sa fille, sans madame Davenport. Et il croyait vraiment qu'elle allait se contenter de ça ? Evidemment, elle voulait en savoir plus, beaucoup plus ! « Et tu crois que je vais me contenter de ça ? Tu as une fille que tu élèves seul, visiblement, donc maintenant que je suis au courant de ça, je voudrais bien savoir le pourquoi du comment... » Normal non ? Et pour être certaine de garder les idées claires, elle repoussa sa main. Restons concentrés non mais ! Néanmoins, il lui demanda de ne pas en parler au bureau, il commençait à la connaitre pour savoir que les ragots, ce n'était pas son genre et elle se sentait presque insultée qu'il puisse penser ça, elle le rassura et il s'approcha un peu d'elle en la remerciant. Il avait son sourire et son regard "je veux te baiser" et elle trouvait ça injuste qu'il utilise ça en plein milieu d'une conversation sérieuse, surement parce qu'il n'avait pas envie de parler de sa vie privée. Il lui reprit son coussin et elle ne pouvait même plus reculer, elle était déjà contre l'accoudoir, il lui disait qu'ils pouvaient reprendre où ils en étaient maintenant que le choc était passé et qu'ils étaient seuls, elle se doutait, qu'il n'invitait pas des femmes, si sa fille était dans les parages. Elle posa sa main sur son torse pour le maintenir à distance en disant : « Mr Davenport, essayez-vous d'utiliser le sexe pour éviter la conversation ? C'est très déloyale et puis, j'avoue que je suis un peu mal à l'aise maintenant et que l'ambiance s'est nettement refroidie. » De plus, c'était sa tactique de faire ça, c'était un truc de filles d'ailleurs, les mecs n'ont pas le droit d'utiliser le sexe pour éviter une conversation !

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Lun 2 Mar - 0:52
Voyez-vous comment la jolie brune esquivait habilement la discussion… En effet, Lucas demandait des intérêts à Cassandra pour le temps perdu à New York, mais elle ne semblait pas de son avis, préférant lui dire qu’elle n’était pas au bureau, et que par conséquent elle n’était pas obligée de lui obéir ici ce soir comme il venait de le dire. C’est qu’elle le cherchait ! Il avait donc subtilement rappelé leur nuit de folie à New York, où elle s’était plié aux volontés de Monsieur pour prendre son pied comme jamais. Mais la provocation de Cassy alla plus loin puisqu’elle lui annonça ne rien se souvenir d’autre que les boutiques qu’elle avait faites. Très bien, donc la nuit et le bien qu’il lui avait procuré elle n’en avait aucun souvenir ? C’est qu’elle ne voulait peut-être pas revivre ce genre d’extase. Après c’était bien dommage pour elle mais bon… D’ailleurs c’est ce qu’il lui fit comprendre en lui disant qu’elle ne voyait donc pas d’inconvénients à ne pas réaliser le même genre de moment vu que ce n’était pas très marquant. Et c’est donc cette discussion qu’elle évita, ne répondant même rien du tout pour préférer parler de sa magnifique demeure. Oh ! Et bien elle ne l’emporterait pas au paradis … D’ailleurs pour l’atteindre comme à New York, elle pourrait se lever de bonne heure si elle osait oublier volontairement cette nuit-là, qui était quand même leur seule vrai nuit ensemble, et que ce fut extrêmement bon ! Enfin bref, donc elle disait que comparer à lui, son appartement n’était pas très bien rangé car son patron était un sadique la faisant finir très tard, tout ça pour la sauter sur le bureau, et que du coup elle rentrait et se couchait très vite. Ça amusait beaucoup Lucas, car on croirait presque qu’elle n’avait pas le choix que de laisser son patron la prendre au bureau. Elle en rajouta une petite couche, terminant même avec une petite déclaration en disant que ce patron sadique était beau et sexy, au point qu’elle avait du mal à rester concentrée sur son travail, mais que ce réconfort ensuite était bon et fatiguant, mais qu’elle aimait ça. Elle se mordillait la lèvre la coquine en disant qu’elle ne voudrait pas changer sa place avec quelqu’un, et qu’elle espérait qu’il ne fasse pas comme avec elle avec ses autres stagiaires : « Oh… Pas cool ça… Ce patron va devoir faire des efforts pour être moins attirant alors, histoire que tu te mettes plus sérieusement  à bosser… » dit-il assez durement avant de reprendre avec un petit sourire coquin : « Et t’as bien raison de ne pas vouloir échanger ta place, je suis bien de ton avis. Même après une bonne journée de boulot, le réconfort, même s’il fatigue est toujours un régal ! Et je te rassures, je ne comptes pas rester bloquer dans un ascenseur avec toutes mes  stagiaires, et je pense pas qu’elles auront ce qu’il faut pour me faire craquer comme tu l’as fait ! Et enfin habituellement je bosse seul, je ne sais pas ce qu’il leur a pris de me mettre quelqu’un avec moi, mais au final on ne va pas s’en plaindre hein ? » Sans ça , rien ne serait pareil. Quoi que ça aurait été pour lui plus facile de draguer la demoiselle s’il n’avait pas travaillé avec…

Enfin l’ambiance tourna un peu lorsque Cassandra demanda qui était la ravissante petite fille sur beaucoup de photos. Et oui, Lucas venait d’annoncer à sa stagiaire qu’il avait une fille de bientôt sept ans ! Pas évident à encaisser quand vous êtes dans une relation depuis un mois avec quelqu’un, que vous le côtoyez depuis un an et plus, et que vous apprenez qu’il est père de famille ! Il comprenait donc qu’elle soit un peu choquée ! Enfin pas besoin de se faire des films, elle n’était la maitresse de personne et il la rassura là-dessus très vite. Il posa même une main sur son genou pour appuyer ses mots, mais il savait bien qu’il devrait s’expliquer. La preuve, elle lui demanda pourquoi il était un père célibataire. Il dit donc que simplement la mère n’était pas là. Bah quoi ? ça répondait à la question non ? Et bien par pour Cassy qui en plus de repousser la main de Lucas lui disait qu’elle n’allait pas se contenter de cette réponse et qu’elle voulait savoir pourquoi il élevait seul une petite fille. Il soupira un peu. Rentrer dans les détails, c’était d’un chiant, et surtout ça brisait encore plus l’ambiance et la tension sexuelle qui était déjà bien retombée mais bon, c’était ça ou rien de toute façon : « T’as pas été très claire surtout… Elle est partie quand Lily avait six mois car après l’accouchement elle a fait une dépression post-natale. Du coup elle n’a jamais réussi à être une mère et à rester avec la petite, ce qui explique que je suis un père célibataire. Et comme tu le sais je finis souvent tard, donc heureusement j’ai ma sœur et mes parents pour la garder le temps que je rentre. Ça répond un peu plus à tes questions ? » Enfin il valait mieux cela dit… Puis il lui demanda de ne pas en parler. Bon ça coulait de source, mais il le disait tout de même, lui demandant de garder ça entre eux, ce qu’elle accepta logiquement. Puis il se rapprocha d’elle avec un joli petit sourire et un regard plein d’envie, prenant le coussin des mains de Cassandra, étant proche d’elle pour lui dire qu’ils pouvaient peut-être profiter d’être seuls pour reprendre leur soirée là où ils l’avaient laissé. Néanmoins une main de Cassy sur son torse l’empêcha d’avancer un peu plus, et elle lui demanda s’il utilisait le sexe pour éviter une conversation, avant de lui dire que ça la mettait mal à l’aise et que l’ambiance était nettement refroidie. Il posa sa main sur le poignet de Cassandra pour lui faire baisser cette main et il murmura près de ses lèvres : « Non c’est aucunement mon genre… On en a parlé, on peut approfondir le sujet plus tard, on a toute la nuit si tu le souhaites… » puis il déposa ses lèvres dans le cou de Cassandra, posant une main sur sa cuisse en disant entre deux baisers dans son cou : « Tu sais que je n’acceptes pas de non de ta part… Je vais réchauffer l’ambiance sans problèmes ma belle, tu peux me faire confiance… laisse toi aller» Bah quoi ? Il suffisait qu’elle se détende, profites, et bien vite elle profiterait du moment, et ils pourraient passer une belle nuit ensemble….

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Lun 2 Mar - 16:59
La belle préféra détourner la discussion, comme si elle n'avait pas envie de revivre ce qu'elle avait vécu à New-York ? Il faudrait qu'elle soit complètement folle pour ne pas vouloir ressentir à nouveau les sublimes sensations et le pied terrible qu'il lui avait fait prendre dans la grosse pomme... Et en plus, au-delà de l'aspect sexuel, ils avaient aussi eu l'impression d'être un couple ordinaire, presque banal, faire les magasins, main dans la main, dîner au restaurant, c'était vraiment un weekend unique et inoubliable... Mais, oui parce qu'avec Cassy, il y avait toujours un mais, elle ne voulait pas lui donner raison ! Elle devait déjà le faire à chaque fois au bureau, là, ils étaient chez lui, donc hors travail et elle avait son libre arbitre. Donc, voilà, elle ignora tout bêtement la conversation, parce que si elle insistait en disant que non, elle ne se souvenait pas, il serait capable de lui demander de la supplier pour qu'il recommence et non, elle ne voulait pas en arriver à ce genre d'extrémités ! Elle détourna donc la conversation sur sa maison, et bien vite, cela prit une tournure amusante quand il disait qu'il adorait lui apprendre des choses, mais qu'il ne lui apprendrait pas à ranger chez elle, elle se mit à rire avant de dire que c'était sa faute, il la faisait rester beaucoup trop tard au bureau et pas pour travailler ! Mais évidemment, c'était très agréable, surtout avec un patron aussi canon. Donc, c'était très fatiguant, elle rentrait chez elle complètement morte, mais aussi très satisfaite, déjà de sa journée de boulot et ensuite, de ses heures supplémentaires à se faire grimper dessus xD, mais elle espérait qu'il ne fasse pas ça avec toutes les stagiaires. Dans un premier temps, il disait qu'il ferait un effort pour être moins sexy et qu'elle se concentre davantage sur le bureau, ce qui fit réagir aussitôt la brunette ! « Parce que je ne bosse pas sérieusement ? Le patron en question est beaucoup moins attirant tout à coup ! » Quel goujat, non mais oh ! Ensuite, la suite était plus sympa déjà, il la rassura sur les éventuelles futures stagiaires, qu'il ne serait sans doute pas bloqué avec elles et qu'elles n'auront pas ce qu'il faut pour le faire craquer comme elle l'avait fait et qu'en plus, il bossait seul, mais que cette fois-ci, il ne se plaignait pas. Tu m'étonnes ! Cassandra fit un petit sourire en répondant : « Non, c'est sûr, moi je ne m'en plains pas en tout cas, en dehors des parties de jambes en l'air sur le bureau, j'ai vraiment eu un stage de rêve, ce n'était pas tous les jours évident, mais j'ai beaucoup appris avec toi. Mais j'aimerais beaucoup savoir ce qui t'as fait craqué d'un coup. Comment je suis passée de stagiaire chiante à stagiaire bandante ? » Ben oui, avant ça, il était toujours poli, mais assez froid et puis, il y a eu l'ascenseur...

Dans un second temps, la température de la pièce, qui était montée très haut, redescendit en flèche quand il avoua avoir une fille. Qu'il ait une fille, c'était une chose, mais qu'il ne lui ait jamais dit, c'était une autre ! Pourtant, quand il en parlait, il avait des étoiles plein les yeux, donc pourquoi personne n'était au courant ? La belle demanda tout de suite s'il était marié, elle n'avait surement pas envie d'être la maîtresse d'un homme marié ! Mais non, Lucas disait être père célibataire et quand elle lui demanda ce qu'il entendait par là, il disait qu'il n'y avait pas de maman dans le tableau familial. Ce qui n'était pas du tout suffisant pour Cassandra qui voulait avoir des détails ! Il avait l'air blasé, mais il répondit quand même, disant qu'en gros, la mère s'était tirée après une dépression post-natale. Sympa ça ! Il termina en disant qu'heureusement qu'il y avait sa famille, car sans eux, il ne savait pas comment il ferait. Tout à coup elle s'en voulait un peu de se faire baiser sur le bureau, alors qu'il pourrait rentrer avec sa fille, mais en fait, il rentrait déjà tard avant que leur liaison ne commence, Lucas était un bourreau de travail. « Tu l'aimes encore ? » Dit-elle sans même réfléchir à la question. Il venait de déballer un immense pan de sa vie et elle demandait ça ? Pourquoi ? Par jalousie, voilà, elle ressentait de la jalousie envers cette femme, qui, visiblement à beaucoup compter pour lui. « Désolé, je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça. Je suis désolé pour toi, ça n'a pas dû être facile... Sinon Lily c'est très joli. » Elle termina par un sourire timide, un peu gênée de ce qu'elle avait osé dire avant. La soirée était riche en émotions en tout cas ! Enfin, Lucas n'avait visiblement pas tellement envie de continuer à parler de sa vie privée et s'approcher d'elle avec le sourire qu'il avait quand il voulait lui sauter dessus et elle le garda à l'écart en posant sa main sur son torse pour qu'il n'avance plus, elle l'accusa d'utiliser le sexe pour éviter la conversation et qu'en plus, l'ambiance était un peu plombée ! Mais croyez-vous que cela allait retenir le jeune homme ? Que nenni ! Il attrapa le fin poignet de la belle pour qu'elle baisse sa main, s'approchant de nouveau et il lui disait à quelques centimètres de ses lèvres que ce n'était pas son genre et qu'ils pourraient approfondir le sujet plus tard, qu'ils avaient toute la nuit. « Pas ton genre hein ? C'est cela oui ! Et je vois bien quel genre de sujet tu veux approfondir tout de suite. Mais je veux bien rester toute la nuit... » Dit-elle avec un petit sourire, puis il commença à l'embrasser dans le cou, posant sa main sur sa cuisse, elle ferma les yeux, appréciant ses lèvres contre sa peau et entre deux baisers il ajouta qu'il n'acceptait pas de non de sa part . Revoilà le patron autoritaire ! Elle devait se laisser aller comme il disait... Tout en caressant ses cheveux, elle dit sensuellement : « Si tu n'acceptes pas alors... Je ne peux qu'obéir... » Elle ne voit même pas comment elle pourrait lui dire non !

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mer 4 Mar - 0:07
A Lucas ça lui faisait un peu bizarre de recevoir chez lui Cassandra après autant de temps. Mais bon, pour une fois il voulait passer du temps avec elle, de bons moments, et surtout prendre leur temps ! Non parce qu’hormis leur weekend à New York, ils ne passaient jamais de temps ensemble, sauf quelques minutes au bureau, ou rapidement chez elle avant que sa coloc’ ne rentre. Mais là, il voulait profiter de la soirée, pourquoi pas de la nuit aussi. Etre chez lui tranquillement, ne pas être pressé par le temps, ça allait leur changer quand même de la petite heure qu’ils avaient dans l’appartement de Cassandra. D’ailleurs en parlant de ça, la belle semblait conquise par la maison de son patron, bien loin de ce qu’elle imaginait, et aussi bien loin de son appartement de jeune femme de vingt et un ans. Et même s’il lui apprenait pleins de choses, faire le ménage et entretenir son appartement, elle pouvait oublier. Il avait mieux à faire avec elle, et elle savait quoi ! En effet, elle définissait elle-même son patron comme terriblement beau et sexy, mais assez tyrannique, lui faisant faire des heures supplémentaires pour la baiser sur son bureau, et que du coup il la fatiguait et qu’elle n’avait aucune envie de faire le ménage en rentrant, juste dormir ! Il s’en amusa, non sans souligner un détail. S’il était trop sexy et qu’elle avait du mal à se concentrer, il lui annonça donc que son patron devrait être moins sexy, pour ne pas trop la déstabiliser. Mais la belle s’offusqua, demandant si à son goût elle ne bossait pas assez bien, affirmant que du coup elle trouvait son patron nettement moins attirant, ce qui le fit rire doucement avant de répondre : « Ais-je dis que tu ne bossais pas sérieusement ? Juste que tu me dis que ton patron est si sexy et canon que t’as du mal à te concentrer… Donc c’est juste pour te pousser à te concentrer plus facilement, rien de plus ! » Bah ouais, elle interprétait ! Enfin bien vite elle pensait à autre chose, puisqu’elle lui disait qu’elle espérait qu’il ne se tape pas toutes ses stagiaires, et il la rassura sur le fait qu’habituellement, il bossait en solo, et que de toute façon il ne se retrouverait pas dans l’ascenseur avec toutes les stagiaires un vendredi à minuit. Mais Cassandra tenta d’en savoir plus, lui demandant d’ailleurs pourquoi il avait craqué sur elle. Mais juste avant, elle lui avait fait une nouvelle déclaration, disant avoir eu un stage de rêve et avoir beaucoup appris. Il eut un léger sourire en coin pour lui répondre : « Ravi de t’avoir appris des choses et avoir fait de ton stage un stage de rêve… Il reste encore un peu de temps pour bien le finir… » Puis après un petit blanc il reprit : « Depuis que t’as mis un pied dans mon bureau je me disais que tu étais canon et que je pourrais bien m’amuser avec toi… Mais bon on sait que c’était pas raisonnable d’un point de vue professionnel. Et toi alors ? Comment j’ai pu passer du patron autoritaire, dictateur et chiant au patron autoritaire, sexy et que tu désires ? » Car oui, c’était ça ! Tout avait changé pour elle aussi…

Bon l’ambiance romantique, lingerie sexy de Cassandra, vin blanc moelleux et sourire mielleux de Lucas venaient de tomber à plat… En effet, la belle brune demanda des infos sur cette gamine en photo dans le salon, et en fait lorsqu’il annonça qu’elle était sa fille, Cassandra se mit à paniquer, s’imaginant déjà être la maîtresse d’un homme marié. Heureusement que ce n’était pas le cas ! Surtout qu’elle ne serait pas ici… Et puis dans le fond Lucas était un homme fidèle ! Jamais il n’aurait trompé la mère de sa princesse. Malheureusement comme il venait de lui dire, la maman était absente du tableau familial. Et pour cause, elle était partie en dépression post-natale comme il venait de l’annoncer à Cassy. Bon, il n’avait pas vraiment envie d’en parler, mais la relation qu’il avait avec Cassandra était assez spéciale, et il ne pouvait pas la laisser sans rien savoir, sinon il savait déjà qu’il ne la verrait plus. Il lui confiait donc un gros souvenirs de sa vie, un moment qu’il essayait d’oublier tellement il en avait souffert. Le point positif était la famille du beau brun qui était là pour lui donner un coup de main. Mais alors qu’il lui demandait si elle était satisfaite des réponses, elle le surprit totalement en lui demandant s’il l’aimait encore. Il baissa un instant le regard, et avant qu’il ne réponde, la belle reprit en s’excusant de demander ça, et disant être désolé pour lui, que ça avait du être compliqué, mais conclut tout de même par une note positive avec un joli sourire en disant que Lily était un joli prénom. Puis il lui répondit en fixant la belle : «Merci… ça fais six ans Cassandra qu’elle est partie… Heureusement c’est plus facile maintenant que les premiers mois… mais je lui en veux beaucoup de priver Lily de l’amour d’une mère ! » Il était assez froid. A vrai dire il ne parlait pas de ses sentiments vis-à-vis d’elle, mais surtout pour sa fille. Enfin bon, il ne voulait pas que ses émotions viennent perturber leur soirée, il s’était donc rapproché d’elle, posant une main sur son genou, mais elle le maintenait à distance en posant sa main sur son torse. C’est qu’elle devait être autant chamboulé que lui… Sauf qu’il savait reprendre le dessus en la regardant, sur son canapé en lingerie affriolante. Et il voulait vraiment poursuivre leur soirée. Mais elle disait qu’il semblait vouloir éclipser un sujet en utilisant le sexe. Lucas se mit en mode charmeur, baissant cette main sur son torse pour s’approcher d’elle, la bloquant contre l’accoudoir pendant qu’une main glissa sur la cuisse de Cassandra. Il disait même près de ses lèvres dans un murmure qu’ils auraient la nuit entière pour discuter si elle le souhaitait. Néanmoins elle se moqua un peu de lui, disant voir ce qu’il souhaitait approfondir ce soir, mais qu’elle voulait bien rester toute la nuit. Il eut un petit sourire coquin : « Non vraiment pas… Disons que là j’ai envie de parfaire ton apprentissage. Et tu m’envoie ravi que tu acceptes de rester ici cette nuit, tu ne regretteras pas ton choix… » Et pour la convaincre, il embrassa le cou de la belle en caressant sa cuisse. Là elle était totalement conquise vu comment elle le laissait faire et profitait ! Il lui glissa donc qu’il n’acceptait pas de refus de sa part de toute façon, et qu’elle devait se laisser aller car il allait réchauffer l’ambiance. Elle craqua totalement en caressant ses cheveux et disant que du coup elle était obligée d’obéir. « C’est un très bon choix d’obéir… » Puis il l’embrassa langoureusement, se collant un peu plus à elle en remontant sa main plus haut sur sa cuisse : « Tu commences à te rappeler de New York ? Si tu arrives à te rappeler de cette nuit-là, je pourrais t’offrir le même genre de moment tu sais… » dit-il en mordillant l’oreille de la belle après lui avoir susurré cette phrase…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mer 4 Mar - 16:25
Voilà, elle lui faisait un compliment en disant qu'il était canon et sexy et que du coup, elle avait du mal à se concentrer et il en profitait pour dire qu'elle ne bossait pas sérieusement ! Il n'avait surement pas à se plaindre de son travail, loin de là, même les trucs les plus chiants, elle les faisait avec beaucoup de bonne volonté ! Mais Lucas, disait qu'elle avait mal compris, non, il ne critiquait pas sa façon de bosser, encore heureux ! Mais qu'il voulait qu'elle se concentre plus facilement en étant moins sexy. Comme s'il pouvait l'être moins en plus ! Et puis, avant de coucher avec lui, elle ne le trouvait pas si sexy, c'est après avoir goûté à la banane qu'elle avait du mal à rester concentrée ! Enfin, elle ne dit rien, le principal c'est que le mal entendu soit dissipé, s'il était content de son boulot, c'était le plus important. La jeune femme lui disait avoir vraiment vécu un stage de rêve, c'est vrai, certes, il était super arrogant la plupart du temps, mais elle avait beaucoup appris avec lui, avant de lui demander pourquoi, d'un coup, elle était passée de stagiaire chiante à attirante ! Question pertinente qu'elle n'avait jamais posé avant, mais ça l’intéressait beaucoup de savoir la réponse. Dans un premier temps, il disait qu'il était ravi de lui avoir appris des choses et d'avoir fait de son stage, un stage de rêve, ce qui la fit sourire avant de laisser un blanc et d'ajouter que, depuis qu'elle était entrée dans son bureau, il la trouvait canon et qu'il pourrait bien s'amuser avec elle, ce qui lui fit lever un sourcil genre "sérieux ?", mais qu'il savait que ce n'était pas raisonnable, étant donné que ce n'était pas très professionnel. Et évidemment, il lui retourna la question. « Et c'est pour ça que tu étais si froid ? Pour être raisonnable ? Maintenant je comprends pourquoi le baiser dans l'ascenseur était si intense si ça faisait depuis le début que tu te retenais de me sauter dessus ! » Puis elle ajouta : « Tu es passé dans la seconde catégorie quand tu m'as embrassé. C'est tout. Je ne dis pas que je ne te trouvais pas attirant, mais comme tu étais un con, je n'avais jamais envisagé quoi que ce soit. » Autant être honnête, elle n'avait jamais fantasmé sur lui avant, même s'il était canon.

Finalement, la soirée coquine tourna court, le beau brun parlant de sa fille, et étant donné qu'elle ignorait qu'il avait une fille, cela avait jeté un léger froid ! Bien évidemment, la belle brune voulait des explications, il ne pouvait pas lui dire ça et ne pas lui dire le pourquoi du comment, à savoir s'il était marié et si, non, où était la mère ! C'était quand même important pour elle de savoir ça. Il lui confia alors qu'il était père célibataire, oui, elle était rassurée, avant d'ajouter des détails, suite à la demande de Cassandra. Il disait qu'elle avait fait une dépression post-natale et qu'elle était partie. Il avait du beaucoup souffrir, et elle le voyait différemment tout à coup, lui toujours si autoritaire et de nature forte, même quand ils faisaient l'amour, il avait finalement des faiblesses et des souvenirs douloureux. Un homme ordinaire quoi. Il était touchant. Elle ne savait pas pourquoi, ni comment ça avait pu sortir de sa bouche, mais elle demanda s'il l'aimait encore, un sentiment intense de jalousie l'avait envahi tout à coup et là, elle se rendait compte qu'elle ressentait bien plus pour lui qu'une attirance sexuelle. Immédiatement, elle s'excusa et il répondit, assez froid, que ça faisait six ans qu'elle était partie, donc qu'il ne l'aimait plus ? Mais qu'il était surtout en colère que sa fille soit privée de l'amour d'une mère. Elle plongea ses immenses yeux bleus dans les siens en disant : « Elle a l'amour de son père et en regardant les photos, elle a l'air très heureuse. » Elle caressa doucement son visage en ajoutant : « Je sais que c'est égoïste, mais si elle revenait, j'aurais peur de peur de perdre ce qu'il y a entre nous... » Elle lui avouait quand même, sans le dire vraiment, que c'était bien plus que du cul entre eux... Et en parlant de cul justement... Mr Davenport devait sans doute en avoir assez de parler de sa vie privée et il voulait profiter de sa jolie stagiaire. Il s'approcha d'elle, mais dans un premier temps, elle le repoussa, mais c'était peine perdue, elle avait envie de lui aussi, comme à chaque fois... Il disait vouloir parfaire son apprentissage et il l'invitait même à rester cette nuit. Il commença à l'embrasser dans le cou et c'en était fini de sa bonne volonté, elle craquait complètement. Elle accepta d'obéir et il disait qu'elle faisait le bon choix, elle ne put s'empêcher de répondre : « Et si je disais non tu ferais quoi ? » Lucas se mit alors à l'embrasser langoureusement, baiser auquel elle répondit avec la même envie, le jeune homme se collant un peu plus à elle et sa main remontant dangereusement sur sa cuisse. Puis, il lui demanda au creux de l'oreille si elle commençait à se souvenir de NY et que si elle arrivait à se rappeler, elle pourrait avoir le même genre de moment. Un frisson lui parcourut l'échine quand il mordilla son lobe d'oreille. Il n'y a pas à dire, il était très fort ! Elle dit, toujours en caressant ses cheveux doucement : « Je ne sais pas, il faut me rafraîchir la mémoire. J'ai de vagues souvenirs pour l'instant... » Autant en profiter non ?

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Lun 9 Mar - 1:12
Pour Lucas il avait été assez compliqué de devoir gérer une stagiaire… et pour cause, il n’était dans ce métier pas le plus expérimenté, et surtout il avait une certaine crainte de mal faire. Et oui, comment trouver le juste milieu sans se faire bouffer, ou passer pour un mec trop cool ? Il avait donc opté pour le côté distant et autoritaire. Au moins il savait que là il ne risquait pas de passer pour un con. Et dans le pire des cas elle partirait de son stage à cause de son patron soi-disant. Mais pensez-vous vraiment que le jeune homme risquait sa place ? Il avait très bonne réputation dans le journal, même s’il n’était pas le genre à se dévoiler et parler de sa vie à tout le monde. Néanmoins il était un homme apprécié par ses qualités et son travail, en plus de l’être par la gente féminine pour son côté séducteur, même si ce dernier il essayait de ne pas trop en abuser. Bah oui, il était père de famille, il n’allait pas se taper toutes les petites journalistes du coin quand même… Enfin bref, Cassandra voulait savoir comment elle était devenue une stagiaire bandante pour lui. Et en gros pourquoi il l’avait embrassé dans cet ascenseur, car c’était un peu ça le point de départ de leur relation. Autant la jouer carte sur table… Depuis le premier jour où il l’avait vu, il avait eu un attrait physique pour la demoiselle. Il faut dire que malgré son jeune âge comparé à lui, elle était très jolie, des yeux magnifiques, un sourire à tomber et de belles formes. Bref, elle était le genre de femme qu’aimait beaucoup Lucas, surtout qu’elle semblait avoir cette innocence encore en elle, sûrement dû à la jeunesse, et il savait qu’il y avait de quoi s’amuser avec elle. La preuve, même hors du bureau, elle écoutait son patron, et il aimait s’amuser avec elle, un peu la dominer et la façonner à sa manière. Mais c’est vrai que leur relation était assez conflictuelle avec le tempérament de feu de Cassy, du coup ils avaient mis le temps à avoir une relation plus cool avec elle, jusqu’à ce soir où ils s’étaient retrouvés bloqués dans l’ascenseur et où elle avait commencé à s’énerver. Aller savoir pourquoi, à force de s’énerver et d’être confiner dans cette cabine, il avait craqué, l’embrassant avec une fougue énorme, et au final elle avait fondue autant que lui ce soir – là. Et depuis, plus rien n’est pareil entre eux. La preuve ce soir ! En tout cas, les révélations de Lucas semblaient la surprendre et elle demanda si c’était pour ça qu’il était froid, pour être raisonnable. En tout cas elle comprenait mieux le baiser dans l’ascenseur, ce qui le fit sourire timidement : « Non, c’est la première fois que je bossais en duo, je voulais garder un certain contrôle de la situation, et ne pas justement faire trop ami ami pour éviter qu’on s’entende trop bien et qu’on dépasse le stade professionnel. Mais je crois que j’ai échoué à cause de l’ascenseur… Le soir-là je venais d’évacuer toute la pression et le stress du boulot, je voulais te faire taire, et j’avais très envie de tes lèvres depuis trèèèèèèèèès longtemps … » Puis elle répondu que lui en fait il était devenu attirant pour elle depuis ce baiser. Avant cela, elle ne s’imaginait rien avec son patron, le trouvant con. Il fit une fausse mine triste : « Heureusement que je l’ai fait alors… Cela dit je suis déçu d’avoir été le seul pendant de longs mois à avoir eu par moment envie de te prendre sur le bureau… » conclut-il en riant. Bah ouais, combien de fois il s’était retenu de lui faire des avances. Alors qu’apparemment elle non !

Puis un autre sujet sensible fut abordé. Et oui, elle venait encore d’apprendre quelque chose, c’était la soirée… En effet, après avoir découvert la maison de Lucas, ce qu’il avait pensé d’elle en la voyant, voilà qu’elle apprenait qu’il avait une fille. Bon, en tout cas qu’elle sache qu’elle n’était pas une maitresse la rassurait un minimum. Mais du coup elle demandait plus de détails. Bah oui, pourquoi il était seul, où était la mère, ce genre de choses. Lucas pouvait-il vraiment esquiver et l’envoyer chier ? Pas vraiment ! Enfin si, il le pouvait, mais il savait déjà que ça sonnerait le glas pour eux deux, et dans le fond ce n’est pas vraiment ce qu’il voulait. Il appréciait beaucoup Cassandra, il espérait la revoir après son stage, et depuis le temps qu’ils travaillaient ensemble, il pouvait bien un peu lui parler de sa vie. Après tout depuis un mois ils ont une relation assez approfondie non ? Enfin il ne pensait pas qu’elle flipperait comme ça… Après être entré dans les détails, la jolie brune en lingerie sur son canapé lui demanda s’il l’aimait avant de reprendre en s’excusant de cette question, et le plaignant un peu, disant que ça ne devait pas être facile. Ouais, c’était de douloureux souvenirs, mais avec Lily, ils avaient su relever la tête et s’en sortir avec l’aide de sa famille. Le pire c’est qu’il se sentait vulnérable pour la première fois face à elle. Du coup il essaya de reprendre son assurance dans sa réponse, disant assez sèchement qu’elle était partie depuis plus de six ans et qu’il lui en voulait surtout pour Lily qui grandissait sans sa maman. Elle tenta le réconfort, le fixant en disant qu’elle avait l’amour de son père et que sur les photos elle semblait heureuse cette gamine, ce qui lui décrocha un fin sourire en jetant un œil sur une des photos : « Merci… C’est vrai que c’est une gamine formidable. Heureusement que ma famille m’a bien aidé aussi… » puis elle caressa sa joue, il se sentait faible à cet instant, vulnérable à nouveau, baissant les yeux lorsqu’elle disait que si son ex revenait, elle avait peur de perdre ce qu’il y avait entre eux. Il secoua la tête en disant à son tour en fixant son regard : « Non t’inquiètes pas, ça ne risque pas d’arriver de si tôt… » bah ouais, elle allait pas revenir son ex, et puis bon petit à petit, il s’attachait à Cassy plus qu’il ne voulait bien le dire, et plus le temps passerait, plus il aurait du mal à la laisser filer. Bref, il était temps de changer de sujet, revenir au principal… Et oui, malgré ce sujet sensible, il avait toujours très envie de la demoiselle, surtout qu’ils avaient la nuit pour s’amuser et qu’elle semblait partante pour rester chez lui. Encore une première, comme quoi ils les accumulent. Elle avait beau le retenir avec sa main, Lucas ne mit pas longtemps à la charmer en caressant sa cuisse, et embrassant son cou avec délicatesse et envie.Elle semblait refroidit, et son but était de la motiver à accepter, surtout qu’elle savait qu’il refuserait tout .. refus justement ! Enfin tant mieux, elle était entrain de fondre, même si elle lui demandait ce qu’il ferait en cas de refus. Il eut un petit sourire coquin : « Je continuerais à tenter ma chance… Mais tu sais que j’aime te récompenser de ta bonne conduite… C’est donc aussi dans ton intérêt d’obéir à mes ordres » Oui, dans tous les cas ils le faisaient, mais elle prenait plus ou moins de plaisir en fonction de son degré d’obéissance, c’était indéniable. Elle était conquise ! La preuve dans ce baiser langoureux. Plus aucune barrière entre eux, il laissa une main remonter près de la lingerie de la belle, tandis qu’il lui murmurait à l’oreille qu’elle pourrait avoir le même plaisir qu’à NY si elle s’en souvenait. D’envie, elle caressait les cheveux de Lucas alors qu’il embrassait son cou. Néanmoins, elle disait avoir besoin qu’il lui rafraîchisse la mémoire, tous les souvenirs n’étant pas encore revenus. D’une voix sensuel il lui dit près de ses lèvres alors qu’une main glissa sous la lingerie de Cassy pour à peine effleurer son intimité : « Fais un effort, je suis sûr que tu adorerais que mes doigts laissent place à autre chose… » Oh oui, quand sa langue avait joué à cet endroit, elle était devenue folle, plus encore les bras attachés. Un sourire coquin, il ajouta, toujours sans vraiment l’exciter d’avantage, la faisant languir : « Alors ça te revient un peu plus ? » bien sûr il savait qu’elle voudrait revivre ce moment, encore fallait-il qu’elle le dise…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Lun 9 Mar - 18:48
La belle ne savait pas trop pourquoi, mais ils en venaient à parler de ce qui les a fait basculer, sexuellement parlant. Comme il le disait il avait envie d'elle depuis le premier jour, l'ayant toujours trouvé attirante, mais son statut de patron faisait qu'il se retenait de lui sauter dessus, mais apparemment, il avait eu du mal à se retenir. De son côté, certes, elle ne pouvait pas dire qu'il était moche, loin de là, sa beauté lui avait un peu fait perdre ses moyens, lors de leur première rencontre, mais c'était le même constat, ce n'était pas raisonnable, c'était son boss ! Après, il était devenu infecte et elle avait complètement rejeté une quelconque attirance pour lui. Du coup, elle lui demanda si sa froideur était dû au fait, qu'il voulait se la faire justement, mais que ce n'était pas bien, donc il mettait des barrières entre eux. Il disait que non, c'était la première fois qu'il bossait en duo et il voulait garder un certain contrôle de la situation et ne pas faire ami/ami avec elle. Mais ce soir-là, dans l'ascenseur, il voulait la faire taire et il avait très envie de ses lèvres, ce qui la fit sourire de plus belle. Au moins, maintenant elle comprenait le pourquoi du comment ! Mais, c'était quand même un échec pour lui, lui qui voulait justement garder un certain éloignement affectif avec sa stagiaire, maintenant il la sautait, pour quelqu'un qui voulait rester professionnel, c'était un peu loupé là ! « Je pense que c'est un lamentable échec Mr Davenport ! Mais je suis ravie de cet échec, et puis rester professionnel, c'est tellement peu excitant ! Et je n'ai jamais autant regretté qu'une panne d'ascenseur soit terminée... » Vu le baiser passionné qu'il avait échangé, si l'ascenseur ne s'était pas remis en route, il l'aurait probablement sauté contre la paroi... Puis, elle lui avoua qu'elle avait eu envie de lui, après le baiser, ce qui le vexa, faussement, en effet, il disait être déçu d'être le seul à avoir eu envie de la prendre sur le bureau. Elle se mit à rire doucement en disant : « J'adore quand tu me dis des mots d'amour bébé. »

Puis, la conversation changea totalement, il parlait de sa fille, oui, Lucas avait une fille et forcément ce fut un choc pour la belle brune ! Comme imaginer ça ? Quand elle pensait à sa vie privée, elle l'imaginait dans un appartement dernier cri, invitant une fille différente chaque soir et pas du tout père de famille, rentrant dans sa petite maison. Cassandra était vraiment choquée, déjà, elle s'était imaginée être sa maîtresse, heureusement, ce n'était pas le cas, il expliqua très vite être père célibataire et quand elle demanda des détails, il disait que la mère de sa fille l'avait laissé tomber après une dépression post-natale. Oh... Il avait l'air si triste en parlant de ça qu'elle lui demanda s'il l'aimait toujours, ça lui brisait le cœur de penser qu'il pourrait aimer une autre femme alors que leur relation avançait, doucement, mais surement dans une véritable histoire d'amour. Il disait qu'il lui en voulait beaucoup, par rapport à sa fille, elle était privée de l'amour d'une maman. Cassy avait perdu sa mère il y a quelques années et son père quand elle était toute petite, ne l'ayant jamais vraiment connue, donc elle savait à quel point ça faisait mal, mais la différence c'est qu'ils étaient morts, personne ne l'avait abandonné. La belle le rassura, disant qu'elle avait toujours l'amour de son père et qu'elle avait l'air heureuse sur les photos. Le regard de Lucas s'illumina à nouveau quand il parlait de sa fille, disant qu'en effet c'était une gamine formidable, ajoutant qu'heureusement que sa famille l'aidait beaucoup. « C'est ta sœur qui garde ta fille ? Ta sœur c'est la fille qui est venue au bureau l'autre jour et qui m'a regardé comme si elle allait me tuer et jeter mes restes dans une poubelle ? » Dit-elle en riant un peu. Sa sœur n'était surement pas idiote pour comprendre qui couchait avec elle, ou peut-être qu'il lui avait dit... Elle ajouta : « Elle sait pour nous deux ? Tu lui as dit que ce soit tu voulais qu'elle garde ta fille pour que tu t'amuses avec ta stagiaire ? » Elle termina sa phrase avec un petit sourire qui voulait tout dire. Mais en tout cas, ce n'était pas rassurant ! Puis il la rassura, disant qu'il n'y avait aucun risque que l'autre revienne. Le sujet semblait douloureux, donc elle préféra ne rien répondre et de toute façon, il avait l'air de ne plus avoir envie de parler... Mais plutôt envie de s'amuser avec sa petite stagiaire. Certes, elle aurait voulu discuter un peu plus, mais elle avait trop de mal à lui dire non, c'était plus fort qu'elle, il était trop doué pour la faire craquer. Il disait qu'il n'acceptait aucun refus et elle lui demandait ce qu'il ferait si elle disait non, apparemment, il continuerait à tenter sa chance, ce qui amusa la belle brune, mais qu'il aimait surtout la récompenser de sa bonne conduite, donc c'était dans son intérêt. Puis il l'embrassa à pleine bouche et il revint sur les souvenirs, soit disant effacés, de Cassy. Et elle comprit que si elle voulait qu'il recommence comme à NY, elle devrait avouer se souvenir. Elle disait donc avoir besoin qu'il rafraîchisse sa mémoire et il glissa sa main dans sa lingerie, effleurant à peine son intimité. La belle émit un soupir et se mordilla la lèvre d'envie quand il disait qu'elle devait faire un effort et qu'elle aimerait que ses doigts laisse place à autre chose, avant de lui demander si ça lui revenait. Elle ferma les yeux une seconde, elle était certaine qu'il pourrait la faire jouir rien qu'avec des mots... Elle les rouvrit pour le regarder avec un regard en feu, en disant : « Effectivement, je me souviens très bien maintenant bébé... » Elle glissa alors sa main dans sa lingerie, sur celle du beau brun, pour qu'il s'active un peu, au lieu de la laisser sur sa faim ! Espèce de sadique pervers !

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 14 Mar - 1:12
C’était un peu bizarre pour Lucas de parler de choses un peu dirons-nous intimes et sentimentales avec Cassandra. Car oui, Lucas n’était clairement pas le genre de mec à s’attarder sur les sentiments, les ressentis, et surtout à se confier sur sa vie amoureuse ou ses choix. Et pourtant là ils étaient en train d’en parler, la jolie demoiselle demandant à son patron pourquoi il s’était décidé à s’intéresser à elle, mais surtout comment elle était passée de la gentille petite stagiaire chiante à la stagiaire carrément canon qu’il désirait tant. Et il se surprenait à se dévoiler à Cassandra. Car oui, malgré la différence d’âge et leur lien hiérarchique, Lucas avait toujours trouvé la jeune femme très à son goût, et ce serait mentir que de dire qu’il n’avait jamais rien eu envie de tenter avec elle. Du moins s’il l’avait rencontré en soirée ou autre, il savait qu’il serait allé l’aborder, mais le fait de travailler ensemble avait un peu tout changé, et sans ce blocage d’ascenseur, il n’aurait peut-être jamais craqué, au point de se laisser aller à un baiser sulfureux auquel elle avait répondu sans difficulté, même si la semaine avait été ensuite tendue, Cassy évitant le plus possible son patron. En tout cas elle semblait ravie de ses révélations, il n’y avait qu’à voir le sourire qu’elle arborait pendant que lui s’exposait un peu. Notre jeune femme expliqua donc qu’il avait lamentablement échoué dans son envie de rester professionnel et ne pas trop copiner avec son assistante. Et oui, son premier duo, il l’avait foiré en fait. Mais elle en était ravie, trouvant peu excitant le côté restons pro ! En parlant d’excitant, elle disait avoir regretté d’ailleurs qu’on vienne les secourir dans cet ascenseur. Ah, un point positif au moins. Ce fut son tour de sourire d’ailleurs en répondant sur le même ton qu’elle : « Tout est une question de point de vue Cassandra… ça aurait été défini comme un échec lamentable si vous n’aviez pas répondu à ce baiser très chère… or il me semble avoir senti une réponse. Surtout que comme vous le dites Mademoiselle Middleton, vous avez grandement regretté la fin de cette panne. Comme quoi ce fut un succès en fait… » Puis il reprit un peu son sérieux, mais toujours avec son petit sourire sur les lèvres, surtout qu’il venait de faire le mec vexé qu’elle ne se soit pas intéressé à lui avant ce baiser, lui qui avait imaginé plusieurs fois se la faire sur le bureau. Et elle disait adoré quand il lui disait des mots d’amour. Il ironisa donc : « Je sais que ce genre de phrases t’as toujours fait un petit effet… » Ouais bon pour le romantisme entre les deux là on repassera hein…

Bon et même pour la partie on s’amuse ensemble vu la tenue hyper sexy de Cassandra on repassera…. Et oui, la demoiselle était choquée d’apprendre que Lucas avait une fille, et il la comprenait un peu. Bien heureusement il lui annonça qu’elle n’était aucunement sa maîtresse, n’ayant aucune Madame Davenport au tableau de famille. Néanmoins l’ambiance était nettement moins conviviale lorsqu’elle demanda des informations sur sa situation, et surtout sur la maman sa petite Lily. Oui, elle voulait en savoir plus, et à vrai dire il ne se voyait pas du tout ne pas lui en parler… Surtout qu’il savait que la soirée finirait mal s’il ne se confiait pas un minimum. Au moins en le faisant peut-être qu’après ils pourraient sauver leur soirée, voir leur nuit. Enfin faudrait que Cassandra se contente des explications sans trop en demander, parce qu’après la véritable explication, elle alla jusqu’à lui demander s’il était toujours amoureux d’elle. Il trouvait cette question très bizarre, il répliqua donc qu’il était surtout en colère pour sa fille qui se voyait privée de l’amour d’une mère, ce qui était une chose unique pour un enfant ! Enfin Cassy eut de jolis mots, disant que vu les photos l’amour de son papa semblait la rendre heureuse, et c’est vrai qu’elle l’était grâce à Lucas et sa famille présents pour elle. Et en parlant de famille, la jeune stagiaire s’y intéressait, lui demandant si c’était sa sœur qui la gardait, avant de définir Lexie. En effet, elle était déjà passé au bureau il y a peu de temps, et Cassandra trouvait qu’elle l’avait un peu mal regardé, limite comme si elle allait la tuer. Cela amusa beaucoup Lucas qui se mit à rire : « Oui, j’ai pris un café avec elle ce midi pour lui demander de jouer la baby-sitter jusque demain midi. Et je ne me souviens pas si c’est elle et le regard qu’elle aurait pu te lancer, mais vu comme tu la décris oui ce doit être Lexie, ma très chère sœur jumelle qui adore faire peur à aux femmes autour de moi… » Ah bah oui, c’était vraiment une femme très jalouse et possessive de peur que son frère ne l’oublie, alors qu’ils avaient toujours été très proches, depuis bien avant leur naissance… Elle demanda à son patron si sa sœur savait qu’ils couchaient ensemble et ce qu’il lui avait dit pour ce soir. Il répondit l’air coquin : « Non elle ne le sait pas… Enfin en tout cas je lui ai pas dit. Elle sait juste que je voulais passer la soirée avec une femme, si je peux éviter de lui raconter ma vie sexuelle c’est mieux » Bah ouais, raconter ses performances à sa sœur, c’était bizarre, surtout que cette dernière voudrait sûrement s’en prendre à Cassandra xD. Enfin il comptait bien s’amuser avec elle, et c’est pour ça qu’il s’était approché d’elle, baissant la garde de Cassy pour la faire craquer. Elle pouvait bien demander ce que ça ferait si elle disait non, mais il n’acceptait aucun refus, et surtout il continuerait d’essayer de la convaincre. Même s’il n’avait pas besoin de forcer, surtout qu’elle savait qu’il la récompenserait de son obéissance, comme toujours, donc c’était un peu dans son intérêt aussi. Un tendre baiser dans le cou avant un baiser plein d’envie, il ne fallait que ça pour faire craquer Cassandra. Il lui offrait la promesse d’une nuit sensationnelle comme à NY si elle s’en souvenait. Bah ouais, si ça ne lui plaisait pas, il ne se donnerait pas ce mal… Et pour la motiver comme elle le demandait, il glissa sa main dangereusement sur le haut de la cuisse de Cassy, jusqu’à son intimité, l’effleurant à peine pour la faire fondre. Et ça faisait son effet, et il adorait l’entendre soupirer de la sorte. Elle lui jeta un regard très brûlant de désir, disant se souvenir très bien de New York. Comme quoi promettre mieux que ses doigts la motivait… L’œil d’un prédateur, il annonça doucement contre ses lèvres : « J’en étais sûr… Et je te promets que cette nuit, notre première ensemble à Los Angeles sera très très bonne… » Puis elle posa sa main dans sa propre lingerie, au dessus de celle de Lucas, comme pour le guider dans son geste, et avec l’impulsion de Cassy, il commença donc à jouer doucement de ses doigts sur son intimité, embrassant son cou, et murmurant à son oreille : « J’ai envie d’entendre tout le bien que je te fais mon ange… »Quoi ? Il adorait les petits gémissements de Cassy, c’était très excitant de l’entendre prendre son pied sous ses caresses…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 14 Mar - 16:51
Alors que Cassy était venue ici pour passer une soirée torride avec Lucas, son monde s'effondra quand il disait avoir une fille ! Bon, d'accord elle en rajoute, mais elle qui commençait à entrevoir un avenir avec lui, flippait sa race ! Non, mais elle ne se voyait pas du tout belle-mère à vingt-et-un ans, aussi adorable soit la petite fille, en photo toujours, après les enfants... Bon, d'accord, elle n'y connaissait rien en gosse, donc elle ne pouvait pas vraiment savoir de quoi elle parlait, elle était la dernière d'une famille de cinq enfants et la seule fille, donc le petit bébé de la maison, ça avait toujours été elle... Elle n'a pas du tout l'habitude de s'occuper des autres, c'est le côté un peu égoïste de son caractère. Cela dit, ça ne servait à rien de faire des plans sur la comète, pour l'instant, entre eux, c'était essentiellement sexuel, tant qu'elle serait sa stagiaire, ils ne pourraient pas vraiment s'investir plus ! Au départ, elle prit même peur d'être la maîtresse d'un homme marié, mais il la rassura vite et elle demanda, évidemment, des explications. Ils disaient donc que la mère avait quitté la maison suite à une dépression post-natale. Dur... Ca avait l'air de lui briser le coeur de parler de ça, ça brisa aussi celui de Cassy qui avait l'impression qu'il aimait toujours son ex et que si elle revenait, il n'y avait aucun espoir pour leur couple, même si Lucas disait qu'il en voulait surtout à son ex d'avoir privé sa fille de l'amour de sa mère. Cassandra tenta de le rassurer comme elle pouvait en disant que la petite avait l'air heureuse, avec ou sans maman. En tout cas sur les photos. Il disait y arriver grâce à sa famille et du coup, elle engagea la conversation là-dessus, car parler de son ex, ça avait l'air de lui faire mal au coeur, oh, faites confiance à Cassy pour revenir sur le sujet un moment ou un autre, mais pour l'instant, elle s’intéressait particulièrement à sa soeur, cette dernière lui avait lancé un regard assassin l'autre jour au bureau et du coup, elle demanda d'ailleurs s'il avait parlé d'eux à cette dernière. Dans un premier temps, il disait que ça devait être elle oui et qu'elle adorait faire peur aux femmes autour du beau brun, ce qui amusa la belle d'ailleurs, avant de terminer en disant qu'elle n'était pas au courant, enfin elle savait qu'il voyait une femme, mais c'est tout. « Si tu as souffert avec ton ex, c'est normal qu'elle te protège, c'est ta soeur. Et même si elle a l'air d'une psychopathe, je suis certaine qu'au fond, elle est gentille ! » Dit-elle avec un petit rire. Puis elle ajouta : « J'ai présenté un seul petit-ami à mes frères et ils leur ont tant fait peur que ça s'est vite fini entre nous... Depuis j'évite, cela dit, je n'ai pas eu beaucoup de petits amis non plus... » Entre la fac, son passé d'escorts et après son stage... Elle n'avait pas vraiment le temps.

Enfin là, le jeune homme avait bien envie de s'amuser avec sa stagiaire, il en avait sans doute marre de discuter alors qu'à la base, elle venait pour se pencher sur des choses et d'autres... Dans un premier temps, elle le repoussa, disant qu'il n'avait pas le droit d'utiliser le sexe pour avoir ce qu'il voulait, mais bien vite, elle ne put lui résister, c'est qu'il savait quoi faire et quoi dire pour la faire craquer. Elle demandait ce qu'il se passerait si elle disait non et il répondit, le plus simplement du monde, qu'il continuerait d'essayer. Bonne réponse cela dit, simple et efficace ! Puis il l'embrassa dans le cou, délicatement, disant qu'il pourrait lui offrir la même nuit qu'à New-York, mais fallait-il encore qu'elle s'en souvienne. Regardez-le comme il était malin celui-là ! Et surtout, il n'oubliait rien... Mais ça, depuis le temps qu'elle le connaissait, elle le savait bien. La belle fit semblant d'avoir un vague souvenir et lui disait qu'il devait la motiver, ce qu'il fit très vite ! En effet, Lucas glissa doucement sa main dans sa lingerie, effleurant à peine son intimité, mais ça lui faisait déjà un effet fou ! La jolie brune laissa échapper un petit gémissement, fermant les yeux un instant et quand elle les ouvrit à nouveau, elle lui lança un regard de braise en disant se souvenir très bien de NY maintenant. Il était content de lui, évidemment, il avait raison, donc ça lui faisait plaisir ! Il disait contre ses lèvres qu'il en était sûr et que ça serait aussi bon qu'à New-York. Elle répondit doucement : « Notre première nuit chez toi tu veux dire, parce que Los Angeles, on l'a déjà baptisé à de nombreuses reprises et à de nombreux endroits… Cela dit je te fais entièrement confiance là-dessus bébé... » Mais pour le motiver encore plus, la main de Cassy glissa sur celle de Lucas et elle l'incita à s'activer, ce qu'il fit, du coup, elle retira sa main pour le laisser faire. Elle ferma les yeux, savourant ces caresses, écartant un peu plus les jambes et mordillant sa lèvre pour ne pas gémir trop vite, alors qu'il embrassa de nouveau sa nuque avant de lui dire au creux de l'oreille qu'il voulait entendre tout le bien qu'il lui faisait. Un frisson lui parcourut l'échine alors qu'elle commença à se laisser aller à ses petits gémissements de plaisir.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 17 Mar - 1:24
Finalement leur soirée était nettement moins fun que ce que Lucas avait en tête toute l’après-midi, et Cassandra aussi sûrement. Et oui, elle avait débarquer en petite tenue coquine chez Lucas, ce n’était pas pour rien qu’on se le dise ! Donc là lorsqu’il était revenu avec le vin et qu’elle l’avait questionné sur la petite fille en photo dans son salon, Lucas avait lâché la petite bombe qui avait plombé ce début de soirée. Et oui, il ne pouvait pas lui annoncer qu’il avait une fils de bientôt sept ans et derrière lui sauter dessus comme si de rien n’était. Surtout que Cassandra était clairement sous le choc, elle s’attendait à tout sauf à ce que son patron soit père de famille. Pire, elle s’imaginait être sa maîtresse, mais qu’elle se rassure, ce n’était pas le cas. Ça semblait lui faire plaisir un minimum, mais vraiment un minimum hein parce que si sa panique s’était en partie envolé, elle voulait des réponses à des questions sur sa vie de couple, sur le pourquoi du comment il était célibataire. Bon bien sûr ça pouvait être une simple rupture, mais non, comme il le lui avait expliqué, c’était bien plus complexe, et il se savait vulnérable à se dévoiler autant. C’est bien pour ça qu’habituellement il évite d’exposer sa vie privée, pour éviter de devoir parler de sa douleur en évoquant son ex-petite-amie, mère de Lily. Et elle le voyait bien puisqu’elle stoppa la discussion sur ce sujet, disant que la gamine semblait heureuse grâce à l’amour de son papa. Bon point Cassy, surtout qu’elle avait aussi toute leur famille autour d’elle, notamment sa sœur. D’ailleurs c’est cette dernière qui intéressa Cassandra lorsqu’il lui confirma que c’était elle qui gardait Lily ce soir. Elle pensait l’avoir déjà croisé au bureau, et le portrait qu’elle en faisait était tout Lexie. L’œil noir sur Cassy, comme pour lui dire de ne pas toucher à son frère ? Ouais c’était bien elle ! Il plaisanta donc en disant qu’elle adorait malheureusement faire peur aux femmes autour de lui, et la jolie brune essaya d’en tirer le positif, disant que vu ses déboires avec la mère de Lily, elle essayait sûrement de le protéger. Puis elle conclut en disant que malgré le côté psychopathe, elle devait être gentille, ce qui le fit un peu rire : « Je te rassure, déjà avant ça, depuis tout petit ma sœur n’a jamais apprécié qu’une femme soit proche de moi… Mais hormis ce défaut Lexie est adorable, faut juste qu’elle le veuille… » Puis la belle donna son expérience à elle, disant qu’une seule fois elle avait présenté à ses frères un petit-ami, et que ça c’était très mal passé, les garçons lui ayant fait peur, donc qu’elle évitait maintenant, précisant tout de même qu’elle n’avait pas eu beaucoup de copains. Un petit sourire pour répondre : « Donc tu es une jeune femme très sérieuse sans grande expérience amoureuse c’est ce que t’es en train de me dire ? Enfin heureusement alors que je ne suis pas ton petit-ami, sinon je devrais endurer le côté psychopathes de tes frères… C’est joyeux nos fratries en fait… » Et oui, l’un comme l’autre ne pourrait avoir une jolie relation sans que ce soit une galère en gros avec les frères et sœur…

Mais suite à cette discussion, il avait tout de même envie de profiter du temps qu’ils avaient ensemble. N’oublions pas qu’il avait sous les yeux une charmante créature en lingerie affriolante sur son canapé ! Et ce n’est pas la main de Cassy sur son torse qui le freina, au contraire… Il voulait la faire craquer, et pour se faire il s’approcha, caressant les cuisses de la demoiselle en embrassant son cou. Pas de doute, elle allait craquer, d’ailleurs elle craquait sous les promesses de Lucas. En effet, si jamais elle se souvenait de leur nuit new-yorkaise et qu’elle voulait regoûter aux mêmes styles de choses, elle le pourrait. Bien sûr elle était très maline et demandait qu’il lui rafraîchisse la mémoire. Il se contenta donc de glisser se main dans sa lingerie pour un avant-goût, et bizarrement là elle disait s’en souvenir nettement mieux. Son regard était maintenant rempli de désir, et ses paroles le confirmaient. Lucas   disait que leur première nuit dans cette ville serait aussi bonne au moins qu’à NY, et elle le reprit en disant lui faire confiance, mais que c’était la première nuit chez lui plutôt car à Los Angeles ils l’avaient fait à pleins d’endroits différents, ce qui laissa apparaitre un sourire coquin sur le visage de notre journaliste : « Non, première nuit ici et à Los Angeles… Après tout dans mes souvenirs on a jamais partagé une nuit dans cette ville toi et moi… J’ai toujours du repartir de chez toi avant le retour de ta coloc’… Ce soir on a tout notre temps pour une fois. » puis la belle fit comprendre à Lucas qu’elle voulait qu’il lui fasse du bien en guidant sa main pour qu’elle s’active sur son petit bouton de plaisir, ce qu’il fit assez lentement pour faire monter doucement le désir. Elle le laissa ensuite faire totalement, écartant les cuisses pour savourer. Il voyait sur le visage de Cassy et entendait clairement par ses gémissements qu’elle prenait du plaisir. Sauf qu’elle retenait à son goût trop son plaisir et il lui murmura de se laisser aller, qu’il voulait l’entendre gémir, ce qu’elle commença à faire alors qu’il stoppa ses caresses pour qu’elle s’allonge sur le canapé pendant qu’il lui retirait sa petite culotte sexy avant de laisser ses baisers se perdre sur ses cuisses, puis son intimité avant de lui dire d'un air provocateur : « Chanceuse, cette fois tu as entière possession de tes mains… » Bah ouais, à NY elle était attachée, là au moins elle serait moins frustrée que la dernière fois… Puis il laissa sa langue aller caresser la demoiselle

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 17 Mar - 16:35
Ce fut un sacré choc pour Cassandra d'apprendre qu'il avait une fille, c'était vraiment une chose à laquelle elle ne s'attendait pas du tout ! Depuis presque un an, elle était sa stagiaire, certes avant de coucher ensemble, ils n'avaient que des relations professionnelles et ne discutaient pas beaucoup de leur vie privée, mais tout de même ! C'était une chose importante et c'était étrange qu'il n'en parle pas autour de lui... Sans doute parce qu'il n'a pas envie d'expliquer son histoire à tout le monde, elle le voyait bien, il était mal, rien qu'à l'idée d'évoquer cette partie de sa vie... On pouvait comprendre, quand votre femme vous abandonne avec un bébé sur les bras alors que vous entrez tout juste dans le monde des adultes, ça ne doit pas être évident. Mais pourtant, quand il parlait de sa fille, son visage s'illuminait, elle voyait bien à quel point il en était fier, donc elle trouvait ça un peu dommage de la cacher, entre guillemets. Enfin, elle préféra changer de sujet, car elle voyait que ça lui faisait de la peine et se concentra sur sa famille, en particulier sa soeur. Plusieurs fois elle l'avait vu au bureau et elle n'avait jamais eu le droit à un bonjour, tout juste un regard noir qui voulait dire "n'approche surtout pas de mon frère pétasse"... Bon, la menace avait un peu échoué pour le coup ! Mais bon, elle comprenait sa soeur, s'il avait déjà souffert à cause d'une femme, elle voulait le protéger... Normal quoi. Cela dit, Lucas disait qu'elle était comme ça avec toutes les femmes proches de lui, mais qu'hormis ça, elle était adorable. La belle se mit à rire doucement en disant : « Donc pour qu'elle soit sympa, il faudrait lui dire que je suis lesbienne ! Ou mieux, que tu as décidé d'entrer dans les ordres ! » Puis, la belle disait qu'elle avait le même genre de souci avec ses frères, bien trop protecteurs avec elle, mais quand il disait "heureusement que je ne suis pas ton petit-ami", ça lui brisa le coeur. Oh, elle le savait, mais l'entendre de vive voix, savoir qu'en fait, elle n'était que son vide-couilles, ben oui, c'est cru, mais c'était ça ! Ben ça faisait mal... Elle perdit donc son sourire et lui dit : « Qu'est-ce que je suis en fait ? Ton passe-temps entre deux articles ? Ton jouet du moment ? Ta sexcréataire ? » Bon, l'ambiance venait de reprendre un coup de froid...

Heureusement, Lucas fit son charmeur, comme il savait si bien le faire et malgré toute la volonté du monde, elle ne trouva pas la force de lui dire non... Puis, comme il disait, il refusait le non ! Avouons aussi qu'elle n'avait aucune envie de dire non, il était trop sexy, trop craquant, trop tout quoi... Il lui demanda de se souvenir de leur nuit à New-York et pour qu'elle s'en souvienne mieux, il glissa sa main dans sa lingerie, forcément, la mémoire lui revint aussitôt ! Le jeune homme disait que cette première nuit à Los Angeles serait tout aussi bonne que la première à New-York, ça, elle n'en avait aucun doute, mais comme elle disait, ce n'était pas vraiment leur première nuit ici. Mais en fait, dans l'esprit de Lucas et comme il lui expliqua à l'instant, il disait qu'ils n'avaient jamais passé de nuit complète ensemble, au bureau ce n'était pas l'endroit et chez elle, il devait filer avant le retour de sa coloc. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle ne voulait pas qu'on sache qu'elle couchait avec son patron et bien qu'elle adore sa coloc, elle savait qu'elle ne savait pas tenir sa langue ! Elle répondit donc : « Ah oui, dans ce sens-là, effectivement, tu as raison. Je suis ravie qu'on ait tout notre temps, ça change un peu. » Elle disait ça en glissant à son tour se main dans sa lingerie pour l'encourager à s'occuper d'elle, ce qu'il fit et une fois qu'il avait pris le rythme, elle le laissa faire, écartant les cuisses et gémissant plus fort à sa demande... Mais alors qu'elle prenait son pied, il retira sa main, quel sadique... Elle le regard perplexe, mais elle n'eut pas le temps de dire ouf qu'elle se retrouva allongée sur le canapé, il retira sa petite culotte et commença à embrasser ses cuisses et son intimité. Elle le regarda faire, mordillant sa lèvre inférieure d'envie alors qu'il relevait la tête pour lui dire qu'elle était chanceuse, car elle avait ses mains cette fois-ci, ce qui la fit sourire. Puis, il fit jouer sa langue sur son intimité, elle agrippa ses cheveux, gémissant comme une folle sous ses coups de langues, c'était vraiment merveilleux... Aucun homme ne pouvait lui donner autant de plaisir. Cassy le laissa faire quelques minutes, puis tira doucement sur ses cheveux pour qu'il arrête, elle ne voulait pas jouir tout de suite. Elle le "força" à remonter jusqu'à ses lèvres, l'embrassant à pleine bouche avant de dire : « Montre-moi ta chambre... Fais-moi l'amour dans ton lit bébé... » C'était plus romantique qu'un coup vite fait sur le canapé du salon.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 21 Mar - 0:45
La situation était des plus délicates, et surtout il ne pensait pas qu’elle serait si choquée de l’apprendre, d’ailleurs il pensait que depuis le temps elle saurait qu’il avait une fille. Même s’il n’étalait pas sa vie privée, ce n’était pas un secret d’état, et plusieurs personnes au journal savaient l’existence de Lily. Il était donc limite surpris que la demoiselle ne le sache pas elle qui s’entend si bien avec ses collaborateurs. Enfin elle semblait assimiler doucement mais sûrement que le beau brun avait eu une malheureuse expérience amoureuse, mais qu’il avait eu une adorable petite fille dont il était très fier. Ça se voyait à son sourire lorsqu’il parlait d’elle… Elle était la prunelle de ses yeux en même temps, celle à qui il s’est accroché après le départ de son ex, car à la base ce petit bébé était le fruit de leur amour avant que tout se dégrade. Et Cassandra semblait s’intéresser un petit peu plus à la famille de Lucas, demandant si sa sœur qui gardait sa fille était la grande blonde qui était passé au bureau, jetant un regard menaçant à Cassandra. Euh oui ça devait sûrement être elle, mais il la rassura. Si Lexie semblait être une véritable lionne, elle était dans le fond adorable et très gentille… Elle n’aimait juste pas les femmes trop proches de son frère jumeau , mais malgré ce que pensait Cass, ce n’était pas seulement depuis que son ex était partie, non c’était depuis toujours, ce qui fit un peu rire la demoiselle. Elle disait qu’en gros il faudrait qu’elle dise qu’elle était lesbienne ou que lui était rentré dans les ordres pour qu’elle ne soit pas désagréable avec elle, ce qui fit rire à son tour le jeune homme. Si c’était si simple … « Même pas sûr que ça fonctionne ton idée de lesbienne, elle aurait un doute que tu sois bi… Mais sinon elle adorerait ton idée de rentrer dans les ordres, elle me l’a suggéré plusieurs fois parce que je cite, ça m’éviterait toute peine de cœur violente. Mais j’y arriverais jamais, et puis je suis sûr que t’en aurais pas envie non plus ? » Enfin Lucas se sentait moins seul lorsqu’elle lui disait que ses frères aussi étaient du genre à faire flipper ses petits-copains, c’est pour ça qu’elle évitait maintenant de leur présenter les mecs qu’elle fréquentait. Il plaisanta donc en disant qu’heureusement qu’ils n’étaient pas ensemble du coup, mais ça ne semblait pas plaire du tout à la jolie brune puisqu’elle perdit son sourire en lui demandant ce qu’elle était alors, donnant quelques suggestions peu flatteuses. Il haussa les épaules. Après tout ils n’avaient jamais rien mis comme étiquette sur leur relation : « On n’a jamais vraiment placé d’étiquettes dessus… Mais si tu me disais comment toi tu vois les choses ? En tout cas apparemment pas assez sérieux pour que je rencontre tes frères flippants avec tes mecs… Ou ta coloc’… » Bah quoi ? C’est vrai, elle était en train de mal prendre le fait qu’il dise ça alors qu’elle n’avait jamais émis l’hypothèse d’une rencontre avec quelqu’un, signe qu’elle pensait aussi que ce n’était pas assez sérieux pour que sa famille soit mise au courant de son existence…

Enfin si elle pensait que ça stopperait Lucas dans sa quête à passer une bonne nuit avec elle, elle se foutait le doigt dans l’œil. Il en avait envie, ils avaient toute la nuit devant eux, ils n’allaient pas la gâcher parce qu’elle venait d’apprendre qu’il avait une fille ? Après tout ça ne changeait pas le comportement de Lucas vis-à-vis de la demoiselle en lingerie sur son canapé… Et puis bon, il lui promettait une nuit aussi bonne qu’à New York, donc franchement, pourquoi refuser ? Néanmoins la petite brune était tenace, puisqu’elle disait ne pas s’en souvenir, demandant une motivation. Quelle maline ! C’est qu’elle apprenait bien au contact de Lucas… Il la tortura un instant, glissant sa main dans sa lingerie sans lui faire de bien, lui demandant si ses souvenirs revenaient. Et elle savait très bien que pour avoir quelque chose elle aurait besoin de dire oui à Lucas, ce qu’elle fit assez rapidement, Lucas lui confirmant que leur première nuit californienne serait très bonne. Mais elle tenta de le reprendre, disant que ce ne serait pas la première. Il lui exposa son point de vue, sous-entendu que c’était la première fois qu’ils avaient autant de temps qu’ils le souhaitaient pour s’amuser et elle disait qu’effectivement vu comme ça c’était très bien. Il eut un petit sourire coquin pour répondre : « Moi aussi… Surtout que ça me laisse le temps de te rendre folle d’envie et de plaisir, au lieu qu’on expédie tout en un quart d’heure… C’est tellement plus jouissif » Bah ouais, la faire saliver, faire grimper la température, c’était top ! D’ailleurs Cassy voulait augmenter sa température corporelle puisqu’elle plaça sa main sur celle de Lucas, le guidant pour qu’il la caresse avant de le laisser jouer seul. Elle adorait ça, et il lui demandait de ne pas retenir ses gémissements qui le motivaient encore plus. Néanmoins au bout de quelques instants, alors qu’il la voyait prendre son pied, il stoppa ses mouvements pour retirer sa petite culotte et la faire s’allonger un peu sur le canapé. Les lèvres de Lucas descendirent dangereusement sur ses cuisses et son intimité qu’il embrassa délicatement avant de lui dire que cette fois elle serait moins frustrée et chanceuse d’avoir ses mains. Alors que sa langue commença à la caresser, il sentit instantanément les doigts de la belle glisser dans ses cheveux et les caresser à son rythme à lui. Et plus elle criait son bonheur, plus il y allait franchement, jusqu’à ce qu’elle lui fasse comprendre en tirant ses cheveux qu’elle allait bientôt exploser mais qu’elle ne le voulait pas tout de suite. Sentant la demoiselle tirer ses cheveux, il stoppa ses caresses, remontant vers les lèvres de Cassandra qui l’embrassa langoureusement en lui demandant de lui montrer sa chambre pour qu’il lui fasse l’amour dans son lit. C’était si joliment demandé… Il se releva du canapé avec la demoiselle en disant doucement : « Très bonne idée, et on y sera bien plus à l’aise… Reste à ce que je veuilles te faire l’amour, et pas te baiser… Il va falloir le mériter… » Quoi ? La douceur et le romantisme se méritait, il demandait donc à ce que Cassy le soit également une fois dans la chambre. Il l’emmena donc dans sa chambre, la laissant entrer d’abord et être au milieu de la pièce avant de lui dire « Nous y voilà… » puis il jeta un coup d’œil vers son lit en ajoutant de manière coquine : « Et voici l’endroit que tu désires tant ce soir ma belle… » N’oublions pas qu’elle était en petite tenue coquine, mais que lui avait encore tous ses fringues, car au salon, c’est lui qui avait joué avec elle…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 21 Mar - 22:53
Malgré le choc de l'annonce de Lucas, elle n'arrivait pas à prendre ses jambes à son cou, pourtant, oui, ça lui avait traversé l'esprit ! Elle n'était pas du tout enfant, loin de là, en même temps, à 21 ans, c'était peut-être normal et surtout, elle pensait avant tout à sa carrière et elle ne voulait pas non plus, jouer les belles-mères ! Mais bon, à quoi bon faire des plans sur la comète, ils n'avaient même pas de vraie relation. Puis comme elle voyait que ça le faisait chier de parler de son histoire, ce qui était logique, c'était sans doute douloureux et il fallait y aller petit à petit. Donc, elle préféra changer de sujet, parlant de sa soeur. Il avait beau lui dire qu'elle était adorable, le regard qu'elle lui avait lancé au bureau lui avait glacé le sang... Du coup, Cassy proposa deux options à Lucas, lui faire croire qu'elle était lesbienne ou qu'il avait décidé d'entrer dans les ordres, comme ça, elle arrêterait peut-être de le protéger autant ! Bon, elle comprenait ça, ses frères étaient pareils avec elle, la différence était que Lucas vivait près de Lexie, alors que ses frères étaient à Santa Fe, donc au moins, ici, elle avait la paix, même s'ils lui manquaient beaucoup. Il répondit que ça ne fonctionnerait surement pas son idée de lesbiennes, quant à rentrer dans les ordres, sa chère et tendre soeur, le lui avait proposé à de nombreuses reprises, disant qu'il ne souffrirait plus, au moins, ça fit sourire Cassandra d'ailleurs. Il termina en disant qu'il n'y arriverait jamais et qu'en plus, elle n'aimerait pas non plus, elle se mit à rire doucement, tu m'étonnes qu'elle n'aimerait pas ! « Je ne pense pas apprécier effectivement ! Mais je pourrais toujours m'introduire dans ton monastère déguisée en bonne soeur. » Dit-elle en riant, avant de dire plus sérieusement : « De toute façon, aimer c'est prendre des risques, tu peux effectivement beaucoup souffrir, mais tu peux aussi ressentir beaucoup de bonheur. » Cela dit, la brunette n'avait jamais vraiment souffert en amour, mais elle n'avait jamais vraiment ressentie de bonheur non plus... Puis, la conversation redevenait tout à coup sérieuse, quand elle demanda à Lucas ce qu'elle était pour lui, évoquant le fait de n'être que son petit cul à choper du moment... Il répondit qu'ils n'avaient jamais placé d'étiquettes sur leur relation, avant de lui retourner la question, sans y avoir répondu en plus ! « Si je ne t'ai présenté personne, ça n'a rien à voir avec le fait que je ne prenne pas ce qu'il y a entre nous au sérieux, c'est juste que je ne veux pas passer pour la fille qui couche avec son patron pour réussir... Enfin, on reparlera de ça après mon stage, ça sera sans doute plus clair à ce moment-là. » C'était la meilleure chose à faire.

Puis, après avoir vainement tenté de résister à Lucas, la belle se laissa aller à ses caresses, il faut dire qu'il n'avait pas cherché midi à quatorze heures et qu'il était directement allé dans sa petite culotte ! Puis finalement, il l'allongea doucement sur le canapé, retirant sa petite culotte et allant caresser son intimité avec sa langue experte. La jolie brune se laissa aller à des gémissements de plaisir, glissant ses mains dans ses cheveux pour l'encourager, au moins cette fois, elle n'était pas attachée et elle pouvait profiter pleinement de la gâterie de son Lucas. Elle le laissa faire un petit moment, elle n'était d'ailleurs plus très loin de jouir, mais elle tira sur ses cheveux, non pas maintenant ! Elle voulait vraiment garder ça pour plus tard et surtout, elle voulait voir sa chambre et qu'il lui fasse l'amour là-bas. Il remonta donc jusqu'aux lèvres de sa belle et elle l'embrassa passionnément en lui disant donc ça. Il se releva avec elle en disant que c'était une bonne idée et qu'ils y seraient plus à l'aise, mais il ajouta qu'il allait voir pour lui faire l'amour ou la baiser et que le premier se méritait. Elle eut un petit sourire face à cette phrase, et elle dit en se mordillant la lèvre : « Le mériter ? Je crois être une très bonne stagiaire qui fait toujours tout ce que son patron lui demande, même quand ça n'est pas du tout professionnel... Donc je mérite Mr Davenport. » Oui, genre "viens me faire une gâterie sous le bureau" ! Cassandra était très obéissante, surtout depuis qu'ils avaient une "relation". Avant de partir avec lui vers la chambre, elle remit sa petite culotte, elle n'allait pas traverser la baraque sans culotte ! Puis une fois dans la chambre, elle observa la pièce, très bien rangée et finalement, son regard se porta sur l'immense lit au milieu de la pièce, quand il évoqua l'endroit qu'elle désirait tant. La jeune femme s'approcha de lui, féline, elle l'embrassa avec envie en lui retirant sa veste, puis elle le poussa pour qu'il tombe sur le lit et lui grimpa dessus, avant de déboutonner un à un les boutons de sa chemise, une fois celle-ci ouverte, elle lui dit avec un regard plein de malice en caressant son torse du bout des doigts : « Alors, combien de femmes sont venues dans cette pièce et ont baptisé ce lit avec vous, monsieur le Dom Juan ? » Elle termina sa phrase en se penchant pour embrasser et lécher chaque centimètre de ce corps d'Apollon, dessinant avec sa langue le contour de ses abdos.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 24 Mar - 23:30
C’est dingue ! Cassandra ne connaissait pas encore Lexie, elle l’avait croisé une ou deux fois au bureau, et elle avait déjà une assez mauvaise impression de la sœur de son patron. Il faut dire que notre jeune homme n’était pas surpris par les agissements de sa sœur jumelle, et c’était totalement son genre de voir la jolie et sexy stagiaire de Lucas, et lui jeter un regard féroce du style t’approches pas trop de mon frère… Du Lexie tout craché si si ! C’est pour cette raison que Lucas essayait un peu de la défendre, disant que sa sœur était une personne adorable et gentille, mais très protectrice avec lui, mais surtout jalouse des femmes s’approchant de lui, de peur que leur relation fraternelle et leur complicité en pâtisse. Pourtant même avec une femme dans sa vie, Lexie resterait toujours sa sœur jumelle, la personne la plus importante pour lui avec Lily bien entendu … Mais ça n’empêchait pas la grande blonde d’être jalouse et possessive, au point donc d’être désagréable avec les femmes entourant son frère. La preuve, elle semblait avoir été désagréable avec Cassy sans même la connaitre ou lui parler, juste par prévention dirait-elle. La jeune stagiaire en venait donc à plaisanter, disant qu’il faudrait donc qu’elle se fasse passer pour lesbienne, ou lui qui rentrerait dans les ordres pour être plus tranquille. Ah bah tiens oui Lucas dans les ordres ! Il aimait bien trop mater les jolies femmes sexy pour entrer dans ce genre d’endroit. Surtout que Cassy s’ennuierait de son patron et qu’elle n’apprécierait pas du tout l’idée. Et effectivement, elle le lui confirma avant de plaisanter en disant qu’au moins elle rentrerait dans son monastère en se faisant passer pour une bonne sœur, ce qui fit rire notre jeune homme : « J’adore cette idée, je te vois bien débarquer dans ma chambre en bonne sœur sexy… » Bah quoi ? Ils font de très beaux costumes sexy ! puis plus sérieusement elle disait qu’aimer c’était prendre des risques, et parfois souffrir, mais aussi prendre beaucoup de bonheur parfois, ce qui lui décrocha un petit sourire : « Pas mal cette vision de l’amour. J’ai connu les deux, et à choisir je préfère l’option bonheur en tout cas… » Qui aimait souffrir en amour en même temps ? Puis alors qu’il disait qu’il ne rencontrerait au moins pas les frères terrifiants de Cassandra vu qu’il n’était pas son petit ami, elle semblait un peu se vexer, demandant ce qu’elle était alors pour lui à part sa poupée gonflable. Lui qui rigolait ne rigolait plus maintenant, et il lui dit calmement qu’ils n’avaient jamais défini vraiment leur relation, lui demandant ce qu’elle en pensait. Et bien sûr, elle non plus n’en savait trop rien, disant que si elle ne lui présentait personne, c’était notamment car elle ne voulait pas passer pour la fille qui couche pour réussir, non pas parce qu’il n’y avait rien de sérieux entre eux. Néanmoins elle proposa d’en reparler après son stage, car tout serait plus simple et clair au moins : « Si ce n’était pas un minimum sérieux, je n’aurais pas fait garder ma fille ce soir par ma sœur pour te faire venir ici… Mais comme tu le dis, la situation professionnelle entre nous ne permet pas vraiment grand-chose pour le moment, donc on verra ça dans un mois… » Au moins ils avaient le temps d’ici là de se prendre la tête, ou au contraire de consolider leur relation…

Surtout que là, Lucas avait très envie de s’amuser avec sa stagiaire malgré la mauvaise passe de la soirée. La preuve, il n’avait pas accepté son refus et l’avait fait craquer par quelques mots et quelques gestes. Voyant l’emprise qu’il avait sur elle, il était rapidement descendu dans sa petite culotte pour l’exciter, au point qu’elle accepte enfin et se laisse aller à quelques gémissements sous ses doigts. Mais il avait bien envie de lui faire prendre son pied comme à New York, du coup il l’allongea pour que sa langue aille la chauffer d’avantage. Surtout que cette fois, il pouvait sentir les mains de Cassy dans ses cheveux, et pour elle comme pour lui c’était nettement plus agréable que lorsqu’elle était attachée. Bah oui, plus il augmentait le rythme, plus il sentait les doigts de la belle sur son crâne, jusqu’à ce qu’elle se décide à tirer un peu sur ces cheveux pour l’arrêter et lui faire comprendre qu’elle voulait l’embrasser. Après un baiser langoureux, elle lui demanda si gentiment de lui montrer sa chambre et lui faire l’amour dans son lit qu’il ne pouvait pas dire non. Elle ne l’exigeait pas, elle demandait. Au moins elle savait qu’en lui disant de le faire il aurait fait tout l’inverse… Lucas approuvait donc cette idée, mais la provoquait en se relevant du canapé, disant que lui faire l’amour et pas la baiser se méritait. Elle avança donc ses arguments, disant être une stagiaire obéissante, même hors domaine professionnel, donc qu’elle le méritait, ce qui fit sourire Lucas. « C’est vrai Mademoiselle Middleton. Vous êtes très sage et obéissante dans de nombreux domaines. Je m’assure juste que ça continue jusqu’à la chambre… » Bah ouais, un mot de trop, une provocation mal venue, et il serait capable de changer d’avis et d’être un peu plus dur et ferme avec Cassy, mais ça elle commençait à le savoir avec lui. Les deux jeunes se retrouvèrent donc maintenant dans la chambre, la belle regardant autour d’elle sous l’œil attentif de Lucas, lui présentant son lit qu’elle désirait tant ! Elle se rapprocha de Lulu, loin d’être timide et lui faisant comprendre ce qu’elle voulait. S’en suivit un baiser passionné durant lequel il sentit les mains de Cassandra lui retirer sa veste et la laisser tomber au sol avant que lui ne tombe sur son lit sous l’impulsion de la jolie brune qui ne perdit pas de temps à grimper sur lui. Et alors qu’elle ouvrait doucement sa chemise, Lucas laissa ses mains se perdre sur les fesses de la demoiselle qu’il caressait doucement et lentement avant qu’elle n’en fasse de même avec son torse, laissant un frisson parcourir le corps de Lucas, juste avant qu’elle ne lui demande combien de femmes avaient eu l’occasion de baptiser ce lit avec ce Don Juan. Il se mit doucement à rire, haussant les épaules. Il n’avait encore pas répondu qu’elle se penchait pour embrasser et lécher son corps, ce qui ne faisait qu’intensifier son envie de la demoiselle. Il profitait, fermant les yeux avant de répondre : « Moi un Don Juan ? En tout cas il y a eu dans ce lit beaucoup moins de femmes que ce que tu dois avoir en tête… » Surtout qu’avec une gamine de six ans, il n’invitait pas énormément de femmes chez lui, encore moins dans son lit. Puis il ajouta un brin taquin : « Et surtout dans celui-ci qui est assez récent… » Bon en soit qu’on parle de son ancien lit ou celui-ci qui avait un peu moins d’un an, le nombre de femmes y étant passé était relativement faible. D’ailleurs dans ce lit-là, elle serait la première femme parce que depuis un an, il n’avait pas eu de relation sérieuse, et les quelques aventures avaient eu lieu hors de cette demeure…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Jeu 26 Mar - 11:16
Bon, c'était officiel, elle n'avait pas du tout envie de croiser la soeur de Lucas, sauf si ça devenait plus sérieux entre eux... Là, elle devrait bien faire avec et Lexie aussi ! Les réunions de familles promettaient, mais bon, nous n'en sommes pas encore là, loin de là même. Ben oui, après tout, si elle était ici ce soir, c'était surtout pour qu'ils couchent ensemble, le beau brun n'avait pas l'air d'avoir prévu un dîner romantique, tout juste du vin... Donc on ne pouvait pas dire que c'était une soirée en amoureux, bien que l'idée ne déplaisait pas à Cassandra. Enfin, quand elle parla à son homme d'opter pour un couvent, comme ça, sa soeur le lâcherait, il disait qu'elle lui avait déjà dit plusieurs fois, ce qui fit rire Cassy, mais elle n'en fut pas étonnée, vu ce qu'il raconte à propos de sa jumelle ! Cela dit, c'est vrai qu'elle se ferait chier sans lui, surtout au bureau ! C'était quand même beaucoup mieux avec lui, une fois il n'était pas venu et elle s'était retrouvée avec un autre journaliste, la journée avait été longue... Mais comme elle lui disait, elle se voyait bien lui rendre visite dans son monastère, déguisée en bonne soeur. Le beau brun ne perdit pas le nord, il ne le perd jamais de toute façon, disant qu'il adorait l'idée et qu'il la voyait bien débarqué dans sa chambre en bonne soeur sexy, elle se mit à rire avant de répondre : « Je parlais de venir te voir dans ton monastère, mais pas dans ta chambre au monastère et je n'ai pas parlé non plus d'un costume sexy ! Tu ne perds vraiment pas le nord toi ! » Un mec reste un mec cela dit ^^. Puis, quand elle parla de sa vision de l'amour, il disait avoir connu les deux et qu'il préférait l'option bonheur, comme nous tous non ? « Tu peux te vanter de les avoir connus, moi aucune des deux. » C'était un peu triste dit comme ça non ? D'ailleurs en parlant d'amour, elle voulait savoir ce qu'elle était pour lui, à part son vide couilles bien entendu... Lucas lui retourna la question, ce qui était un peu déloyale, elle avait demandé la première ! Mais bon, en y réfléchissant, il valait mieux attendre la fin de son stage, pouvoir envisager une relation plus sérieuse quand il n'y aurait plus la barrière "patron/stagiaire". Cela dit, il disait quand même que si ce n'était pas un peu sérieux, elle ne serait pas là, avant d'ajouter qu'en effet, ils verraient ça dans un mois. Elle se mit à sourire un peu avant de répondre : « C'est tout ce que je voulais savoir, ne pas simplement être là pour combler tes envies, savoir qu'il y a une possibilité d'évolution dans notre relation. » Pour l'instant, savoir ça, lui suffisait largement.

Finalement, Cassandra avait craqué face aux avances de son patron, bon, ce n'était pas dur, elle avait beaucoup de mal à lui dire non... Non, mais voyez comme il est canon ? Et charmeur en plus ! Bref, c'était impossible de dire non à cet homme... Surtout quand il glissait sa main dans votre petite culotte ! Rapidement, elle se retrouva allongée sur le canapé, le beau brun lui retirant sa lingerie pour jouer avec sa langue sur son petit bouton de plaisir et il était vraiment doué. La belle prenait son pied, comme toujours, néanmoins, elle n'avait pas envie de jouir maintenant, du coup, elle le força à remonter vers ses lèvres et après un baiser torride lui demanda de lui montrer sa chambre et de lui faire l'amour. C'était aussi une façon pour elle de se voir plus comme "sa copine" et non comme la fille qu'il vient baiser sur son canapé après le boulot, une manière d'être rassurée de ne pas être que sa poupée gonflable. Il se releva du canapé, avec elle, en disant qu'elle devait mériter qu'il lui fasse l'amour et pas qu'il la baise, mais comme elle lui disait si bien, elle le méritait largement, étant une stagiaire des plus obéissantes, que ce soit pour des demandes professionnelles ou pas. Il disait donc qu'il s'assurait qu'elle le reste jusqu'à la chambre, non mais regardez-le celui-là, il assurait ses arrières ! « Tu sais, l'un ou l'autre, je prendrais mon pied, c'est tout ce qui compte dans le fond ! » Dit-elle l'air désinvolte. Qu'il lui fasse l'amour ou qu'il la baise, ça ne changeait pas grand-chose au final. Enfin, le jeune homme l'emmena dans la chambre et elle ne perdit pas de temps pour l'embrasser avec envie, lui retirant sa veste au passage, puis elle le poussa sur le lit et lui grimpa dessus à califourchon. Pour une fois, elle dominait un peu ! La belle brune commença à déboutonner sa chemise alors qu'il caressait ses fesses, elle mordilla sa lèvre découvrant son magnifique torse et le caressa doucement. Puis, elle demanda combien de femmes étaient venues ici avant elle, au final, elle s'en fichait, la preuve, alors qu'il répondait, elle était déjà en train de déposer des baisers sur son torse. Il répondit donc qu'il n'y avait pas eu autant de femmes qu'elle semblait le croire, avant d'ajouter que ce lit était neuf, donc c'était la première. Cassy remonta vers son cou, le mordillant légèrement, avant de lui dire au creux de l'oreille : « Je suis ravie de savoir que je suis la première et la dernière j'espère... Mais ce lit mérite qu'on le baptise dignement et surtout qu'on ne le quitte pas avant demain matin. » Puis, elle se redressa, déboutonnant son pantalon, descendant très lentement en lui jetant un regard coquin, la fermeture éclair et glissa sa main à l'intérieur, caressant mini Lucas, puis elle se pencha de nouveau sur lui pour l'embrasser à pleine bouche, sa langue cherchant la sienne comme si sa vie en dépendait.

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arès ♦ fondateur

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 1612
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Journaliste sportif
▐ POINTS : 1340
▐ CREDITS : Liloo_59 & Tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Sam 28 Mar - 0:36
Pourquoi parlaient-ils de Lexie maintenant en fait ? Ah oui, tout simplement parce que Lucas avait confié à sa stagiaire que c’était son adorable jumelle qui gardait sa fille cette nuit. Enfin adorable, pas au goût visiblement de Cassy qui s’était pris quelques regards noirs déjà lorsqu’elle l’avait croisé au bureau. Du Lexie tout craché. Il lui expliqua donc la manière de voir les choses pour sa sœur. En fait, toutes les femmes approchant Lucas ne le méritaient pas, il faudrait qu’il reste seul à vie, mais à côté de ça, la jolie demoiselle était adorable. Disons juste qu’il ne fallait pas tourner autour de son frère sinon elle devenait avec la femme en question le diable incarné. Ouais, pauvre Cassandra, si un jour elle venait à rencontrer Lexie, elle ne risquait pas de passer la plus géniale des soirées. Du coup la jeune journaliste proposait à son patron de se faire passer pour lesbienne pour que Lexie la laisse tranquille, mais ce n’était pas la meilleure des idées. Par contre que Lucas se fasse enfermer dans un monastère, ça c’était une meilleure idée pour s’entendre avec Lexie. Bah ouais, plus d’une fois elle lui avait dit de rentrer dans les ordres pour ne pas être emmerdé par l’amour et tous les problèmes qui en découlent. Autant dire que là les deux femmes étaient sur la même longueur d’onde. Néanmoins Lulu lui fit remarquer qu’elle s’ennuierait sans lui, et elle le confirma, disant qu’elle s’infiltrerait dans le monastère en bonne sœur pour lui rendre visite. Bon ça cassait un peu tout le sex-appeal de Cassy ça, mais Lucas lui fit remarquer qu’il adorerait la voir venir dans sa chambre en bonne sœur sexy. Et oui, ils font de si jolis costumes sexy maintenant, ça serait un véritable régal. Néanmoins la jolie brune se défendait en riant, disant venir au monastère, pas dans sa chambre, et surtout ne pas avoir parlé d’un quelconque costume sexy, ce qui le fit rire à son tour, notamment lorsqu’elle disait qu’il ne perdait pas le Nord. Il haussa les épaules en tentant de reprendre son sérieux : « ça perturberait tout le monde, donc faut venir à ma chambre pour qu’on soit tranquille. Et puis bon pour le costume, c’est ce qui se trouve le plus facilement la version sexy je pense. Enfin comme tu l’a deviné, ce ne serait pas très catholique du tout par contre entre nous… » Oh que non, elle serait canon, il aurait envie d’elle sans hésitation ! Néanmoins l’amour permettait de vivre de bonnes et de mauvaises choses, ce qu’avait expérimenté Lucas déjà, et la demoiselle lui confia qu’elle n’en avait connu aucun des deux. Il fit un peu les grands yeux, l’interrogeant : « Quoi ? Tu n’as jamais eu de relation un minimum sérieuse au point d’en souffrir, ou au contraire d’en retirer de superbes moments ? » Oui elle n’avait que vingt et un ans, mais quand même elle était si magnifique qu’elle avait bien dû avoir des petits-copains avec qui ça s’était plus ou moins bien passé ? Et bien il semblait que non… Malgré cela, elle s’interrogeait sur ce qu’elle était pour lui, mais il ne le savait pas trop. Officiellement ils n’étaient pas en couple ! D’ailleurs elle non plus ne semblait pas le savoir, mais avant de lui dire qu’ils verraient bien après son stage, Lucas lui confiait tout de même que si elle n’était rien pour lui qu’un jouet, elle ne serait pas ici ce soir, ce qui la fit sourire. Elle était ravie d’apprendre qu’elle ne servait pas qu’à combler ses désirs sexuels et qu’une évolution était possible, ce qui amusa notre beau brun : « Les relations c’est un peu comme au boulot. Pour envisager une évolution positive, il faut en avoir envie et s’en donner les moyens… » Très imagé non ? En tout cas ce qu’il voulait lui faire comprendre, c’est que les deux devaient le vouloir et le montrer surtout, mais ils avaient encore le temps avec le stage de la demoiselle… Histoire de ne pas mélanger boulot et vie privée même s’ils le faisaient déjà un petit peu…

Là l’envie de Lucas ? C’était Cassy ! Et il s’en donnait justement les moyens… Elle avait été hésitante et résistante face à l’annonce de sa paternité, mais finalement elle avait assez vite craquée face à son jeu de séduction, mais surtout à sa main qui était allé se glisser dans sa petite culotte. Elle rêvait de revivre les mêmes sensations qu’à NY, il le savait ! C’est pourquoi il avait même laissé sa langue rejoindre et jouer sur l’intimité de Cassy, pour la faire décoller et combler ses désirs, lui faire connaître l’extase avec sa langue experte. Surtout que ce soir, pas de punition ou de jeu bizarre… Non ! Elle pouvait profiter de tous ces sens, et se laisser aller sans contrainte. Ou pas. En effet, elle stoppa Lucas dans son élan, pourtant il entendait dans ses gémissements et sa respiration qu’elle allait atteindre le septième ciel. Mais elle se le refusa elle-même, tirant un peu sur les cheveux de Lucas pour le faire remonter et qu’il l’embrasse langoureusement avant de lui demander d’aller lui faire l’amour dans son lit. Quel romantisme ce soir ! ça changeait de leurs coups vite fait ! Et c’était très agréable d’ailleurs… Néanmoins pour la motiver à continuer dans cette direction, à être romantique, il lui disait qu’il fallait mériter qu’il lui fasse l’amour dans son lit et pas qu’il la baise avant d’y arriver. Sous entendu qu’il aimait la Cassandra douce et romantique, et qu’il aimerait qu’elle le reste ce soir, même si elle disait être toujours obéissante dans beaucoup de domaines, donc le mériter ! Elle répondit en allant vers la chambre que d’une manière ou de l’autre, elle prendrait son pied, et il se contenta de lui dire avec le sourire : « Ouais je sais, moi aussi… Mais j’ai l’impression que ce soir tu recherches de la douceur et la manière douce, pour changer de la manière forte habituelle… » Et comme on dit, la douceur ne fait jamais de mal non ?! Une fois dans la chambre et après avoir jeté un œil autour d’elle, elle vint vers lui l’air féline pour l’embrasser avec envie en lui retirant sa veste et le faisant tomber sur son lit pour grimper sur lui et déboutonner sa chemise en lui demandant si beaucoup de femmes étaient passées dans ce lit. Il caressa les fesses de la demoiselle pendant qu’elle caressait son torse, et alors qu’il lui répondait qu’il avait changé de lit y a pas longtemps, donc qu’elle serait la première elle embrassait son torse. C’était à se demander si la réponse l’intéressait ! De plus, il avait eu moins de femmes dans ce lit qu’elle ne devait le penser vu qu’elle lui mettait une étiquette de Don Juan… Elle remonta embrasser son cou et le mordiller avant de lui glisser à l’oreille être ravie d’être la première dans ce lit, qui sait la dernière, mais surtout que ça méritait un joli baptême et de le faire durer jusqu’au lendemain matin. Alors qu’elle se redressait et déboutonnait son pantalon, Lucas répondit avec un sourire coquin : « C’est vrai qu’il est douillet et confortable ce lit, il mérite bien ta proposition. Maintenant qu’on est dessus, interdiction donc d’en sortir jusqu’au lever du soleil minimum… » Passer son temps dans ce lit avec elle ? Ok ! Surtout qu’elle commençait à glisser sa main dans son pantalon pour réveiller Mini-Lulu alors que les langues des deux s’entremêlaient parfaitement tandis que les mains de Lucas agrippaient et caressaient un peu plus fermement les fesses de Cassandra…

_________________



    Where you from? You might be the one who’s running things Well you could ring anybody's bell to get what you want. You see it’s easy to ignore trouble When you’re living in your bubble © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aphrodite ♦ fondatrice

▐ AGE : 29
▐ PAROLES : 1695
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/01/2015
▐ OCCUPATION : Etudiante en journalisme, stagiaire chez un patron bien trop beau pour rester concentrée !
▐ POINTS : 1456
▐ CREDITS : Liloo_59 & tumblr
MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   Mar 31 Mar - 11:41
C'est fou ce qu'elle aimait passer du temps avec lui et pas seulement pour s'envoyer en l'air. Ils étaient indéniablement de plus en plus proches l'un de l'autre, ils se voyaient déjà au bureau toute la journée et ils arrivaient encore à se voir en dehors et à s'appeler pendant des heures. Ils avaient beau nier toute relation amoureuse, ça y ressemblait fortement. Puis, Cassy, ça la changeait de "sortir" avec un homme plus âgé, ça évitait les mecs pas sérieux qui ne parlent que de choses futiles, au moins, avec Lucas, ils avaient beaucoup plus de conversation, sur tel ou tel sujet et en plus, il la faisait rire ! Il n'y avait qu'à voir tout de suite ! Elle disait flipper à cause de sa soeur, cette dernière n'ayant pas l'air très commode et comme elle ne supportait, visiblement pas, de voir son jumeau avec une femme, la brunette lui proposait de partir vivre dans un monastère ! Il disait donc que c'était le grand rêve de sa soeur, mais qu'à côté de ça, la petite Cassandra allait s'ennuyer, mais elle pourrait toujours venir le voir en bonne soeur sexy dans sa chambre au monastère. Il ne perdait pas le nord voyez-vous ! Elle se mit donc à rire un peu en disant qu'elle n'avait pas précisé venir dans sa chambre et encore moins en costume sexy. Le beau brun se défendit en disant que ça perturberait tout le monde et que dans sa chambre ils seraient mieux, mais oui, elle avait bien deviné, ça serait torride. La jeune femme se mit à sourire de plus belle et répondit : « Si tu es dans un monastère c'est que tu as fait voeu de chasteté bébé, je ne voudrais pas venir briser ton souhait. Sans rire, si tu veux que je me déguise pour une soirée coquine, la bonne soeur ce n'est pas mon trip ! Je préfère encore jouer à la soubrette prête à tout pour son patron... Oh mais attends, c'est déjà le cas ! » Pas la soubrette, mais la fille prête à tout pour son patron, c'était déjà ce qu'elle était ! Enfin, Lucas fut surpris des révélations de Cassy, en effet, elle n'avait jamais connu d'amour assez fort pour en souffrir ou pour la combler de bonheur... Du coup, il lui reposait la question, histoire d'être sûr et elle se mit à rougir en mordillant nerveusement sa lèvre. « Non... J'ai eu des petits-copains, mais ça n'a jamais duré bien longtemps. » Il n'était pas content de savoir qu'il était, en quelque sorte, le premier ? Oui, parce que même si rien n'est officiel entre eux, au final, c'est le premier homme avec qui elle a une relation un peu plus longue. D'ailleurs, ils parlaient justement de leur relation maintenant, enfin, elle voulait simplement savoir si entre eux, c'était plus que sexuel, et il confirma que oui... Enfin, il pouvait dire oui pour avoir la paix et après le stage lui dire bye bye, mais elle commençait à bien le connaitre et ce n'était pas son style, donc oui, elle lui faisait confiance. Son patron sexy fit une métaphore sur le boulot et les relations, ça amusa la belle qui répondit : « On va bosser dessus alors. En plus, on fait plutôt du bon boulot tous les deux. » Enfin, ils verraient bien après le stage de Cassy de toute façon.

Finalement, les deux "amoureux" quittèrent le salon, direction la chambre ! Et oui, la belle brune avait envie de lui, ça, c'était clair et net, mais elle ne voulait pas d'un coup à l'arrache sur le canapé, et même s'il venait de lui donner beaucoup de plaisir avec sa langue, elle voulait continuer tout ça, dans son lit. C'était aussi une manière de ne pas se sentir comme la fille qu'il baise, mais bien comme son éventuel copine avec qui il fait l'amour. Le beau brun était d'accord, mais il disait qu'elle devait le mériter, et qu'en gros, si elle ne lui donnait pas satisfaction, il ne lui ferait pas l'amour, mais il la baiserait. Il n'en avait pas marre de la baiser ? Il le faisait déjà tous les jours au bureau, enfin presque tous les jours, des fois, ils n'arrivaient pas à se trouver de moments et là, c'était hyper frustrant... Du coup, le soir, elle l'appelait et ils se faisaient un plan de téléphone rose xD. Enfin, pour Cassandra, elle le méritait largement, elle était une stagiaire très obéissante et il n'avait pas à s'en plaindre, mais comme il semblait content de lui, elle disait, que de toute façon, d'une manière ou d'une autre, elle prendrait son pied. Lucas répondit que lui aussi, mais que ce soit, elle cherchait de la douceur, ce qui la fit sourire de plus belle. « Je ne recherche rien de particulier, tout ce que je veux, c'est toi, toi et encore toi. » Dit-elle en mordillant sa lèvre d'envie. Puis, elle le poussa sur le lit et elle déboutonna sa chemise, embrassant son torse juste après lui avoir demandé si beaucoup de femmes étaient passées ici, visiblement pas et elle en était ravie et en plus, c'était un nouveau lit. La belle brune remonta donc jusqu'à son cou, l'embrassant avec envie, et elle lui glissa à l'oreille que ce lit méritait bien un baptême et alors qu'elle se relevait pour déboutonner son pantalon, il disait être d'accord avec elle et qu'ils ne sortiraient pas de ce lit avant demain. « Minimum comme tu dis... Mais je suis certaine que ça sera beaucoup plus long que ça. » Elle avait bien envie de le violer jusqu'à ce que mort s'ensuive xD. Puis, elle glissa sa main dans son boxer, excitant mini-Lucas, et allant l'embrasser de nouveau avec envie, alors qu'il caressait un peu plus durement ses fesses. Après un court moment d'excitation, elle retira sa main et fit glisser le pantalon du beau brun, ainsi que son boxer pour qu'il soit nu, enfin, il avait toujours sa chemise ouverte xD. Elle retira sa propre petite culotte qu'elle avait remis il y a seulement quelques minutes et s'empala sur lui, gémissant quand elle le sentait glisser doucement en elle, bougeant les hanches doucement pour lui faire l'amour, avant de retirer son haut pour être complètement nue... En plus de prendre son pied, il avait une vue imprenable sur le corps de sa petite stagiaire adorée et puis ça changeait, c'était la première fois qu'elle était au-dessus, lui qui disait sans cesse qu'elle devait prendre des initiatives, c'était chose faite !

_________________

    Nobody sees, nobody knows

    Nous nous cachons, nous ne pouvons pas nous dévoiler. C'est comme ça, c'est ainsi, loin des autres, proches l'un de l'autre. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: CASSY&LUCAS • Four Five Seconds   
Revenir en haut Aller en bas

CASSY&LUCAS • Four Five Seconds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les modèles de Seb LUCAS
» Modèles de Seb LUCAS
» accident de plusieures grues
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Pacific Palisades :: Résidences
-