AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

just give me a reason (jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Jeu 5 Mar - 21:26
Il t'a intrigué, et tu t'es laissé porter vers lui, avec cette insatiable curiosité et ce désir jusque là muet. Tu croises des ombres, des bouts de vie, qui t'intéressent le temps d'un verre, parfois le temps d'une nuit, puis tu finis par oublier, parce que tu ne veux pas te retrouver à porter, en plus du tien, le fardeau des autres. Alors qu'est-ce qui, chez lui, a fait qu'il s'est entêté à rester au front de ta mémoire, vivace, et cette voix qui n'a pas voulu s'estomper, murmurant sans cesse les craintes qui la faisaient trembler. Qu'est-ce qui peut bien faire que lui, Jay, soit différent des autres que tu écoutes le temps de quelques sourires, le temps de leur donner un peu de ces rires dont tu ne sembles jamais à court, avant de les laisser à l'innombrable compte de tes rencontres furtives. Tu ne sais pas, tu n'en sais fichtrement rien et, à vrai dire, tu ne te poses plus beaucoup de questions, trop occupé à profiter de votre soudaine proximité. Il ne montre aucune réticence, aucune résistance, te laissant explorer les traits de son visage du bout des lèvres. Puis de nouveau le baiser, l'impérieuse, grisante, impression d'être seuls au monde. Tu es bien, là, au creux de la nuit, presque au creux de ses bras, dans ce délicieux cœur à cœur. Et ses mains sur ta peau te font vibrer, ses mains qui ne connaissent pas le corps d'un autre homme, ses mains qui découvrent ton corps, timidement, sous ton tee-shirt. De longues secondes durant, tes pensées suivent uniquement le chemin de ses doigts qui gagnent en assurance sur ta peau frissonnante. S'il découvre le contact d'un homme, toi, tu redécouvres tes propres sensations, comme si tu les ressentais pour la première fois, décuplées. Le désir s'insinue en toi, de plus en plus violent, une douce violence, de celles auxquelles on aime s'abandonner. Tu veux plus que ce baiser, que ces caresses bien trop innocentes et pourtant annonciatrices et servantes de promesses, tu veux tellement plus que ce baiser, cette impatience grondante dans ton ventre te le fait clairement comprendre. Tu passes ta main sous sa chemise, t'attardant sur son flanc, t'enivrant de la chaleur de son corps sous ta paume. Tu grimaces un bref instant, ayant instinctivement bougé ton bras blessé pour avoir plus d'emprise sur la situation, mais la vive et courte douleur est étouffée par l'ivresse, renvoyée aux confins de tes préoccupations par l'excitation de tes sens. Tes doigts descendent le long de sa colonne vertébrale jusqu'au bas de son dos où ils se glissent sous le tissu de son pantalon. Tu ignores la sonnerie de ton téléphone alors que tu places une jambe entre les siennes pour te rapprocher de lui, afin qu'il n'y ait plus le moindre espace entre vous, n'interrompant le baiser que pour reprendre ton souffle.


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 14:34

Tu n’sais pas exactement ce qui produit cette étincelle, quel était ce petit clic dans ton inconscient qui a fait que tu t’es immédiatement senti bien en sa présence, en confiance. Etait-ce sa façon d’avoir toujours des réponses quand toi tu ne les voyais pas, ou bien ce rire, son rempart si précieux, sa bouée de sauvetage à lui. Tu ne sais pas dire ce qui s’est produit, tu n’as sans doute pas encore tout assimilé, et pour le moment, t’as bien d’autres chats à fouetter. Trouver du répit, un peu de calme dans ce monde qui caquète, ce brouhaha incessant, c’est une chose bien trop rare pour que tu acceptes de la spolier avec des questions auxquelles tu auras dix fois le temps de te heurter. A cet instant même tu es tiraillé entre deux feux, ne sachant pas encore très bien quelle émotion domine ; la nouveauté un peu déconcertante de cette étreinte masculine ou bien la simple et tant convoitée insouciante plénitude que tu éprouves sous les baisers qu’il dépose sur les lignes de ton visage qu’il explore parcelle par parcelle, comme un terrain inconnu, un peu sauvage. Cette fougue qu’il lâche, indomptable, lorsqu’il capture de nouveau tes lèvres, qu’il t’arrache un frisson en effleurant du bout des doigts la ligne de ta colonne vertébrale, sous ta chemise, tu la laisse te guider toi aussi, prendre les commandes de tes actions. Tu ne remarques pas la brève grimace, la douleur qui a frappé, sur son visage, trop embué par ce désir que tu ne contrôles plus, que tu n’aurais jamais soupçonné et qui te jette tes convictions à la figure d’un air moqueur. Tu pourrais presque entendre le rire de ta conscience si un soupir étranglé n’avait pas franchi en douce la barrière de tes lèvres lorsqu’il achève l’espace, le dernier centimètre qui vous séparait. Ton bassin est contre le sien, il n’y a plus de filet, à moins bien sûr que tu recules au dernier moment, mais ça ne semble pas être le cas, et tu profites de quelques secondes, entre deux baisers, pour approcher tes lèvres de son oreille, la mordillant au passage, retrouvant cette aisance dans les gestes. Tu glisses vers sa nuque, tes bras enserrant son dos, tu la visites aussi, comme il l’a fait. Cette fièvre qu’il manifeste, elle est contagieuse, tu te consumes de l’intérieur, le feu remplace petit à petit le sang dans tes veines et tu as cette lueur dans le regard, celle qui demande plus, toujours sans les mots, au delà, bien au delà de ce qui se décrit avec ces mots, suffisants et insuffisants à la fois. Tu inclines la tête sur le côté, et tu poses tes lèvres sur son épaule blessée, doucement, par dessus l’écharpe qui la maintient. – Got my car down there… Susurres-tu, à son oreille, avant de croiser de nouveau ce regard qui n’a pas quitté tes pensées depuis ce jour là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 16:14

Tu l'avoues, tu es surpris par cette assurance qu'il démontre si rapidement, alors que quelques instants plus tôt il était encore hagard, perdu, en pleine lutte avec ses certitudes si douloureusement éraflées. La lutte est toujours là, mise de côté par la simplicité de ce qui est entrain de se passer entre vous, parce qu'il n'y a plus d'interrogation, plus de doute, juste la réponse instinctive à ce désir qui ne cesse de s'intensifier. Il n'y a plus que ces mains qui découvrent, qui explorent, des corps qui s'accrochent l'un à l'autre comme s'ils dépendaient de cette étreinte. De tous les actes, celui là est le plus naturel, parce qu'il ne répond qu'à ce qui est ardemment désiré et la mécanique des gestes est sans interruption, guidée par cette soif qui vous anime tous les deux à mesure que vos silhouettes se confondent. Tu souris sur ses lèvres alors que tu achèves de vous rapprocher et que tu sens sa réaction lorsque vos bassins se rencontrent, un contact qui ne laisse aucun doute sur vos envies. Si seulement tu avais tes deux bras pour pouvoir l'enlacer comme il le fait, pour rompre définitivement cette barrière cruellement imposée par l'écharpe qui retient ton membre blessé. De cette situation là, tu ne parviens à retirer les bons côtés, tu es bêtement handicapé dans cet échange alors que tu voudrais faire plus, poser fermement une main sur sa hanche, explorer avec l'autre, ou tenir son visage entre tes paumes, passer tes doigts dans ses cheveux. Tu te sens un peu gauche, déséquilibré, avant que Jay n'écrase cette inhabituelle maladresse sous une vague de frissonnements, alors qu'il démontre que, s'il n'a pas connu d'homme avant toi, il n'est certainement pas débutant quant à la danse tentatrice qui se joue entre deux amants. Un soupir s'échappe d'entre tes lèvres qui traduit l'effet que son audace à sur toi, de son souffle contre la peau de ton cou, ce geste tendre sur ton épaule. - Got my car down there… Tu souris à son invitation, les yeux voilés par le plaisir et l'impatience. Tu ne t'attendais pas à ça, c'est à peine si tu avais osé l'espérer mais tu vois bien dans son regard la même excitation, le même désir, qu'aucun de vous deux ne prend plus la peine de dissimuler. Un éclair de lucidité, dans cette fièvre qui vous ébranle, te fait craindre le retour à la réalité. Tu te demandes s'il ne vaut mieux pas rester sur ce toit, même si cela signifie qu'il faut calmer vos ardeurs et se contenter des baisers, du toucher, sans pouvoir vous échapper de cet espace, sans pouvoir aller plus loin. Tu crains qu'il revienne à cette comédie de lui-même dès qu'il remettra les pieds à l'intérieur du Viper Room, secoué par la musique, les bruits, la foule, les autres... Il s'agit là d'un secret, tu le sais, ce n'est pas comme si vous alliez traverser la piste de danse main dans la main, mais tu as peur qu'un passage par cette multitude mouvante, cette hypocrite réalité, ne le freine dans cette soudaine aspiration à être lui-même. Ta voix est travestie par tes émotions, plus rauque, moins compréhensible, ton accent écorchant les mots plus qu'à l'accoutumé. - Ye ready for this ?  

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 17:36
Son accent s’est fait plus marqué, plus rude, et pendant quelques secondes, tu as pu imaginer celui qui venait de débarquer de sa chère Ecosse, tu as vu, l’espace de quelques secondes, cette facette un peu plus brute de lui, et ça te fait sourire. Tu vois dans son regard, cette espèce d’inquiétude, la peur qu’en retournant dans cette ambiance festive et fausse du Viper Room, la magie ne s’évapore. Tu lis ces interrogations, ces doutes, pour une fois, ce n’est pas les tiens qui envahissent l’espace, et tu y réponds avec ce sourire un peu enfantin, malicieux, indiquant du regard ces escaliers de secours, ceux qui longent tant de façades dans les métropoles de ce pays. Tu le sais parce que ce n’est pas la première fois que tu viens de réfugier ici, et t’avais déjà repéré cette issue, mais aussi parce que plus jeune, dans la tourmente du malheur conjugal de ta pauvre mère, tu t’y cachais pour ne pas assister à l’horrible lâcheté, la bassesse ivre de celui qui t’avait conçu. – Aren’t you ? Taquines-tu, te surprenant toi-même de cet élan d’assurance. Tu sais qu’une autre fois, tu n’auras peut-être pas tant d’audace, la curiosité sera toujours là, mais tu ne sais pas comment tu auras réagi. Ce soir non plus d’ailleurs, tu ne sais pas ce qui t’a poussé vers lui, ce qui t’a poussé à défier tout ce que tu connaissais, tout ce dont tu croyais être sûr. Tu l’as fait, tu as sauté ce pas, celui de l’initiative, et c’est trop tard pour reculer maintenant. Tu te détaches de lui, cet éclat joueur dans le regard, et te dirige vers le bord, sans peur, parce que tu sais ce qui t’attend même pas un mètre en dessous. Tu lui fais signe de te suivre, comme un ado qui fait le mur pour la première fois et qui est fier de son escapade. Tu descends ces marches, et bientôt, la rue est visible, elle t’attend, elle vous attend, et cherches les clés dans ta poche, te dirigeant droit vers la berline d’un rouge éclatant, ta petite merveille achetée deux ans plus tôt. Tu t’appuies lascivement contre la carrosserie, le regardant d’un air à la fois mutin et éthéré, alors que sa silhouette se dessine dans l’ombre de la nuit.
La soirée a pris une tournure pour le moins inattendue et tu n’aurais sans doute pas osé imaginer un scénario pareil en sortant de chez toi, traînant des pieds pour aller à cette soirée qui ressemble à toutes les autres… Ou qui devait ressembler à toutes les autres auxquelles tu avais pu assister dans la capitale du divertissement à l’américaine. Un sourire en coin se dessine sur tes lèvres.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 20:49

L'espace de quelques instants, les rôles ont été inversés. Comment est-ce que c'est arrivé ? Tu t'entends rire alors que tes inquiétudes sont balayées par son regard mutin, indiquant votre sortie de secours. Ce Jay te plait, avec ses sourires et son air espiègle, il n'a plus rien du jeune homme submergé par la détresse. Il te plait, tu ne te l'expliques pas, il te plait. Tu tortures ta lèvre entre tes dents, incapable de réprimer ton sourire, te laissant entrainer par cette bonne humeur qui te semble presque déplacée, mais tu balais cette curieuse impression d'un autre rire alors que se dévoile à toi un pan jusqu'alors inconnu de sa personnalité. - Aren't you ? Sans le savoir, tu viens probablement de tomber un petit peu amoureux de lui. Il t'arrache un gémissement de mécontentement alors qu'il rompt le contact et que tu le regardes se diriger vers le vide, visiblement content de lui. Tu ricanes et le suis, restes un petit moment en haut des marches, l'observant les descendre comme s'il l'avait déjà fait cent fois. Tu jettes un dernier coup d'œil au toit, comme un au-revoir à cet étrange sanctuaire, et t'engages dans les escaliers. T'as l'impression d'être déchargé de toutes ces choses qui martèlent habituellement tes pensées, ces inquiétudes que tu chasses à coup de plaisanterie, tu n'as même pas besoin de les repousser, en cet instant, elles se sont simplement effacées, laissant place à ce sentiment qui te pousse vers lui, à la fois amusé et désireux. L'air frais frappe contre ton visage et tu lèves le nez vers le ciel, vers cette nuit qui vous couvre de son étrange bienveillance. Tu prends une grande bouffée de cet air, retrouvant un peu le contrôle de tes sens, bien agités. Tu aperçois le coupable de ce trouble, appuyé nonchalamment contre sa voiture. Tu ris en passant tes doigts sur la carrosserie,  - That's far better than a cab. avant de poser ces mêmes doigts sur son menton, capturant son visage pour mieux l'embrasser. Il y a quelque chose d'électrifiant dans votre escapade, vibrant, là, entre l'ombre et le secret, alors que vous filer dans le dos du monde, tous les deux. Tu profites de ton léger avantage, le coinçant entre toi et la cadillac. Ça a la saveur des découvertes, de ces premières fois, de celles qui comptent sans qu'on le sache vraiment lorsqu'elles se produisent, qu'elles sont le début d'une série d'autres fois. - So, where are we goin now superstar ? souffles-tu contre sa bouche, appuyant de nouveau, et délibérément, ton bassin contre le sien, provocateur. Tu clos la distance, lui offrant un autre baiser, mordillant sa lèvre inférieure avant de la caresser du bout de la langue. Tu pourrais l'embrasser jusqu'au petit matin, et même encore après ça, jouer avec ses sens comme il s'amuse, inconsciemment ou pas, avec les tiens.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 21:30


C’est à croire que décidément, la nuit est votre meilleure alliée, étendant son voile noire sur cette drôle de chose qui est en train de naitre entre vous, sans que tu t’en rendes réellement compte, sans que tu puisses rien y faire. Tu ne sais pas comment la légèreté qui t’enveloppe a succédé à l’oppressante bulle dans laquelle tu es, ce monde qui t’a successivement dorloté et cabossé. Tu ignores ce qui s’est passé, comment tu as pu devenir, ou plutôt redevenir celui que tu avais oublié que tu étais, espiègle et vif. Tu profites, tout simplement, tu te laisses porter par cette vague qui pour une fois ne cherche pas à t’engloutir, qui te berce dans la douceur de cette nuit. Appuyé contre la carrosserie, tu le regardes arriver vers toi, un sourire aux lèvres, libéré de cette peine immense qu’il camoufle tant bien que mal sous les rires et les blagues. C’est un renouveau, peut-être la confirmation que les plus grands changements surviennent lorsqu’on s’y attend le moins… Ce qui est sûr, c’est que tu souris comme un enfant le jour de Noël, tu as retrouvé cette âme là, malgré tout le reste, qui est encore en suspens, quelque part mais que tu décides de laisser de côté. – That’s far better than a cab. Non, c’est pas mieux. Enfin, si, ça l’est, mais la bonne vieille Ford de l’autre jour est toujours dans ta mémoire, et peu importe si elle est moins performante, moins belle, tu t’en fous.
Bientôt, tu retrouves ce contact électrisant, ses lèvres sur les tiennes, qui les mordille, les taquine comme elles n’ont sûrement jamais été habituées à l’être ; d’habitude c’est toi qui joue avec celles de tes conquêtes. Il te plaque contre cette voiture, avec ce désir qui gronde et que tu peux presque entendre au fond de lui, parce que le tien lui fait écho, et tu n’avais encore jamais ressenti ça avec une telle force. Tu lâches un soupir étranglé, ton souffle s’accélère, il te rend fou par ce simple geste, celui qui réunit vos deux corps après cette interruption. Tu trembles presque, sous le coup de cet électrochoc, ce désir qui était toujours là, sourd, au fond de toi et que tu as tu trop longtemps – So, where are we goin now superstar ? Ta réponse ne se fait pas attendre, tu répliques, surpris toi-même par ta propre réponse. – To the stars… Bon, tu n’as pas inventé cette réplique, mais ça t’amuse, un peu. Tu sautes un peu dans le vide, ne sachant pas vraiment comment, n’ayant jamais imaginé cette suite que tu ne peux pas t’empêcher d’appréhender un peu. Tu grimpes à l’arrière de l’habitacle, cette fois vous êtes littéralement coupés du monde, il n’y a personne d’autre, absolument personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 6 Mar - 22:15

Tu es ravi de sa réaction, de ses muscles qui se tendent sous ton étreinte, et vos envies se répondent, s'amplifiant l'une et l'autre. - To the stars. C'en est terminé de ta lucidité, brouillée, violemment mise sur la touche par ses quelques mots. Tu te demandes s'il a la moindre idée de l'effet qu'il te fait. En un sens, ce n'est pas tellement éloigné de la réalité, tu n'as plus l'impression d'avoir les pieds sur terre, tu n'as plus l'impression d'être à Los Angeles, tu pourrais être n'importe où, il n'y a que son contact qui compte, ce désir, ce besoin, de le sentir contre toi, de te sentir en lui, de vouloir le posséder, d'entendre le son murmuré et abîmé de ton prénom sur ses lèvres, prononcé dans un souffle erratique par cette voix qui s'est entêtée à ne pas te laisser vagabonder au gré de tes pensées sans se rappeler à toi. Tu t'écartes pour le laisser rejoindre l'arrière de la voiture et ne traines pas pour l'y rejoindre. Tu claques la portière derrière toi, savourant l'intimité de l'habitacle, votre solitude complète et absolue. Le destin a un drôle de sens de l'humour, avec les nuits et les voitures, la détresse et vos confidences, ces récurrences frappantes que te feraient rire si tu n'étais si absorbé par ta contemplation. Jay a les cheveux en pagaille, les lèvres et les joues rougies, les premières par le sort que tu leur as fait subir, les secondes par la fraicheur de la nuit et l'excitation qui vous possède, sa bouche entrouverte trahit sa respiration saccadée. Tu le trouves beau et ça te fait sourire, alors que tes yeux s'égarent sur son cou, la naissance de son torse, ses mains, que tu veux sur toi, qu'elles viennent clamer ce qui ne leur appartient pas mais que tu leur abandonnerais volontiers. Tu poses ta paume sur son torse et le force à s'allonger, ne lui laissant pas le temps de protester s'il en a envie avant de faire peser ton corps sur le sien, regagnant son cou, ce territoire que tu considères conquis et que tu taquines, alternant des baisers furtifs et d'autres plus longs, plus calculés, pour le faire languir, pour son plaisir comme pour le tien. Tu te redresses, impatient, attaquant les boutons de sa chemise que tu estimes de trop, tu veux parcourir d'autres parties de son corps, les marquer de ton essence, baptiser sa peau de tes lèvres avides, pour qu'il n'oublie pas, même s'il se retrouve dans une situation similaire avec un autre homme, que tu as été là avant, que tu es passé à cet endroit. Tu ne veux pas qu'il oublie la sensation de tes mains et tu comptes mettre tout ton talent à l'accomplissement de ce désir.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Sam 7 Mar - 11:49
En un clin d’œil, te voilà allongé sur le cuir de cette plage arrière, délicieusement emprisonné par son corps sur le tien, ses mains qui vont à la découverte de ta peau, sous la barrière de tissu qu’est ta chemise, découvrant la douceur de cette délicate pilosité, le torse, virilité tranquille. Il semble marquer son territoire, de sa bouche dans ton cou, qu’il parsème de baisers, tantôt longs, tantôt furtifs. Tu te laisse porter par l’instinct, le maintenant contre toi, une jambe à demi enroulée autour de sa taille, emmêlée avec la sienne, tandis que tu fais passer son t-shirt sur ses épaules, prenant garde à ne pas forcer sur celle qui n’est pas encore tout à fait remise. Tes gestes sont doux et étonnamment mesurés, étant donné le degré d’excitation qui règne dans cet habitacle qui n’avait, chose étonnante, jamais accueilli d’ébats. Décidément, le destin aime vous rassembler pour des premières, dans des voitures, pendant des nuits claires, et tu souris à cette pensée, rapidement remplacée par d’autres bien moins chastes. Tu le regardes, son regard brille de cet éclat que tu connais bien, sur lequel même n’ayant jamais connu d’homme avant, tu ne peux pas te tromper. Tu te mords la lèvre, presque un peu honteux d’avoir ce genre d’idées, mais aussi complètement grisé par ses caresses, la bouche entrouverte, le souffle saccadé. Tu perds pied, il n’y a bientôt plus une once de raison ou de logique dans ton esprit, tout est enseveli sous cet épais brouillard de ton désir qui a encore augmenté d’un cran. Il n’y a plus aucune pensée qui tienne, plus d’ombres, plus que sa chaleur qui irradie, qui t’entraîne, t’enveloppe. Tu te sens bien et peut-être sans encore le réaliser, tu leur dis merde à tous, ceux qui te voudraient plus comme-ci, moins comme ça ; tu ne sais pas encore, mais tu as finalement trouvé ton ancre derrière ce regard pétillant, assombri par cet orage qui gronde dans ses entrailles comme dans les tiennes.
Du bout des doigts, légèrement, tu joues avec cette bande de tissu qui ceint son pantalon, t’aventurant timidement où la peau est plus douce encore, plus fine, et tu ne tardes pas à rencontrer l’élastique du sous-vêtement, sur lequel tu butes volontairement, pour le faire languir, lui rendre la monnaie de sa pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Mer 11 Mar - 19:16

En un sens, tu savais que ta soirée se prolongerait d'une telle manière, tu savais que tu allais embrasser un homme - cette conquête que tu as complètement oubliée au comptoir du Viper Room - et finir la nuit dans ses bras. Une autre nuit, comme les autres, comme tant d'autres, et tu te serais évadé au petit matin, sans intention de le rappeler, deux fois ç'aurait été déjà bien assez. Tu savais que tu ne finirais pas la nuit seul. Mais rien, absolument, n'aurait pu te préparer à ce qui est entrain de se produire, à cette électricité qui te traverse le corps, cette soif que tu ne sembles pouvoir étancher qu'en trouvant son contact. C'est presque irréel et tu préfères ne pas y penser, te concentrant sur l'ivresse et elle seule alors qu'à mesure que vos ébats vont en s'amplifiant tu perds, de toute façon, un peu plus la capacité te contrôler quoique ce soit qui te passe par la tête, parce que tu ne vois que lui et tu ne sens rien d'autre que la chaleur de sa peau contre la tienne alors que vos torses, nus, se rencontrent. Tes muscles, tendus, te renvoient l'écho de tes sensations. Jay joue avec toi, flirte avec les limites de ton plaisir, et tu poses ta main sur la sienne pour qu'il finisse le geste qu'il a initié, mordant ta lèvre pour retenir un gémissement. Tu gardes ta main sur la sienne, guidant son mouvement, pendant que tu l'embrasses, étouffant contre ses lèvres le moindre son de plaisir. Tu te régales de votre intimité, de cette proximité qui assemble vos deux silhouettes sur cette banquette arrière. Tu voudrais que l'instant s'éternise et, en même temps, tes propres sens te poussent à accélérer, à les contenter, pour te tirer de cette transe qui te prive de ta raison. Tu passes ta main à l'intérieur de ses cuisses, te fais violence pour lentement remonter jusqu'à la bosse qui ne laisse aucun doute sur son excitation, et que tu presses sous ta paume à travers le tissu. Tu tires sur la fermeture éclair de son pantalon, dépourvu de la lenteur que tu essayais d'insérer dans tes gestes, pour titiller ses sens, pour le faire languir, mais c'est toi, finalement, qui est à bout de patience, et qui l'aide à se débarrasser, non sans difficulté, du reste de ses vêtements dans l'espace étroit. - Now, let me show ye what ye've been missin. Lui lances-tu avec un regard espiègle, la voix étranglée par l'impatience et cette touche d'amusement qui ne te quitte jamais.


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Mer 11 Mar - 20:09

Tu n’avais pas la moindre idée de ce qui t’attendait en débarquant à contrecœur à cette soirée, pas la moindre possibilité de deviner que les choses prendraient un tel tournant, aussi ardent ; c’est à la fois un tsunami et un incendie qui se battent dans ton esprit, dans ton ventre, là où s’intensifie ce désir qui te rend fou. Tu as titillé ses sens, sans le savoir, tu l’as poussé dans ses derniers retranchements et tu constates qu’il se consume aussi violemment que toi, désespérément. Il guide ta main, accompagne ton geste arrêté en plein élan, par jeu, par malice, et peine à retenir un tremblement lorsque tu rencontres son bien le plus précieux, noyant son gémissement de plaisir dans un nouveau baiser fiévreux. Tu le caresses, par dessus le tissu, tu fais connaissance avec, comme si tu te l’appropriais d’une certaine façon. Les battements de ton cœur s’accélèrent et tu cherches l’oxygène, comme un homme au bord de la noyade, lors qu’il s’empare lui aussi du plus secret, du plus intime témoin de ta masculinité. Tu bascules la tête en arrière, laissant un soupir étranglé s’échapper de ta gorge, il n’y a plus de possibilité de retour, c’en est fini de toute inhibition, tu veux savoir, tu veux découvrir ce que lui a accepté depuis si longtemps – semble-t-il – et dans la ferveur de cet espace si réduit, tu veux comprendre, rendre réelle l’idée que si ton corps réagit aussi intensément, c’est parce que tu lui as refusé trop longtemps ce qu’il demandait. – Now, let me show ye what ye’ve been missin'. Lance-t-il avec cette espièglerie dans la voix, un peu étouffée de désir. Tu le regardes, les yeux assombris par le feu qui brûle à l’intérieur de toi, dans toutes les parcelles de ton être. – Do it. Murmures-tu, presque comme une prière, une supplique. Un frisson parcourt ton échine lorsqu’il abaisse les dernières barrières qui séparent vos deux corps, presque entièrement offerts.
A cet instant, plus encore que depuis le début de cette drôle de parenthèse qui vous a coupé du reste du monde, sur le toit de ce club, plus rien ne t’importe, tu n’es plus Jay l’idole des midinettes, celui qui avance masqué, tu es juste toi, avec tes doutes et tes peurs, ces démons que tu n’as montré qu’à lui. Ils sont endormis pour le moment, anesthésiés ; il n’y a plus rien d’autre qui compte que sa chaleur qui t’abrite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Mer 11 Mar - 21:08

Il n'y a plus de doute, la détresse s'est éteinte, emportée par la fièvre de vos baisers, abandonnée sur ce toit. Il n'y plus de crainte, les voix de ceux qui sont si prompts à juger sont étouffées par le désir, pur, sans entrave, sans dictat. Il n'y a plus rien que cette lutte qui est en fait une danse et qui vous égare, vous transporte, loin de ce qui vous a écorché, puis forgé. Il n'y a plus cette quête du refuge, ce besoin de te perdre dans les bras d'un autre pour oublier tes déboires, non, il n'y a là que l'envie, et cette passion qui brûle au creux de tes entrailles et qui t'irradie tout entier à ces deux petits mots. - Do it. Presque assourdi par le pouls violent qui résonne dans tes tempes, tu n'es pas sûr de les avoir réellement entendus plus que tu as pu les imaginer, mais l'expression qui règne sur son visage est garante de ses désirs et tu lui souris, juste avant que ta main ne s'empare de sa virilité. Tu restes hypnotisé par les émotions que se lisent dans son regard, sur ses traits, et tu déposes de multiples baisers sur ces marques de son plaisir alors que tu exécutes des va-et-vient avec dextérité. Malgré ta respiration irrégulière et le feu de sensations, tu parviens à le regarder, à te perdre encore un peu en le contemplant, et si tu n'étais si pressé, si tu ne sentais pas cette nécessité de le faire tien, te resterais surement plus longtemps à simplement l'observer. Il n'a plus rien de l'homme qu'il était quand tu l'as aperçu là-haut - sur le toit et pourtant bien moins près des étoiles que vous ne l'êtes maintenant. Tu as oublié la confusion qui a suivi votre rencontre, lorsque tu ne savais pas vraiment qui il était entre l'inconnu à l'arrière de ton taxi et l'acteur que tu croisais sans le voir sur les affiches et les unes des magazines. Tu n'as plus aucun doute, là, sous tes mains, il est véritablement lui, désinhibé, honnête avec lui-même, et avec toi. Sans trop savoir comment, vos gestes guidés par votre hâte, ton jean, ton caleçon, le sien, ne sont plus là. "Do it." Tu glisses ta main sur puis sous sa cuisse, l'invitant à faire de même avec l'autre, ne pouvant reproduire ce mouvement du côté opposé à cause de ton bras blessé, afin que ses jambes se trouvent au dessus de tes hanches, t'offrant tout le loisir de passer à la suite des hostilités. Tu passes d'abord tes doigts, pour ne pas le surprendre, pour que la nouveauté de la sensation ne l'effraie pas. " Do it." L'écho de sa voix persiste à l'arrière de ton crâne et tu ne te refuses pas plus longtemps la possibilité de le posséder. Tu entres en lui, doucement, surveillant ses réactions, le questionnant du regard, alors que tes ongles abîment presque sa peau sous l'intensité de cette union.


_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Jeu 12 Mar - 10:22

Ta vue se brouille, embuée par le plaisir qui te saisit lorsque sa main experte t’enveloppe, te parcourant d’un délicieux va et viens, sa bouche marquant une fois de plus de son empreinte la peau de ton cou, ton épaule. Tu soupires par saccades, incapable de contrôler les sons étranglés qui sortent de ta gorge. Ton dos s’arque instinctivement sous ses gestes, et tu les accompagne d’un léger mouvement des hanches, sans même t’en apercevoir, parce que t’es au delà de toute conscience, perdu dans les méandres de ces sensations nouvelles qui t’électrisent. Lorsque tu rouvres les yeux, son regard te cueille, et il franchit de nouveau un seuil, un cap que tu n’aurais jamais pensé passer un jour ; il explore l’intérieur de tes cuisses, prenant les devants, avec cette hâte qu’il réfrène du mieux qu’il peut, pour ne pas te brusquer. Sans que tu aies le temps de voir les choses s’enchaîner, tes jambes entourent son bassin, il est à la porte, si près de l’union complète et parfaite de vos deux corps tremblants. Tu n’as pas le temps d’y repenser à deux fois, tu as voulu qu’il le fasse, qu’il te montre cette autre façon d’atteindre le sommet du plaisir, celle qui fait encore peur à beaucoup de gens, toi y compris. Tu tressailles, à la fois d’impatience et aussi un peu d’appréhension, tout est si inédit pour toi, tu captes son regard qui t’interroge une dernière fois, et tu réponds par un gémissement presque plaintif. Tu t’agrippes à lui lorsqu’il s’introduit en toi, par petites poussées, attentif à tes réactions. Tu te mords la lèvre, tentant de te décrisper ; la sensation est étrange, il te faut quelques secondes pour t’habituer à sa présence, l’intrusion dans cette intimité jusque là intacte. La pression de tes doigts s’accentue sur ses hanches, marquant presque la peau pâle, pour amortir le choc, accompagner le temps d’adaptation qui semble s’être mis sur ‘pause’ l’inconfort domine encore le bouquet de sensations qui se répandent dans tes veines comme une mêlée sans coordination. Tu fermes les yeux quelques instants, cherchant à poser ton souffle, et puis finalement, dans une légère impulsion du bassin, tu lui fais comprendre que tu n’as pas l’intention de faire machine arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Dim 15 Mar - 16:29

Tu perçois l'inconfort de la nouveauté et crains l'équilibre fragile entre le plaisir et la douleur qui réside dans son choix et dans cet instant, décisif, pendant que vous vous tenez à la porte de quelque chose d'inédit, même pour toi, qui manques soudainement d'air dans l'espace étriqué de l'habitacle alors que le temps, suspendu, retient avec lui ton souffle et met ta patience à rude épreuve. Les secondes semblent s'éterniser, indistinctes et imperceptibles, jusqu'à ce qu'enfin, tu prennes une nouvelle inspiration quand un geste de sa part assure sa décision. Et tu le couvres d'un regard voilé de désir et de passion. Tout ton corps tremble, anticipant avec délice le plaisir à venir, qui va en s'accentuant à mesure que tu prends possession de Jay, que ses mains s'agrippent à toi, que vos deux corps se mêlent, vraiment, enfin. Un peu plus loin, un peu plus près.. un peu plus près des étoiles. Il y a un rythme qui lui plait, quand le malaise se dissout, tu le cherches dans sa respiration, les contractures de ses muscles, ces spasmes qui agitent son visage. Un son inarticulé, presque un râle, franchit tes lèvres, peut-être une esquisse de son prénom, tu ne sais pas, tu n'as plus conscience de beaucoup de choses à l'exception des mouvements qui vous poussent un peu plus vers l'extase, de sa peau nappée d'une légère pellicule de sueur sous tes paumes, de ses lèvres, ses lèvres, ses lèvres...  Tu attrapes sa main, emmêlant tes doigts avec les siens alors que tu intensifies tes coups de reins. Oubliées, la retenue et la crainte, tu te laisses porter par cette vague qui grandit au creux de ton ventre, cette jouissance qui ravage les derniers barrages de ta conscience. Ta prise sur sa main se fait plus forte, chacun de tes muscles se contractent et tout n'est plus qu'instinct alors que tu fermes les yeux, avant d'aller un peu loin là où personne n'a jamais été. Tu te penches pour ravir à nouveau sa bouche, vous rapprochant encore, encore un peu, autant que possible, comme s'il t'appartenait, tout entier, prisonnier sous ton étreinte et à l'abri de ce monde là dehors qui l'a abîmé, privé de qui il est.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 27
▐ PAROLES : 249
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : acteur de série romantico-niaise, en pleine (re)découverte de lui-même
▐ LES SENTIMENTS : en train de tomber amoureux d'une personne totalement inattendue...
▐ POINTS : 193
▐ CREDITS : av. @rivendell
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Dim 15 Mar - 21:42


A l’abri, en sécurité, dissimulés derrière les vitres teintées de cette voiture qui t’a tant de fois servi de have, de refuge, tu finis par te laisser aller, t’abandonnant complètement à lui. Les doutes, les questions n’existent plus, il n’y a plus que ce rythme parfaitement coordonné de vos deux corps qui s’unissent. Sa peau sous la tienne, tes doigts dont l’empreinte se dessine, vos souffles aussi erratique l’un que l’autre et ces râles de plaisir qui se répondent. Son emprise sur toi s’est encore resserrée, si c’était possible, ses doigts fermement couplés aux tiens, y prenant un appui, cherchant une ancre avec cette force désespérée. Tu marques la peau de son cou, y laisse la trace de tes baisers furieux, passionnés, enflammés, tu le mords presque, te montrant étonnamment territorial alors qu’à peine quelques heures plus tôt, c’est peut-être même plus récent encore, tu doutais d’être fait de ce bois là. C’est un ballet, déchaîné, qui s’instaure de nouveau, lorsque ses lèvres capturent les tiennes ; tu accentues la pression sur ses hanches comme pour l’emmener encore plus loin, te faire absolument sien. Ton dos s’arque sous ses assauts, la bouche entrouverte, tu te laisses submerger par ce raz-de-marée, sur le point d’atteindre le point culminant, le sommet absolu du plaisir, une destination qui, à ta grande surprise, t’étais encore inconnue. Tremblant, tu laisses passer ces soubresauts qui secouent ton bassin, les yeux fermés, ne croyant pas encore complètement à ce qui s’est déroulé ce soir, dans cet habitacle étroit, et que tu n’es pas prêt d’oublier. Tu le regardes : lui aussi semble encore perdu dans cet état second, le regard voilé de ce désir qui grondait férocement et que toi, tu n’as pas su – pas voulu – écouter et satisfaire. Tu ne bouges pas, tes jambes encore emmêlées aux siennes, ton genou le maintenant contre toi pendant que tu imprimes chacun de ses traits dans ta mémoire, chacun des reliefs de son visage, pas encore conscient que tu as devant toi l’amour de ta vie. Tu ne sais pas tout ce qui t’attend, de quoi sera fait demain, ni les jours qui suivront, tu ne peux même pas imaginer à quel point il t’a fait renaître à toi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▐ AGE : 24
▐ PAROLES : 354
▐ DATE D'ARRIVEE : 09/01/2015
▐ OCCUPATION : › chauffeur de taxi.
▐ LES SENTIMENTS : › prise de tête...
▐ POINTS : 208
▐ CREDITS : (~ holyghost)
MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   Ven 20 Mar - 19:43

Le problème de la réalité, c'est qu'elle a une fâcheuse tendance à se rappeler aux rêveurs, un peu trop vite, et le songe ne semble alors n'avoir été qu'un instant, fugace. Elle ne t'a pas encore rattrapé, alors que tu es secoué de ces frissons qui composent le plaisir et que Jay est totalement tien, nu sous tes mains et qu'il tremble de cette même extase. Tu restes immobile de longues secondes, presque de crainte que ton corps ne se soutienne pas si tu te défais de lui, et parce que tu es bien aussi, en lui, sur lui, tout contre de sa peau. Ça été sa voix, d'abord, qui t'a troublé, puis sa détresse, et ce baiser, furtif et instinctif, imbibé d'alcool et de doutes. Ç'a été le hasard des parcours, des chemins qui se croisent quand d'autres jamais ne frôlent à nouveau, et cette attirance, évidente, comme si elle avait toujours été là, à attendre calmement l'instant de votre rencontre, comme si ça ne pouvait pas être autrement. Tu ne te fais pas toutes ces réflexions, comment pourrais-tu ? On ne sait jamais à l'instant où les choses se produisent l'ampleur qu'elles auront sur nos vies, sur vos vies, à tous les deux. Tu déposes un baiser au coin de ses lèvres, puis sur son épaule, avec douceur, et tu gardes ton visage quelques instants au creux de son cou, taquinant sa peau encore sensible de ta respiration qui se fait de plus en plus régulière, pendant que ton pouls, lentement, retrouve un rythme moins saccadé et que tes pensées te parviennent enfin entières et non pas comme un flot incompréhensible de mots et d'images.
Des rires et des éclats de voix viennent briser l'étrange silence qui s'était posé entre vous, balayant les échos de vos souffles irréguliers et des syllabes, brèves et erratiques, de vos prénoms à peine prononcés. Tu te sépares de lui à contre-cœur, essayant d'apercevoir sous les lumières pâles des lampadaires qui s'aventure en dehors du Viper et vers la longue ligne de voitures stationnées dans la rue adjacente, tu cherches les importuns qui se rapprochent de votre refuge. - Yer friends ? Il te semble reconnaître quelqu'un, malgré la distance, un second rôle de sa série, probablement. Tu soupires. - I could have done with a little more time. Et de nouveau ton sourire mutin alors que tu lui adresses clairement ces quelques mots, lui tendant son pantalon, à la recherche de tes propres vêtements, éparses. Tu ne manques pas de laisser trainer un peu ton regard sur lui pendant que tes doigts trouvent enfin le contact du tissu de ton jean. Tu sais qu'il faut que tu t'en ailles avant que quelqu'un ne te voit sortir de la voiture, mais tu grignotes chaque seconde que tu peux, ne pressant pas tes gestes, n'ayant pas tellement le choix lorsque tu dois renfiler la manche de ton bras, blessé, replaçant tant bien que mal - plutôt mal - l'écharpe qui l'enveloppe. Tu te rapproches de lui, refermant un bouton de sa chemise avant de l'embrasser. - See ye 'round superstar. Ce n'est pas un de ces au-revoir comme tu as tant l'habitude de les donner, qui ont plutôt des airs adieux, non, cette fois ça sonne comme une promesse, tu comptes bien le revoir, tu as envie de le revoir, pour le découvrir un peu plus, pour l'aider, pour que quelqu'un soit là, avec lui, alors qu'il découvre cette part de lui-même qu'il a toujours rejetée. La nuit te parait glaciale, inhospitalière, quand tu mets un pieds hors de cette autre bulle qui vous a abrité du monde. Tu te retournes une seconde vers lui, lui lançant un sourire avant d'être rattrapé par les figures qui se détachent dans l'ombre de la rue et qui continuent de s'avancer dans votre direction. Ta veste négligemment jetée sur tes épaules, tu t'éloignes dans la nuit.

_________________



You are my favorite "what if", you are my best "I'll never know". › But doing what is easy and safe is no way to live, and a life without passion and love is so far beneath what you deserve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: just give me a reason (jamie)   
Revenir en haut Aller en bas

just give me a reason (jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Bombardier CRJ
» Les grues de GIVE SVAERGOD (DK)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Family 2.0 :: los angeles
la ville des anges ouvre ses portes
 :: Hollywood :: Viper Room
-